Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Cour Coculèra dé Cette

De
8 pages
imp. de L. Cristin (Montpellier). 1866. In-16. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

-OC'JE, COOTiÈRA
k
dé Cette.
-
NVOCATION.
Air : Le Champagne et l'Amour (1).
I.
Amis de la réjouissance,
Venez au banquet du plaisir,
Dans cette fête qui commence
Chacun trouve un doux souvenir.
C'est un beau temps pour la jeunesse,
Chaque sexe y trouve un espoir,
L'amour, la folie et l'ivresse,
Y puisent le repos du soir.
REFnAIN.
En avant, la cour nous appelle,
A sa voix, sachons accourir,
Ecoutons; avec vous, dit-elle,
On aime, on rit, on chante, on vit, on peut mourir!
II.
Imitons le peuple d'Athènes,
Elevons un culte aux beaux-arts
Et plaçons, comme Diogène.
Un phare à tous nos étendards.
Sous la lanterne indépendante,
Attendant la clarté du jour.
Ecoutons la lyre qui chante,
Les dieux, le génie et l'amour.
(4) Bis pour le dernier vers du refrain. -
2
m.
Que le croissant ceigne nos têtes;
Accourons, jeunes et vieillards,
II faut qu'il préside à nos fêtes,
C'est le talisman des cornards.
Sur la lyre chantons sans cesse,
Que l'écho fasse retentir
Ces doux mots : « La Cour et la jeunesse
Saura toujours se divertir. »
H.-J. CASTELNAU.
As Cournars
CANT PATOUÈS (1).
Air : Café concert.
I.
Lous partisans d'aou carnabal.
Per sé diverti quittou lou trabal.
Quittou sas fénnétas,
Qué crésou soulétas,
Mé din sous oustaon
Y a cé qué yé caou.
REFRAIN.
Séguén pas chalousés, pas chalousés, pas chalousés,
Las fénnas s'amusou d'un aoutré coustat,
Per nous réndré érousés, paressousés! paressousés!
Marchou vers lou prougret à passés rédoublat.
II.
Quaouqués uns sén trobou miyou.
D'aoutrés bénou sés, nié pu sés qu'un bastou.
S'an fénna poulidia,
Ou soum per la bida.
Alor quaou çéda,
On sé sépada.
III.
Sé las ménas à l'opéra.
Aou bal, aou café, sabou sé yé carra.
Parlan dé caouquna,
Mé pas dé chacuna;
La qués dé bon gous,
Rén soun homm'érous.
t (1) Bit pour les deux premiers vers de chaque strophe.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin