Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

COUPLETS
TOUR. LE PREMIER JOUR DE L'AN 1815 i
Ou peinture du honheurde la France
/<~<M~~So.-~ ~~Z\ Ë' règne de Louis XYIII,
,,
:.-.v'
:.;;:36 ,,' : Aussitôt que la lumière.
-- NS le nombre des années
Que l'on voit se succéder t
Il en est de fortunées
Qu'il convient de célébrer;
Français, tout nous le présage i
Celle où nous allons entrer
Rappellera l'heureux âge t
Sans le faire regretter.
Minuit sonne , elle commence i
Allons contempler les cieux 9
Et bénir la Providence
Qui les fit si radieux ;
Puis jurons tous de complaire
A notre Roi bienfaisant ;
Il est pour la France entière
L'image du Tout-Puissant.
Après ces préliminaires,
Il sera fort à propos
i
l C.)
"-./ J 1
1
1 ,
( 2 )
De clore un peu nos paupières
Qui demandent du repos :
Il faudra d'ailleurs encore
Admirer le point du jour,
Et voir la première aurore
Qu'aura l'an à son retour.
Une marche! ah! c'est l'aubade!
Il n'est plus temps de dormir;
Le but de sa promenade
Est de nous tous réjouir.
Qu'on sorte donc de la plume,
Au diable qui peut ronfler ;
Il faut du feu, qu'on l'allume,
Mettons-nous à le souffler.
Bon! le voilà qui pétille ,
On prépare à déjeûner,
Tous les amis , la famille
Sont en train de se lever :
Le petit déjà demande
Le baiser de sa maman ,
Et sa sœur un peu plus grande
Nous dit bon jour et bon an.
Ces souhaits de bonne année
Que font pour nous les enfans,
Payent dans la matinée
Le soin de leurs jeunes ans.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin