//img.uscri.be/pth/50008c49d3b5fb3f251965a669782e91a3263b37
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Eloge historique de Messire François de La Fayette, évêque de Limoges

42 pages
Chapoulaud (Limoges). 1771. Lafayette, François de. In-12. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ELOGES
HISTORIQUES-
Avec Permission 1771.
ELOGE
HISTORIQUE
DE MESSIRE
FRANÇOIS DE LA FAYETTE,
EVESQUE DE LIMOGES.
A LIMOGES,
Chez PIERRE CHAPOULAUD, Impri-
meur & Marchand Libraire, Place
des Bancs.
3
A
- ELOGE HISTORIQUE
DE MESSIRE
FRANÇOIS DE LA FAYETTE,
EVESQUE DE LIMOGES.
L
ES Fartes de l'Eglise de
Limoges mettent, Messirè
François de la Fayette ,
au rang des plus grands
Evêques qui l'ont gouvernée. Sa
memoire est cherie dans ce Diocese,
elle doit être précieuse à quiconque
estime la verru. Pour rendre à cet
Illustre Prelat le tribut de loiianges
qu'il merite, il faudroit des talens
qui me manquent ; Ci pour y sup-
pléer il suffisoit d'exprimer simple-
ment ceque m'inspire la vénération la
plus profonde , je me promettrois
les suffrages du Public , il les doit
à ce qui fait le sujet de cet Eloge.
4.
M. François de la Fayette, Evê-
que de Limoges, fut le troisième des
Enfansde Claude de la Fayette , &
de Marie d'Alegre. Il naquit vers
l'année 1592, au Château de l'Ef- ,
pinasse en Auvergne. Sa Famille
étoit ancienne & titrée. Gilbert ,
du nom , un de ses Ancêtres , Fils
de Guillaume, Chambellan de Char-
les VII, se signala à la Bataille de
Bauge en 1421. , l'état en reçut de
grands fer vices 5 il sur un des prin-
cipaux chefs qui chasserent les An-
glois, de la France,fous Charles VII.
Antoine Bifayeulde François dont
je parlerai dans cet Eloge His-
torique , fut fait par Louis XII. ,
Grand-Maitre de l'Altillerie. Ces
Emplois , & plusieurs autres, ont
illultré le nom de la Fayette , qui fut
ctteint en la personne de Marie
Magdelaine de la Fayette, Fille uni-
que qui épousa en 1706, Charles Bre-
tagne de la Tremouille , Prince de
Tarente.
Les d'Alegre , dont etoit issu ,
par sa Mere , François Evêque de
Limoges, font connus dans i'Histoi-
re par les dignités ou les éleverent
leur mérite & leur Noblesse. Ces
s
deux Familles ont reçu un nouveau
luttre de leurs alliances avec les Mai-
sons de Lorainne & de Mercœur ,
de Vendôme & des Comtes de Lu-
'de' de Joyeuse & de la Rochefou-
caur , de Senecé & de Polignac &c.
« Une descendance si glorieuse assu-
roit , à M. de la Fayette, un rang
distingué dans le monde; iL n'eut ja-
mais l'ambition de le desirer , il mit
toute sa gloire à servir Dieu dans le
Sanctuaire : en s'y consacrant, il y
porta les lumieres & les vertus que
demande le Sacerdoce. Il fut fait
Comte de Lyon,ensuite premier Au-
mônier de la Reine , Anne d'Autri-
che , mere de Louis XVI. L'air de la
Cour n'eut rien de contagieux pour
les moeurs. On le vit modeste & re-
servé dans le centre des grandeurs ;
le tumulte & les dangers qui les en-
vironnent n'affoiblirent point sa
pieté. Anne d'Autriche , Princesse
des plus vertueuses , lui donna dans
piufieurs occasions des marques de
Ion estime , & de sa bienveillance.
La réputation de M. de la Fayet-
te le fit connoître à Louis XIII.
qui le nomma à l'Evêché de Limo-
ges ,le Il Janvier 1627. Urbain VIII,
6
connrma cette nomination. & le 19
.Mars 1628. M. de la Fayette fut
Sacré Évêque à Paris, par Mgr.
André Fremiot Archevêque de Bour-
ges , assisté de Mgrs. Augustin Po-
tier Évêque de Bauvais 9 & Étien-
ne Puget alors Évêque de Dardanie,
enfuire de Marseille.
Anne d'Autriche) Jean Baptiste
Gaston Duc d'Orléans, d'autres Prin-
ces , le Nonce du Pape & plusieurs
Seigneurs de la Cour. affilièrent à
cette cérémonie : dans le temps qu'on
Ja faiîoit, la Reine ôta de son doigt
une bague précieuse qu'elle envoya
à M. de la Fayette , comme une mar-
que de sa c on fide ration pour ce
nouvel Évêque, & comme un gage
de l'union qu'il contractoit avec l'E-
glise de Limoges. Pour rappeller le
souvenir d'un fait si glorieux à et
Prélat, on le représente dans ses Por*
traits, avec deux Bagues. Pour gar-
der la fidelité dont il avoit reçu le
Symbole , il refusa plusieurs Evêchés
beaucoup plus considérables que ce-
lui dont il étoit pourvu.
M. de la Fayette en arrivant dans
la Capitale du Limousin, trouva cet-
te Province dans un état des plus
t
déplorables. Les troubles des guer*
res civiles , y avoient atfoiblis les
sentimens de la Réligion de nos Pe-
res. L'héresie de Calvin faisoit des
tentatives continuelles pour s'insi-
nuer dans ce Diocese: elle a voit ele-
vé une espece de Synagogue pref-
qu'aux portes de Limoges: aux envi-
rons de cette Ville, quelques Brebis
du troupeau étoient déjà infedées du
venin de l'erreur. Ceux qui avoient
été assés heureux pour conserver la
pureté de leur Foi, avoient peine à
le garantir de l'altération des mceurs.
Une ignorance profonde , & une
conduire scandaleuse , rendoient mé-
prilables & dangereux la plûparc
des Ecclesiastiques. L'indigence ou les
avoient reduit l'injustice & l'avarice
des Seigneurs , usurpateurs sacrilé-
ges des biens de l'Eglise , mettoit
les Ministres dans la nécéssité de se
rabaisser à des Emplois indignes de
Ja sublimité-de leur état. La Simo-
nie procuroit les Bénéfices que la
confidence n'avoit pu ménager. Le
peuple manquoit de Guides & de
Modeles : il se livroit à la per-
verfité de ses pallions & on ne lui.
enfeiZuQit.pas les vérités Chrétien-
8-
nes. On voyoit alors dans le Sano
tuaire quelques Prêtres éclairés &
vertueux, on trouvoit aulli dans le
monde des ames pieuses & timorées i
mais la multitude vivoit dans le deà.
règlement.
M. de la Marthonie , PérdécefTeur
immédiat de M. de la Fayette , avoit
publié en 1619 des Statuts pour re-
nouveiler dans ton Clergé l'Esprit
Sacerdotal. La vigilance de ce digne
Prélat ne négligeoir rien pour arrê-
ter les desordres répandus dans ton
Diocese. Le succès né répondit pas
à ce qu'on devoit attendre de ton
zélé & de ses foins. M. de la Fayet-
te fut plus heureux. Le premier obr
jet de sa solicitude vrayement pafto-
raie , fut la visite de (on Troupeau *
il la commenca dès l'année 1629? &
il l'acheva en 1631. Il tint ensuite
des Synodes ou il représenta aux Pas-
teurs des ames, leurs devoirs & leurs
fondions. Il fit imprimer les ordon-
nances faittes dans ces Synodes * sa
sagesse les avoit dictées, sa fermeté
les fit exécuter , & la discipline Ec-
clesiastique fut bien-tôt retabiie dans
le Diocese de Limoges. ! (
.,L'Illustre Préla, s'occupoit à des
*
9
travaux si louables & si utiles, lors-
qu'il fut obligé de se rendre à Paris,
pour assister a l'Assemblée générale
du Clergé de France , tenue en 1635.
M. de la Fayette y soutint la haute
idée qu'on avoit de sa régularité,
de sa prudence , & de son inrelligen.
ce dans les affaires. Dèsque cette
Assemblée eut finit ses délibérations,
il revint à Limoges, & il s'empreifi
de remplir le plan qu'il s'étoit tracé
pour rétablir & affermir le bon or-
dre dans son Diocese.Il eut la consola-
tion de reüssir.Employant ladouceur,
usant de ton authorité , felon que
les conjonctures l'éxigeoient, il obli-
gea plusieurs Seigneursà rendre les
Biens Ecclesiastiques, qu'ils avoiertt
usurpés. Par un Arrêt du Conseil pri-
vé , il fit déclarer tomme incompa-
tibles les Canonicats avec les Cures,
& ordonner à ceuxqui'les possedoient
ensemble , qu'ils eussent à faire leur
option dans trois mois. Le même
Arrêt enjoignit aux Curés la refiden-
-dence dans leurs Paroisses , fous peig-
ne d'être privés de leur Bénéfice,
avec permission à l'Erêque d'y pour-
voir , lorsqu'on feroit refractaire à
la Loi. Ce Reglement, folicité & ob-
10
tenu par M. de la Fayette , parut si
important qu'on le rendit général
pour tout le Royaume.
L'infradion des regles avoit in-
troduit le relâchement dans quel-
ques Communautés. Ce vigilant Pas-
teur y fit garder les observances pref-
crittes par les Fondateurs. Des Ab-
bayes se prétendirent exemptes de
la Jurifdittion Episcopale, & il les y
fournit. L'Abbaye de Notre Dame
de la Regle fut du nombre. M. de la
Fayette en renouvella les constitu-
tions avec tant de prudence que les
Religieuses s'y rendirent fidelles:
ce Monastere , un des plus anciens
& des plus celebres du Royame , est
aussi un des plus reguliers & des plus
édifians.
En 1649 , M. de la Fayette fit en-
core une visite générale de son Dio-
cese, il la finir en 1652 avec la sa-
tisfaction d'avoir aboli plusieurs a-
bus, fait cesser de grands scandales ,
& rendu au culte de Dieu la decence
convenable. Les Pasteurs gouverne-
rent leurs Paroisses avec plus d'at-
tention & d'assiduité, les inftruftions
furent plus fréquentes , & les moeurs
devinrent plus Chrétiennes dans le
Il
Diocese de Limoges ; le bon ordre
qu'on y vit regner fut principale-
ment le fruit des conférences qu'a-
voit M. de la Fayette avec Mrs. les
Curés. Il les affembloit deux fois
chaque année , pour leur rappeller
leurs devoirs , leur donner des avis
& ranimer leur zele. l
Pour donner un azile à la vertu
des Vierges Chrétiennes, ce pieux
Evêque facilita l'érabliifement de
pluûeurs Monasteres. C'est durant
le cours de ton Episcopat que les
Religieuses de ja Visitation vinrent
à Limoges , ainsi que les Filles de
Notre Dame ; ces dernieres furent
également fondées à St. Leonard
par les foins de M. de la Fayette ,
qui travailla avec le même succès
pour procurer des Ursulines à Ussel
& à Eymoutiers : il n'eut pas moins
de part à l'institution des Soeurs de
la Providence dans la Cité de Li-
moges. On ne sçauroit trop appré-
cier les avantages que procurent, à
l'Eglise & au Public , tcutes ces
Communautés. C'est dans ces faintes
Maisons que les Epouses de Jefus-
Christ nous obtiennent ses dons ,
par l'assiduité & la ferveur de leurs
ii
prieres. C'est là que nous trouvons
des exemples continuels des vertus
les plus sublimes. C'est dans ces
écoles de la Religion & de la piété b
que des Maîtresses aussi zelées qu'ex-
périmentées , forment l'esprit & le
cœur des Filles Chrétiennes , dont
l'éducation leur est confiée.
Dans un des Fauxbourgs de Li.
moges , font d'autres Religieuses qui
se cachent aux yeux du monde, pour
se rendre plus agréables à ceux de
Dieu ; leur Regle prescrit tout ce
qui peut conduire une ame à la
perfection Evangelique ; elles s'y
elévent sans celse par l'austerité de
leur vie , & par la pratique de tou-
, tes les vertus. Ces Religieuses font
les Clairettes qui doivent leur éta-
blissement à Mademoiselle de Meil-
hac. Cette vertueuse Fondatrice
trouva de grands obstacles, qui
s'opposerent à l'exécution d'une
œuvre si fainte; elle les surmonta par
le secours de la protedion & des
conseils de M. de la Fayette.
Ce très digne Prélat n'oublia pas les
Pauvres dans les différens projets qui
l'occupoienr. Il y avoit à Limoges
éeux Hôpitaux, celui de St. Gérard ,
l'autre
1J
B
l'autre de 'St. Martial : leur récidlàd
parut nécéssaire ? on ne pou voit
i'exécuter qu'en batissant une maU
son assès vaste pour contenir les in-
digens , fains & malades qui vou.
droient s'y retirer. Un Prêtre des plus
riches & des plus vertueux de cette
Ville (Mr. Maledent de Savignac)
entreprit de faire conûruire TEdi-r
sice , iLy consacra une grande par-
tie de ses Biens ; les quêtes qu'il fit,
le credit & les libéralités de M. de la
Fayette, fournirent d'autres refour-r
ces. L'Hôpital fut achevé , & le
même Prelat en fit confirmer l'Erec-
tion par des Lettres-Patentes. On
nomma des Administrateurs , le ,'i.
gilant & charitable Pasteur fut assi-
du à leurs assemblées; il vifitoit fou,
vent les pauvres, & pour les soula-
ger il retranchoit sur ses propres
besoins.
Le nombre des. indigens augmen-
te chaque jour ; c'eftce qui rend né-
ceffarre l'agrandissement de cet Hô;
pital , on y travailloit , mais les
fonds manquent pour le continuer.
On le conduiroit bien-tôt à sa per-
fection si nos Peres nous avoient
transmis leurs sentimens en nous
14.
laissant leurs Biens. Que les Riches
donnent à la charité cequ'ils accor..
dent au luxe & à leurs passions ;
alors les pauvres qui se trouvent
sans retraite & sans pain , feront
logés & secourus.
Pour se charger des foins penibles
& multipliés , que demandent les
différens besoins réunis dans un Hô-
pital , il faut des personnes rem.
plies d'un zele infatigable , d'une
charité toujours agissante , & d'une
patience à toute épreuve. C'est ce
qu'on trouve dans les Sœurs de
St.Alexis : elles doivent leur institu-
tion à Mademoiselle Petiot dirigée
par les conseils de Mr. de Savignac.
Cette vertueuse Fille rassembla cel'
les qui voulurent à son exemple ,
se consacrer au service des Pauvres.
M. de la Fayette, qui connut tout
l'avantage de cet établissement, l'éri-
geat en Communauté.
Il ne suffisoit pas qu'on eut ainsi
pourvu au soulagement temporel des
Pauvres de l'Hôpital , il falloit aussi
des Prêtres qui fussent chargés de
les instruire , de leur administrer les
Sacremens , & de leur donner la
sepulture. Mr. de Savignac trouva
15
des Ecclehaftiques qui le devouerent
à ces fondions. Il leur fit construi-
re une Maison & elever une Eglise.
Il affura à ces dignes Cooperateurs
de son zele , un revenu fuffiftnt pour
les nourrir & les entretenir. Il voulut
n'ils ne bornaffent pas leur Mi-
nistere aux secours spirituels qu'en
recevoit l'Hôpital, il exigeat enco-
re qu'ils siflent des Missions & qu'ils
travaillaffenr, parriculierement, à la
sanctification des gens de la Campag-
ne. C'est à quoi s'occupent ces Ou-
vriers Evangeliques , avec un succès
qui les console , dans les contradic-
tions que leur font quelque fois
éprouver d'injustes préjugés, & la
perversité de notre Siecle. Tel est
souvent le partage des Ministres qui
se sacrifient pour détruire l'empire
de Sathan, & pour étendre le regne
de Jesus-Christ.
M. de la Fayette vit avec une sa-
tisfaction inexprimable, une Com-
pagnie de Miffionaires unique-
ment occupée au salut de son Trou-
peau. Il leur donna dans toutes les
occasions , des marques de son es-
time , de sa confiance, & de sa
bienfaisance,
16
Tous les vœux de ce Prélat cô-
toient pas accomplis : il desiroit y
depuis long-tems , l'établissement
d'un Seminaire ou les jeunes Clercs
pussent connoitre l'étendue de leurs
devoirs , s'affermir dans la vertu ,
& acquerir la science de leur état.
M. de la Fayette ayant formé le def-
Ífin de cet établissement, enjoignit
à tous ceux qui afpiroient aux iaints
Ordres dè s'y disposer , durant une
année dans son Seminaire. En atten-
dant qu'il y eut une Maison bâtie
pour cet effet, le Seigneur Evê-
que, se priva de son Chateau d'me
pour y loger les Ordinans. Lors-
qu'on eut achevé de construire la
Maiion de la Mission,les Seminaristes.
y furent transférés : comme leur
nombre augmentoir confidérable-
ment , il leur falloir un Bâtiment
plus vaste ; l'inépuisable Mr. deSa-
vignac s'empressa de le leur procu-
rer. Étant à la fênetre de sa cham.
bre avec M. de la Fayette , ils ap-
perçurent une Vigne qui par la
beauté de sa situation * & par l'é-
tenduë de ion terrein ? leur parut
très convenable pour y placer le