//img.uscri.be/pth/222c1c788300d54cb66ece6ccb5fba59de702fc9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Épître aux députés, par Barthélemy Eymery

De
14 pages
Levavasseur (Paris). 1830. In-8° , 15 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

àmwm nia QNtoircb*
PARIS. —IMPRIMERIE DE POUSSIN,
HUE DE LA TABLETTERIE, Q.
EPÏTRE
PAR BARTIIÉLEMÏ EYMERY.
La Charte désormais sera une vérité.
LOUIS PHILIPPE.
LEVAVASSETJR, LIBRAIRE,
AU PALAIS-HOTAL;
DURAND ; JEUNE, RUE CROIX DES PETITS-CHAMPS , N° 7 J
TOUS LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.
1830.
ÉPITRE
AUX DÉPUTÉS.
Sur le trône écroulé d'un monarque parjure
Le peuple dés trois jours, Paris en dictature,
Vainqueur !.... régnait encor dans le palais des Rois h
Qui fut de sang français inondé tant de fois....
Il régnait.... en léguant aux annales dés âges
Ses trépas glorieux, ses combats, ses outrages,
Les noms de ses enfans à l'immortalité;
L'opprobre à Charles Dix.... à nous la liberté!.«..
6 EPITRE
Alors sans abjurer, sans suprême puissance.
Pure de tout excès, belle comme la France.
Députés ! qui veillez à la garde des lois,
Ce peuple souverain vous confia ses droits;
Sur l'airain d'Austerlitz au pied de la colonne,
Sans avoir abdiqué, vous remit sa couronne,
Et, vous laissant l'honneur de lui donner un Roi,
Des héros de juillet fut suivre le convoi—
Députés! il fut beau votre premier ouvrage....
De la Charte en débris recueillant l'héritage,
Un article subtil, par la fraude tracé,
Disparut pour toujours, par du sang effacé
La Charte ne fut plus le don du jésuitisme,
Recelant dans son sein les fers du despotisme,
L'octroi des rois maudits, qui, pour nous opprimer,
Mendièrent un trône aux mains de l'étranger;
De ces rois qui vinrent de la terre ennemie
En vautours affamés dévorer la patrie !
Et qui, pendant quinze ans, sur l'État, au cercueil,
Jetèrent, pour régner, un long crêpe de deuil. ~