//img.uscri.be/pth/f2a9ff157d82a74e50b5509ffb602acb77916113
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Épître selon saint Napoléon

8 pages
impr. de Moronval (Paris). 1815. France -- 1815 (Cent-Jours). 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

EPITRE
SELON
S'iJJrilN APOLÉON.
TOUT ce qui est écrit, a été écrit pour notre
instruction, afin que nous concevions une es-
pérance ferme par la patience et par la conso-
lation que nous recevons des écritures. Il
sortira, a dit un prophète, un rejeton qui
viendra gouverner les nations, et les nations
espéreront en lui. Que le Dieu qui est le fon-
dement de votre espérance vous comble de
joie dans cette attente ; ensorte que vous soyez
remplis de plus en plus de cet espoir.
La France gémissait depuis nombred'années
IOUI le joug de différentes factions ; elle était
(3 )
dans une sorte de léthargie qui faisait craindre
pour son anéantissement total, lorsque Bona-
parte revint de l'Egypte; il fut désigné comme
son sauveur, et prit les rênes du Gouverne-
ment.
0 France! Yoici l'heure de sortir de votre
sommeil, car votre salut est maintenant plus
près que vous ne pensez. La nuit est passée,
Je jour s'est approché. Rejetez donc les œuvres
de ténèbres, et revêtez-vous des armes de
lumière.
Ainsi parla, Bonaparte, il fit un code de
lois, les temples qui, depuis plusieurs années,
étaient fermés, se T'ouvrirent ; la religion ca-
tholique fut rétablie dans son ancienne splen-r
deur : le peuple passa de la férocité à la civili-
sation ; les arts fleurirent, le commerce reprit
vigueur; il fit respecter et craindre, par ses
victoires multjpliécs, les armées Françaises; et
on le regarda comme le libérateur du royaume.
Il prit ensuite le titre d'Empereur, titre qui
lui fut d'aulant plus conféré qu'il avait donné
uu i ouvcl éclel à la Fiance. Eu changeant ce