Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Discours prononcé à Castel-Jaloux sur la tombe du Commandant d'état-major Victor Petit ; par M. Gustave Poujard'hieu. (Novembre 1868.)

De
15 pages
impr. de Poitevin (Paris). 1868. Petit, Victor. In-8° , 16 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

DISCOURS
PRONONCÉ A CASTEL-JALOUX
SUR LA
1 , , 1 il
TOMBE DU COMMANDANT D'ÎTAT.MJWn
VICTOR PETIT
PAR
-M. GUSTAVE POUJARD'HIEU
PARIS
IMPRIMERIE POITEVIN
R.ue Damietie, 2 et 4
1868
Le Commandant d'État-Major VICTOR PETIT est
mort à ALGER le 12 avril 1868. Il n'avait que
43 ans. Sa mort a été un deuil public pour son
pays natal. Ses amis. ont voulu que son corps
fût transporté à CASTEL-JALOUX et qu'il eût sa tombe
auprès d'eux. Ils ont à cet effet recueilli une sous-
cription publique à laquelle ont concouru, obole par
obole, tous ceux qui avaient connu et aimé celui dont
ils déplorent la perte. Ils ont rencontré partout, pour
cet acte pieux, le concours le plus sympathique.
Que l'Etat-Majur général de l'armée à Alger qui a
veillé avec tant de soins à l'exhunation, que le Clergé
qui a prêté si généreusement son ministère sacré, que
les Autorités qui se sont associées avec tant d'empres-
- 4 -
sement à ce témoignage privé de regrets unanimes,
veuillent bien recevoir les remercîments de tous ceux
qu'ils ont si bien secondés.
La ville de CASTEL-JALOUX a concédé à perpétuité
le terrain sur lequel s'élève le modeste monument
consacré par l'affection de ses amis et l'estime de ses
concitoyens à la mémoire de VICTOR PETIT.
Les Membres du Comité de souscription:
GUSTAVE POUJARD'HIEU. - H. DELPECH-BUYTET, à Agen ;
LOUBIÈRE; MARABAIL JEUNE, à Aiguillon; PEPIN, à Da-
màzan; GABRIEL COL; HENRI DUFILS; RIPES, à Castel-
Jaloux.
Novembre 1868.
DISCOURS
PRONONCÉ
SUR LA TOMBE DU COMMANDANT D'ÈTAT-MAJOR
VICTOR PETIT
PAR
M. Gustave POUJARD'HIEU
MESSIEURS,
Les amis du Commandant d'Etat-Major VICTOR PETIT
m'ont chargé de porter la parole en leur nom dans
cette triste cérémonie. Puissé-je, en puisant mes ins-
pirations dans mon propre cœur, exprimer comme
vous le souhaitez, les sentiments et les pensées dont
nous sommes tous animés!
Si l'on jugeait votre pieuse manifestation à l'im-
portance de celui qui en est l'objet, au rôle qu'il a
joué dans la société, aux services qu'il a rendus, peut-
être trouverait-on que faire revenir d'Afrique le corps
6
d'un jeune Officier, pour l'inhumer dans un terrain
concédé à perpétuité par la ville qui le revendique pour
l'un de ses enfants; que faire appel, pour cette trans-
lation, à tous les concours, réclamer comme pour une
œuvre patriotique la contribution d'un grand nombre
de citoyens; peut-être trouverait-on, et l'ami lui-
même que nous pleurons aurait-il pensé, dans sa
modestie, qu'il y a disproportion entre les honneurs
qu'on lui rend et ceux qui lui étaient dus.
Mais ce n'est pas ainsi, Messieurs, qu'il faut consi-
dérer les funérailles extraordinaires que vous faites au
Commandant VICTOR PETIT. Vous avez voulu, par un
acte qui en gravât pour longtemps le souvenir, consa-
crer l'exemple qu'il a donné, l'exemple de l'avéne-
ment de l'intelligence au rang qui lui appartient par
son propre droit; vous avez voul u que cette existence
si bien remplie et si prématurément détruite fût en-
tourée d'une sorte de légende, et que ce vaillant jeune
homme, qui avait si bien démontré la puissance du
vieux proverbe : « le travail acharné triomphe de
tout », eût au milieu de vous un monument qui rap-
pelât sans cesse ce robuste adage à vos enfants.
VICTOR PETIT était un fils de ses œuvres dans la plus
virile acception du mot. Aucun de ceux qui m'entou-
rent n'ignore quelles furent les épreuves de son enfance.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin