Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

District des Prémontrés. Assemblée générale du 11 janvier 1790. Adresse respectueuse du district des Prémontrés à nosseigneurs de l'assemblée nationale

14 pages
1790. Paris (France) (1789-1799, Révolution). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

DISTRICT
DES PRÉ MONTRÉ S.
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE.
Du II Janvier 1790.
Adresse respectueuse du District des Prémontrés,
à Nosseigneurs de l'Assemblée Nationale.
à No Jcmblé,o Nationa le.
NOSSEIGNEURS,
LE Diftrid des Prémontrés, toujours anime
du meme zele qu'il a fait éclater dès les pre-
miers momens de la Révolution; toujours prêt
( 2 j
a tout sacrifier pour le maintien de la Consti-
tution, que votre haute sagesse vient de former
pour le bonheur de l'Empire Francois , vous
; supplie très-humblement d'agréer le nouvel hom-
mage que les circonstances lui font un devoir
de rendre au Tribunal Atigufte de. la Nation.'
Malgré des obstacles gemiriés & toujours re-
naiffans, malgré les efforts heureusement im-
puiffans des ennemis de la Patrie, votre courage,
NOSSEIGNEURS , & une fuite de glorieux &
pénibles travaux vont censommer cette salutaire
régénération qui, en faisant oublier à la Erance
les maux qu'elle a soufFerts & les dangers qu'elle
a courus, va lui rendre la gloire & ks avan-
f tages qu'elle avoir perdus.
Au grand étonnement de l'Europe, l'établisse-
ment d'une Municipalité commune à tout le
Royaume, s'est formée avec une célérité qui 4
passé nos e fpérances. Celle de k Capitale vous a
paru mériter une organisation particulière ; &
vous avez permis à sa Commune de mettre fous
vos yeux les observations qu'elle croiroit devoir
soumettre à votre sagesse sur ses localités & sur
ses convenances.
Nous, osons donc , NOSSEIGEURS,
(3)
faire dé très- humbles remofitrances , au nom
<Tun€ portion de cette vaste Cite, donc le régime
ne peut être ammué à aucun autre, & nous
vous les présentons avec d'autant plus- de con-
fiance, que vos Décrets ont annoncé à la Natiofi
qu'elle a recouvré sa souveraineté ; qu'elle est
libre & qu'il régneroit déformais entre les indi-
vidus qui la composent, l'égalité- la plus absolue
sans, autre distinction que b:lIe du mérite & des
talens, - -
Ces oracles confolans ont opéré en même-tems
une révolution politique & une révolution mo-
rale , en rappellanc l'homme à son essence & à
sa dignité primitive : vos Décrets lui -ont. fait
connoître ses droits, les loix , & ce qu'il doit
être dans l'ordre facial; il n'est plus cet homme
dégradé, avili : C'est un être régénéré qui rentre
en possession de ses prérogatives.
Le Diftriét des Prémontrés , pénétré dû refc
pea & de la foumiflion dus aux Législateurs
qui ont rétabli ces principes sublimes, se per-
mettra cependant , NOSSEIGNEURS, de vous
considérer aussi comme des Peres auxquels il doit
exposer librement & avec confiance, ses craintes
& ses vœux.
( + >
Paris a le plus pressant besoin d'une Munici-
palité appropriée à son étendue, à sa population
& à les mœurs ; mais il existe des convenances
qu'exige le régime de cette Métropole im-
mense , & qui méritent les réflexions les plus
sérieuses.
S
L'objet essentiel de: la législation Municipale
doit être d'inspirer aux Citoyens le respect pour
les loix , l'amour de l'ordre , & le bonheur de
tous : elle ne doit leur offrir que l'afpea d'un
tribunal de paix , du sanctuaire de la liberté &
de l'égalité.
La Commune de Paris a droit d'attendre une
Municipalité qui fraternise avec elle, qui lui
présente toujours des coopérateurs, des émules
& jamais des maîtres ; une Municipalité dont
les Membres choisis dans son fein y feront
rappellés aux époques où leur aÛivité devra
cesser & être transmise à d'autres ; une Muni-
cipalité à laquelle elle confiera ses plus chers
intérêts, mais qu'elle ne peut ni ne doit perdre
de vue, dont elle doit au contraire surveiller
incessamment la gestion ; une Municipalité, enfin,
qui foit l'image de l'empire du Pere de Famille ,
dont la main ne s'ouvre que pour répandre des
(5)
bénédictions , & qu'on baise toujours sans la
craindre (i).
Nous efpércns , NOSSEIGNEURS , & notre
elpérance ne fera pas sans douce trompée , que la
Loi Municipale que nous devons recevoir de
vos mains paternelles, fera établie sur ces bases ;
qu'elle fera formée dans le point de vue de la
plus grande utilité, & que renfermée dans les
justes limites du ressort qui lui convient, elle ne
servira jamais de prétexte à l'établissement d'une
aristocratie déguisée fous les formes Munici-
ari flocratie dé O fous les formes Munici-
pales.
Pour vous convaincre , NOSSEIGNEURS , de
l'importance de cette observation , tournez vos
regards sur la Municipalité adtuelle ; de cetre
Assemblée provisoire , qui n'a encore d'autre
(i) Le chef-d'œuvre de la Législation Municipale
consiste dans une juste combinaison de son autorité &
des besoins du Peuple; il faut en éloigner toutes les
attributions étrangères , & la concentrer dans le cercle
de celles qui lui font propres ; la Municipalité de Paris
aura-t-elle ces qualités , & l'arbre Municipal produira-
t-il les fruits salutaires qu'on en doit attendre , si
surchargé de branches & de rejettons paraûtes , il
demeure courbé & affaissé fous leur poids?

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin