Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous avez dit cinq sens ? ...

de Presses-Electroniques-de-France

Le Choix d'Amos

de editions-edilivre

ÉPITRE
AU
PAPIER BLANC.
c7/Caî 1819.
EPITRE
AU PAPIER BLANC.
AIMABLE ami, sans cesse de'voue',
De la candeur simple et modeste image ,
Cher Papier blanc, salut! Que d'âge en âge
Par nos neveux ton me'rite avoue ,
Leur tourne à bien et jamais à dommage!
Rempli pour toi du plus tendre inte'rêt,
Depuis long-temps j'avais fait le projet
De te rimer, à mon aise , une Epitre;
Mais jusqu'ici je n'en fis que le titre —
Dans ce Paris tout est improvise' ;
Et bien qu'on croie encore au libre arbitre,
A ce qu'on fait a-t-on bien avise' ?
Fait-on toujours ce qu'on s'est propose' ?
Toi, sans projets, innocent, impassible ,
Prêt à toute heure , à chacun accessible,
Tu souffres tout, et tu sers au hasard
Le sentiment comme l'indiffe'rence ,
Les gens d'esprit, les sots et l'opulence ,
Et la misère— Enfin , de toute part,
Tu dis aussi: Necpluribus impar.
(4)
Mon oeil, partout, te rencontre et t'admire.
Là, sur le front de la fille des champs ,
Ombrelle e'troite et qui sait lui suffire ,
Quand du soleil les feux e'blouissants
Blessent les jeux pour qui Gros-Jean soupire.
Là, ses rayons , que tu fais diverger,
Ne percent plus la vitre diaphane ;
Collé , tendu sur un cadre le'ger ,
Au scieur de long , comme au moderne Albane ,
A la brodeuse ainsi qu'à l'armurier ,
Tu vas fournir un jour plus re'gulier.
Dans les beaux jours de nos fêtes publiques ,
En traits de feu , je vois jaillir par toi,
Du sein des lys , nos emblèmes antiques ,
Ce cri français , le cri VIVE LE ROI !
Des e'coliers, en bruyante cohue,
Sur les hauteurs, courant contre le vent,
Enlèvent-ils un large cerf-volant,
Tu vas bientôt te perdre dans la nue.
Mais des marmots , d'un talent peu prouve',
Essayent-ils au milieu de la rue,
Le même jeu qu'ils ont mal observe' ;
Mon pauvre ami, quelle de'convenue !
Tombant vingt fois et vingt fois relevé',
Tu viens enfin raboter le pave' ;
Ou je te vois , pour comble de misère,
De tes débris orner le réverbère !
Mais reprenons de plus doux entretiens.
Te souviens-tu de ma prison d'Amiens ?
(5)
De ce couvent où les vertus badines
D'un Proconsul, qui s'y connaissait bien ,
Nous envoyaient pour notre plus grand bien ?
C'était, tu sais, le couvent des Nérines.
Là , pêle-mêle , ensemble confondus ,
Sans distinguer ni le sexe , ni l'âge ,
Dans un parloir étroitement inclus,
Il nous fallut, vivant à la sauvage,
Faire, un peu tard , un triste apprentissage.
C'était alors le temps républicain.
Pour lit, d'abord , nous eûmes de la paille
Fraîche.... à peu près; enfin vaille que vaille.
Mais bientôt las d'un coucher si mesquin
Et de dormir en veste , en casaquin ,
Chacun de nous obtient la grâce insigne,
Sur son placct qu'avec respect il signe ,
De se pourvoir de ses deux matelas ,
De sa couchette et même de ses draps.
Nous voilà bien. Mais dans l'unique pièce
Qui nous servait en commun de dortoir,
Couchait aussi la féminine espèce :
Il n'était là ni rideaux, ni boudoir;
Et face à face on pouvait tous se voir.
Sache , au surplus , que l'austère décence
Fut observée en cette circonstance :
Le sexe fut rangé tout d'un côté ;
L'autre pour nous strictement limité.
Etait-ce assez ? En vain la modestie
Nous apprend l'art de nous déshabiller;
D'un corps de femme est-il quelque partie
Qui n'ait son charme?.... On ne peut tout voiler...
(6)
Et puis la nuit, quand il fait clair de lune ,
Dort-on toujours? Puis il faut se lever....
Quel embarras ! Quelle chance importune !
Que ferons-nous, disait, à demi-voix,
La jeune fille, en parlant à sa mère ?
C'est impossible.... — Il faudra bien , ma chère :
A ton lever, voilà ce que j'y vois ,
Derrière moi tu feras ta toilette ;
Puis à ton tour , te mettant devant moi,
En peu de temps la mienne sera faite....
On chuchotait, on était en émoi.
Mais tu parais ; grâce te soit rendue !
Soudain deux clous dont la tête est crochue ,
Dans les deux murs , artistement plantés,
D'un long cordeau soutiennent l'étendue
Qui du dortoir sépare les côtés....
Plus d'embarras ! Nos dames confiantes
En te voyant cessent de s'effrayer,
Et le cordeau , par leurs mains diligentes ,
Est revêtu d'un rempart de papier !
Ce fut ainsi qu'en ce moment d'alarmes,
Contre nos voeux protégeant la beauté,
De nos regards tu défendis ses charmes ,
Et nous fournis un sujet de gaîté.
Dans ses besoins chacun de toi s'empare,
Et tu nous sers de moyen ou d'objet.
Qui donc pourrait, observateur barbare ,
De tes vertus méconnaître l'effet ?
Que l'on visite une manufacture ,
On est bien sûr de t'y voir employé;