Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Cours élémentaire des principes généraux d'orthographe usuelle et grammaticale... par C.-F.-A. Choquet

De
184 pages
E. Gauguet (Paris). 1863. In-18, 179 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

COURS ÉLÉMENTAIRE
D'ORT GSI^^ USUELLE ET GRAMMATICALE
V,J i7- ^ÇÉT OUVRAGE RENFERME
.-----
Des Notes pédagogiques pour les Moniteurs et les Répétiteurs chargés
de suppléer les chefs d'établissements.
PROPRIÉTÉ.
CORRECTION DES EXERCICES ÉCRITS.
Tous les jours, à la classe du soir, la leçon du lende-
main est dictée, puis expliquée oralement ; les élèves l'étu-
dient ensuite chez eux, et, le jour suivant, cette même
leçon est remise au net, et elle tient alors lieu, à la classe
du matin, de leçon d'écriture. Pour la correction, le Maître
fait épeler et il reprend les fautes à l'aide du signala);
chaque mot fautif est souligné d'un trait (2) ; mais il est
bien entendu que les élèves échangent leurs cahiers, et
que c'est l'élève qui corrige lui-même les fautes qu'il a faites
et qui viennent de lui être soulignées. Afin de fixer l'at-
tention de toute la classe, un élève doit écrire au tableau
noir toutes les fautes qui seront relevées pendant l'épella-
tion. Cet élève corrige et explique toujours la règle à la-
quelle chaque mot mal orthographié se rapporte. Or, si
le nom Pierre a été écrit sans majuscule, il dira : La lettre
initiale des noms propres doit toujours être une majuseule.
S'il a écrit : les châteaux sans un x à la fin de ce nom, il
dira : Les noms terminés par au au singulier prennent x
au pluriel, etc.
Tout exemplaire de cet Ouvrage non revêtu de la griffe
de l'Éditeur sera réputé contrefait, et toutes contrefaçons
ou traductions faites au mépris des droits de l'Auteur seront
poursuivies en vertu des lois, décrets ou traités interna-
tionaux.
(1) Le signal n'a pas seulement pour objet de ménager les pou-
mons des Maîtres, il contribue puissamment au maintien du si-
!e o et dispose les enfants à écouter les leçons avec une attention
soutenue.
(2) Dès que Yépellation est terminée et avant de la faire relire,
chaque élève de la division fait l'addition des fautes qui ont été
soulignées et il écrit le total aiwîrvssous de la dernière ligne du
uevoir; puis l'échange des calii r* se fait nnrc seconde fois.
Nn,\. — Nous engageons les Maîtres il les Maîtresses à faire
lire plusieurs fois par semaine les mois invariables, les tableaux
synoptiques des adjectifs, des pronoms, des verbes, la formule pour
écrire correctement les participes passés, et enfin les exercices de
ponctuation. Nous ne croyons pas indispensable de faire ap-
prendre par cœur aux élèves l'APPENDICE qui termine cet
Ouvrage.
COURS ÉLÉMENTAIRE
DES PRINCIPES GÉNÉRAUX
D'ORTHOGRAPHE USUELLE ET GRAMMATICALE
confirmés
l'AR DES EXEMPLES CHOISIS ET DES EXERCICES PRATIQUES
A LA PORTÉE DES ÉLÈVES
QUI FRÉQUENTENT LES ÉCOLES PRDIAIllES
NEUVIÈME ÉDITION, CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE.
"-r- .-F.-A. CHOQUET.
Il
L<- Maître explique chaque leçon, et donne sur
cette leçon des dictées graduées.
(*'rog amme d'enseignement pour les Ecolts
normales primairu, 3 juillet 1851).
On prendra pour base de renseignement de la
langue française la Grammaire de Lhomond.
•[Instruction ministéritlls du 17 août 1851,
art. 29;.
E
fi
DÉPOSÉ.
ÉDITEUR
M. Elie GAUGUEf, Libraire, rue Cassette, 12
PARIS
1
lCJ
UTILITÉ ET APPRÉCIATION
DES
Transparents applicables à toutes lesmèthodeselàtous les genres
d'Ecriture recommandés pour les Ecoles primaires.
Depuis longtemps les Maîtres se plaignaient, avec raison, des difficultés nombreuse *
qu'ils éprouvaient pour enseigner l'Ecriture aux enfanls, pour leur inculquer les prinripes
qui doivent les guider, les leur faire observer ; ils déploraient la perte de temps qu'entraîna It
la nécessité de régler chaque page, et ils regrettaient d'être obligés de consacrer à ce travail
matériel des loisirs qui pouvaient être plus utilementemploés pour euxet pour leurs élèves.
M. Choquet, à qui les Ecoles doivent tant de sérieuses améliorations, a senti qu'il y avait
là quelque chose à faire et il a composé ses TRANSPARENTS pour rendre aux Maîtres UIl
temps précieux en leur épargnant une besogne ennuyeuse, fatigante; il a forcé, pour ainsi
dire, les enfants à connaître, à observer, par la pratique, les principes d'Ecriture, tel est
donc le double but que remplissent ces Transvaren rs.
Pour répondre à la première objection, on avait cru devoir, il est vrai, fournir aux élèves
des cahiers tout réglés: mais, outre qu'ils coûtaient plus cher que les autres, ils avaient eu
rore l'inconvénient grave d'une réglure uniforme qui mettait les pauvres enfants dalb la
nécessité de faire la même chose pendant un mois et plus : et il restait toujours à leur ap-
prendre à écrire.
Chacun le sait, rien n'est plus difficile que d'enseigner aux jeunes enfants les principes de
l'Ecriture: la position du corps, la pente des lettres, les proportions qu'elles doivent a\oh ,
la distance qui doit les séparer, etc.; chacun sait aussi combien il est ditlicile eucore de leur
faire perdre, sous ces ditVérents rapports, les habitudes qu'ils ont contractées en commen-
çant. Avec les Transparents, les enfants, sans s'en douter, observent les principes, les ap-
prennent forcément. Ils offrent, en outre, l'avantage précieux de pouvoir varier les grosseurs
d'Ecriture d'un jour à J'autre, de stimuler par là l'attention des élèves et d'entretenir dans
la classe une émulation continuelle qui favorise les progrès.
En publiant ses TRANSPA BEXTS, M. Choquet a donc rendu aux Maitres et aux élèves un
service réel. J'ajouterai qu'il a fait faire un pas immense à l'enseignement de l'Ecriture. On
ne saurait donc trop en recommander l'usage à tous les chefs d'établissemeuts.
PIIET,
Inspecteur primair., attaché au Ministère
de l'Instruction publique et des Cultes*
enfants, ce livre est teros! Ne vous em
effrayez point; car, dès la première page,
t Auteur conseille de ne point vous le faire
apprendre par cœur !.
L'ÉDITEUR.
1
PRÉFACE.
, C'est par la langue maternelle que doivent commencer
les études, dit Roiiin. Les enfants comprennent plus aisé-
ment les principes de la grammaire, quand ils les voient
appliqués à une langue qu'ils entendent déjà, et cette con-
naissance leur sert comme d'introduction aux langues an-
ciennes qu'on veut leur enseigner. Nous avons de bonnes
grammaires françaises, mais je doute que l'on puisse porter
un jugement aussi favorable des abrégés qui ont été faits
pour les commençants. Les premiers éléments ne sauraient
être trop simplifiés. Quand on parle à des enfants, il y a
une mesure de connaissances à laquelle on doit se borner,
parce qu'ils ne sont pas capables d'en recevoir davantage.
Il est surtout important de ne pas leur présenter plusieurs
objets à la fois : il faut, pour ainsi dire, faire entrer dans
leur esprit les idées une à une, comme on introduit une
liqueur goutte à goutte dans un vase dont l'embouchure est
étroite; si vous en versez trop en même temps, la liqueur
se répand, et rien n'entre dans le vase. Il y a aussi un ordre
à garder; cet ordre consiste principalement à ne pas sup-
poser des choses que vous n'avez pas encore dites, et à
commencer par les connaissances qui ne dépendent point
de celles qui suivent. Enfin, il y a une manière de s'énoncer
accommodée à leur faiblesse : ce n'est point par des défi-
nitions abstraites qu'on leur fera connaître les objets dont
on leur parle, mais par des caractères sensibles, et qui les
rendent faciles à distinguer (1).
On sent que, pour exécuter ce plan, il faut connaître les
enfants. Appliqué pendant vingt années aux fonctions de
l'Instruction publique, j'ai été- à portée de les observer de
près, de mesurer leurs forces, de sentir ce qui leur con-
vient : c'est cette connaissance, que l'expérience seule peut
donner, qui m'a déterminé à composer des livres élémen-
taires. Puisse l'exécution remplir l'unique but que je me
propose, celui d'être utile, et d'épargner à cet âge aimable
une partie des larmes que les premières études font couler !
LHOMOND.
(1) Une définition présente une idée générale, qui suppose des idées particu-
lières; et l'enfant, n'ayant pas encore acquis ces idées parliculirrcs, ne peut
entendre la délinition.
PROCÉDÉS A SUIVRE.
PREMIÈREMENT.
Chaque élève ayant un exemplaire de ce livre, lira à son tour une
ou deux phrases ; le Maître les expliquera, les rendra sensibles pour
tous, en écrivant, sur le tableau noir, les exemples les plus simples,
les plus capables de fixer l'attention et de parler à l'intelligence des
élèves (1).
DEUXIÈMEMENT.
Chaque élève récitera de mémoire les phrases lues à la leçon pré-
cédente, et, pour montrer qu'il a compris, il formulera des phrases
semblables à celles qui avaient été données pour exemples. Le Maître
interrogera ensuite, et ce sont les exemples inventés par les élèves
qui feront tout particulièrement l'objet de ses questions (2).
TROISIÈMEMENT.
Les élèves feront, aussi brièvement que possible, l'analyse des
phrases qu'ils auront mal orthographiées. Pour chaque mot le Maître
exigera l'explication :
1° Du sens (3);
2° De la nature ou espèce ;
3° De la forme ou des variations dans la terminaison ;
4° De la fonction ou de la relation avec les autres mots.
(1) Bien fait, cet exeicice servira toujours d'une bonne leçon de lecture. Il y
aura donc une économie de temps, puisque deux leçons pourront être données
simultanément. Et c'est en raison de cette économie de temps que nous avons
toujours conseillé aux Instituteurs de mettre un abrégé de grammaire dans les
mains de leurs élèves, dès qu'ils commençaient à lire couramment.
(2) Nous n'insistons pas pour faire comprendre aux Maîtres que cette gram-
maire, quelque courte qu'elle soit, ne doit pas être apprise par cœur; c'est à
l'intelligence surtout qu'il faut s'adresser : Ce qui rebute les commençants, c'est
d'apprendre des choses qu'ils ne comprennent pas, en orthographe la mémoire ne
fait presque rien, c'est l'intelligence seule qui agit; et il est bien certain que
l'enfant retiendra toujours facilement tout ce qu'il aura bien compris.
(3) Dans tous les exercices d'application, nous n'avons pas un instant perdu de
vue que moraliser en instruisant, c'est et sera toujours la tâche des Instituteurs et
Institutrices de la jeunesse. Nous avons donné un très-grand nojnbre d'exemples
qui, développés avec soin et intelligence, graveront profondément dans l'esprit
et dans le cœur des enfants l'amour du devoir et la connaissance de tout ce qu'ils
doivent à Dieu et au prochain. Les bons et véritables éducateurs de l'enfance,
plus que personne, savent tout ce que réclame d'eux aujourd'hui l'instruction
populaire; et, sous l'inspiration des hommes respectables chargea de la surveil-
lance de leurs écoles, secoiuiés et dirigés par des chefs immédiats, MM. les Inspec-
teurs de l'Enseignement primaire, ils n'oublieront jamais de faire une large part à
tous les exercices qui peuvent développer le sens moral des élèves, c'est-à-dire
à la partie éducative de l'enseignement. Et, en faisant ainsi converger les exer-
cices d'Orthographe avec ceux qui sont faits sur les vérités fondamentales que
le Christianisme nous a révélés, ces bons Maîtres auront conscience d'avoir as-
suré à leurs disciples une éducation vraie, solide, qui se fortifiera à mesure qu'ils
avanceront en âge.
Nota. Pour avoir une idée plus approfondie des procédés que nous recoin"
mandons, nous engageons les chefs d'établisscments à lire l'Introduction que
nous avons mise en tète de la deuxième édition de notre recueil de dictées d'Or-
thographe.
ÉLÉMENTS
D'ORTHOGRAPHE USUELLE ET GRAnIATICALE.
INTRODUCTION.
La GRAMMAIRE est l'art de parler et d'écrire correctement.
Pour parler et pour écrire, on emploie des mots (i).
DE L'ORTHOGRAPHE.
L'ORTHOGRAPHE est la manière d'écrire correctement tous
les mots d'une langue (2).
Il y a dans la langue française DIX ESPÈCES de mots, que
l'on appelle les parties du discours, savoir : le NOM, l'ARTICLE,
l'ADJECTIF, le PRONOM, le VERBE, le PARTICIPE, la PRÉPOSITION,
l'ADVERBE, la CONJONCTION et l'INTERJECTION.
Les mots se divisent en mots variables et en mots Invariables :
6 VARIABLES : Il INVARIABLES :
Le Nom, ——————*"-—~.
Le Nom, L'Adverbe, c'est-à-dire qui
L'Article, c'est-à-dire qui La Préposition, n'ont ni genre
L'Adjectif, f changent de Lapposition ni nombre (4).
Le Pronom, forme (3). L'Interiectioii,
Le Verbe,
Le Participe, } )
(1) Un mot est une totalité de sons par laquelle nous exprimons une idée ou
un sentiment.
(2) Il y a deux sortes d'orlhoçraphe ; l'une qu'on apprend à l'aide d'une gram-
maire et que l'on nomme de principes, et l'autre qui ne suit point d'autres lois
que celles de l'usage, et pour laquelle il n'existe point de règles générales.
Cette dernière consiste à savoir que tel mot s'écrit d'une manière plutôt que d'une
autre ; par exemple, qu'on écrit_siècle par s, et ciel par c; prudence, éloquence,
par e, et abondance, constance, par a; pension, dimension, par s, attention,
convention, par t; qu'on écrit par se, disciple, discipline, descendre, etc., et par
deux SB, dissoudre, ldssiper, desserrer, etc.; enfin, qu'on écrit bien différem-
ment beaucoup de mots qui ont la même ou à peu près la même prononciation,
tels que, faim, fin; — ver, vert, vers, verre; — ceint, sain, saint, sein,
seing, etc. Pour apprendre cette orthographe, il faut beaucoup lire, beaucoup
copier; et toutes Us fois qu'on est dans le doute, il faut consulter un bon dic-
tionnaire. (Voyez la liste des homonymes, page 11.)
(3) Exemples de mots variables: Le père, la mère, bon, grand, il parle, elle
écrit. — On peut dire : Les pères, les mères, bonnes, grande ils parlent, elles
écrivent.
(ii) Exemples de mots invariables : Pourquoi, alors, sagement, lorsque,
hélas, etc.
Nous ne donnerons pas plus d'étendue à cette introduction ; mais il est essen-
tiel que les maîtres fassent revoir aux élèves les principes de lecture qui sont ex-
posés dans les méthodes spéciales (1. Ils leur rappelleront les différentes valeurs
des lettres, des accents; ils les exerceront sur les voyelles longues et brèves;
ils leur feront trouver dans l'Oraison Dominicale, le Symbole des Apôtres, etc.,
les voyelles simples, composées, les consonnes, les mots d'une syllabe, etc. Ils les
habitueront à décemposer les autres mots et à les épeler de mémoire.
(1) Voir nos Tableaux de lecture méthodique, chez M. Élie GAUGUET, libraire-éditeur à Paris,
rue Cassette, 12.
4 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
PREMIÈRE PARTIE.
DU NON OU SUBSTANTIF (1).
I. Le nom ou substantif est un mot qui sert à nommer
une personne, une chose (2), comme Pierre, Paul, livre,
chapeau, ou un animal, comme lion, cheval.
II. Il y a deux sortes de noms : le nom commun et le
nom propre. -
III. Le nom commun (3) est celui qui convient à toutes
les personnes ou à toutes les choses de l'a même espèce :
homme, cheval, maison, sont des noms communs, car le
nom homme convient à Pierre, à Paul.
IV. Le nom propre (4) est celui qui ne convient pas à tou-
tes les personnes ni à toutes les choses de la même es-
pèce, comme Adam, Eve, Paris, la Seine.
Des nombres (5).
V. Il y a deux nombres, le singulier et le pluriel.
(1) Le maître fera remarquer aux élèves que le mot nom, exclusivement em-
ployé par Lhomond, a un sens plus général, plus étendu que celui de subs-
tantif, dont l'élyinologie éveille nécessairement l'idée de substance. -
(2) On entend par chose tout ce qui est sans vie, et tout ce qui est sans avoir
ni corps, ni vie, comme la veriu, la justice, le bonheur, la ConsCience. -Ces der-
niers noms sont appelés abstraits parce qu'ils expriment des objets que l'esprit
seul peut concevoir, et qui ne lombent point sous nos sens.
(3) Commun signifie qui appartient à tous.
(4) propre signifie qui est particulier, qui n'appartient pas a tous.
(5) Certains noms communs sont appelés couecuis, tels que peuple, armêç,
forêt, multitude, parce qu'ils expriment une collection qui signifie roeillogl â.? ï
sembloge. Ces noms sont au singulier, quoiqu'ils présentent à l'esprit - l'idép de
plusieurs personnes, de plusieurs objets. -
D'autres noms formés d'un ou de plusieurs mots, joints par un trait J.) d'u-
nion s'appellent noms composés.
Nota. Les maîtres ou les moniteurs feront lire plusieurs fois
par les élèves tous les alinéas marqués d'un chiffre romain,
et ils les leur expliqueront avant de les donner à apprendre de
mémoire. Ils faciliteront la définition du nom en la rendant sen-
sible, ainsi ils diront :
Tout ce que l'on petit voir ou toucher est exprimé par un nom; on re-
connaît qu'un mot est nom, quand on peut mettre le, un, Li, une devant ce mot.
Une plume est un nom, parce que ce mot exprime une chose que je puis voir,
toucher. Courage est un nom, parce que je puis mettre devant le, un. Morale
est un-nom, parce que je puis mettre devant ta, une. Ou bien encore tout mol
auquel on peut joindre une qualité ou un défaut est nom: Exemples ; Un bon
enfant, un mauvais enfant, une bonne parole, une mauvaise parole.
DU NOM OU SUBSTANTIF. 5
On emploie le singulier, quand on ne parle que d'une
seule personne ou d'une seule chose, comme un homme,
un livre ; on emploie le pluriel quand on parle de plu-
sieurs personnes ou de plusieurs choses, comme les hom-
mes, les livres. Le nombre est donc la propriété qu'ont
les mots d'indiquer si l'on parle d'une ou de plusieurs per-
sonnes, d'une ou de plusieurs choses (1).
Formation du pluriel dans les noms.
RÈGLE GÉNÉRALE.
VI. Pour former le pluriel dans les noms, on ajoute un s
à la fin du singulier ; le père, les père s ; la mère, les mères ;
le livre, les livres ; la table, les tables (2).
Exercices.
SINGULIER. PLURIEL.
1. Le frère, les frère g.
Le cousin, les cousin s.
Le parent, les parents.
Le crayon, les crayons.
La plume, les plumes.
Une école, des écoles s.
Un pommier, des pommiers.
Un soldat, des soldas.
Un canif, des canifs.
Un bohnet, des bonnets,
Un maître, des maître s.
Un enfant, des enfants.
Une leçon, des leçon s.
SINGULIER. PLURIEL.
La sœur, les soetir s.
Une chaise, des chaise s.
Le jardin, les jardins s.
Un fruit, des fruits.
La bonté, les bontés.
Le jugement, les jugement s.
Le papier, les papiers.
Un sermon, des sermons.
Une parenté, des parentés.
Un crédit, des crédits,
la maison, les maisons.
La victoire, les victoires.
Une armée, des armée s.
Ranger sur des colonnes les noms qui suivent, comme ci-dessus et ajouter
un s au singulier pour former le pluriel.
2. Déjeuner, dîner, goûter, souper, pain, beurre, fromage,
(1) Il y a des noms qui ne s'emploient qu'au singulier, comme la faim, la soif,
la jeunesse, le sommeil, l'or, l'argent, etc.; d'autres ne s'emploient qu'au plu-
riel, comme annales, broussailles, ténèbres, pleurs, etc. -- -
(2) Les noms tirés d'une langue étrangère, et qui sont d'un fréquent usage
en français prennent la marque du pluriel : des alinéas des bral'os, des opé-
ras, des accessits, des duos, des quiproquos, des débet:" des factums, des pen-
Sums, etc.
11 est indispensable de faire écrire sur le tableau noir des exercices sembla-
bles à ceux qui sont donnés pour modèles. — Le moniteur lit : le frère; l'é-
lève répond : les frères. III montre ce moi.) Je mets un s au nom frères parce
qu'on ajoute cette littre à la fin du nom pour former le pluriel. — Le moni-
teur : Pourquoi le mot frère est-il un nom ? Est-ce un nom de chose ou de per-
sonne? Peut-on le voir ou le toucher ? Peut-on lui donner une qualité ou un
défaut ? (Mêmes questions, mêmes exercices devant chaque mot.) Faire distin-
guer les noms qui se trouvent dans l'évangile du premier dimanche de l'Avent,
dans le catéchisme ou dans tout autre livre. Il est important que les élèves s'ha-
bituent à trouver les noms propres, qu'ils les relèvent sur le tableau noir, sur
l'ardoise ou sur leur cahier d'écriture. Il faudra aussi leur faire remarquer que
les mots le, la, 1', une, annoncent le singulier, que les mots les, des annoncent
le pluriel.
6 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
soupe, bouillon, potage, viande, œuf, bouilli, rôti, croûton, gi-
got, salade, dessert, jambon, tranche, grillade, rognon, saucisson,
omelette, matelotte, lard, collation, croûte, sucre, poularde, lait,
café, chocolat, miel, confiture, praline, figue, prune, vin, bière,
cidre, bourg, mairie, instituteur, chaumière, grange, étable, écurie,
fumier, vigne, vigneron, travail, travailleur, moisson, bûche, bû-
cheron, pâture, pâtre, garde, gardien, gardienne, berger, bergère,
bergerie, colombe, colombier, poule, poulailler, jardin, jardinier,
jardinage, culture, cultivateur, agriculture, agriculteur, labour, la-
bourage, récolte, sol, terre, terrain, jachère, guéret, charrue, soc,
semoir, herse, charretier, blé, orge, froment, farine, avoine, colza,
trèfle, seigle, fève, fèverole, vesce, chanvre, lin, moutarde, semence,
grain, gerbe, fleur, champ.
Terminez les noms du pluriel, et rappelez-vous qu'on ajoute s au singulier
pour les former.
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. PLURIEL.
3. Un feuillet, des feuillets. Une écritoire, des écritoires.
La maîtresse, les maî. La maîtrise, les mai.
L'empereur, les empe. Le loyement, les loge.
L'impératrice, les impéra. L'empire, les empi.
La princesse, les prin. La reine, lesrei.
Le comte, les com. La ville, les ville.
La comtesse, les com. Le préfet, les préf.
Le ministre, les minis. Le maire, les mair.
Le maître ou le moniteur fera remarquer aux élèves que le nom propre
ne peut désigner qu'un seul individu, qu'une seule chose, ou bien un petit
nombre d individus ou de choses de la même espèce, et qu'ainsi les noms de fa-
mille, de baptême, de dignité, ceux de villes, de pays, de fleuves, de rivières, etc.,
sont des noms propres (1). Il leur dira aussi que la première lettre des noms
propres ebt toujours une lettre capitale ou majuscule (2) : Pierre, Paris.
Exercices sur les deux sortes de NOMS.
Indiquer les noms propres et les noms communs parmi les mots qui sui-
vent (3).
(1) Les noms propres, dans leur véritable acception, ne prennent jamais la
marque du pluriel. Ainsi on écrit : les Molière, les La Fontaine, les Racine,
les Boileau, etc. (Les détermine un nom commun sous-entendu ; c'est comme
si l'on disait : les poètes Molière, La Fontaine, etc.) Cependant si les noms pro-
pres sont employés comme noms communs, ils rentrent dans la règle com-
mune. Ainsi l'on écrit : Ces poètes sont les Corneilles, les Racines, les Mo-
lières, parce que les noms n'indiquent plus ici les individus qui les portent ;
mais signifient des poètes comme Corneille, comme Racine, comme Mo-
lière, etc.
(2) On appelle lettre capitale ou majuscule celle qui est en tête d'un discours
et de toute phrase qui commence après un point, etc. On lui donne aussi le
nom de majuscule plus çrancle), et, par opposition, les autres sont appelées
minuscules ipltis peliles). -
(31 Le moniteur écrira (les noms propres et des noms communs connus des
enfants sur le tableau noir : il les interrogera et leur fera corriger la lettre
initiale, lorsqu'une majuscule aura été mise à dessein à un nom commun ,
et réciproquement, lorsqu'une petite lettre (minuscule) commencera un nom
propre.
Le moniteur demandera à chaque élève de quel nombre sont les mots feuillet,
règle, écritoire, honneur. 11 indiquera, à mesure qu'il les nommera, sur le
DU NOM OU SUBSTANTIF. 7
4. Dieu, soleil, étoile, France, contrée, Paris, ville, Seine, ri-
vière, César, empereur, Napoléon, Corse, île, Rome, ville, Télé-
maque, livre, Espagne, royaume, Alexandre, homme, Bossuet,
évêque, Autriche, empire, Prusse, pays, Fénelon, écrivain, Caro-
line, fille, Pyrénées, montagnes, Adam, père, Camille, enfant,
Rhône, fleuve, Ève, mère, Jules, écolier, Loiret, rivière, Hérode,
gouverneur, calvaire, Pilate, juge, Caïphe, église, Pape, evangile,
catéchisme, Augustin, Martin, Tours, encrier, plume, Julie, femme,
Céline.
VII. Il y a en français deux genres, le masculin et le
féminin (1).
VIII. Pour reconnaître si un nom est du masculin, on
essaie de mettre devant les mots le ou un. Ainsi maître
est du masculin, car on peut dire : le maître, un maître ;
et pour reconnaître si un nom est du féminin, on essaie
aussi de mettre devant les mots la ou une. Ainsi maison
est du féminin, car on peut dire : la maison, une maison.
IX. On met le, la, un, une, devant les noms du singu-
lier; on met les devant les noms du pluriel, et on met l' de-
vant les noms du singulier qui commencent par une voyelle
ou un h muet (2).
Exercices.
5. Le rat.
Le crible.
Le cuvier.
Le tricot.
Le tripier.
Le maçon.
Le fouet.
Le rasoir.
Le tilbury.
Le moyeu.
Le meuble.
Le battoir.
La bêche.
La huche.
La farine.
La pelotte.
La maille.
La tripière.
La calèche.
La berline.
La jante.
la tuilerie.
La poulie.
La laitière.
L'artisan.
L'ouvrier.
L'épicière.
L'aiguille.
L'épingle.
L'atelier.
L'acajou.
L'ébène.
L'alène.
L'échelle.
L'ébéniste.
L'équerre.
Les couturières.
Les savonnages.
Les buanderies.
Les ravaudeuses.
Les repasseuses.
Les charcutiers.
Les taillandiers.
Les remouleurs.
Les transparents.
Les imprimeurs.
'Les corroyeurs.
Les parfumeries.
tableau ci-dessus, les mots qui font l'objet d'une question, et il posera les mêmes
questions sur tous les autres mots.
Lorsqu'il interrogera, il portera toujours le doigt sur chaque mot en disant :
Pourquoi ne mettez-vous point un s à la fin de feuillet, dans un feuillet ? Pour-
quoi mettez-vous un s à la fin de les feuillets écrit à la colonne du pluriel, etc.?
Il CIra les mêmes questions sur tous les mots.
(t) Les noms d'hommes ou de mâles sont du genre masculin, comme un ber-
ger, un lion ; les noms de femmes ou de femelles sont du genre féminin,
comme une bergère, une liunlle. Ensuite, par imitation, l'on a donné le genre
masculin ou le genre féminin à des choses qui ne sont ni mâles ni femelles;
comme un livre, une table, le soleil, la lune. Le genre marque donc en gram-
maire le rapport des noms à ce qui est mâle ou femelle, ou considéré comme
tel.
(2) Le moniteur commencera aussi à dire aux élèves que les mots ce, cette,
mon, ton, son, ma, ta, sa, annoncent encore le nombre singulier, et que
les mots des, ces, mes, tes, ses, nos, vos, annoncent le pluriel. -
8 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
Lire les exercices suivants en mettant devant chaque mot : Le ou la, un ou
nue, les ou des.
6. — Jardin .légumes .fleur ., .rose .violette .arbre
.fruits.pomme .prunes .pommier .pruniers .cerisier
.abricot .abricotiers .vigne .raisins .herbes .rosier
haricot. navets. oranges. oranger. orangerie. racine -
.habitation .cour .cabinet .chambres .grenier .cave
.corridor .portes .fenêtre .cheminée .plancher car-
- reau .clef .serrure .chaises .fauteuil .commode -. ta-
bles .lit .pendule .chandelier .glace .bouquet vase.
7. — Jardinet .cours .pavé .gravier .sables .fumier
charrue .versoir soc cep .mancherons cabrio-
let chariot voitures roue timon train charron
charronnage herse semoir crible extirpateurs
.houe pré .foin .prairie .luzerne .trèfle sain-
foins ;..chicorée .vesce .fourrage .orge .avoine sei-
gle .fumures .ensemencement .plantes .culture sol
.champs .blés .froment .avoine .sarrazin .millet
épi .balle .paille .fétu .chaume .tige .méteil
,..berbe ivraie- hotiblon.
8. — Lentille.mâche .doucette .raiponce .céleri as-.
per-ge .artichaut .potiron .citrouille .rave .betterave
.échalote .oignon .chien .bœuf âne .rosse ha-
ridelle .poulain .cavale .pouliche .faon.dinde .din-
don .bouc .chèvre .bélier .brebis .paon .perroquet
.caille .autruche .bécasse .bécassine oie .canard
cygne. alouette. grive. rossignol. chardonneret. huî-
tre .moule .sole .anguille .merlan .morue .goujon
sardine haréng raie brochet arbre arbuste
.noyer .mûrier .citronnier. -
9. — Pêcher .bourgeon .feuillage .rejeton .Itouture
.provin .marcotte .merisier .cep .sarment .souche
racine. grappe. fruit. pépin pulpe pelure osier
.oseraie .aubépine .ronce .buisson gomme .résine
olive olivier bitume asphalte ammoniac sel
alun .alumine .argile .potasse •. soude .char-
bon .coke .houille .talc .pierre albâtre. marbre
Le moniteur questionnera ainsi l'élève : Quels sont les mots que l'on peut
mettre devant jardinet ? — Réponse : Le, nn. — Pourquoi? - Qutl mot peut-
on mettre devant cours ? — I.es. — Pourquoi?
Mêmes questions sur les autres mors des exercices ci-dessus. Ensuite les
élèves les écriront proprement et à main posée, soit sur leurs cahiers, soit sur
tableau noir. Ils devront déjà commencer à chercher tous ces mots dans le
dictionnaire : il faut les habituer de bonne heure à se rendre compte de la si-
gnification. Ils relèveront les noms renfermés dans l'évangile du deuxième di-
manche de l'Avent. Puis, en regard des noms communs, le moniteur fera
mettre les initiales n, c., et après les noms propres, n. p. Lorsque le moniteur
fera copier ces exercices, il aura soin de veiller à ce que les élèves aient
un modèle d'écriture devant les yeux, afin d'imiter la forme des lettres-et
de s'exercer à la belle écriture. — Même recommandation pour tous les exer-
cices écrits.
DU NOM OU SUBSTANTIF. 9
1.
.argent .argent .cuivre .étain .bronze .zinc
.plomb .linge lingerie .chemise .chemisette.chausson
chaussette.
10. — Chaussure habit pantalon veste gilet, .gous-
set .redingote .paletot.soulier.escarpin .botte .bro-
dequin .sandale .pantoufle .savate .robe .mantelet
jupon .camisole .peignoir .coiffe .tablier pè-
lerine .fichu parapluie canne .village bourg
.banlieue .boulevard .mail promenade .allée
.esplanade .ruelle .impasse .chaussée .trottoir
.lettre .voyelle .consonne .syllabe .alphabet syl-
labaire image portrait cartes grammaire diction-
naire (i).
Exercices récapitulatifs.
11. L'école des campagne.. — Les classe, de la ville. - Les ou-
vrage. des enfant.. — Les traité, d'arithmétique. — Le catéchisme
des garçon, et des fille.. — Les grammaire, des élève.. — Les
évangile, des dimanche, et des fête.. — Les devoir, des écolier..
— Les thème, des moniteur.. - Les dictionnaire, des instituteur..
— Les histoire, des guerre.. — Les arme. des soldat.. — Les
plume, des maître.. — Les modèle, et les dessin, des adulte..
Tous les noms de ce devoir sont extraits de l'évangile du dimanche de la Sexa-
gésime; indiquer le jour, le nombre, l'espèce de nom oralement et par écrit.
i2. Dimanche. — Sexagésime. - Evangile. — Epiphanie. - Le
peuple. — Foule. — Des villes. - Jésus. — Parabole. — Son
grain. — Une partie du grain. — Du chemin. — Aux pieds et les
oiseaux du ciel. — Partie des pierres, le grain. — Humidité. —
Partie des épines. — Les épines. — La semence. — Une terre. —
Du fruit. — Des oreilles. — Ses disciples. — Cette,parabole. —Le
mystère du royaume de Dieu. — La semence et la parole de Dieu.
— Le bord du chemin. — Le démon et leur cœur. — Joie. — Ra-
cine. — Temps. — Au temps de la tentation. — Inquiétudes. -
Richesses. — Plaisirs de la vie. — Fruit. — Terre. — Patience.
15. A la messe de l'aurore. — Evangile. — Les berger.. — Be-
thléem et le Seigneur. — Marie, Joseph et l'enfant. — Une crèche.
— La vérité. — Cet enfant. — Ces choses. — Son cœur. — Dieu.
— La volonté de l'homme. - La lumière. — Le temps. — Du sang
et du désir de la chair. — La gloire de Dieu. — Un édit de César-
Auguste. — Le dénombrement des habitants de la terre. — Quiri-
nus, gouverneur de Syrie. — Joseph de Nazareth. — Sa propre
ville. — Galilée.
(1) Le moniteur fera placer le, la, l', un, une, devantles noms, et les élèves les
remplaceront ensuite par ceux qui sont indiqués au nota de la page 7 : ce, cet,
mon, ton, son, ma, etc. A la leçon orale, lorsque l'élève verra les ou des de-
vant un nom, il mettra ces, mes, tes, ces, nos, vos, leurs.
10 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
14. MODÈLE D'ANALYSE.
Le. article simple du masculin singulier.
Soldat. nom commun du masculin singulier.
La article simple du féminin singulier.
Vertu nom commun du féminin singulier.
Les article simple du masculin pluriel.
Domaines. nom commun du masculin pluriel. ,
Les article simple du féminin pluriel.
Locatures. nom commun du féminin pluriel.
Les élèves traduiront au pluriel tous les noms des exercices ci-dessus qui
sont au singulier, et réciproquement; puis ils feront l'analyse, d'abord orale, en-
suite comme il est indiqué dans le modèle ci-dessus.
Écrire avec soin les exercices suivants et les faire épeler. Éviter les cahiers
dits brouillons et des remises au net qui font perdre beaucoup de temps aux
élèves des écoles où on ne les a pas encore proscrits.
Exercices sur la dérivation des KOMS (1).
RACINES. DÉRIVÉS. RACINES. DÉRIVÉS.
15. Abbé, abb aye. Enfant, enfant illage.
Accent, accent uatioll. Flot, flot tage.
Achat, ach eteur. Gant, gant erie.
Aliment, aliment aire. Hôte, hôte l.
Bois, bois erie. Loge, loge ment.
Bouche, bouche rie. Mort, mort alité.
Camp, camp agne. Kom, nom ination.
Christ, christ ianisme. Pays, pays an.
Don, don alion. Troupe, troupeau.
Douane, doua nier. Ville, vill âge.
F' ----- ,.
4b. Lniantin, chrétien, médicament, vagabond, marchandise, té-
moignage, appellation, bouverie, bouvillon, pèlerinage, feuillaison,
temporalité, monticule, campagnard, herbage, riverain, jardinier,
jardinage, oreillons, déisme, divination, amitié, donation, dona-
trice, volontaire, boucher, mortuaire, patriarche, patrie, philoso-
phiste, royaume, royaliste, vision, princier, principal, principalat,
principauté, principe, gageure, hôtellerie, hôtelier, hospitalité, hô-
pital, bourse, journée, journaliste, journalier, bienfaiteur, terrain,
terrasse, terrassier, terrestre, terrier, terrine, terrinée, terroir, terri-
toire, tertre, paternel, maternel, fraternel.
Les élèves chercheront les mots racines des dérivés qui suivent :
17. Actionnaire, agrégation, aérien, bienfaisance, donateur, fer-
mier, herbier, jugement, journal, légataire, montagne, personnalité,
philosophie, princesse, royauté, rhumatisme, seigneurie, terreau,
templier, troupier, voisinage, criard, crucifix, fluctuation, gerbée,
luminaire, déiste, ventilation, éclairage, tournée, terminaison, cas-
sation, nocturne, passager, étranger, dépositaire, dessinateur, arbo-
risation, nuage, bonification, richard, trésorier, prisonnier, barba-
'Il Dérivation signifie ici origine qu'un mot tire d'un autre. Il est indispen-
sable de faire, à chaque leçon de lecture, un exercice semblable au modèle ci-
dessus.
DU NOM OU SUBSTANTIF. 11
risme, chansonnier, sociétaire, marinier, humanité, pacification,
généralissime, vendeur, guerrier, totalité.
18. Visionnaire, livret, armement, historien, officier, armée, sol-
dat, pécheur, pêcheur, laboureur, végétation, minerai, verrerie,
tribunal, clouterie, tonneau, tonnelier, bergerie, serrurier, tanneur,
forgeron, lampion, forestier, villageois, maternité, législation, voca-
bulaire, dictionnaire, poissonnier, tourelle, souricière, colonel, cul-
tivatrice, artisan, pauvreté, originalité, fruitier, carrossier, courrier,
sénateur, conseiller, finesse, défenseur, charrue, louvetier, capi-
taine, pierrerie, muraille, tableau, poirier, coutelier, farine, moulin,
rocher, noblesse, plaisanterie, veillée, sagesse.
Faire lire les noms homonymes suivants (1), puis les faire copier en met-
tant devant le ou la, un ou une, les ou des. (Les élèves remarqueront avec
soin l'orthographe de chaque mot et l'explication que le moniteur donnera pour
leur sens respectif. )
19. Abaisse, abbesse; — aine, haine, Aisne; — air, aire,
haire, ère, hère; — ais, haie; — alêne, haleine; — amande,
amende; — ami, amict; — ancre, encre; — âne, Anne; - argot,
argo ; — art, arrhes, hart; — eau, os; — Aude, ode; — auspice,
hospice; — autel, hô tel; — auteur, hauteur; — balle, bal, Bâle ;
— balai, balais, ballet; - banc, ban; — bas, bât; — bette, bête;
— brocard, broquart; - cahot, cahos; — camp, Caen, Kan; —
canne, cane; — carte, quarte; — cartier, quartier; — cène, scène,
Seine; — cens, sang, sens; — cession, session; — chaîne, chêne;
— chair, chaire; — champ, chant; — chaux, chaud; — chœur,
cœur; — cire, sire; — coing, coin; — compte, conte, comte; —
coq, coque; — corps, cor; — côte, cotte, cote; — cou, coup; —
cour, cours; — crème, chrême; — cri, cric;—cygne, signe; - date,
datte; — dais, dé, dey; - dessin, dessein; - écho, écot; — écrou,
écroues. 1
20. Face, fasce;-faite, fête;-fard, phare;-férie, féerie; -fi], file;
— fin, faim ; — flan, flanc ; — foi, foie, Foix ; — fonds, fond, fonts ; —
forêt, foret, Forez; — frais, frai, fret ;— gale, galle, Galles ; — gant,
Gand; — gens, Jean; - grâce, Grasse; - Grèce, graisse; — héros,
Ilérault ; - homard, omar; - horion, orion; - hôtesse, hautesse;-
heure, heurt; -lé, legs, laie;—levain, le vin ; - lieue, lieu;- lion,
Lyon ; — lionne, l'Yonne; — lit, lie, lis; — loi, l'oie; - lut, luth ;
— mai, mets; — main, Mein ; — maître, mètre; — mol, môle,
molle; — manthe, Mantes, menthe; — marc, mare; - masse,
masses; — mer, mère, maire; — mi, mie; — mort, more, mors;
— mot, Meaux; — mou, moût; — mur, mûre; — ombre, hom-
bre; — pin, pain; — pair, paire, père; — paon, pan; — parc,
parque ; - Paris, pari ; — patte, pâte ; — pâté, pâtee ; — paume,
pomme; — peau, Pô, pot; — peine, pêne, penne; — pic, pique;
— pie, pis; — plaie, plaid; — plan, plant; — pli, plie.
Il) On appelle homonymes des mots qui ont la même consonnancc, mais qui
diffèrent essentiellement par le sens.
12 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
21. Poil, poêle; — poing, point; —pois, poids, poix; - port,
porc; — pou, pouls; — pré, prêt; - précis, pressis; — prémices, -
prémisses ; — puits, Puy ; — queue, queux ; — rat, ras ; - régal,
régale; — rein, Rhin; — reine, rênes, renne, Rennes; - rets,
raie, ré; — rue, ru; — rubicond, rubicon ; — Rome, rhum; —
saba, sabbat; — saul, sol, sole; — seau, sceau, Sceaux, sots; —
Seigneur, saigneur; — servante, Cervantes; — Sion, scion; — Si-
mon, ci mon ; — soc, socque; — soul, sou; — statue, statut; —
tache, tâche; — taie, têt, thé; - tante, tente; - tain, thym ; :-
terme, thermes ; — taon, than; - toup, Tours; - toux. toue; —
tribut, tribu ; — tyran, tirant ; - van, vent ; - veau, Yaud ; —
veine, vaine; — ver, verre; — vice, vis; — voix, voie.
DE L'ARTICLE (1).
X. L'article est un petit mot que l'on met devant les noms,
et qui en fait ordinairement connaître le genre et le nombre.
ARTICLE SIMPLE:
Le est article simple, du masculin et du singulier.
)'.a est article simple, du féminin et an singulier.
Les est article simple, du pluriel pour le masculin et le féminin.
ARTICLE COMPOSÉ :
Dn, masculin singulier, est employé pour de le.
Au, masculin singulier, est employé pour à le.
Des, devant un nom du pluriel, est mis pour de les.
AuX, devant un nom du pluriel, est mis pour à les.
Exemples : -
La maison du père, pour de le père.
La fleur des champs, pour de les champs.
Je vais au village, pour à le village.
Je parle aux enfants, pour à les enfants.
Le moniteur fera mettre l'un des articles le, la, l', les devant chaque mot des
exercices suivants :
Exercices.
1.devoir .Seigneur .Providence .deux hommes .roi
.reine .écoliers .élève .soldats .sabots .sœur .sœurs
.chaumière .chaumières .fusil .fusils .enfer .enfers .route
.roules .cabinet .cabinets .image .images .chant .statue
.arbres .clef .portes .jour .enfants .tête .usage .cou-
tumes .pauvre .aumônes. -
2. Dimanche — avent — évangile - juifs — Jérusalem — Jean
— prêtres — lévites — christ - Elie — prophète - voix — dé-
(1) L'article est un mot qui précède le noir commun pour marquer que ce
nom s'applique à telle personne ou à telle chose plus ou moins déterminée ou
prise dans un sens général. v
DE L'ARTICLE. • 13
sert — sentiers — seigneur - Isaïe - pharisiens — eau — cordons
— souliers — Béthanie — Jourdain (1).
Ecrire en colonnes les mots qui suivent, mettre l'article devant chacun d'eux,
et dire de quels autres noms ils sont formés (2).
5. Aiguillon, médaillon, croisade, mascarad persillade, fusil-
lade, bastonnade, arquebusade, mousquetade, petarade, canonnade,
carabinade, œillade, estocade, lourdaud, sourdaud, savantasse. cou-
telas, etc. (3). Animalcule, monticule, particule, opuscule, femme-
lette, maisonnette, fleurette, gloriole, tourelle, agnelet, batelet, bour-
riquet, coussinet, livret, globule, vermisseau, rosette, ariette,
diablotin, pastoureau, plateau, martelet, osselet, rossignolet, jar-
dinet,- planchette, lionceau, louveteau, perdreau, andouillette, ber-
gerette, chambrette, chansonnette, fillette, herbette, historiette,
parcelle, soutanelle, ruelle, levraut, grapillon, etc. (4).
Il est à remarquer que, dans les noms, un certain nombre ne s'emploient
qu'au singulier, et que d'autres ne s'emploient qu'au pluriel. Voici quelques-uns
de ces noms :
4. Singulier. Or, argent, plomb, étain, fer, cuivre, zinc, baume,
genièvre, adolescence, bile, capacité, chasteté, innocence, jeunesse,
miséricorde, morale, mollesse, noblesse, obéissance, pousse, pudeur,
superflu, vue, bonheur, joie, foi, faim, soif, renommée, sommeil,
honte, lâcheté, salut, sang, etc.
Pluriel. Accordailles, alentours, ancêtres, annales, assises,
broussailles, ciseaux, décombres, doléances, entrailles, épousailles,
fiançailles, fonts, funérailles, hardes, mânes, matériaux, matines,
mœurs, mouchettes, obsèques, pincettes, pleurs, prémices, ténèbres,
vêpres, vitraux, vivres, etc. (5).
Mettre l'article le, la, ou un, une, les, des devant les noms suivants (6; :
5. Aide, secours. — Aigle, la femelle. — Aigle, drapeau. —
(1) Cet exercice renferme les noms communs et les noms propres qui se trou-
vent dans l'évangile du troisième dimanche de l'A vent. — Le moniteur fera re-
lever les noms des premier et deuxième dimanches. 11 n'oubliera point de faire
remarquer que les noms propres ont pour initiale une majuscule. S'il y a dans
la classe une carte de la Palestine, il montrera aux élèves la-position des villes,
des fleuves, des rivières, etc.
Le moniteur fait ensuite les questions suivantes : Qu'est-ce que l'article? Quel
est l'article qui indique le masculin singulier? le féminin singulier? le masculin
ou le féminin pluriel.
(2) Les terminaisons ade, asse, aud, augmentent la signification des mots, de
même que la préposition sur et les adverbes très, fort, etc.
(3) Ces mots sont des augmentatifs. - -
(la). Les quaranie mots qui précèdent adoucissent la force des mots d'oil ils (lé-
rivent, ou ils indiquent une idée de petitesse; on les appelle diminutifs. Les
diminutifs se forment encore à l'aide de la préposition sous : sous-directeur,
sous-inspecteur, etc.
(5) Tous ces mots expriment plusieurs choses distinctes réunies sous la même
dénomination. (Voir la note 1, page 5. )
(6) Les noms n'ont ordinairement qu'un genre ; cependant, ceux qui font l'objet
de pet exercice s'adaptent au masculin comme au féminin, selon le sens. Le mo-
niteur expliquera plusieurs fois cette leçon aux élèves, et il la complétera en
donnant quelques exemples qu'il fera écrire sous la dictée.
14 -EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
Couple, mâle et femelle. — Couple, deux. - Délicei- - Délices. -
Enfant, garçon.—Enfant, fille. — Foudre, feu du cieL- Foudre-
grande tonne. — Hymne, chant d'église. — Hymne, guerrier. -
Office, garnie de mets. — Office, messe, vêpres. — OlEuvrc, pein-
ture, gravure. — OEuvres. — Orgue. — Orgues. — Crêpe, étoffe.
— Enseigne, officiêr. — Cartouche, ornement. - - Câpre, petit
fruit. — Mémoire, faculté., — Mode, usage. — Page, feuillet. —
Poêle, drap. — Poste, relais. — Somme, sommeil. — Tour, bâti-
ment. — Voile, toile des vaisseaux.
Exercices sur l'article composé.
6. Le livre du maître.
Le papier de l'élève.
La parole du moniteur.
L'ami de l'écrivain.
La maison de la sœur.
Le pupitre de l'église.
Le poisson de l'étang.
La peine de l'enfer.
Le chemin de l'école.
La beauté du paysage;
Les fleurs du printemps.
Les fruits de l'automne.
Le légume dujardip.
Le cabinet de l'empereur.
L'armée de l'ennemi. ,
La richesse de la ville.
Le moniteur fera analyser verbalement l'exercice ci-dessus ; ensuite les élèves
traduiront le singulier par le pluriel. Ils liront au pluriel l'exercice suivant :
7. Le ami de mon frère Jules. — La histoire- de France. - Le
chef du pays. — Le habitant du bourg. — Le orateur de. l'assem-
blée. — Le air de Camille. — Le historien de la Angleterre. — La
habitation de la horloge. — Le habit de le héros. — La ignorance
de la grammaire. — Le enfant de Jérôme. — La élève de l'institu-
trice. — Le élève du maître de la école du village. — Le officier et
le soldat du pape (1).
8. MODÈLE D'ANALYSE.
Le. article simple, du masculin et du singulier.
Devoir. nom commun, du masculin et du singulier.
La., article simple, du féminin et du singulier.
Providence, nom propre, du féminin et du singulier.
Les article simple, du masculin et du pluriel.
Hommes nom commun, du masculin et du pluriel.
L' mis pour la, article simple, du féminin et du singul.
Heure nom commun, du féminin et du singulier.
Du article composé, mis pour de le, masculin, singulier.
Jour nom commun, du masculin et du singulier.
Au. article composé, mis pour à le, masculin, singulier.
Jardin nom commun, du masculin et du singulier.
Des. mis pour de les, article composé, masculin, pluriel.
(1) Le moniteur fera remarquer aux élèves qu'on retranche e dans le mot le,
et qu'on retranche a dans la, quand le mot suivant commence par une voyelle
ou un li muet. Ainsi l'on dit l'argent, pour le argent, l'histoire, pour Ui his.
toire; mais alors on met à la place de la lettre retranchée cette petite figure (')
qu'on appelle apostrophe. -
Si les élèves ne se rappelaient pas bien les voyelles, le moniteur les leur mon-
trerait dans les tableaux de lecture ou dans les alphabets.
DE L'ARTICLE. i5
Hommes nom commun, du masculin et du pluriel.
Aux. mis pour a les, article composé, féminin, pluriel.
Années. nom commun, du féminin et du pluriel.
Orthographe de la terminaison de certains noms (1).
XI. Les noms terminés au singulier en eur, ir, our, té et
tiè, ne prennent généralement point d'e muet à la fin.
Exemples :
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. PLURIEL.
9. L'amateur, les. Le. les désirs.
Le brosseur, les. Le. les martyrs.
Le contrôleur, les. Le. les repentirs.
Le défenseur, les. Le. les souvenirs.
La douleur, les. L' les amours.
L'emb;lIeur, les. Le. les retours.
La frayeur, les. Le. les séjours.
La lueur, les. Le. les tambours.
Le prédicateur, les. Le. les vautours.
Le répétiteur, les. La. les cours.
Le bateleur, les. L' les adversités.
Le sculpteur, les. L' les autorités.
L'imprimeur, les. La. les bontés.
Le voltigeur, les. La. les cités.
Le graveur, les. La. les libertés.
Le tanneur, les. La. les majorités.
L'amitié, les. La. les loyautés.
La pitié, o , La. les prospérités.
La moitié, les. La. les vanités.
SINGULIER. PLURIEL. PLURIeL. SINGULIER.
10. Le. les comités. Les déplaisirs, le.
Le. les traités. Les soupirs, le.
Le. les députés. Les triumvirs, le.
Un des côtés. Les décemvirs, le.
Un r des pâtés. Les visirs, le.
Un des ingénieurs. Les cuirs, le.
Un des inventeurs. Les contours, le.
La. les liqueurs. Les bonjours, le.
La. les lueurs. Les calembourgs, le.
La. les faveurs. Les carrefours, le.
La. les fleurs. Les chaufours, le.
Le. les professeurs. Les pourtours, le.
Nota. Pour s'assurer si les élèves savent distinguer le nom et l'article des
autres parties du discours, le moniteur exigera qu'ils écrivent de mémoire, soit
huit lignes de l'évangile du dimanche, soit deux questions du catéchisme qui ont
été lues et récitées la veille, et il leur fera souligner tous les noms et tous les
articles qui se trouvent dans la leçon. Il ne faut pas oublier que l'on fait trois
choses à la fois en écrivant par cceur : fin exercice de- mémoire, un exercice
d'écriture, et un exercice d'orthographe. -
XII. Les noms terminés en ée au singulier sont généra-
lement du féminin (2).
(1) Il ne sera point indispensable de donner à écrire les noms de cet exercice
aux élèves ; mais on les leur fera lire et épeler, d'abord à livre ouvert, puis de
mémoire.
(2) Ces mots dérivent d'autres noms, ou du participe passé d'un verbe en
er, ou bien encore de certains noms qui indiquent une idée de capacité, de
16 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
Exercices.
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. 'PLURIEL.
11. Une allée, des. Une giroflée, des.
Une assiettée, des. Une huée, des.
Une armée, des. Une hottée, des.
Une brouettée, des. Une idée, des.
Une becquée, des. Une jattée, des.
Une charretée, des. Une jetée, des.
Une coudée, des. Une montée, des.
Une cuillerée, des. Une mêlée, des.
Une dictée, des. Une matinée, des.
Une dentée, des. Une ondée, des.
Une destinée, des. Une panacée, des.
Une donnée, des. Une pensée, des.
Une enjambée, des. Une pelletée, des.
Une épée, des. Une porlée, des.
Une fée, des. Une potée, des.
Une futée, des. Une risée, des.
Une entrée, des. Une saignée, des.
Une marée, des. Une soirée, des.
Une contrée, des. Une fumée, des. ,
Une dragée, des. Une poupée, des.
Une araignée, des. Une cheminée, des.
Une arrivée, des. Une bouffée, des.
Une bordée, des. Une gelée, des.
Une guinée, des. Une fournée, des.. e
Une équipée, des. Une fricassée, des.
Une tournée, des. Une livrée, des.
Une fusée, des. Une couvée, des.
Une jonchée, des. Une journée, des.
Une levée, des. Une lignée, des.
Une litée, des. Une livrée, des.
La terminaison ée s'emploie aussi avec un certain nombre de noms qui sont
du masculin, comme apogée, athée, caducée, coryphée, elysée, hymenée, lycée,
Morphée, musée, mausolée, Orphée, pygmée, périgée, prytanée, trophée, sca-
rabée, camée, empyrée, périnée, spondée, trochée.
Relever les noms qui tirent leur origine d'autres noms, et les faire suivre des
articles le, la, l', ou de un, une, les, des. (Voir page tçi, exercices 15.)
12. Acidité, acrimonie, actionnaire, aérostation, agiotage, aînesse,
algébriste, allégoriste, amitié, ancrage, ânée, anisette, annelet, apol-
linaire, apostasie, appellation, archet, ardoisier, argenterie, ariette,
armistice, arpenteur, artifice, astrologie, atrocité, attérage, auber-
giste, audiencier, arbuste, arbrisseau, abricotier, académicien, af-
franchissement, alchimiste, allongement, allumettier, anecdotier,
anguillade, annales, annelure, anomalie, aoûteron, apostolat, apprê-
tage, arbitration, argumentateu-P, arithméticien, armure, arquebu-
serie, arrondissement, articulation, astronomie,- attrapeur, aumô-
nerie, autographomone, avoinerie, arboriste, arcade, arceau, abu-
seur. accrochement, agioteur, alimentation, alumine, andouillette,
anglomanie, animalcule, annexion, ânonnement, apanagiste, apo-
thicairerie, arbalétrier, archiviste, arêtier, arlequinade, armet, ar-
contenu. Il est indispensable de faire lire cet exercice plusieurs fois par les
élèves. Ils appliqueront chacun de ces mots, selon le sens, soit à un nom de
personne, soit à un nom de chose. 1
DE L'ARTICLE. 17
pentage, arrangement, arrosage, assolement, athéisme, attribution,
avocasserie, avocassier, avoisinement.
15. Baladin, ballonnier, badinage, ballet, balustrade, baisse-
ment, ballon, banal, bandeau, bandereau, bandelette, banqueroute,
baquet, barillet, ba-illon, bassesse, baronnage, barquette, barreau,
bâtissage, batonnage, bataillon. batelIer, bavarderie, bécasse, bec-
quillon, bénignité, bécasseau, bêtise, bernement, biaisement, bigo-
terie, billonnage, bimbeloterie, bizarrerie, blanchiment, blasonne-
ment, blasphémateur, blatier, blêmissement, boisement, boulon,
boisselage, bonnetier, bouffonnerie, bouquiniste, bourrage, bourri-
quet, bouteillette, boutonnerie, branlement, brigandage, brochette,
brouillerie, bruissement, brutalité, buanderie, bûcheron, buisson-
net, bureaucrate, burette, consistorial, cordonnerie, célibataire,
consulat, centime, cabaleur, cableur, cachotterie, cafetière, caba-
nage, cachette, caféomètre, cafier, cahottage, cailloutage, caisson,
calculateur, caleçonnier, câlinage, campement, cardeur, canardeau,
candidature, caneton, caveau, canonisation, canonnade, canotier,
carafon, carpillon.
14. Casernement, catholicisme, caviste, ceinturonnier, censier,
censitaire, centaine, centralisation, centigramme, chaînon, cham-
pion, chardonneret, charlatanerie, charmille, charronnage, carton-
nage, charpentene, châtaigneraie, châtelet, chaudière, chaudron-
nerie, chaulier, chemisette, chênaie, cheptelier, chevalerie, chevecier,
chevet, cheveu, chevillette, chiffonnier, chrétienté, chroniqueur,
ciboulette, cierge, citerneau, cigarette, cinquantenier, ciseleur, cita-
din, citoyen, citronelle, civilisateur, clabauderie, clandestinité, clas-
sement, cléricature, clicheur, climature, clochette, clouage, cocher,
coffret, coiffure, collationnage, colonisation, combattant, cosmo-
graphie, comptabilité, concessionnaire, conciliabule, concussion-
naire, conformité, confraternité, conseilleur, constitutionnalité, con-
trôleur, copiste, corbillon, cordeau, cordonnerie, corporation,
corpuscule, corroyeur, côtelette, coteline, cotonnade, couchette,
couloir, coulisseur, coulissoire, couronnement, coussinet, coutel-
lerie.
Séparer les noms du masculin des noms qui sont au féminin, ceux qui for-
ment leur pluriel régulièrement de ceux qui tout exception à la règle générale.
Mettre des articles composés devant ces noms. Chercher dans le dictionnaire la
signification des mots racines et en rendre compte oralement. Nous engageons
le moniteur à faire à chaque leçon ds lecture IIcs exercices tels que ceux déjà
indiqués page 10, n° 15.
Les exemples ci-dessous démontrent que le meilleur moyen de connaître la
terminaison des mots, c'est d'eu rechercher la dérivation. Ainsi l'on écrit :
15. Accord, à cause d'accorder.
Amas, — amasser.
Abus, — abuser.
Bord, — borde r.
Bavard, — bavarder.
Conte, — conter.
Compte, — compter.
Chant, — chanter.
Concert, — concerter.
Arme, à cause d'armer.
Alarme, — alarme r.
Attache, — attacher.
Appui, — appuyer.
Apprêt, — apprête r.
Colle, — coller.
Couche, — cGucher.
Chasse, — chasse r.
Classe, — classer.
18 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
Cri, à cause de crier.
Camp, — camper.
Chemin, — cheminer.
Dard, - darde r.
Début, — débuter.
Détail, — détailler.
Débarras, — débarrasser.
Ennui, — ennuyer.
Envoi, — envoya r.
Emploi, — employer.
Eclat, — éclater.
Exil, — exiler.
Epi, — épier.
Acquit, — acquitter.
Art, — artiste.
Bond, — bondir.
Champ, — champêtre.
Chant, — chanter.
Fusil, — fusiller.
Univers, — universel.
Vent, — venter.
Charge, - à cause de charger. -
Conseil, — conseiller.
Cote, — côter. -
Demeure, — demeurer.
Fabrique, — fabriquer.
Fin, - finir.
Hasard, - hasar der.
Lime, - limer.
Pelote, - peloter.
Plomb, - plomber.
Querelle, - quereller.
Scie, - scier.
Saut, - sauter.
Don, - donner.
Flot, - flotter.
Galop, - galoper.
Lard, - larder.
Marchand, - marchander.
Profit, - profiler.
Rang, - ranger.
Toit, - toiture.
Etc., etc. (1)
DE L'ADJECTIF.
XIII. L'adjectif est un mot qui se joint au nom pour le
qualifier ou pour le déterminer, comme bon père, bonne
mère; beau livre, belle image; mon livre; cette plume;
ces mots, bon, bonne, beau, belle, mon, cette, sont des ad-
jeclifs joints aux noms père, mère, etc.
On reconnaît qu'un mot est adjectif qualificatif quand
on peut y joindre le mot personne ou chose : ainsi, ha-
bile, agréable, sont des adjectifs qualificatifs, parce qu'on
peut dire : PERSONNE habile, CHOSE agréable (^).
Formation du féminin dans les adjectifs -
XIV. RÈGLE GÉNÉRALE. — Les adjectifs qui ne sont point
terminés par un e muet, en prennent un pour former le
féminin :
Exemples :
MASCULIN. FtMJNiN.
Un homme prudent. Une femme prudente.
— saint. — sainte.
— méchant. — méchante.
— petit. — petite.
— grand. — grande.
— poli. — polie.
— vrai. - vraie.
(1) Après chaque leçon de lecture, le moniteur aura soin d'exercer oralement
les élèves sur l'orthographe de la consonne filiale. Il leur fera remarquer que cer-
tains mots ne leur indiqueraient point l'orthographe d'usage, tels que favori,
abri, dtpôl, intérét, etc.
Voyez nos dictées extraites des auteurs classiques. Paris, Elie Gauguet, libraire.
(2) Le moniteur écrit sur le tableau noir les adjectifs suivants : Eloquent, sa-
DE L'ADJECTIF. 49
Terminer less adjectifs des colonnes 2e et &'.
1. MASCULIN. 2. FÉMININ. 3. MASCULiN. H. FÉMININ.
1. Charmant, charmant e. Joli, jolie.
Hautain, hantai.. Soumis, soumi
Indulgent, indulgen Effrayant, effrayan
Puissant, puissan. Humain, humai..
Intelligent, intelligen Adjacent, adjacen
Mauvais, mauvai.. Obéissant, obéissan.
Bavard, bavard Garni, garni.
Froid, froid. Adroit, adroit
Ignorant, ignorant Haut, hau ;
Abject, abjec. Disert, diser.
Urgent, urgea.. Vain, vai
Adjectifs terminés au masculin par un e muet (1).
i. 2. 3. 4.
2. Util e, util e. Avar e, avar e.
Affable, affabl. Faillible, faillibl.
Admirable. admirabl.. Oblique, obliqu.
Estimable. estimabl t. Quitte, quitt
Timide, timid Facile, facil
Fidèle, Odèl. Maigre, maigr.
Propre, propr. Ridicule, ridicul
Rouge, roug. Illustre, illustr.
Large, larg Hostile, hostit.
Séparer les noms des adjectifs dans les exercices suivants, et les ranger sur
plusieurs colonnes, d'après les genres (2).
5. Poli — second — éclatant — pur — culture—jour—court —
nuit — commun — cultivateur — divin — saint—puni—femme —
vant, pur, excellent, vert, clair, naïf, actif, bavard, plein, rond, rouge, violet,
noir, gris, jaune, dur, petit, blond, maigre, etc.; puis il interroge les élèves
ainsi : Pourquoi? ÉLOQUENT est-il adjectif? Peut-on dire : une personne NOIRE,
une chose NOIRE? Pourquoi noire est-il un adjectif? (Il posera les mêmes
questions sur les autres mots.) Il pourra aussi leur faire remarquer que les ad-
jectifs indiquent la manière d'être des personnes ou des choses. Exemples : La
petite Marie est raisonnable. Comment est Marie ? Elle est petite, raisonnable.
— Le raisin est fleuri. Comment est le raisin ? Fleuri. Ces mots : petite, rai-
sonnable, fleuri, sont des adjectifs. — Commencer à faire ajouter oralement
l'un des adjectifs ci-dessus aux noms du premier exercice, p. 5.
Le moniteur fera encore remarquer aux élèves que tout mot qui qualifie
un autre mot, et avant lequel on peut placer ceux-ci : il est très, est un adjec-
tif. Exemples : habile, agréable, sont des adjectifs, parce qu'on peut dire : il est
très-habile, il est très-agréable. — Faire conjuguer tous les jours un ou deux
temps des verbes être et avoir.
(1) Le moniteur fera observer aux élèves que les adjectifs qui finissent par
un e muet au masculin, ne changent point au féminin, et qu'on peut les nom-
mer adjectifs de tout genre. Exemples: Un garçon aimable, une fille aimable, un
enfant affable, une personne affable, etc. Cependant, il leur dira que les mots
suivants sont exceptéscetle règle : traître, maître, ivrogne, nègre, etc. Voyez les
noms qualificatifs, deuxième partie. A la leçon de lecture, l'élève composera des
petites phrases dans lesquelles il fera entrer les adjectifs de ces exercices. Il
sera bon de faire ranger sur trois colonnes les ad jectils de ces exercices ; la pre-
mière comprendra ceux qui sont terminés au masculin par une voyelle autre que
l'e muet, la seconde ceux qui sont terminés par une consonne, la troisième
ceux qui sont terminés par un e muet. (Les adjectifs du masculin seront écrits
au féminin, et réciproquement.)
(2) Faire mettre devant les adjectifs des noms de personnes ou de choses.
20 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
garni — contente - vanité — fermeté — vrai — montagne
— école — large - viande — gris — enfant — noir — ferme
— joli — commode — gai — puissant — frère —méchant — père
— fable — rouge — pain — petit — chrétien — sincère — cha-
grin — guerre — étroit — terre — ciel — aimé — mort — évan-
gile — mauvais — intéressant — fleur — voisine — maison — pro-
fonde — sage — élève.
Ecrire sur deux colonnes, au féminin singulier et au féminin pluriel, les ad-
jectifs du masculin qui suivent :
4. Absolu — obéissant - réduit — obligé - français — inno-
cent - pourvu — savant - obéi — fatigué - étourdi — âgé —
cuit - gourmand — égal - radical — transparent — teint - joli
— cuit — violet — ultérieur — manuscrit — ardent — dur —
abondant - grammatical — obscur — lent — jaspé — obligeant
— animé - supérieur — petit — bavard — fort — content — mé-
chant — gai — intéressant — plat — prudent — meilleur — poli
— un — étroit — méfiant — pillard — intrus — suffisant — for-
tuné — ignorant.
Ecrire sur deux colonnes, au masculin singulier et au masculin pluriel, les
adjectifs du féminin qui suivent :
5. Forte - agréée — créée — aérée — fatale — hardie -royale
— blâmée - choisie — guère — perdue — gâtée — diverse —
amusante — chérie — humaine — meilleure - verte — présente
— instruite — méridionale — polie — vaine - punie — volée —
tuée — mûre — froide — sûre — demie- nue — dure — diserte
- gentille — savante — puissante — profonde — intérieure —
gaie — excellente — haute — ronde — brillante — suffisante —
générale — peinte — bleue — supérieure — zélée — sensée — vraie
— ardente.
Ecrire 1° au féminin, 2° au pluriel, les adjectifs masculins singuliers qui
suivent (1) :
6. Horizontal — verbal — patrimonial — cardinal — baptismal
— archiépiscopal — théâtral - national - électoral — conjugal —
méridional — libéral — banal — austral — fatal — frugal — pa-
tronal — final — impartial — jovial — social — anormal — origi-
nal — pronominal — amical — pectoral — collatéral — initial —
dotal — égal — pascal — brutal — matinal — fondamental — bo-
réal — labial — général — naval — septentrional — végétal — il-
légal — légal — inégal — moral - grammatical — nuptial -
communal — nasàl — glacial.
Les adjectifs suivants sont au féminin singulier. Les écrire sur trois colonnes :
1° au féminin pluriel; 2° au masculin singulier; 3° au masculin pluriel.
7. Abrupte, abstinente, abstruse, adjacente, adolescente, ado-
(1) Les grammairiens sont très-partagés sur la manière d'écrire le pluriel de
ces adjectifs ; il faudra consulter le dictionnaire. Conjuguer le verbe être avec
quelques-uns de ces adjectifs, .comme : cette ligne est horizontale.
DE L'ADJECTIF. - 21
rée, afférente, âgée, aînée, aisée, anodine, antécédente, apparente,
a,rdente, ardue, argentine, ascendante, assidue, assommante, astrin-
gente, augustine, assistante, atténuante, avenante. — Babillarde,
badaude, badine, barbue, bâtarde, béante, béate, bêlante, belligé-
rante, bienséante, bienveillante, bienvenue, bigote, bossue, bla-
farde, blanchissante, bleue, blonde, blondine, blutée, bourgeoise,
braillarde, broutée, brouillante, broyée, brûlante, brûlée, brune,
brute, brutalisante, bruyante.
8. Campagnarde, camuse, chalande, charnue, chaude, chenue,
circonspecte, cliente, cohérente, commune, compétente, concise,
concurrente, confidente, confuse, conséquente, constante, contem-
poraine, continue, contrite, corpulente, correcte, courte, crépue,
crochue, caressante, cessante, changeante, charmante, circulée. clé-
mente, coexisté e, commercée, commerçante, confidente, confiée,
confiante. — Décente, déférente, défunte, délicate, délinquante,
délirante, détorse, diverse, dévote, diffuse, diligente, diocésaine,
directe, dissidente, distante, distincte, divine, dodue, dépendante,
démêlée, désolante, désolée, dévorante, dévorée, dolente.
9. Écrue, édifiante, éhontée.élégante, éloquente, encourageante,
encouragée, .entraînante, entraînée, éparse, équivalente, errante,
errée, érudite, évidente, excellente, excitante, excitée, exempte,
exemptée, experte, exquise, exubérante. — Féculente, féminine,
figurante, figurée, fine, finaude, fortunée, fortuite, friande,
frite, future, fuyarde. — Gaillarde, galante, géante, gênante,
gênée, gourmande, gratuite, grenue, grise, grognard e. — Habi-
tante, habitée, hagarde, humaine, humectante. humectée, huppée.
— Idiote, ignorante, ignorée, imbue, immaculée, imminente, im-
portune, impotente, inaperçue, incidente, incivile, indénnie, indi-
gente, inédite, infecte, ingrate, inouïe, intacte, — Joufflue.
10. Latente, lente, lointaine, lourde, lourdaude. — Malcon-
tente, manchote, mangée, mangeante, manuscrite, maraude, mas-
culine, mécontente, médiate, médite, maudite, médisante, membrue,
menue, mondaine, montagnarde, mûre. -Nasillarde. nauséabonde,
négligente, nigaude, nourrie, nourrissante. — Obéie, obéissante,
pbscure,obtuse, opportune, orpheline. - Parfaite, patente, payée,
payante, penaude, pénitente, perverse, pillarde, pimpante, plate.
pontée, prête, prompte, puérile, - Rase, recrue, régente, relapse,
renégate, réservée,retorse, révérende, rusée. rustaud e.- Scélérate,
séante, sensée, sourde, sourdaude, stricte, subite, sûre, susdite,
suspecte. - Tendante, tenue, turbuiente. - Urbaine, urgente.—Va-
gabonde, vaine, véhémente, veloutée, verdoyante.-Zélée(t).
(1) Le moniteur habituera les élèves à joindre à des noms les adjectifs des leçons
ci-dessus. Exemples: Une toile écrue, une personne éaifial/te, une parole élo-
queute, une promesse encourageante, une force entraînante, etc. Il leur fera
composer de petites phrases, comme : C'est une pente abrupt e; cette dame est
campagnarde; elle est édifiante; c'est une chaleur latente; cette enfant est
zélé e. (Voyez dans un dictionnaire la signification ou le sens grammatical de
chacun de ces adjectifs, )
22 EXERCICES DORTHOGRAPHE.
Formation du pluriel dans les adj-eetifs.
XV. Le pluriel dans les adjectifs se forme, comme dans
les noms, en ajoutant s à la fin du singulier : bon, bonne;
au pluriel : bons, bonnes.
Exercices.
masculin.
SINGULIER. PLURIEL.
11. Brillant, brillants..
Complet, compl.
Tranquille, tranq.
Mortel, mort
Défiant, défian.
Cruel, cru.
Bleu, bleu.
Achevé, achev.
Féminin.
SINGULiER. PLURIEL.
Aimable, aimable s.
Complète, compl.
Tranquille, tranquil.
Mortelle, mort.
Défiante, déflan.
Cruelle, cruel
Bleue, bleu.
Achevée, achev,.
Adjectifs verbaux (1).
XVI. On appelle adjectif verbal celui qui vient d'un
verbe.
Exercices :
Masculin.
SINGULIER. PLURIEL.
12. Aimant, aimants..
Obligeant, obligeant.
Caressant, caressant..
Estimé, estimé.
Chéri, chéri.
Aperçu, aperçu.
Prescrit, prescrit.
Instruit, instruit.
Feminin.
SINGULIER. PLURIEL,
Aimant e, aimant es..
Obligeant, obligeant..
Caressant, caressant..
Estimé, estimé.
Chéri, chéri. ,
Aperçu, aperçu.
Prescrit, prescrit.
Instruit, instruit.
Accord des adjectifs avec les noms.
XVII. RÈGLE. Tout adjectif doit être du même genre et
du mêmp nombre que le nom auquel il se rapporte.
Exemples : Le bon père, la bonne mère ; bon est du mas-
culin et au singulier, parce qrie, père est du masculin et du
singulier; bonne est du féminin et àu singulier, parce que
mère est du féminin et au singulier.
De beaux jardins, de belles fleurs; beaux est du mascu-
lin et au pluriel, parce que jardins est du masculin et au
pluriel ; belles est du féminin et au pluriel, parce que fleurs
est au. féminin et au pluriel (2).
(1) Ces adjectifs ont la forme du participe présent et du participe passé.
(2) Le moniteur fera remarquer aux élèves que certains adjectifs se mettent
devant le nom, comme beau jardin, grand arbre, etc., et que d'autres se met-
tent après le nom, comme habit rouge, table ronde, etc. L'usage est le seul
guide à cet égard ; mais, soit que l'adjectif précède le nom, soit qu'il soit placé
après, il y a toujours accord.
DE L'ADJECTIF, - 23
Exercices,
masculin.
SlNGDLlER. PLURIEL.
13. Un enfant poli, les enfants poli s.
Un local joli, les loc. joi.
Le château ruiné, les cbât. ruin.
Un cabinet chaud, des cabin. chaud..
Un meuble loué desmeub. lou.
Un arbre vert, - - des arb. ver.
Du vin pur, des vin. pur.
Un Discours luj les dise. lu.
Du bois saint, des bo.. saint.
Un père indulgent, des pè. indulg
Un livre ouvert, des livr.. ouv
Féminin.
SINGULIER. PLURIEL.
iCi. Une enfant poli e, des enfants poli es..
Une maison joli., les maisons joli
Une habitation ruiné., les habitat. ruin.
Une chambre chaud., des chamb. cha.
Une terre loué., des lerr.. lou.
Une bête laid., des bête. laid.
La douleur violent., les dont. viol.
Une croix saint, des croix saint.
Une mère indulgent., des mèr.. indulg.
- La prison obscur., les pris. obsc.
Une porte ouvert., des port.. ou v.
-Une élève zélé., des élèv.. zél.
15. L'oisiveté fatal, à,la santé. Voici une personne assidu.
et clairvoyant.. — Une maison bien bâti., bien propre et très-peur
plé.. — Une fleur brillant, et éclatant.. — Une collection d'oeillets
d'espèces -différent. - La campagne embelli.. — La conduite de
la petit. fille blâmé.. - Une bon.. action loué.. - Une meilleur.
santé recouvré.. — Une eau clair.. — Une source pur.. — Une
mer agité.. — Une grand, étendu, d'eau. — Une eau excellent, et
impide.:- La parole -de Dieu est respecté, et aimé.. — La leçon
important. (1). -
Le moniteur expliquera aux élèves que les adjectifs n'ont par eux-mêmes ni
genre, ni nombre, mais qu'ils prennent le genre et le nombre des mo^ auxquels
ils se rapportent. Ils les questionnera Qingi: Pourquoi mettez-vous un s à polis,
dans : les enfants polis ; un e dans : Une enfant polie? Dès que Les élèves au-
ront achevé d'écrire les noms qui sont au pluriel et qu'ils auront indiqué le fé-
minin des noms du singulier, pour exercice oral, il sera bon de recommencer
à faire lire les noms de l'exercice no) 2 page 5, et de leur apprendre à y ajouter
un adjectif. Ainsi, le moniteur lisant : le frère ; l'élèvè répond : le bon frère,
ou : le frère aimable, ou bien encore : le mauvais frère, etc. le courage;
l'élève : le grand courage, le courage louable, etc. — Toutes ces questions de-
(Il Conjuguer le verbe être avec des adjectifs masculins terminés par une
consonne-et commençant par une voyelle. Former des phrases avec les adjectifs
et les noms des exercices ci-dessus. Exemples : L'oisiveté est fatale à la santé;
l'oisiveté était fSJale à la sauté; l'oisiveté lut, etc. —Indiquer oralement dans
chaque exercice si les qualités que donnent les adjectifs sont bonnes ou
inauvailBes. — Pourquoi? - -
24 , EXERCICES D tORTIIOGRAPRE.
vront toujours être précédées de celle-ci : Qu'est-ce que l'adjectif-? Comment 1
reconnalt-on qu'un mot est adjectif? Quand un adjectif ne finit point par un e «
muet, quelle lettre y ajoute-t-on pour former le féminin? Comment forme-t-on j
le pluriel dans les adjectifs? De quel genre et de quel nombre doit être un ad- j
jectif, etc. ? Pour reconnaître le mot auquel l'adjectif se rapporte, les élèves se i
feront la question : Qui est? Ainsi : Un enfant poli ; ils se demanderont : Qui.
est poli? Réponse : l 'enfant.'Poli est au masculin et au singulier, parce qu'il se j
rapporte 1, enfant, qui est du masculin et du singulier. (Mêmes questions sur les
autres mots.)
Dans les exercices ci-dessus, il sera bon de faire corriger oralement, à la le-
çon de lecture, les fautes que les petites phrases renferment. Il faudra aussi
aider de vive voix les élèves à reconnaître celles qui doivent être mises au plu-
riel. Puis le moniteur les dictera.
XVIII. Quand un adjectif se rapporte à deux noms du
singulier, on met cet adjectif au pluriel, parce que deux
singuliers valent un pluriel.
Exemple : Le roi et le berger sont égaux après la mort
(et non pas égals). - -
Si les deux noms sont de différents genres, on met l'ad-
jectif au masculin pluriel. #
Exemple : Mon père et ma mère sont contents (et non pas
contentes (1).
Exercices.
lo Adjectifs qui se rapportent à deux
noms du singulier.
16, Le père et le fils estimé 8.
Le maître et l'ëteve patient.. -
Le roi et le prince aimé..
Le chef tt le subalterne puni..
Un discours et un conte plaisant..
Le parfum et le bois odoriférant..
Camille et Jules raisonnable..
2° Adjectifs qui se rapportent à deux
noms de différents genres.
Le père et la mère estimé g.
La maîtresse et l'écolier patient..
La reine et le roi aim..
La sœur et le frère puni..
Un conte et une histoire plaisant..
La fleur et l'œillet odoriférant..
Marie et Paul aimabl.
3° Adieclifs qui se rapportent à deux noms féminins singuliers.
17. La sagesse et la douceur égales.
La figue et la poire confite..
Une table et une armoire vendu..
La colline et la vallée ombragé..
La main et la jambe engourdi..
La règle et la plume perdu..
L'histoire t la fable appris..
La maison et la cour agrandi es.
La nièce et la tante arrivé..
Céline et Marie récompensé..
Joséphine et Julie parvenu..
L'église et la chapelle respecté..
La pluie et la grêle tombé..
La chandelle et l'huile consumé..
XIX. L'adjectif, quoique séparé du nom auquel il se rap-
porte, doit toujours s'accorder en genre et en nombre avec
ce nom. Exemples :
Selon que votre Idée est plus ou moins obscure, *
L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.
Qu'heureux est le mortel qui, du monde ignoré,
Vit content de soi-même, en un .coin retiré!
Les bergers, loin de secourir le troupeau, fuient tremblants t pour se dé-
rober à la fureur du lion.
(1) Le moniteur fera remarquer aux élèves que le nom masculin doit, par
raison d'euphonie, s'énoncer le dernier, surtout lorsque le verbe être n'est
DE L'ADJECTIF, 1 25
2
18. MODÈLE DANAL YSE.
"Le. article simple du masculin singulier, annonce que
père est déterminé.
bon. adjectif qualificatif du masculin singulier, parce
qu'il se rapporte à père qui est du masculin et
du singulier.
père.. nom commun du masculin singulier.
Joséphine nom propre du féminin singulier.
et. conjonction, mot invariable.
JmMe nom propre de personne, du féminin singulier.
parvenues. adjectif qualificatif du féminin pluriel, parce qu'il
qualifie des noms du singulier.
- A chaque exercice d'analyse, il ne faut jamais négliger de rappeler ORALEMENT
lès règles d'orthographe.
Adjëctifs employés comme noms communs (1) :
19. Analyser: Il faut préférer l'utile à ragréable.-Cet homme fait
le savant, l'effi,onté. - Cet élève fait le courageux, quoiqu'il soit
le plus lâche de la classe.-Le beau plaît toujours.—Cette dame
fait la jeune: - - Apprenez à distinguer le vrai du faux. — Le
lâche court encore. — Le malheureux est à plaindre cette année.
— Le peureux n'a point de courage. — Savoir distinguer le ridi-
cule du plaisant. — Je vous donnerai le tout pour un écu.
Noms communs employés comme adjectifs (2).
20. Analyser: Un roi peut être guerrier et législateur.-Henri IV
fat vainqueur et roi. - Un homme fripon est fort méprisable et fort
à craindre; — Louis XIV fut toujours roi par autorité, et père par
tendresse. — Ce monsieur est général, a-t-il été caporal? — Cette
petite fille est déjà marraine. — Cette jolie personne est encore en-
fant; aile ne sera jamais dame, ni maîtresse de la maison de son
père. — L'élève qui est moniteur sera récompensé; il deviendra
philosophe.
Adjectifs dérivés des noms (3).
21. Admirable,
Boueux,
Courageux,
Dynastique,
admiration.
boue.
courage,
dynastie.
Loyal"
Babillard,
Filial,
Honteux,
loyauté (4).
babil.
fils.
honte.
pas exprimé, ou lorsque la terminaison féminine se fait sentir autrement que la
terminaison masculine, comme dans : Monjpère et ma mère contents.
(1) L'adjectif devient nom commun quand il sert à désigner un sujet quel-
conque. -
(2) Le-Nom commun devient Jdjectif quand on l'ajoute à un autre nom pour
le qualifier (Voyez les noms qualificatifs, deuxième partie.) Le moniteur fera
composer aux élèves des phrases dans lesquelles le même mot sera employé
tantôt comme nom commun, tantôt comme adjectif. - - -
(3) Dans "toutes les leçons orales, le moniteur aura soin ue faire trouver aux
élèves les adjectifs qui sont tirés des noms; l'exercice ci-dessus servira de modèle.
(4) Loi. -
26 EXERCICES D'OBTHOGRAPHE.
Ennuyeuse, ennui.
Fluvial, fleuve.
Grammatical, grammaire.
Honorable, honneur.
Estimable, estime.
Jaunâtre, jaune.
Lépreux, lèpre.
Métallique, métal.
Notable, notabilité (1).
Oriental, orient.
Pluviale, pluie.
Spirituel, esprit.
Temporaire, temps.
Horaire, heure.
Venimeux, venin.
Zélateur, zèle.
Vert, verdure.
Amical, ami.
Misérable, misère.
Irascible, ire (2).
Haineux, haine.
Audacieux, audace.
Périlleux, péril.
Final, fin.
Mortel, - mort.
Soigneux, soin.
Sableux, sable.
Français, France.
Asiatique, Asie.
Africain, Afrique.
Européen, Europe.
Papal, pape.
Questions : De quels noms sont formés les adjectifs : charmant, hantain*
inaulgent, puissant, impérial, original, grammatical, royal, littéral, glacial,
laid, violent, saint, indulgent obscur, zélé, vain, etc.? Poser la même question
sur chacun des adjectifs qui composent l'exercice ci-dessus.
Adjectifs = Augmentatif. — Diminutif.
XX. On remarque certains adjectifs qui énoncent une
qualité et qui sont susceptibles d'augmentation ou de di-
minution, comme surnaturel, aigrelet. L'adjectif surnatu-
rel indique une nuance de perfection augmentée par le
mot sur; au contraire, l'adjectif aigrelet est énoncé avec
une nuance d'imperfection diminuée par la terminaison let.
Les adjectifs augmentatifs se forment par les mots sui-
vants (3) :
Très, fort, bien, infiniment, beaucoup plus, bien plus, très-bien, fort bien
trois fois, plus, mieux, bien mieux, beaucoup mieux, moins mal, d'autant plus,
le plus, la plus, les plus, le mieux, la mieux, les mieux, le moins mal, les
moins mal, etc.
Les adjectifs augmentatifs formés d'un seul mot sont en
petit nombre ; tels sont :
Surabondant, surchargé, surcomposé, survendu, surnuméraire, etc.
Voici la liste des principaux adjectifs diminutifs:
Aigret, aigrelet, basset, blanchet, brunet, brusquet, clairet, doucet, duret,
follet, follilet, granùelet, foncet, grassel, grassouillet, guilleret, jeunet, joliet,
longuet, niaigrtt, mollet, pauvret, prestotet, propret, rondelet, rouget, rousselet,
savouret, seulet, sucret, suret, verdelet, nouvellet, mignon, bavardin, blondin,
doucin, écarlatin, enfantin, ignorantin, grandelin, purpurin, rondelin, rondin"
sauvagin, tantin, bellot, vieillot, etc.
(1) Note.
(2) Colère.
(31 Faire remarquer que ces mots sont formés de plusieurs parties distinctes
et séparées.
DE L'ADJECTIF. 27
Le plus grand nombre des adjectifs diminutifs se for-
ment avec les mots suivants (1) :
Peu, guère, mal, fort peu, très-peu, fort mal, très-mal, moins, bien moins,
beaucoup moins, moins bien, plus mal, bien plus mal, le moins, la moins, les
moins, le plus mal, les plus mal, ec.
Ainsi : peu aimable, fort peu aimable, très-peu aima-
ble, etc., sont des qualifications affaiblies.
Adjectifs augmentatifs particuliers.
Meitleur. On ne dit pas Plus bon.
Le meilleur Le plus bon (2).
Moindre. Olt dit indifféremment. Plus petit.
Le moindre Le plus petit.
Pire Plus mauvais.
Le pire Le plus mauvais.
Supérieur l Plus élevé Olt le plus élevé.
Suprêmer ( Plus élevé oit le ptuseteve.
Majeur Plus élevé.
Des diverses sortes d'adjectifs.
XXI. Il y a deux sortes d'adjectifs : les adjectifs quali-
ficatifs et les adjectifs déterminatifs. (Revoyez la défini-
tion nO XIII.)
XXII. Lesadj ectifs qualificatifs sont ceux qui exprimentles
qualités, soit bonnes, soit mauvaises du nom auquel ils se
rapportent, comme : un homme aimable, une femme esti-
mable; un bon père, une heureuse mère; un beau livre, une
belle image; un élève désobéissant; un mauvais écolier,
une personne laide, un enfant paresseux, etc.
XXIII. Les adjectifs déterminatifs sont ceux qui détermi-
nent la signification du nom auquel ils se rapportent. Ces
adjectifs sont du masculin ou du féminin, du singulier ou
du pluriel, selon le nom qu'ils déterminent.
XXIV. Il y en a de quatre sortes, savoir :
Les adjectifs de nombre.
Les adjectifs démonstratifs.
Les adjectifs possessifs.
Les adjectifs indéfinis.
(1) Faire remarquer que ces mots sont formés de plusieurs parties distinctes et
Séparévs.
i2) Cependant on dit bien : Le raisin est plus ou moins bon.
Le moniteur fera ranger sur quatre colonnes les adjectifs ci-dessus : 1° au
masculin et au pluriel; 2° au féminin et au singulier ; 3" au féminin etau pluriel;
lin il indiquera de quel adjectif sont formés, soit les augmentatifs, soil les dimi-
nutifs. Il en expliquera la signification en mettant avant chacun d'eux un nom de
personne ou un nom de chose. Il les ajoutera aussi au verbe être lors de la le-
çon de conjugaison qui se fait oralement.
28 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
TtBI.EAl' SVNOPTIQUE DES ADJECTIFS DÉTERMIIV A TIFS.
MASCULIN. FÉMININ.
ESPÈCES. - - - ---- -
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. PLURIEL.
Cardillallx. Cardinaux. Cardinaux. Cardinaux.
Un. Uns. Une. Unes.
D Deux. Deux.
Dix Dix.
» Quinze Quinze.
» Vingt.0 Vingt.
» Quatre-vingts. » Quatre-vingts.
» Cent (1).» Cent (1).
» Cent lix., Cent dix.
-y-Y,. » Quatre - vingt- » Quatre - vingt-
AAV. dix. dix.
10 Numéraux ou de » M ille (2). Mille (21.
, Etc., etc. Etc., etc. Etc., etc.
DOmLre. Ordinaux. Ordinaux. Ordinaux. Ordtnaux.
Ces adjectifs Premier. Premiers Première. Premières.
sont ceux dont Second. (Seconds. fSi'Conde. /Secondes,
Ion se sert pour 'Deuxième.. (Deuxièmes.. '(Deuxième.. IDeuxièmes.
compter. Dixième. Dixièmes. Dixième. Dixièmes.
Quinzième.. Quinzièmes.. Quinzième.. Quinzièmes.
Vingtième Vingtièmes.. Vingtième Vingtièmes.
Quatre - ving - Quatre - ving - Quatre - ving - Quatre-vingtiè-1
tième tièmes. tième mes.
Centième Centièmes.. Centième.. Centièmes.
Cent-dixième Cent dixièmes. Cent dixième Cent dixièmes.
Quatre - vingt- Quatre - vingt- Quatre - vingt- Quatre - vingt-
dixième dixièmes.. dixième.. dixièmes.
Millième. Millièmes. Millième. Millièmes.
XXVI. Etc., etc. Etc., etc. Etc., etc. Etc., etc.
XXYI.
!2° Démonstratifs. r^ * * * * Ces Cette. Ces
) Ces adjectifs Ces.
servent à dé-
montrer la cho-
se dont on parle
XXVII.
3° Possessifs Mon. Mes. Ma. Mes.
Ces adjectifs Ton Tes. Ta. Tes.
Son. Ses. Sa. Ses.
servent à ma - Notre. 1Nos. Notre. Nos.
Votre- • • • Vos • • • • Votre- • • • Vos-
se dont le nom Leur. Leurs. Leur. Leurs.
se dont le nom
suit.
(1) Vingt et cent prennent un s au pluriel lorsqu'ils sont suivis d'un nom,
comme dans deux cents hommes, deux cents femmes, quatre-vingts chevaux,
quatre-vingts pommes.
(2) Dans deux mille hommes, trois mille femmes, mille est invariable. Il
s'écrit mil quand il est question de dater les années : en mil huit cent cin-
qualite-quatre. On écrit mille s'il est question des années qui ont précédé no-
tre ère Ua naissance de Jésus-Christ) ou bien encore s'il s'agit des années qui
suivront le millésime dans h quel nous sommes. Il prend un s au pluriel quand
il est nom : deux milles d'Italie, etc.
DE L'ADJECTIF. 29
2.
Suite du tableau dés adjectifs déterminatifs.
• MASCULIN. FÉMININ.
F,SPÈCES. - -
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. PLURIEL,
Aucun. Aucuns (rare). Aucune Aucunes (rare)
Autre. Autres. Autre. Antres.
XXVTTT Certain Certains. Certaine.l Certaines.
Chaque » Chaque .»
4 i lncLelmiS. ]-c Maint.. : Maints. Mainte. Maintes. Il
C Même. Mêmes Même. Mêmes.
tiÂfs lâ assent aux Nul • • • Nuls.- • • • Nulle- • • ■ Nulles-
Plusieurs » Plusieurs.
iu /nnV Quel. Quels. Quelle. Quelles.
ils sont jointsQuelque. Quelques. Quelque. Quèlques.
uneldéevagl,œ, Quelconque.. Qllelconques(rare) Quelconque Quelconques(rare)
générale et ¡n- ,
Tout • * ■ Tous. Ioute. Toutes.
n. Tel. Tels Telle Telles.
D 1 Une. ; i »
Exercices sur les adjectifs déterminatifs.
Cardinaux (adjectifs invariables).
MASCULIN.
22. -Deux élèves chéri s.
Quatre hommes insoumi..
Dix enfants instruit..
Quinze arbres tombé..
Dix-huit chevaux tué..
"Vingt moutons mort.
- Cent tonneaux plein..
FtMININ.
Deux heures sonnées.
Quatre personnes insou.,.
..Dix petite, filles inst.
Quinze pommes tomb.
Dix-huit brebis tué.
Vingt vache, mort.
Cent bouteilles plein.
ordinaux (adjectifs variables).
MASCULIN.
23. Premier livre usé.
Second volume vendu.
Le quatrième mois écoulé.
Le dix-neuvième siècle.
Le vingtième jour.
Le vingt-troisième cahier.
Le cinquantième livre.
FÉMININ.
Première page usée.
Seconde brochure vendu..
La quatrième année écoulé..
La dix-neuvième édition.
La vingtième journée.
La vingt-troisième partie.
La cinquantième heure.
Les élèves mettront devant les noms ci-dessous ce, cet, cette, ces.
24. Livre. évangile adjectif .coutume.lettres .ange .gé-
nie ,1. conscience .hommage .opinions .projet.étoile .espace
.écoles .travail .outrecuidance .mœurs .château .enfant
.grandeur ..ordre .langue .vocabulaire .lettres .système
.christ .houblon .raisins .vigne .houx .bêche .houe
.hibou .outil .terre .os .vieillards .discours.temple .fi-
dèles .dimanche .messes .paroisse.
25.Haie .écolier .empereur .fleurs .défaut .arrosoir
.jolie fleur .bel enfant .amie dévouée .jolie enfant .cruel
30 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
ennemi .élève instruit .hoyaù houx vert- .houssoir usé
.huche découverte .horlogerie achalandée .homonymie tnu-,-
vée .homélie chrétienne .homard acheté .hexagone figuré
.herse rentrée .hêtre abattu (1).
Les élèves mettront devant les noms de l'exercice qui suit les adjectifs;
mon, ton, son, ma, la, sa, mes, tes, ses, nos, vos, leurs (2).
26. Mon chapeau — ma redingote — mes habitson gilet —
ses souliers — nos enfants — vos cheveux — leur brosse — ton
visage — ta figure — sa personne — m.. âme — s.. pays — t..
habit — n.. amis — 1. habitude — t. société — n.. malheurs
- v. repas -m.. adresse-t.. enfance — t.. voix — s.. église
- v. maison — s.. ordre — m.. étable — t.. pensées — s..
ignorance — s.. espérance — t.. intelligence — 1. études — t.
hardiesse — n.. usages — v. or — n. argent — vu tantes —
1. nièces — m.. frères — 1. plume — v.. livre — 1. argent.
27. S. housse — v. éclat — s.. éducation — n.. oiseaux —
v. opiniâtreté — s.. héritage — t.. harengs — t.. haillons — s..
absence — 1. habits — t.. hardes — v.. héros — t.. armée.—
v.. honneurs — t. haine — s.. ardeur — 1. ouvrages — t. hutte
— s.. régiment — t. houlette — v.. chevaux — m7 lettre — t..
exemple — n.. verbes — t.. sentiments — 1.. pleurs — v. supé-
rieur — n. académie -- v. chef - n.. officiers — t. personne
— s.. honneur — L. leçons — t.. amitié. s. pipe - t.. cha-"
peau - s.. dictionnaire — v.. maisons — m.. sœurs — t.. amis.
Mettre devant les noms qui suivent les adjectifs possessifs qui leur conviennent:
28. Mon canif — mes règles — sa plume — mes livres — son
crayon — s.. cahier — s.. pupitre — s.. bijoux — t. rose — s.
figure - m.. ami - t.. couteau — m.. frère — m.. frères — t.
sœur - t.. sœurs - s.. chapeau — v.. dictionnaires — s.. cha-
peaux - t.. devoir — t.. devoirs — s.. cahiers — s.. encrier -
t.. déjeuner — m.. souper — m.. poires — m.. pain — n.. mai-
sons — t. montre,. t.. champs — n. chambre — m. pendule
— t.. pendules — t.. outils — t. fille — t.. enfants.
(1) Le moniteur fera remarquer aux élèves que l'on met ce devant les noms
masculins qui commencent par une consonne ou un h aspiré -? ce village, ce
hameau, et que l'on met cet devant un nom masculin commençant par une
voyelle ou un h muet : cet oiseau, cet homme. Avant d'écrire les exercices 25
et 29, l'élève rangera lui - même les noms qui les composent sur quatre co-
lonnes : 1° les noms du masculin singulier qui commencent par une consonne
ou un h aspiré; 2° les noms du masculin singulier qui commencent par une
voyelle ou un h muet; S" tous les noms du féminin singulier; 4° tous les noms
pluriels; il mettra ensuite ce devant les noms de la première colonne; cet de-
vant ceux de la deuxième ; cette devant ceux de la troisième ; ces devant ceux
de la quatrième.
(2) Le moniteur fera remarquer aux élèves que ces adjectifs sont toujours
joints à un nom ; mon livre, ton chapeau, et qu'ils le déterminent.
Mon, ion, son, s'emploient au féminin devant une voyelle ou un h muet ; on
dit mon âme pour ma âme, ton humeur pour ta humeur, son épée pour sa
épée. 11 fera placer les adjectifs possessifs devant des noms des exercices ci-des-
sus de la première partie. (Ces exercices doivent se faire oralement).
DE L'ADJECTIF. 31
Mettre devant les noms suivants les adjectifs démonstratifs qui leur
conviennent :
29. 'Cette table — ce tableau — cet enfant — ce hibou — ces ho-
chets - ces murs — cette femme — c. incurie — c. meuble-
c. palais — c. rue — c,. allumette — c.. almanach — c.
ville, c.. villes — c.. indices — c.. alouettes — c. hameau, c..
hameaux — c.. habit — c.. altercations - c.. légumes — c..
homme — c.. insecte — c. poirier, — c.. poiriers — c.. échalotte
- c.. échasses — c.. orphelin, c.. orphelins — c. cruauté.
Faire accorder les adjectifs numéraux avec les nombres :
50. Les deux cent. livres. — Les deux premier, élèves. — La
premier, année. — Les quatre-vingt, francs. — Les vingtième, cha-
pitres. — Les douzième, volumes. — La second, fois. — Les trois
cent mille sacs de blé. — Vingt et une dizaines font deux cent dix.
— Moïse a vécu six-vingts ans. — Vingt-quatre francs et quatre-
vingt. centimes. — La dix-neuvième année de son règne. — Les
septième, divisions.—Les trois cent. numéro, gagnants.
Faire accorder les adjectifs indéfinis avec les noms :
51. Certain.. nouvelles..- Quel.. personne est arrivé.?— Quel..
faveur survenue? — Tel. propriétés. — Certain, personne sûr..
— Certain, objets détourné.. - Nul.. autre pensée. — Nul.. faute.
— Tout.. personnes aimées. - Tel homme. — Tout. femme esti-
mé.. — Tout.. petites filles sensée.. — Tou. les enfants. — Tou.
les passants. — Quel.. joie! quel bonheur! — Nul.. envie. — Tel.
frères. - Tel.. mère, tel.. fille.
Remarques sur les adjectifs déterminatifs.
Possessifs.
SES.
Démonstratifs.
CE, CES.
52. S. c. maître est chéri de s.. c.. èlèves. — Voyez-vous c.. s..
joli.. couronnes et c.. s.. beau. livres? — La religion et tous c..
s.. préceptes doivent nous être sacré.. — Les exploits de c.. s.. gé-
néraux et de c.. s.. armées sont prDdigieux. - Votre ami arrive
avec s.. c.. neveux et s.. c.. nièces. — Accordez s.. c.. bienfaits
à s.. c.. pauvre homme plutôt qu'à c.. s.. autres fainéants qui
ne le méritent point. — Le corps as., c.. grâces, l'esprit c.. s..
talents. — Voici s.. c.. livres nouveau, et c.. s.. livres anciens
dont je vous ai parlé. -Pieux et spirituels, c.. s.. jeunes personnes
sont aimés et bien considères.—A peine ai-je vu s.. c.. grand, gar-
çons que je fus obligé de sortir. — Chaque âge as.. c.. plaisirs.
L'élève choisira entre ce, ces, ou ses, pour remplacer les initiales qui se trou-
vent devant chaque nom.
32 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
Exercices analogiques.
L'élève traduira les adjectifs au féminin, et il composera de petites phrases
dans lesquelles il devra les y employer.
NOMS. ADJECTIFS.
Abondance, abondant,
Addition, additionnel,
Banni, bnnnissable,
Calomnie, calomnieux,
Dépendance, dépendant,
Dédain, dédaigneux,
Diligence, diligent,
Excellence, excellent,
Figure, figuré,
Gloire, glorieux,
Hasard, hasardeux,
Force, fort,
Innocence, innocent,
Lamentation, lamentable,
Mécanique, mécanique,
Négligent, négligent,
Obligeance, obligeant,
_Patience, patient,
Poids, pesant,/
Remarque, remarquable,
Support, supportable,
Suffisance, suffisant,
Tolérance, tolérable,
Vulgaire, vulgaire,
ADVERBES. VERBES.
abondamment, abonder.
addilionnellement, additionner.
bannissement, bannir.
calomnieusement, calomnier.
drpendammenl, dépendre.
dédaigneusement, dédaigner.
diligemmcnt, diligenter.
excellemment, exceller.
figurément, figurer.
glorieusement, glorifier,
hasardeusement, hasarder.
fortement, forcer.
innocemment, innocenter.
lamentablement, lamenter.,
mécaniquement, mécaniser.
négligemment, négliger.
obligeamment,. obliger.
patiemment, patienter.
pesamment, peser.
remarquablement, remarquer.
supportablemenr, supporter.
suffisamment, suffire.
lolérablement, tolérer.
vulgairement, vulgariser. g
Exercice.
35. Active, affectueuse, affronteuse, algébrique, allégorie, am-
bitieuse, amendable, analytique, anatomique, arbitrale, avantageuse,
abus. — Blanche, bouillonnante, branlante, brillante. — Canoni-
que, cantonale, civile, commerciale, conditionnelle, conjecturale,
considérable, cumulative. — Damnable, débile, délibéree, distri-
butive, déshonnête, desobligeante, déterminante, détestable, diffé-
rente, distincte. — Étourdie, extravagante. — Faible, futile, fré-
quente. — Graduée. — Honorable. — Indigne, isolée. — Lé-
gale, légitime, licite. — Maigre. - Nationale. - Obstinée, occasion-
nel, opiniâtre. — Présentable, publique. — Semblable.
Le moniteur écrira sur le tableau noir : 1° des adverbes ; 2° des verbes;
3° des noms ; 4" des adjctirs, et les élèves les rangeront sur quatre colonnes,
d'aprfis leur rapport étymologique, comme ils l'ont déjà fait en exécutant les
exercices ci-dessus.
Remarque Importante. Les noms terminés en ance, ence, dérivés d'art-
jectifs masculins dont la finale est t, s'écrivent, sans exception, par ce. — Les
- adjectifs terminés par nt ont des adverbes correspondants qui prennent deux
mm de suite.
54. MODÈLE D'ANALYSE.
Cet. adjectif démonstratif, du masculin et au singulier,
déterminant enfant;
DU PRONOM. 33
enfant. nom commun, du masculin, au singulier;
honnête. adjectif, du masculin et au singulier, qualifiant en-
d, fant. d. t Of d J" ., t 0 l,
Cette adjectif démonstratif, du féminin et au singulier,
déterminant fille;
nHe nom commun, du féminin, au singulier;
honnête. adjectif, du féminin et au singulier, qualifiant fille;
cet adjectif, terminé au masculin par un e muet,
J ne change pas au féminin.
Une adjectif numeral cardinal, déterminant fleur;
fleur nom commun, du féminin, au singulier;
jolie. , adjectif, du féminin et au singulier, qualifiant fleur;
cet adjectif a pris un e muet pour le féminin.
Le. article, du masculin et au singulier, annonce que
chapeau est pris dans un sens déterminé;
chapeau. nom commun, du masculin et au singulier, prend
un x au pluriel ;
btanc. adjectif, du masculin et au singulier, qualifiant cha-
peau; son féminin est blanche.
Ton. adjectif possessif, du masculin et au singulier, dé-
terminant ami;
ami. nom commun, du masculin, au singulier ;
plus. adverbe de comparaison, mot invariable;
grand adjectif qualifiant ami, du masculin, et au singulier;
que conjonction, mot invariable;
moi. pronom personnel, première personne du singulier,
des deux genres, rappelant l'idée de la personne
qui parle;
Vos. adjectif possessif, du féminin et au pluriel, déter-
minant leçons.
leçons nom commun, du féminin et du pluriel;
mieux. adverbe de comparaison, mot invariable;
apprises. adjectif qualifiant, leçons, du féminin et au pluriel;
que. conjonction, mot invariable;
Les siennes, pronom possessif, remplaçant leçons, du féminin et
au pluriel.
(Analysez de même les exercices qui précédent et construisez des phrases
semblables à celles de cette analyse.)
DU PRONOM.
XXIX. Le pronom est un mot qui tient la place du nom.
j On distingue plusieurs sortes de pronoms, savoir :
* Les pronoms personnels,
- possessifs,
- démonstratifs,
- relatifs,
, - indéfinis,
E
34 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
TABLEAU (SYNOPTIQUE DES PUONOMO.
Il MASCUtIN.. FËM-ININ.-
ESPÈCES MASCULIN. - FÉMININ.
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. PLURIEL!.
lre personne. lre personne, lre personne. lre personne.
Je Je
Me. Nous. Me. Nous.
Moi. Moi
2e personne. 2e personne. 2e personne. 2e personne.
XXX Tu. Tu. -
xxx. Te. Vous Te. Vous.
1° Personnels. Toi. Toi.
Ces pronoms '5e personne. 3e personne. 3e personne. 3e personne.
sont ceux qui'H Ils Elle. Elles.
désignent les £ ui Eux.,.
personnes |® Se. Se.
grammaticales. S » S' b 6.
Soi. D Soi »
Le (l;. Les La. Les.
L' d L' o
1) Leur Leur.
En (1). En. En. En.
Y (1). Y. Y. Y.
1" personne. lre personne. Fe personne. lre personne.
Le mien. Les miens La mienne.. Les miennes.
YYyt 2e personne. 2e personne. 2e personne. 2e personne,
AAA1. Le tien Les tiens. La tienne. Les tiennes.
2° Possessifs. 3e personne. 3e personne. 3e personne. 3e personne.
Ces pronoms Le sien. Les sienst La sienne. Les siennes.
Ces pronoms
l remplacent le 1re personne. lrc personne. lre personne, tre personne,
! nom, en indi- Le nôtre. Les nôtres La nôtre. Les nôtres.
quant la posses- 2e personne. 2e personne. 2e personne. 2e personne.
Sion. Le vôtre. Les vôtres La vôtre. Les vôtres.
3e personne. 3e personne. 3e personne. 3e personne.
Leleur.Lesieurs., .Laleur.Lesteurs.
xxxn. 3e personne. 3e personne. 3e personne. 3e personne.
3° Démonstratifs, g; l p.
.3 0 D6moRstratifs. CCe I : : : : : : CI.: : : : '»
Ces pronoms Ceci » Ceci »
remplacent le Cela • D Cela D
nom avec une Celui Ceux. Celle. Celles.
idée d'indica- Celui-ci. Ceux-ci Celle-ci Celles-ci.
tion. Celui-là. Ceux-là Celle-là Celles-là.
(1) Le, en, y, sont classés au rang des pronoms personnels ; cependant ils
se rapportent toujours à quelque chose qui a été exprimé auparavant, ce qui
les fait aussi placer au rang des pronoms relatifs.
DU PRONOM. 35
Suite du tableau synoptique des pronoms.
Il. MASCULIN. FÉMININ. I
ESPÈCES. ------
SINGULIER. PLURIEL. SINGULIER. PLURIEL. I
lre, 2e, 3e per- lrc, 2e, 3e per- lre, 2e, 3e per- lre, 2e, 3e per-
AXAIH. sonnes (1). sonnes. sonnes. sonnes.
Qui Qui Qui. Qui.
40 Ti Relatifs. i Que Que. Que. Que.
„ Dont Dont Dont Dont.
Ces p rononIS Quoi - Quoi. - - - Quoi Quoi.
un nom ou à un 3e personne. Se personne. 3e personne. 3e personne.
pronom qui est Oii (2) Oii Où Où.
devant. Lequel. Lesquels. Laquelle. Lesquelles.
Duquel Desquels. De laquelle. Desquelles.
Auquel. Auxquels. A laquelle. Auxquelles.
3e personne. 3e personne. 3e personne. 3e personne.
On (3) » .n b
Quiconque » »
Quelqu'un Quelques-uns Quelqu'une.. Quelques-unes.
Chacun. u Chacune. »
XXXIV Autrui. u » s
XXXIV. Personne (4) Il n
50 Indéfinie L'un l'autre.. Les uns les au- L'une l'autre Les unes les
l' tres. autres.
Ces pronoms L'un et l'autre. Les uns et les L'une et l'autre Les unes et les
'désignent les autres. autres.
noms d'une Qlli que ce soit- » »
manière vagu Quoi (tuece soit » e
indéterminée. Un autre.. D'autres, les Une autre. D'autres, les
! autres. autres.
Aucun.» Aucune. »
Nul » , 1\ ulle .»
Tel Telle.»
Tout a D J)
Rien D , D
Plusieut-s Plusieurs.
Accord des pronoms (5).
XXXV. Les pronoms il, elle, ils, elles, doivent toujours
être du même genre et du même nombre que le nom dont ils1
(1) Sont de la même personne que leur antécédent, c'est-à-dire le mot auque
ils se rapportent.
(2i Où est traduisible par duquel, dans lequel, etc. Ou, conjonction, ne prend
point d'accent grave.
(3) On et quiconque s'emploient quelquefois au féminin.
(t)) Personne employé sans article. -
uemarque. ivâtre, vôtre, employés comme pronoms, prennent l'accent
circonflexe sur Vô et sont toujours précédés de l'article : Cette maison est la
nôtre; ce livre est-il le vôtre?
Neconfondez pas l'adjectif possessif leur, avec le pronom personnel leur,
ni avec le pronom possessif le leur - - - -
15) Le moniteur fera remarquer aux cieves que le mieu, le voire, etc., sup-
36 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
tiennent la place; ainsi, en parlant de la tête, dites E
me fait mal ; elle parce que ce pronom se rapporte à têt
qui est du féminin et du singulier; et en parlant de plu;
sieurs jardins, dites : Ils sont beaux; ils, parce que ci
pronom se rapporte à jardins, qui est du m'asculin et dt
pluriel.
XXXVI. Quand leur est joint à un verbe, il ne prend ja
mais s à la fin ; alors il signifie à eux, à elles: Ces enfant
ont été sages, je leur donnerai un prix.
Leur, adjectif possessif, suivi d'un nom du pluriel, prend
un s; alors il signifie d'eux, d'elles : Un père aime ses en
fants ; mais il n'aime pas leurs défauts.
XXXVII. Qui, QUE relatif, s'accorde avec son antécéden
en genre, en nombre et en personne. Ainsi, dans cet exem-
ple : L'enfant qui joue, qui est du singulier et de la troi
sième personne, parce que l'enfant est du singulier et de la
troisième personne. Il est du masculin, si c'est un petit
garçon qui joue; il est du féminin, si c'est une petite
fille. — C'est moi qui joue ; qui est au singulier-et de la
première personne, parce que son antécédent moi est du
singulier et de la première personne. Il est du masculin,
si c'est un homme qui joue ; il Est du féminin, si c'est une
femme.
XXXVIII. Il n'y a qu'un seul pronom relatif proprement
dit : c'est le pronom qui sous ses diverses formes, qui, que
(pour qui), dont (pour de qui). Il sert pour les deux genres
et les deux nombres. -
XXXIX. Le pronom relatif a souvent pour antécédent un
autre pronom : moi qui, vous qui, celui qui, celui que, celui
dont.
XL. Le pronom relatif, sous la forme qui, s'emploie
posent toujours un nom qui précède, et qu'il ne faut pas commencer une lettre
par : J'ai reçu la vôtre en dale du, etc.; il faut écrire : J'ai reçu votre lettre
en date du, etc. - En réponse à la mienne du 8 de ce mois, la vôtre du 1er
m'annonce, etc.; corriger : En réponse à ma lettre du. la vôtre, elc..
Le mien, le tien, le sien, le nôtre, le vôtre, le leur, ne peuvent se rapporter,
aux noms de choses que lorsque ces noms sont mis pour la personne. Exem-
pie : 11 n'y a pas de meilleure épée que ta vôtre. Cela signifie : Votre épée'est
de la meilleure trempe. Et : Il n'y a pas de meilleure épée que vous, signifie
que vous excellez dans le maniement des armes.
Ces mêmes pronoms sont quelquefois employés d'une manière absolue, comme
s'ils étaient des noms communs : Que chacun y mette du sien; mettez-y du
vôtre. Ces mêmes pronoms ne peuvent pas non plus se rapporter à un nom
pris dans un sens indéfini. Exemple : Dans les premiers âges du monde, chaque
père de famille gouvernait la sienne avec un pouvoir absolu. Pour être cor- ;
rect, tournez : gouvernait ses enfants, etc.
DU PRONOM. 37
5
quelquefois seul pour celui qui, tout homme qui, comme
quand on dit : Qui veut la fin, veut les moyens, c'est-à-dire
celui qui veut la fin.
XLI. On emploie aussi le pronom relatif indéfini qui-
conque, pour signifier tout homme qui. On dirait, par exem-
ple : Quiconque veut la fin, veut les moyens. Ce pronom ne
s'emploie qu'au singulier.
Pour éviter la répétition du nom, l'élève traduira par lin pronom personnel
les mots en italique. Il raisonnera comme il suit; Exemples:
Camille est sage ; 11 est obéissant, je le récompenserai, les mots il et le sont
des pronoms, parce qu'ils tiennent la place du nom Camille et qu'ils en évitent
la répétition. Sans ces mots j'aurais dit : Camille est sage, CAMJLLE est obéissant,
je récompenserai Camille.
Exercices.
1. L'enfant qui aime à être repris, aime la science ; mais si l'en-
fant hait les réprimande., l'enfant est insensé. — Toutes les voies
de l'homme paraissent pur.., à l'homme; mais le Seigneur pèse les
esprit.. — Il y a des voies qui semblent sûr.. à l'homme, et qui
cependant conduisent l'homme à la mort. — Que sert à un fou d'a-
voir beaucoup de biens, puisqu'un fou ne peut pas acheter la sa-
L gesse? — L'enfant insensé est l'indignation de son père et la dou-
leur de la mère qui a mis au monde cet enfant. — Ne dites point :
Je rendrai le mal. Attendez le Seigneur et le Seigneur vous déli-
vrera. — N'assistez point aux festin, des ivrognes, et ne prenez
point part aux débauches des ivrognes. - Corrigez votre fils, et vo-
tre fils sera votre consolation et les délices de votre âme.
2. Il y a des justes à qui les malheur, arrivent comme si ces
justes avaient fait les actions des méchant. : il y a des méchants qui
vivent dans l'assurance comme si ces méchants avaient fait les œu-
vres des justes. — La sagesse n'entrera pas dans une âme malin.
et la sagesse n'habitera point dans un corps assujetti au péché; car
l'Esprit-Saint, qui est le maître de la science, fuit le déguisement;
l'Esprit-Saint se retire des pensées qui sont sans intelligence et
l'iniquité survenant, bannit de l'âme l'Esprit-Saint. — L'homme
qui craint Dieu sera heureux à la fin de sa vie ; et l'homme trou-
vera grâce au jour de sa mort. — L'aumône expie les péchés : Dieu
qui récompense les bonnes œuvres, considère l'aitmdîie; Dieu se
souvient de l'aumône dans la suite, et celui qui a fait l aumône trou-
::' vera un appui dans sa chute.
Traduire les mots en italique par un pronom possessif.
t 3. Ton image est noir., elle est plus joli. que mon image -
Mes livres sont préférable, à tes livres, rends-moi donc mes livres.
„ - Ma chambre est grand., et spacicux, cependant la chambre qui
38 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
est contiguë à ma chambre est plus vaste et surtout beaucoup mieux
restauré.. - Tes frères sont toujours gai., mes frères sont toujours
triste.. — Tu as reçu ma lettre ce matin, adresse ta lettre aussitôt
à mon père qui s'est chargé de me la remettre. — Tes devoirs sont
mieux faits que nos devoirs. — Notre profession n'est pas recher-
ché., votre profession ne l'est pas non plus. — Les enfants de cet..
école sont plus poli. que vos enfants. — Ces pays ont leurs usages,
comme vos pays ont leurs usages. „ -
4. Ma propriété est mieux situé, que ta propriété, elle est plus
estimé.. — Voulez-vous ces couleurs bleu.. ; elles sont à ma sœur.
et à moi; mes couleurs sont tout.. frais, les couleurs de ma sœur
sont terni. — J'attends ta résolution pour prendre ma résolution
— Ceci est votre avis, ce n'est pas mon avis. — Sa famille est al-
lié. à ma famille; ses intérêts sont nos intérêts. — Enfant, écou-
tez mes raisons; j'écouterai après vos raisons. — Pompée a besoin
d'un aide ; il vient chercher un aide. — Les ennemis de la religion
ne sont-ils pas nos ennemis? — 11-3, dissipé son bien dans la débau-
che, ne dissipe ton bien qu'en bonnes œuvres. — Les méchants ne
sont point tes amis, les justes sont mes amis.
Remplacer les noms en italique par un pronom démonstratif (1).
5. Combien est infâme l'homme qui abandonne son père! l'homme
qui chagrine sa mère est maudit de Dieu. — Malheur aux hommes
qui ont perdu patience, qui ont quitté la bonne voie et qui ont
suivi des route, égarée.. et que feront-ils lorsque le Seigneur com-
mencera à examiner toutes choses? —Le faux témoin ne sera point
impuni, et le faux témoin qui dit des mensonges périra. — La voie
de l'insensé est droite à ses yeux ; mais l'insensé qui est sage écoute
les avis qu'on lui donne. — Les lèvres menteuses sont en abomina-
tion au Seigneur : les lèvres au contraire qui sont sincères, lui sont
agréables. — Le fils qui est sage est attentif à la doctrine de son
père ; mais le fils qui est insensé se moque et n'écoute point quand
on le reprend.
6. Nos devoirs sont bien fait., mais ces devoirs sont plus soigné.
encore. — Les habitants de l'air et les habitants de la terre. — De
tous les domestiques, ce domestique est le plus fidèle. - Voilà plu-
sieurs roses, prenez cet.. rose. — Corneille nous assujettit à son ca-
ractère et à ses idées. Racine se conforme aux nôtres : Corneille
peint les hommes comme ils devraient être; Racine les peint tel.
qu'ils sont. — Aussitôt les anges et les démons se répandent dans le
sénat; les anges pour éclairer les esprit., les démons pour les aveu-
gler.—La meilleur, leçon est la leçon des exemples.—Les plaies du
corps se ferment ; les plaies de l'âme restent toujours ouvert.—
(11 Exemple : J'aime beaucoup à lire les vers de Racine et les vers de Boileau.
Traduisez : J'aime beaucoup à lire les vers de Racine et ceux de Boileâu. —
Cette chose que vous diLes est aimable. Traduisez : Ce que vous dites est aima-
ble. — Cela est faux. Traduisez 1 C'est faux. Le mot chose est don'c traduit par
ce, et cela par c'.
DU PRONOM. 39
Cela est ridicule (1) et les choses que vous dites ne le sont pas
moins.
Traduire les pronoms relatifs qui sont en italique par qui, que, dont, de qui,
à qui, où (2j.
7. Un enfant lequel est sage est la joie de son père et la consola-
tion de sa bon.. mère. — Celui lequel est véritablement sage reçoit
avec joie les avis lesquels on lui donne. — Le méchant disparaîtra
comme une tempête laquelle passe. — Ceux lesquels font mal sont
dans la crainte. - Celui lequel a la fidélité dans le cœur, garde avec
soin ce qui lui a été confie. — Ceux lesquels commettent le mal se
trompent; c'est la miséricorde et la vérité lesquelles nous acquiè-
rent les biens. — Celui lequel se vante et qui n'exécute point ses
promesses, est comme le vent et les nues lesquels ne sont point
suivi, de la pluie. — Ceux lesquels sont méchants et corrompus se
corrigent difficilement. — Les enfants de lesquels nous sommes mé-
contents seront signalé, aux divers.. autorités local.
PRONOM
Démonstratif. Personnel.
Ce, CI (3), Se, s'(û),
Signifie : CELA, CETTE CHOSE. Signifie : soi, A SOI.
Remplacer le tiret par le pronom qui convient au sens de la phrase.
8. Camille se plairait-il à mentir? Ne sait-il pas — que — 'est que
le mensonge? Il n'est pas prudent de — fier à tout — que l'on en-
tend dire. — 'est moi qui suis à votre service, et — sont mes sœurs
qui viendront -'offi-ir pour faire le vôtre.— jeune libertin—rend-
il enfin aux bons conseils que vous lui donnez ? Cet élève est tur-
bulent ; s'il continue vous le renverrez à ses parents, — 'est votre
droit, — 'est votre devoir. On se repent rarement de — taire, et
souvent on regrette d'avoir trop parlé. On — plaît quelquefois à re-
garder — qui inspire du dégoût. Vos maîtres — sont plaints, et,
(1) Ne confondez pas ce, pronom démonstratif, avec ce adjectif démonstratif,
Ce, adjectif, est toujours suivi d'un nom : Ce livre, ce chapeau. Ce, pronom dé-
monstratif, est suivi de qui, de que : Ce que vous voyez, ce qui vous convient,
ou se trouve placé devant le verbe être : C'est mon frère, ce sont mes sœurs. Ce
devant être, veut ce verbe au singulier, excepté quand il est suivi de la troi-
sième personne du pluriel : on dit, c'est moi, c'est tui, c'est lui, c'est nous, c'est
vous qui,, mais il faut dire : ce sont eux, ce sont elles, ce sont vos alletres qui
ont bâti celle maison.
(2) En général, on n'emploie les pronoms lequel, duquel, auquel, etc., que
pour éviter une équivoque. Dans tout autre cas, qui, que, dont, sont préférables.
On ne dira donc pas : L'enfant lequel j'ai entendu, mais, que j'ai entendu; ni :
La personne de laquelle je parle, mais, dont je parle.
(3) Ce, c', ces, expriment une idée d'indication. Voyez pages 28 et 34. L'élève
choisira entre ce, ces ou ses, pour remplacer les initiales qui se trouvent devant
chaque nom.
14) Se, 6', ses, marque la possession et peut se tourner par : de lui, d'elle.
Voyez page 34, n° XXX.
40 EXERCICES D ORTHOGRAPHE.
comme toujours, - 'est de votre négligence. Il — 'en faut bien que
nous connaissions tout — que nos passions nous font faire. — qiii
rend les douleur. de la honte et de la jalousie si aigu:., — 'est que
la vanité ne peut servir à les supporter. Il n'y a guère de gens qui
ne soient honteux de — 'être aimé. quand ils ne — 'aiment plus.
L'orgueil précède la ruine de l'âme, et l'esprit — 'élève avant sa ■
chute.
9. -'est la crainte du Seigneur qui sanctifie la science. Acceptez
de bon cœur tout — qui vous arrivera : souffrez avec constance, et
soyez patient dans l'affliction. Ne vous moquez point d'un homme
qui est dans l'affliction, car Dieu voit tout, et -'est lui qui humi-
lie et qui élève. Toute bonne œuvre sera reconnue pour - qu'elle
est, et celui qui l'a faite y trouvera sa propre gloire. Que la miséri-
corde du Seigneur est grande, et que sa bonté est admirable envers
ceux qui — convertissent à lui ! Quiconque pèche contre son âme
—'en repentira. Le mensonge est dans l'homme une tache hon-
teuse; — vice est toujours dans la bouche des gens déréglés. Les
entretiens des pécheurs sont insupportables, parce qu'ils' - font un
divertissement du péché. Prenez garde de faire jamais aux autre.
— que vous seriez fâché qu'on vous fit.—'est le Seigneur qui donné
la sagesse, et -'est de sa bouche que sortent la prudence et la
science.
10. Les billets du sort — jettent dans un pan de la robe; mais
-'est le Seigneur qui en dispose. Un véritable ami aime en tout
temps, et le frère — connaît dans l'adversité. Vos jugements sont
grands, ô Seigneur, et vos paroles sont ineffable.. — 'est pourquoi les
âmes sans science - sont egarées. - ne sont pas ceux qui —louent,
qui — se vantent, qui — flattent, qui -'estiment eux-mêmes, qui
sont véritablement estimable.; mais — sont ceux qui -'appliquent
à — rendre vertueux, qui travaillent à — rendre bon., à — corri-
ger chaque jour de quelque défaut. -'est une preuve de peu d'ami-
tié de ne -'apercevoir pas du refroidissement de celle de nos ami./
On n'est jamais si heureux ni si malheureux qu'on — l'imagine.
Le vrai moyen d'être trompé, -'est de — croire plus fin que les
autre.. Le vrai honnête homme est celui qui ne - pique de rien.
OIl-""ennuie presque toujours avec les gens avec qui il n'est pas
permis de —'ennuyer.
Indiquer de quel genre, de quel nombre et de quelle personne est le pro-
nom relatif qui dans les exercises ci-dessus; mettez, au pluriel les pronoms
qui.sont au singulier, et réciproquement dans l'exercice ci-dessous :
11. Moi qui ai vu. Moi (Camille) qui suis vu.
Toi qui as vu. Toi (Jules) qui es vu.
Lui qui a vu. Lui (Paul! qui est vu.
Elle qui a vu. Elle (Céline) qui est vue.
Nous qui avons vu. Nous (Anna et Charles) qui sommes vus.
Vous qui avez vu. Vous (Jean et Pierre) qui êtes vus.
Eux qui ont vu. Eux (Joseph eL LUCI qui sont vus.
Elles qui ont vu. Elles (Nathalie et Marie) qui sont vues.
L'homme qui vient. La femme qui vient.
Le maître qui parle. La maltresse qui parle.
DU PRONOM. 41
XLII. On est du masculin par sa nalure; cependant, l'u-
sage admet que l'adjectif qui le suit se mette au féminin,
quand ce pronom se rapporte d'une manière bien précise
à un nom du féminin. Le qualificatif peut aussi se mettre
au pluriel lorsqu'il est évident qu'on parle de plusieurs
personnes. Exemples :
( on est heureuse quand on est mère (1).
Féminin. 1 on n'est pas toujours jeune et jolie.
( on est chérie de ses élèves quand on est bonne institutrice.
[ On est égaux quand on s'aime.
pluriel. 3 ou s'était cru amis, et l'on s'est trouvé rivaux.
( ou est heureux en ménage quand on est bien unis.
Lorsqu'on n'y prend garde, il est facile de confondre
des phrases bien différentes, comme celles-ci : On estime
celui-ci ; on n'estime pas celui-là. On aime ceci ; on n'aime
pas cela. On espère qu'il viendra ; on n'espère pas, etc.
Traduisez on par le nom homme (2), et vous verrez qu'il
ne faut pas n' dans la première phrase, et que la seconde
phrase l'exige (3). C'est de la prononciation qu'il faut se
méfier dans ces sortes de phrases.
XLIII. Le mot personne, employé comme pronom, est
du masculin. Il signifie : qui que ce soit, nul homme, nulle
femme. Ainsi, on doit dire : Je ne connais personne plus
heureux que lui. Mais personne, employé comme nom, est
du féminin : Celle personne est très -heureuse. — Personne»
quiconque, sont essentiellement du masculin ; cependant
'3 quand il est évident qu'ils se rapportent à des noms du
féminin, les qualificatifs avec lesquels ils. sont en rapport
en adoptent le genre.
XLIV. Rien, précédé ou suivi de ne, signifie nulle chose:
On est bien à plaindre quand on ne sait s'appliquer à
rien de solide. Rien avec compter signifie encore nulle
chose. Rien sans ne signifie quelque chose.
XLV. Quoi que, en deux mots, signifie quelque chose
que ; en un seul mot, il est conjonction.
(1) L'Académie fait observer que le pronom ON s'emploie avec le pluriel des
et un nom, comme : On n'est point des esclaves pour endurer de si mauvais
traitements, et elle condamne les six phrases que nous donnons pour exemples;
mais l'usage a prévalu.
(2) ON, parait être une altération du mot homme.
(3) Pour reconnaître s'il faut ou non la négation ne, on peut aussi remplacer ON
par un autre pronom. Ainsi : On n'estime pas celui-là, on M'aime pas cela, on
n'espère pas, etc. Dites mentalement : Je n'estime, tu n'aimes, il n'espère
pas, etc. III faudra se borner à faire lire les n'" X LH à XLV.)
42 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
DU VERBE.
XLVI. LE VERBE est un mot dont on se sert pour expri-
mer que l'on est, ou que l'on fait quelque chose : ainsi le
mot être, je suis, est un verbe; lemot lire,je lis, est un verbe.
XLVII. On reconnaît un verbe en français, quand on peut
yajouter ces pronoms : je, tu, il, nous, vous, ils, comme :
je lis, tu lis, il lit, nous lisons, vous lisez, ils lisent (1).
Exercices. -'
L'élève écrira sur quatre colonnes les mots qui composent les exercices sui-
vants. Il indiquera par quels moyens mécaniques on reconnaît les noms, les ad-
jectifs, les verbes.
1. Obéir. Adorer, Dieu, prier, Marie, Religion, étudier, aimer,
son, prendre, divin, saint, demander, encrier, sourire, même, trom-
per, emporter, il, joue, écris, devenir, casquette, rideau, mettre,
cahier, on, tel, venir, carton, cent, servir, aucun, vouloir, souhai-
ter, chercher, séjour, séjourner, parleur, parle, général, généraliser,
total, totaliser, mes, se, saisir, sauter, son, rendre, le sien, vivre,
peindre, peintre, peinture, bâtir, maison, solide, descendre, livrer,
livre, rouge, rougir, menu, mentir, ces, ceci, moi, rire, forger,
forgeron, craindre, eux, marcher, agir, la mienne, quelque, soute-
nir, courir, après, supposer, chacun, plusieurs, acheter, rien, gris,
bavarder, battre, blé, cultiver, culture, oublier.
2. Administrer signifie gouverner, régir les affaires public.
ou particulier. Prêcher, annoncer la parole divine; instruire par
des sermons public.. — Limiter, c'est assigner des limites; borner,
c'est circonscrire, déterminer, donner des bornes, prescrire des con-
ditions. - Ordonner, veut dire mettre en ordre, diriger, comman-
der. — Patenter, signifie soumettre à la patente. — Les hommes
doivent exercer des œuvres de miséricorde corporel. et spirituel.
Vous jouissez du plaisir qui passe et vous perdez le bonheur éter-
nel/g. — Il faut éviter le mal, faire le bien, haïr le vice, aimer et
pratiquer la vertu. — Maculer, c'est tacher, noircir. — Poursuivre s
un lièvre, c'est courir après. — Pourvoir, c'est se fournir, se munir. J
— Rembarrer, signifie repousser vigoureusement. 1
L'élève cherchera le rapport d'étymologie qu'ont les verbes des exercices ci-des- 1
sus avec les noms et les adjectifs ; il les écrira comme il suit sur le tableau noir. j
5. VERBES. NOMS. ADJECTIFS.
Obéir ) Obéissance. l Obéissant
Obélr. l Obédience. 1 Obéissant.
(J) On reconnait encore qu'un mot est verbe quand on peut le placer après
ne pas, ne point, ou entre ne. pas, ne. point. Aimery finir, recevoir,
rendre, sont des verbes, parce qu'on peut dire :
Ne pas aimer.
Ne pas finir.
Ne pas recevoir.
me pas rendre.
ne point aimer.
ne point finir.
ne point recevoir.
ne point rendre.
n'aimer pas.
ne finir pas.
ne recevoir pas.
ne rendre pas.
n'aimer point.
ne finir point.
ne recevoir point.
ne rendre point.
DU VERBE. 43
VERBES. NOUS. ADJECTIFS.
Oublier. j oubliettes. t Oublieux.
OUblier.. ¡ Oubliettes.
Administrer. ; Administration. ! Administratif.
AdIllinlstrer. t¡ Gouvernant. j
i Gouverneur. Gooverrtemental.
Gouveimer. Gouverne. Gouvernable.
Gouvernement. Gouvernable.
Gouvernail. J
Des nombres. -
LVIII. Il y a dans les verbes, comme dans les noms (i),
deux nombres : le singulier, quand on parle d'une seule per-
sonne où d'une seule chose, comme; je lis, l'enfant dort; le
pluriel, quand on parle de plusieurs personnes ou de plu-
sieurs choses, comme : nous lisons, les enfants dorment (2).
Des personnes..
XLIX. Le mot personne, en grammaire, signifie le rôle
que joue dans le discours, le nom ou le pronom. Or, dans
les verbesl comme dans les pronoms personnels et relatifs,
il y a trois personnes.
Les pronoms je, nous marquent la première personne,
c'est-à-dire celle qui parle : tu, vous marquent la seconde
personne, c'est-à-dire celle à qui l'on parle; il, elle, ils,
elles, et tout nom placé devant un verbe (3), marquent la
troisième personne, celle de crui l'on parle. Exemples :
Je donne du pain aux pauvres.
1re personne. ] Moi qui donne des leçons aux élèves.
Moi qal suis votre ami de collége.
i Tu donnes du pain aux pauvres.
.S 2e personne. Toi qui donnes des leçons aux pauvres.
f Toi qui es son ami d'enfance.
f II donne du pain aux pauvres.
I Elle donne du pain aux pauvres.
CI) 341 imiHinnna ) On donne du pain aux pauvres.
personne. Lui qui donne des leçons aux élèves.
f Camille est votre meilleur ami.
v V Jules qui est votre camarade.
I ( lre personne 1 Nous donnons du pain aux pauvres.
Ire personne. Nous qui sommes vos amis intimes.
I Vous donnez du pain aux pauvres.
• 1 2e personne. j Vous qui êtes ses amis sincères.
"g f Ils donnent du pain aux pauvres.
J k Elles donnent du pain aux pauvres.
S* f I 3e personne. t. Eux qui sont vos estimables amis.
j Jules et Paul jouent aux lotos.
1 ! Ceux qui jouent aux lotos s'amusent.
I Celles qui sont vos parentes dévouées.
- (1) Comme aussi dans les adjectifs, les pronoms, etc.
•(■ £ ) Le maître fera remarquer à l'élève que la marque du pluriel de la
3* personne du verbe est nt.
lij) excepte quand le verbe est à l'impératif.
44 S EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
L. On appelle temps les différentes parties du verbe qui
marquent l'époque où se passent les actions dont on parle. -"
LI. Mode signifie manière. Ainsi le mode est la ma-
nière d'employer le verbe, selon l'idée qu'on veut ajouter
à sa signification principale; cette idée est indiquée par
différentes terminaisons que l'on fait subir aux verbes. Il
y a cinq modes.
Des conjugaisons.
LII. Conjuguer un verbe, c'est le faire passer par
toutes les INFLEXIONS OU VARIATIONS que produisent les
nombres, les personnes, les temps et les modes.
LIII. Il y a cinq sortes de-verbes, savoir : le verbe
actif, le verbe passif, le verbe neutre, le verbe réfléchi
ou pronominal, et le verbe unipersonnei. Ces cinq sortes
de verbes se présentent sous QUATRE formes de CONJUGAI-
SONS différentes que l'on distingue par la terminaison de
l'infinitif présent.
LIV. La première conjugaison a l'infinitif terminé en er,
comme : aimer.
La seconde a l'infinitif terminé enir, comme finir.
La troisième a l'infinitif terminé enoir, comme : recevoir.
La quatrième a l'infinitif terminé en re, comme : rendre.
Du radical et de la terminaison.
LV. Les verbes de ces quatre conjugaisons, par rapport
à la manière de les écrire, se composent de deux parties :
l'une appelée radical (1) ou racine et l'autre terminaison.
Le radical est l'ensemble des lettres qui précèdent les
terminaisons er, ir, oir et re. La terminaison varie suivant
son rapport avec la personne, le nombre, le temps et le
(1) C'est par les radicaux que l'on distingue les verbes, et il est important de
ne point perdre de vue que ces radicaux sont variables, ainsi que les terminai-
sons. — ALLER a quatre radicaux :
1. VA : je va is.
2. ALL : j'avais.
3. 1 : j'i rai.
4. AILL: j'aill e (que).
Cette distinction du verbe en ses deux parties (radical et terminaison) est
essentielle :
1° Pour en connaître la composition;
2° Pour en faciliter la conjugaison ;
3° Pour reconnaître laquelle de ces deux parties est modifiée par tel ou tel
adverbe. v
DU VERBE- > 45
- 5.
mode. Dans aimer, finir, recevoir, rendre,
( AIM j [ er.
Le radical est j FIN > la terminaison est i oir.
, c evoîr#
( REND J ( re.
LVI. Les verbes avoir et être, se nomment auxiliaires,
parce qu'ils aident à conjuguer tous les autres, ainsi qu'il
est facile de le voir dans le tableau qui suit :
VERBE AUXILIAIRE (1) AVOIR.
LVII. INDICATIF (2], — PRÉSENT.
.1 er mode 8 temps: (Affirmatif.)
Aujourd'hui, — maintenant, - présente-
ment, - à l'instant :
J'ai un droit.
s Tu as (3) un livre.
S (Il ou elle a un devoir.
htNousavons une plume.
S ! Vous avez un crayon.
h (Ils où elles ont un encrier.
IMPARFAIT (4) (ou passé simultané).
Pendant que cela se faisait, - "quand
vous êtes entré, — autrefois :
J'avais un fauteuil.
Tu avais une chaise.
Il avait un tabouret.
Nous avions une escabelle.
Vous aviez un siège.
Ils avaient une estrade.
PASSÉ DÉFINI (5).
L'autre jour, — hier, — la semaine der- -
nière, -le mois dernier :
J'eus un ordre.
Tu eus une idée.
11 eut un cheval.
Nous eûmes un habit.
Vous eûtes un gilet.
Ils eurent un chapeau.
PASSÉ (6) INDÉFINI (7).
Je ne sais quand, - pendant la semaine,
— ce matin, — ce mois-ci :
J'ai eu faim.
Tu as eu soif.
Il a eu froid.
Nous avons eu honte.
Vous avez eu - tort.
[ils ont eu chaud.
(1) Les élèves réciteront ces verbes de mémoire, sans y ajonter un participe
passé ou un nom : ces mots ne sont placés dans cette partie, en regard de cha-
que personne des temps des verbes, que pour la liaison des mots dans la lec-
ture courante. - (2) Indicatif signifie qui a la propriété d'indiquer.- (3i Toutes
les secondes personnes du singulier ont un s à la fin, excepté celles de l'impé-,
ratif des verbes de la-première conjugaison et de quelques-uns de la seconde.—
(4) imparfait signifie non achevé, non parfait. - (5) Défini veut due déter-
miné ; ou appelle passé défini, celui qui marque un temps entièrement passé.
Exemple : jreus hier la fièvre. On ne doit se servir du passé défini qu'en par-
lant d'un t,err;ps absolument écoulé, et dont il ne reste plus rien.- (6) On appelle
Passé indéfini celui qui marqne un temps dont il peut rester encore quelque
partie à s'écouler ; exemples J j'ai eu la fièvre aujourd'hui ; j'ai étudié ce malin,
j'ai étudié hier, j'ai étudié cette semaine, j'ai étudié la semaine passée, etc. —
(7) Indéfini signifie qui n'est pas défi/Ii, déterminé.
Remarques sur les verbes auxiliaires. Les verbes avoir et être ne
sont auxitiatres que lorsqu'ils accompagnent le participe passé d'un verbe,
comme j'ai été, tu eus été ; il avait chanté, nous aurions mangé ; — Jtr suis
arrivé, tu fus déconcerté, il était parti, nous serions ruinés, etc. Mais em-
ployés seuls, le premier est actif, comme dans : j'ai un habit, tu as du cou-
rage; te second est dit verbe substantif: je suis malade, tu étais courageux.
46 EXERCICES D'ORTHOGRAPHE.
PASSÉ ANTÉRIEUR (1).
Quandlorsque,—avant cela,—dès que :
J'eus eu peur.
Tu eus eu pitié.
Il eut eu confiance.
Nous eûmes eu foi.
Vous clltes eu besoin.
Ils eurent eu occasion.
PLUS-QUE-PARFAIT (2).
Quand vous vîntes, — quand vous en-
trâtes, - aussitôt que :
j'avais eu envie.
Tu avais eu horreur.
11 avait eu raison.
Nous avions eu droit.
Vous aviez eu idée.
Ils avaient eu tort.
FUTUR SIMPLE (3).
Bientôt, —demain, — à l'avenir, — lundi
prochain :
J'aurai souvenir.
Tu auras conscience.
Il aura motif.
Nous aurons preuve.
Vous aurez satisfaction.
ils auront courage.
FUTUR PASSÉ.
Après demain, — quand vous viendrez,
- dès que :
J'aurai eu de l'or.
Tu auras eu des habits.
Il aura eu du pain.
Nous aurons eu du vin.
Vous aurez eu le désir.
Ils auront eu le talent.
CONDITIONNEL (ou Suppositif] PRÉ-
SENT (4) 2e mode : 3 temps.
Si je pouvais,- si je voulais,- si j'avais
le temps :
J'aurais un cheval.
Tu aurais une prairie.
Il aurait une métairie.
Nous aurions une propriété.
Vous auriez une jument.
Ils auraient - un poulain.
PASSÉ.
Si j'avais pu, — si mon frère avait eu
le temps :
J'aurais eu dîné.
Tu aurais eu fini.
Il aurait eu copié.
Nous aurions eu cru.
Vous auriez eu déjeuné.
Ils auraient eu goûté.
On dit aussi (5) :
J'eusse eu supplié.
Tu eusses eu racheté.
Il eût eu lié.
Nous eussions eu su.
Vous eussiez eu dû.
Ils eussent eu clos.
IMPÉRATIF (6). 3e mode : 1 temps.
Point de première ni de troisième
personne au singulier, point de
troisième personn e au p luriel.
Aie confiance.
Ayons miséricorde.
Ayez commisération.
SUBJONCTIF (7). — PRÉSENT OU FUTUR.
4e mode : U temps.
On désire, — il faut,— on désirera,
- JI faudra
Que j'aie une heure.
Que tu aies un livre.
Qu'il ait une plume.
Que nous ayons un canif.
Que vous ayez un signal.
Qu'ils aient une règle.
IMPARFAIT.
Il fallait, — il faudrait, - je désirerais,
— ie souhaiterais :
Que j'eusse v un lièvre.
Que tu eusses un chien.
Qu'il eût un fusil.
Que nous eussions un cheval.
Que vous eussiez un char.
Qu'ils eussent. un chariot.
(1) On appelle Passé antérieur celui qui marque une chose faite avant une
autre ; exemple : Dès que nous ethnes vu la fête, nous partîmes. Antérieur
signifie qui est avant. — i2) Plus-que-parfait signifie plus quepassé, parachevé.
- (3 Futur signifie devant ê;re ; simple exprime le contraire de composé;
simple, parce qu'il ne renferme quun seul mot. — 1*0 Conditionnel, qui a
rapport à une condition, qui tient à une condition. — (5) Faire remarquer aux +
élèves la ressemblance de ce temps avec le plus-que-parfait du subjonclif. —
(6) Impératif signifie qui a la propriété de commander ou d'exprimer le
commandement. — (7) SubjOllCtlf veut dire sous le joug, sous la dépendance
d'uti verbe qui précède, et dont il ne peut être séparé sans cesser de former un
sens claif et déterminé. Il sera bon de faire remarquer la différence qui existe
entre Vindicatif et le subjonctif.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin