Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Épître sur la colonie de Mettray à M. Demetz, fondateur, par Mlles Eugénie et Laure Fiot

De
12 pages
impr. de Benard (Paris). 1853. In-8° , 16 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

EPÏTRE
A.MéîN'SIEUR DEMETZ
CONSEILLER HONORAIRE
DE LA COUR IMPÉRIALE DE PARIS
FONDATEUR
DE LA COLONIE DE METTRAY
ÈPITRE
SUR
tH-FELONIE DE METTRAY
M. DEMETZ FONDATEUR
PAR
Miie, EUGENIE ET LAITUE FXOT.
PARIS
IMPRIMERIE BÉNARD ET COMPAGNIE
RUE DAMIETTB, 2.
1853
Mettray est une colonie agricole de jeunes détenus acquittés
d'après la loi, comme ayant agi sans discernement.
Sa fondation se rattache à l'une des plus grandes questions
du 19e siècle, la réforme des prisons.
Toute l'influence moralisatrice de Mettray est dans la pra-
tique de la religion chrétienne, dans l'esprit de famille, dans
l'amour du travail appliqué surtout à l'agriculture, dans l'ému-
lation du bon exemple, dans le culte de l'honneur, dans l'ha-
bitude d'une discipline sévère mais juste et dans l'usage d'une
liberté bien entendue.
Pour avoir trop à dire, nous ne pouvons qu'ajouter à nos
lecteurs : allez voir Mettray, cette colonie modèle de régéné-
ration humaine, et vous saurez tout le bien qui a été fait, et
vous serez attendris jusques aux larmes!...
M. de Courteilles, un des deux fondateurs de la Colonie,
vient de succomber au milieu de son dévouement et de sa
gloire.
EPITRE
SUR
LA COLONIE DE METTRAY
Dne loi qni punit, pour mieux nous protéger,
Doit prévenir le mal, ou doit le corriger.
S'opposer aux progrès du vice qui commence,
Pour corriger les moeurs, moraliser l'enfance,
D'un bon réformateur c'est le premier devoir.
Tu le savais, Demetz; c'était beaucoup savoir!
C'était peu pour Metlray... mais la noble pensée ,
Sur un objet si grand , qui donc l'avait fixée?...
Ton coeur ardent au bien, ta charité, ta foi,
Le désir de prêter un secours à la loi.
En toi je reconnais un magistrat-apôtre.
Aux siècles avenir recommandant le nôtre,
Et de l'humanité qui gémit dans nos lois
Rappelant le saint nom aux. peuples comme aux rois!
Courage!... ta vertu mérite la victoire
Qui donne la plus pure et la plus belle gloire !

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin