//img.uscri.be/pth/8dd4e58af42c25218447243b9e9a09752b327a41
La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Lettre de Saint-Évremond au prince d’Auvergne

De
1 page

Charles de Saint-ÉvremondŒuvres mêléesCXXV. Lettre à M. le prince d’Auvergne.1LETTRE À M. LE PRINCE D’AUVERGNE .(1701.)J’avois toujours ouï dire que l’amitié ne remontoit point : sentiment fondé surquelques observations, que les pères aiment mieux leurs enfants, qu’ils ...

Publié par :
Ajouté le : 19 mai 2011
Lecture(s) : 42
Signaler un abus
Charles de Saint-Évremond Œuvres mêlées CXXV. Lettre à M. le prince d’Auvergne.
1 LETTRE À M. LE PRINCE D’AUVERGNE. (1701.)
J’avois toujours ouï dire que l’amitié ne remontoit point : sentiment fondé sur quelques observations, que les pères aiment mieux leurs enfants, qu’ils n’en sont aimés. Pour les pères, je n’en disconviens pas ; mais je trouve le proverbe faux, à l’égard des grands-pères, par ma propre expérience. L’amitié de monpetit-fils ne s’arrête pas au premier degré ; elle remonte de toute sa force pour venir augrand-2 papa. Que ne fait-on point pour lui plaire ? on donne d’excellent vin, à Londres ; on envoie du meilleur thé de Hollande ; on écrit le premier. Je pousserois ces On-là bien loin ; mais je veux quitter cette espèce de tierce personne, introduite à la cour 3 par M. de Turenneet entretenue, après sa mort, par ceux de sa maison ; je la veux quitter, pour vous faire directement des reproches, qui montrent la tendresse du grand-papa. Comment avez-vous pu quitter l’Angleterre, pour aller prendre une fièvre en Hollande ? Si vous étiez demeuré à Londres, notre docteur eût empêché sûrement la maladie, par le régime ordinaire qu’il prescrit, et qu’il observe lui-même. Il vous eût fait faire, dans votre chambre, un potage de santé, avec un bon chapon, un jarret de veau, du céleri et de la chicorée. Il eût fait rôtir deux perdrix, ou 4 trois, si j’y avois été, bien piquées, et de bon fumet. Il y auroit ajouté un hêtudeau , et un pigeon de volière, pour chacun. Le vin de Villiers pris, modérément, eût fait partie d’une simplicité honnête, et nécessaire, pour se bien porter. Mais le cher docteur entre dans ma chambre : ne pouvant empêcher présentement la maladie, il va vous dire les remèdes qu’il faut employer pour la guérison, etc.
NOTES DE L’ÉDITEUR
1. Emmanuel-Maurice de la Tour, ditle bailly d’Auvergne, mort à la Haye, en mars 1702, peu de temps après que M. de Saint-Évremond lui eut écrit cette lettre. Il étoit le fils de Frédéric-Maurice de la Tour, duc de Bouillon, frère aîné du vicomte de Turenne.
2. Le prince Maurice appeloit ordinairement M. de Saint-Évremond son grand-papa. (Des Maizeaux.)
3. Observation curieuse, et qu’on ne trouve nulle autre part, sur l’introduction de cette manière de parler.
4. Nicot ecrithestoudeau, et le définit :un chaponneau qui n’est ne poulet, pour estre plus gros, ne chapon, pour estre plus petit. Voy. Ménage,Dict. étym., vºhétoudeau, dernière édit. La forme la plus usitée, au temps de Saint-Évremond, étoithétudeau; on ne trouve plus aucun de ces mots dans nos dictionnaires modernes, l’Académie les ayant supprimés, on ne sait pourquoi, dès sa première édition. Laveaux dit quehestoudeauest un vieux mot inusité. M. Didot lui a donné un souvenir dans leComplément du dictionnaire de l’Académie.