Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Épître à mon professeur, M. J. F..., curé de Ch... par Jacques de Concise

De
14 pages
les marchands de nouveautés (Paris). 1826. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ÉPITRE
A
MON PROFESSEUR.
IMPRIMERIE DE SELLIGUE,
&,!£ DES TIEtl-JlUnVSTlï!, S. 8.
ÉPITRE
A
MON PROFESSEUR,
M. J. F.E, CURÉ DE CH X;
PAR JACQUES DE CONCISE.
PARIS.
TOUS LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.
1826.
EPITRE
A
MON PROFESSEUR.
CERTES, quand l''Éternel aurait, en me formant,
D'eau bénite cent fois retrempé son ciment;
Quand il aurait soufflé sa douceur dans mon âme,
Pourrais-tu t'étonner du courroux qui m'enflamme ?
Non. Depuis quelque temps un démon tout nouveau,
Du fiel de la satire humectant mon pinceau,
Et fatiguant mes yeux d'un miroir trop fidèle,
Des travers de mon siècle a troublé ma cervelle.
Fatigué du repos que tu m'as tant prêché.
De tes sages conseils je me sens détaché.
Il n'est donné qu'à toi de souffrir en silence
Les maux dont t'abreuva la monacale engeance,
Et sous ton toit rompu , sur tes rochers affreux,
D'aspirer les vapeurs de ton marais fiévreux ( i ).
( i) M. de la Martine n'est pas de mon avis. Il dit en par-
lant de la même contrée :
Au bord de ton lac enchanté.
6
Je crois encor Le voir, sortant du sanctuaire ,
D'un essaim de marmots peupler ton presbytère ♦
Et professeur gratuit, armé d'un rudiment,
Adapter tes leçons à leur entendement.
Au bien de ton hameau tu consacres ta vie.
Enjoué mais décent, docte avec modestie ,
Prêtre sans passions, modèle des 'pàsteurs,
Je t'entendis prier pour tes persécuteurs,
Et je pense du moins que leur intolérance
N'osera te blâmer de ma propre imprudence.
Lorsqu un dernier rayon vient éclairer Paris,
Surchargés de forfaits et de fange nourris ,
Les hideux rejetons de l'obscure police
Désertent à la fois tous les antres du vice.
Ce monstre à mille bras compte encore plus d'yeux;
Tantôt, levant la tête , on le voit furieux ,
Entraînant, confondant l'innocence et le crime ,
Dans chaque citoyen chercher une victime ,
Et du feu qu'il allume excitant les tisons,
Sourire en repoussant les verrous des prisons.
Tantôt, rampant sans bruit, comprimant son haleine,
Le monstre inaperçu semble exister à peine ,
Et près de l'imprudent qui se croit en repos ,
Note en lettres de sang le plus léger propos;
Prend la voix d'un ami, les traits d'une maîtresse ,
Demande mon secret pour prix d'une caresse :
Je l'évitc, il revient; je le poursuis, il part;
Sans cesse autour de moi, partout et nulle part ,

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin