Cette publication est accessible gratuitement

Publications similaires

Lettres 1937-1943

de editions-gallimard

           -            -  -    
o L ETT R E N 55
o [Enveloppe n 68] LE DOCTEUR RENÉ ALLENDY 67 rue de lASSOMPTION
e PARISXVI
Mon vieux René,
Ville Evrard 4 mai 1939
1 LE DOCTEUR RENÉ ALLENDY 67 rue de lAssomption PARIS(XVIe)

Tu ferais bien de venir reprendre ici ta vieille boîte de « Demor-phêne » truqué et de te souvenir entre autres choses que je tai prié à plusieurs reprises de ne plus te mêler de mes a'aires. Je me fous en long et en large vois tu du «LEGISLATEUR DE LA LOI SUR LES STUPEFIANTS, et je men f… depuis 1925 et avant (tu nas quà relire « lOmbilic des limbes ») puisque cest au sujet de ce livre que, nous avons fait connaissance et que tu mas invité à dîner chez toi : ce nest pas à un vieux marchand dHéroïne comme toi à faire la police des désintoxiqués, et encore moins celle des intoxi-qués, car tu nas jamais été intoxiqué toi-même et lopium tu ne sais pas ce que cest. Tu nas jamais vendu que des drogues truquées dailleurs : ton héroïne était truquée par les soins de Paul Sabiani, et elle était truquée au cyanure de potassium, et cest pourquoi tant dhéroïnomanes mouraient. Et ton « Demorphêne » aussi est tru-qué au cyanure de potassium, et cest pourquoi la désintoxication au « Demorphêne » est pour tout le monde un supplice denfer,
1. Lettre-sort inédite, non remise à son destinataire, conservée à titre personnel par le Dr Léon Fouks.

      -
1 surtout quand cest toi qui apporte la b[oîte] car cest alors que les 2 ampoules en deviennent spécialement e[mpoison]nées .— Si jétais médecin traitant je te soignerai toi-même avec la boîte de « Demorphêne » que tu as eu le culot dapporter ici, car un lypomaniaque comme toi a besoin de lipoïdes pour guérir sa lypo-manie. Et la graisse appelle la graisse nest-ce pas, surtout quand cest de la graisse truquée (voir Homéopathie).— Tu es plein dadiposités vieux René, et ce sont les pires que tu dissimules. Elles constituent en toi la boursou+ure morale et psychologique de tes remords.— Car tu nas jamais pu guérir davoir laissé étrangler ta première femme, et de lui avoir fait avant quelle ne meure et pour la guérir de son a'reuse agonie une piqûre de ce poison Indien avec lequel tu desséchas déjà le cadavre dHenri Gauthier, de Jean Hugo, ère de Paul Deharme (1 manière) et avec lequel tu as essayé moi, de me faire dessécher vivant tandis que jétais en cellule à Rouen et que 2 ou 3 in8rmiers à ta solde mont fait de force ta piqûre en me frappant à coup de talons sur les pieds.— Et cest bien le Dr Minkowski nest-ce-pas qui remarqua sur le cou de ta femme Yvonne les traces noires de létranglement et donna quand même le permis dinhumer.— Seulement comme de juste tu es de la police, et les Initiés tont toujours protégé : Même quand tu payais des employés de laboratoire, pour empoisonner le LAUDANUMdu laboratoire de lHOTELdeVILLE. Et cest parce que jai percé à jour ton sale jeu depuis bien des années que tu me poursuis de ta haine morbide, car cee haine est la haine dun fou. Et tu es complètement fou pauvre vieux psychanalyste des crimes qui vas pérorer en public devant les jurés sur la criminologie.— La plupart de tes psychanalysés sont dailleurs des espions de police. Et évidemment dans le tas comme de juste il y a des naïfs, des innocents et des gogos qui te servent de couverture. Et quas-tu fait deCOLETTE PROU?— Quand un de tes psychanalysés ne sert plus tu le rejees. Et
1. À cet endroit, la fin du mot n’est pas lisible car la lettre a été brûlée à l’aide d’une cigarette par Anto-nin Artaud. L’on peut supposer qu’il s’agit vraisemblablement du mot :boîte. 2. Lettres manquantes du fait de la brûlure de la cigarette. Il pourrait s’agir du mot :empoisonnées, qui ferait tout à fait sens.
           -            -  -    
<
combien as-tu touché de la main de ses frères sa famille et de ses frères sur la part dhéritage qui revenait à Colee Prou ? Et pour cacher ce crime de plus il nest pas impossible que les Initiés ne ressortent un sosie quelconque de la pauvre Colee, voire même une Née-de-la-sueur !— Débine toi, a'reux, et quon ne te voie plus par ici. Vas te cacher au bout de la terre, et crie dans la terre comme le RoiMIDAS; car si tu as été mis à labri des lois humaines, tu nes pas à labri de la justice de Dieu.— Puisque tu es un Initié tu sauras lire ce petit signe, vieux Vich-nouiste, a'reux conservateur.— Pour avoir voulu conserver ce qui était la propriété des autres, tu seras conservé le temps dunINFINI1 dans les abîmes, dans la saumure de tes hideux remords.— Et que cee lere taeigne ou non, et au cas où un Initié du genre chrétien aurait pour toi la charité de ne pas te montrer ma lere elle taeindra occultement, elle taeindra occultement.— Au plaisir de ne jamais te revoir et de navoir plus jamais de tes nouvelles.— Antonin Artaud
1. Ce paragraphe est écrit en regard d’un dessin brûlé par une cigarette.