//img.uscri.be/pth/9907958a194e0ea06058c5659b082312a2b2199d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Fête de la Saint-Louis, quatrième réunion. 24 août 1818

10 pages
Impr. de P. Didot l'aîné (Paris). 1818. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

FÊTE DE LA SAINT-LOUIS,
QUATRIEME REUNION. - 24 AOUT 1818.
DISCOURS D'OUVERTURE
QU'IL seroit à désirer pour nous, Messieurs,
que nos voix eussent autant d'éloquence que
nos coeurs éprouvent de sentiments à l'idée
du motif qui nous rassemble ! C'est pour
la quatrième fois que notre bonheur nous
a réunis à cette auguste époque. Combien,
en effet, Messieurs, n'avons-nous pas rai-
son de l'être, et de célébrer la fête de notre
Monarque ! Ne jouissons-nous pas des bien-
faits inappréciables de la paix?.... de cette
paix si chère et si vivement sentie par
l'homme véritablement François, par celui
qui aime sa patrie, notre mère commune....
LOUIS en a donc cicatrisé les plaies comme
celles de nos coeurs : ses travaux, ses veilles,
ses voeux, ne peuvent donc que tendre à
notre commun bonheur. N'en avons-nous
pas déjà ressenti les effets? déjà les cohortes
( 2 )
étrangères se préparent à quitter notre ter-
ritoire; les impôts sont diminués, le calme
renaît de toute part, le commerce reprend
de la confiance et acquiert chaque jour de
la supériorité sur les puissances étrangères...
A qui devons-nous tant de bienfaits? à
LOUIS XVIII, à notre Roi'bien-aimé.....
Que nos voeux, que ceux des coeurs vrai-
ment françois se réunissent et l'entourent !
Oui, Messieurs, que notre fidélité soit le
bouclier du Trône, notre vie, notre dévoue-
ment sa force et sa splendeur ; et nous mé-
riterons d'être comptés parmi ces braves et
loyaux François, l'honneur et la gloire de
la Patrie, du Trône, et du Monarque qui
nous gouverne.
C'est à cet effet, Messieurs, que nous
nous réunissons ; c'est pour que de nos voeux
en général il n'en résulte qu'un seul, celui
de la gloire du Roi, de son bonheur, d'où
émane le nôtre, de sa prospérité, et de celle
de toute sa Famille.
VIVENT LES BOURBONS ! VIVE LE ROI !
FÊTE
DU ROI.
QUATRIÈME RÉUNION.
M. DCCC XVIII.
COUPLETS
CHANTÉS A CETTE RÉUNION.
Ain : Agnès le veut , Agnès l'ordonne.
O jour heureux ! de l'alégresse
Dans l'air retentissent les cris ;
En tous lieux le Français s'empresse
De célébrer la SAINT-LOUIS ;
* Par CONSTANT, Typographe.