Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Discours prononcé par M. l'abbé Chambon, député des Amis de la constitution de Perpignan, au club des Jacobins de Paris

De
13 pages
impr. de Guillaume junior (Paris). 1790. 5 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

DISCOURS
---- --.-.- u- -. --,
(/. ,) '? il ,
f----
, 1:\ C (" :r '). <
7ÇLO N C E ) 1
~AB~O~~
PAR CHAMBON,
S <g?l'
Déplité e la. Constitzition
'-.. IJ1P \\-/
de Perpzgnatr;.all Club des Jacobins
de Paris. Acœvr- r ': 0
- MESS I EU r, S.
LA mission que je viens remplir au-
près de vous , est bien délicate, puisque
j'ai à vous dévoiler des scènes d'horreur 7
où le Clergé paroît avoir joué le premier
rôle , et que la plus grande indulgence
ne sauroit excuser : mais fut-elle plus
difficile, je la remplirai avec le zèle qu'ins-
pire l'amour du bien public.
( 4 )
Ce langage mâle ? nécessité par les
circonstances, et digne des amis de la
liberté ? excita contre eux la Noblesse ,
la Magistrature et le Sacerdoce, et ce fu-
rent les prêtres, toujours adroits à séduire,
quand il s'agit de leurs intérêts , qui pér-
suadèrent à quelques femmes crédules 5
d'engager leurs époux a rétracter leur
signature de décrit qu'ils appelloient
incendiaire. C'est donc envain qu'on
publie avec emphase cette rétractation
partielle. Le Clergé aura toujours à
rougir des voies iniques dont il s'est
servi pour l'arracher à quelques ci-
toyens timides.
Cette persécution ouverte , n'arrêta
point les amis de la Constitution dans
leur projet, les obstacles ? au contraire,
parurent [accroître leur zèle. Oui ! ils
virent sans effroi, la Municipalité ? au
mépris des Loix auxquelles elle doit son
existence , favoriser les complots des
mécontens , et se ralliant, au contraire ,
sous les tentes glorieuses de la Liberté
et de la Loi 7 il réclamèrent, avec succès ?
( 5 )
la protection de l'Assemblée Nationale ,
pour qu'il leur fftt permis d'instruire le
peuple sur les dispositions du nouveau
Code National.
Les amis de la Constitution ont tou-
jours été fidèles au but qu'ils s'étoient
proposé, et s'ils ont donné au peuple
l'espoir d'un sort plus heureux, ce ne
fut jamais en lui promettant qu'il n'y
auroit plus d'inpôt, mais en lui assurant
au contraire , qu'il seroit également ré-
parti sur tous les individus. Si ce lan-
gage trompe le peuple ? les amis de la
Constitution sont coupables ; et le glaive
de la justice doit les frapper; mais s'il
n'est que le commentraire de la Loi, leur
conduite ne sauroit être blâmée 5 je dirai
plus , Messieurs , elle mérite des éloges.
Ah ! pourquoi les amis de la paix fei-
gnent-ils d'ignorer que les candidats ne
sont jamais reçus à la Société des amis
de la Constitution, qu'après avoir ajouté
au serment civique, la promesse formelle
de payer les impots , et que l'art. 3 du
réglement des amis de la Liberté et de
la Loi 9 porte expressement , que nul
( 6 )
pourra être reçu à l'école patriotique
qu'après que les membres qui le présen-
tent , ont certifié qiûil a payé t impôt,
A l'apui de cette vérité , Messieurs ? je
pourrois ajouter une autre preuve ail.
thentique consignée dans un Discours
iëndu public , où nos principes sur
la nécessité de payer l'Impôt , sont
développés dans l'exactitude la plus
4 '.1
rigoureuse ; mais je pense qu'il est
inutile de m'étendre sur cet objet. La
calomnie est aussi évidente , que le but
de soulever le peuple contre les amis de
la Constitution est authentique.
La passion de calomnier les vertus
Civiques des partisans de la révolu-
tion, a toujours dirigé la plume des
Amis de la paix, et voilà sans
doute ? ce qui les a décidés à rappeller
le souvenir d'une assemblée de toutes les
classes de citoyens , qui devoit se tenir
aux Jacouiiis, qu'il alloit s'y assembler
des nobles, des magistrats et des prêtres t
pourquoi ? Afin de dresser une protesta-
tion contre les décrets dé l'assemblée na-
tiûïîâlëi Je puis doiici dire hardiment que le

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin