//img.uscri.be/pth/a8e50c2f2fd662552fde0ff8e9dc378a066cb2ce
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Fête de Saint-Jean, célébrée le 29e jour du 4e mois de l'an de la V @ L @ 5828, par la R @ L @ de la Parfaite Harmonie à l'O @ de Clermont

8 pages
A. Veysset (Clermont Ferrand). 1828. In-8°. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

&OM U& ampim îru #. \ ©. \ îfjp Jranr*.
*W SAINT - JE AN ,
CÉLÉBRÉE LE 2ge JOUR DU If MOIS DE L'AN DE LA V.'. L.\ 5828,,
PAR LA R.\ L.\ DE LA PARFAITE HARMONIE A L'Q.\ DE
CLERMONT.
Après l'ouverture de la séance, le F.'. D.... Or.*.
a pris la parole en ces termes :
« JE veux être maçon, me disait un profane,
» A vivre sous vos lois ma raison se condamne;
» Mais d'un grand appareil épargnez-vous les frais,
» N'ouvrez point les tombeaux, laissez lés morts en paix.
» Le tonnerre bruyant et le fracas des armes
» Que vous représentez me causent peu d'alarmes.
» Je crains peu de vos coups l'épouvantail trompeur;
» Quand le péril est nul on est bientôt vainqueur. » —
Qui vous a dévoile'nos épreuves secrètes? —
« Ne cherchez point, Messieurs, des bouches indiscrètes
« Ailleurs que parmi vous. Des frères m'ont tout dit. »—
Vous m'étonnez! — « Je sais qu'un serment interdit
» La révélation de vos secrets mystères
» Oui perdent tout leur prix à devenir vulgaires.
» Mais vos grades, vos noms, vos signes fraternels, 'tg^u.
» Vos mots mystérieux et vos jours solemnels, '**'
» Tout est connu. Je parle et sans fard et sans guise ;
» Cessez donc de montrer une feinte surprise,
» Car à d'autres que moi vous pouvez soutenir
» Que jamais un maçon n'a su se démentir,
» Et qu'une fois admis aux travaux d'une loge,
» A ses sermens jamais un frère ne déroge.
» Contre un révélateur en vain, sur un autel,
» Vous conjurez des dieux le courroux éternel !
» Parmi vos francs-maçons beaucoup d'hommes sont femmes.
» Rien ne reste caché dans le fond de leurs âmes;
» Il suffit de leur dire : Ici tout est secret,
» Pour qu'ils sentent déjà le désir inquiet
» D'informer tout venant, soit maçon, soit profane,
» Que de nouveaux Mydas ont des oreilles d'âne.
» Conteurs officieux, ils vous apprennent tout,
» Et sans qu'il soit besoin de les pousser à bout.
» D'un secret dévoilé voulez -vous un exemple ?
» Puisqu'il faut vousconvaincre. Un jour que dansle temple...»—
Cessez cet entretien, laissez-moi clans l'erreur
Sur le frère indiscret ou le révélateur
Qui, méprisant les lois de la maçonnerie,
A l'estime des siens préfère l'infamie.
Au fait. D'être maçon avez-vons le dessein?—
« Sans doute, j'y prétends; le serai-je demain ?» —
Non. Je dois meltre un frein à votre impatience.
Un zèle trop actif fait moins que là prudence.
Toujours les bons chemins ne sont pas les plus courts.