//img.uscri.be/pth/06c1a25acb45200720ab500f6133f274333aa6f3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Eaux minérales ferro-cuivreuses de Saint-Christau...

11 pages
au bureau de la Gazette des eaux (Paris). 1866. In-32. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

EAUX MINÉRALES
FERRO-CUIVREUSES
ËlâfCBRISTAU
..(VALLEE Û'.«srÇ/— BASSES-PYRENEES)
' PARIS
AU BUREAU DE LA GAZETTE DES EAUX
LIBRAIRIE J. SAVY,
3t, RUE HAUTEPEUILLE, ii.
EAUX -MINERALES
FERR.O-GUIVREjtfSS-8
SAINT-CHRISTAU
(BASSES-PYRÉNÉES)
On se rend à Saint-Cliristau pour guérir la chlorose, les
affections utérines, mais surtout pour les maladies de,1a peau;
et cette croyance dans les vertus thérapeutiques de l'eau pour
ce dernier ordre d'affections a déjà un certain cachet d'anti-
quité, car elle se trouve consignée dans un récit légendaire.
En l'an 1300 environ, un berger, qui était lépreux, avait
l'habitude de laver de temps en temps ses mains et sa figure
à une source placée au pied d'une montagne, et quelle ne fut
pas sa surprise de voir disparaître peu à peu la lèpre qui le
rendait hideux et méconnaissable? Depuis ce temps, d'autres
lépreux allèrent se laver à la source, furent guéris, et la fou-
2
taine prit le nom de Source des Dartres. Dès lors, Saint-
Christau se vit fréquenté par de grands personnages, et sa
réputation s'étendit dans la province, où chaque année de
nouveaux succès ne font que la confirmer.
A tes eaux de Saint—Christau sont surtout efficaces contre les
'élections cutanées, contre l'eczéma et le psoriasis, et encore
contre la blépharile et la kératite chroniques pour lesquelles
on réclame fréquemment leur secours. Elles sont aussi parti-
culièrement spéciales contre deux groupes d'affections symp-
tomatiques de deux diathèses nettement caractérisées, la
syphilis et la scrofule.
On compte à Saint-Christau cinq sources différentes, ayant
toutes la température de 11 à 15 degrés centigrades. Une est
sulfureuse ; les autres, minéralisées par le cuivre et le fer, sont
divisées en deux groupes séparés et ahYnenlenl deux établisse-
ments : le premier, ou Etablissement des bains vieux; le
second, dit de la Rotonde, monument tout moderne, construit
par le propriétaire actuel, M. le comte de Barrante, et qui se
recommande autant par l'élégance de sa construction, que par
ses dispositions intérieures. 11 renferme douze baignoires, et
celui des Bains vieux quatorze. Ce dernier établissement con-
tient quatre cabinets de douches ordinaires et deux cabinets de
douches ascendantes.
Propriétés physiques et chimiques. — Limpide, presque
inodore, l'eau de Saint-Christau était rangée autrefois au
nombre des eaux sulfureuses par certains auteurs, au nombre
des eaux alcalines par d'autres écrivains ; mais depuis deux
ans la savante analyse publiée par M. le docteur Filhol a
permis de considérer la présence de l'élément le plus saillant,
de la composition des eaux de Saint-Christau.
Le sulfate de cuivre y existe à la dose de 0,0003, le sulfate
de fer à la dose de 0,0004; de plus, il y a des traces d'arsenic
et d'iode, et de la matière organique. La source sulfureuse est
minéralisée par le sulfure de calcium à la dose de 0,0103.
Les sources de Saint-Christau contiennent, en un mot,
ainsi que l'a dit M. Filhol, des substances actives en quantité
suffisante pour qu'on puisse aisément se rendre compte de leur
efficacité dans le traitement des affections morbides contre les-
quelles on les emploie depuis longtemps avec succès.
On utilise l'eau minérale de Saint-Christau en bains, en
boisson, en douches, en lotions et en fomentations.
Boisson. ■— En boisson, les malades prennent l'eau de la
source ferro-cuivreusc, à la dose de deux à six verres par jour,
et souvent bien plus, car la plupart la mélangent avec le vin
aux repas. D'un goût très-légèrement styptique, exhalant une
très-faible odeur de moisi, due probablement à la matière or-
ganique, elle n'altère nullement le goût ni la couleur du vin;
elle excite légèrement la muqueuse gastrique et augmente la
sécrétion urinaire. Chez quelques malades pléthoriques, elle
détermine la production de légers vertiges et des bouffées de
chaleur à la face, mais en général elle est bien supportée;
chez quelques sujets, elle provoque un peu de diarrhée.