//img.uscri.be/pth/f81f205bacdb2bf804e585a056e33297d1621458
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

De l'Empire et de la démocratie, par M. Albert Maurin,...

De
15 pages
Ledoyen (Paris). 1852. In-8° , 16 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

DE
L'EMPIRE
ET DE
LA DEMOCRATIE
PAR
L. ALBERT MAURIN
Ancien rédacteur en chef du Commerce et de la Patrie.
PARIS
CHEZ LEDOYEN, LIBRAIRE
PALAIS-ROYAL, GALERIE D'ORLÉANS, N° 31.
OCTOBBE 1858
DE
L'EMPIRE
ET DE
lA DÉMOCRATIE
L'Empire, c'est la Révolution organisée.
I. .
Un nouveau plébiscite sera soumis dans quelques jours au
suffrage universel.
Il s'agira cette fois de savoir si la France entend ou non con-
solider l'exercice du pouvoir suprême dans les mains de celui
qu'elle a choisi à deux reprises pour gouverner la République.
Après le vote du 20 décembre, après l'accueil que le prince
Louis-Napoléon a reçu dans son dernier voyage, le résultat du
scrutin n'est plus une hypothèse; toute incertitude est levée ;
l'Empire sortira des urnes. Personne n'en doute; les anciens
partis sont résignés : républicains, orléanistes, légitimistes, s'ils
contestent encore le droit, s'inclinent déjà devant le fait. L'his-
toire, comme l'océan, a ses courants irrésistibles.
Mais les courants de l'histoire ne sont pas le produit d'une
force aveugle ; le hasard ne les règle point. Ils ont leur logique
et leur philosophie ; leurs causes et leurs effets s'enchaînent, et
ceux-là sont des ignorants ou des sophistes, qui ne voient dans
les grandes transformations des sociétés, dans les révolutions,
qui renversent ou qui réédifient, que l'heureux complot de
quelques esprits, habiles à remuer l'élément populaire, et l'en-
gouement d'une multitude passionnée pour l'erreur.
Ce sont ces ignorants et ces sophistes qui ont tour à tour
attribué le mouvement national de 1789 aux conspirations de la
franc-maçonnerie, la révolution de 1830 aux intrigues du Co-
mité-directeur, la révolution de 1848 à je ne sais quel incident
de carrefour; qui démain attribueront Je vote de huit millions
de citoyens à l'aberration des masses, fanatisées par la légende
impériale, par l'épopée de Marengp et d'Austerlitz.
J'ai cru découvrir, dans l'examen attentif des faits de mon
époque, quelques-uns de ces mystérieux .rapports qui lient les
événements entré eux comme le ciment lie Là pierre, et il m'a
semblé que l'heure était bonne pour soumettre à mes conci-
toyens le fruit de mes réflexions...
Cet écrit, je l'adresse à la démocratie ; il procède d'un ardent
amour du bien public et d'une raison éclairée par l'étude. Je
voudrais épargner une faute à des hommes que j'aime, et servir
une cause sacrée, à laquelle l'avenir appartient sans nul doute,
qu'il n'est au pouvoir d'aucune puissance humaine d'anéantir,
mais qui ne doit pas même avoir d'éclipse momentanée, parce
qu'elle est le flambeau de l'humanité.
Je n'ai point l'ambition d'exposer ici un corps de doctrines;
le temps manquerait à une oeuvre pareille. Les événements sem-
blent avoir emprunté à la vapeur sa force inouïe d'impulsion ; il
nous faut courir, quand ils volent, sous peine de rester dans
l'ornière. Qu'on ne cherche pas non plus dans ces pages de
l'enthousiasme et du lyrisme. L'enthousiasme et le lyrisme sont
les aphrodisiaques de la politique. Mon seul but est de faire
penser ceux qui me liront.
II.
L'Empire va se faire. Quand les procès-verbaux des quatre-
vingt-six départements, concentrés dans les bureaux du sénat,
auront été dépouillés, à côté d'une immense majorité, à côté
des sept à huit millions de suffrages donnés au chef actuel de
l'État, une minorité posera son chiffre, où quelques milliers de
voix protesteront contre la volonté populaire. Le résultat, je le
répète, est inexorable, il est inflexible.
Cette minorité, qui la revendiquera? quels partis s'avoueront-
ils vaincus dans cette nouvelle campagne du suffrage uni-
versel?
J'en sais deux qui devront l'accepter comme l'expression de
leur défaite irrévocable : la Légitimité et l'Orléanisme seront
frappés en pleine poitrine par le scrutin de 1852.
Dernière expression du régime féodal, la Légitimité n'a rien à
attendre du suffrage universel, qui est sa négation ; organisation
vicieuse et anormale des classes moyennes, l'Orléanisme ne
saurait exister sans le monopole électoral des censitaires.
Seule, la démocratie pourra proclamer comme sienne la
majorité qui fera l'Empire ; car cette majorité se composera,
pour les sept huitièmes, des travailleurs des villes et des cam-
pagnes, des ouvriers laborieux qui fécondent le sol et qui rem-
plissent l'atelier ; et si la démocratie n'est point là, il faut la
rejeter parmi les abstractions métaphysiques : elle n'est plus
qu'un être de raison, et la politique ne saurait en tenir compte.
Mais la démocratie existe en France, ou plutôt elle est la
France entière, la France émancipée par la révolution de 1789,
ne reconnaissant plus dans son sein de castes ni d'inégalités
sociales, mais des fonctions diverses, toutes également utiles,
toutes également honorées, quand la vertu les accompagne,
échelle merveilleuse où se groupent les capacités, sans recon-
naître d'autres règles que leur propre aptitude.
Il ne suffit point cependant que la démocratie accomplisse son
oeuvre, il faut encore qu'elle sache pourquoi elle l'accomplit. Si
elle agissait comme une puissance aveugle et fatale, sans avoir
conscience d'elle-même, des intérêts égoïstes, des passions
étroites pourraient-lui ravir le fruit de ses conquêtes, s'at-
tribuer l'action qui lui appartient, et rétarder dans une certaine
mesure la marche du progrès et de la civilisation:
Or, je le dis avec douleur, dans la confusion des langues, dans
le chaos d'opinions et de principes où nous ont plongés quatre
années de luttes et de déchirements, les meilleurs esprits se sont
égarés, les consciences les plus pures se sont troublées; comme
l'aiguille aimantée dans une atmosphère orageuse, nous avons
perdu notre nord; nos entraînements seuls ont égalé nos
perplexités. A voir de trop prés les incidents de l'histoire, les
regards se troublent, le jugement se fausse ; on prend pour la
«ente du fleuve le clapotage qui se produit à la surface, et pour
— 6 —
la nuit le nuage qui couvre un instant le soleil. Beaucoup ont
cru, de la meilleure foi du monde, que l'existence de la démo-
cratie était liée à une forme exclusive de gouvernement ; que la
plus mauvaise des républiques lui était plus favorable que le
meilleur des pouvoirs héréditaires; que chaque pas vers l'em-
pire était un pas, vers le privilège et l'aristocratie. Et tandis que
les masses anonymes votaient pour un Bonaparte, des hommes
éminents protestaient contre leur propre parti ; si bien qu'en
mettant leur nom au bas de cette protestation, ils ont fait à la
démocratie un rôle de vaincue, quand la démocratie coulait à
pleins.bords et triomphait d'un bout à l'autre de la France, non
point dans quelques intérêts immédiats et éphémères, mais
dans son essence même, dans ses intérêts généraux et im-
muables.
III.
Il s'en est suivi cette conséquence, que le mouvement irrésis-
tible qui s'était manifesté au 10 décembre 1848, a été méconnu
par ceux-là même qu'il entraînait. L'accident a pris la place de
la cause, et l'épisode a étouffé l'histoire. Suivant ses craintes,
ses espérances, ses sympathies ou ses aversions, chacun de
nous a expliqué ce qu'il ne comprenait pas.
Pour les uns, l'élection d'un Bonaparte n'était qu'une protes-
tation contre la République; pour les autres, une planche de
salut sur laquelle la France, naufragée se jetait à tout hasard
pour sauver l'ordre social; ceux-ci l'imputaient au sentiment
royaliste des masses; impatientes de restaurer un trône , elles
prenaient le seul prince que la Constitution lui permît d'élever
à là présidence, afin.de se donner, à défaut de la réalité, une
ombre de monarchie ; ceux-là l'attribuaient à l'ivresse des sou-
venirs de la gloire impériale.
Personne n'y voyait l'avènement définitif, la consolidation de
la démocratie..
De là, l'anarchie et la contradiction des votes dans l'élection
des représentants du peuple, opposées à l'unité de l'élection
présidentielle ; de là, tous les déchirements de l'Assemblée légis-
lative et le coup d'État du 2 décembre.