//img.uscri.be/pth/23429dbffd352772b2ad82ed928101fb0c56f1ed
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Fête religieuse et municipale, 13 mai 1866 : chemin de fer de la Haute-Loire, ligne du Pont-de-Lignon au Puy

15 pages
Impr. de Marchessou (Le Puy). 1866. Le Puy (France). 16 p. ; 23 cm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

CHEMINS DE FER DE LA HAUTE-LOIRE
UC,m DU TONT-DK-UGNON AU PUY
FETE
RELIGIEUSE & «JUNIC PALE
I 5 MAI 1800
LE PUY
TYPOGRAPHIE & LITHOGRAPHIE MARCHESSOU
Huuk'vard Saint-I.auiviil, V3
1860
VILLE DU PUY
OUVERTURE DU CHEMIN DE FER
La bénédiction solennelle de noire voie ferrée o eu lieu
dimanche 13 mai, ainsi que nous t'avions annoncé.
Constatons d'abord que l'empressement de la population à
se rendre à l'appel do l'honorable Maire du Puy, a dépassé
toutes les espérances. La ville toute entière était la, et non-
seulement la ville, mais encore un grand nombre d'habitants des
- 4 -
communes suburbaines. La foule qui inondait l'immense gare
et ses abords a été évaluée, par quelques-uns, à dix ou douze
mille personnes; tout ce que nous pouvons affirmer, c'est
que, depuis l'inauguration delà statue du mont Corneille, nous
n'avions vu, sur le même point, une pareille agglomération de
peuple.
La réunion du cortège municipal avait été fixée h onze heures
un quart ; mais, dès onze heures, la place de l'IIôtel-dc-Ville
éiait inabordable, A la municipalité de notre ville étaient
venues se joindre celles des quinze autres communes appar-
tenant aux cantons Nord-Ouest et Sud-Est du Puy, ayant
a leur tétc les Maires et Adjoints ceints de leurs écharpes
et précédées de leurs drapeaux. Bientôt arrivent tous les corps
de métiers de la cité, porteurs de leurs insignes ornés de fleurs
et rangés sous leurs bannières respectives; l'Orphéon du
Velay, avec sa riche cl noble bannière de dentelles; les fanfa-
res des pensionnas de Notre-Dame de France et de l'institut'
de Paradis.
Près do la bannière de l'Orphéon on remarquait, mêlé aux
exécutants, une célébrité musicale de la France, M. Laurent
de Rillé, professeur et compositeur distingué , inspecteur
général des Lycées et Ecoles normales de l'Empire, de passage
eu ce moment dans notre ville.
Le cortège se met en marche, escorté par noire belle
compagnie de Sapeurs-Pompiers, en grande tenue, drapeau
déployé. Tous les Fonctionnaires et Employés des diverses
administrations de la ville, les Légionnaires, les Médaillés et
un nombre considérable de citoyens, marchent a la suite des
Municipalités.
Arrive devant l'Hôtel de la Préfecture, le cortège fait une
halte pour prendre l'honorable M. Dpmonts. Le premier Ma-
gistrat du département avait, en effet, voulu rehausser de
_ 5 -
sa présence l'échu de cette félo improvisée par nos édiles,
Près de lui prennent place M, le secrétaire général cl MM. les
membres du Conseil do préfecture.
Malgré une pluie froide et intermittente, lo cortège gros-
sissait h chaque pas; o son arrivée a la gare, il (ut salué par
l'artillerie municipale. La foute, sur ce point, était tellement
compacte, qu'il s'écoula un temps relulivcmcnt assez long
avant que les invités pussent se rendre a la place qui leur avait
été réservée : c'était la vaste gare à charbon disposée en
estrade pour la circonstance.
A ce moment la pluie avait cessé, cl le spectacle qui s'offrit
a nos yeux émerveillés était des plus grandioses. Nous avions
en face le pittoresque rocher d'Anis, dominé parla majestueuse
statue de Notre-Dame de France, l'anliquo basilique romane,
dont les vitraux reflétaient les quelques rares rayons du soleil
qui étaient parvenus à percer les nuages ; puis les bizarres
constructions de la ville primitive. A droite, le magnifique pano-
rama qu'offre, de ce point, la vallée de la Loire, ornée de sa
parure printanière , les coteaux vignobles avec leurs mai-
sonnettes éparses, et, tout au fond du paysage, les gigan-
tesques sommets des montagnes velluvicnnrs. Plus près, \c3
élégantes constructions de la gare, pavoUéos aux couleurs natio-
nales. De chaque côlé de la voie, protégée par une haie de
soldats du 16e de ligne, la foule immense aux costumes variés,
aux couleurs multiples, foule dans laquelle se trouvaient con-
fondus tous les rangs, tous les âges.
M. l'Inspecteur principal de l'exploitation avait quitté la
veille sa résidence de Si-Etienne, pour prescrire, au nom do
la Compagnie, toutes les dispositions de matériel utiles.
Cependant Monseigneur l'Evéquc arrive entouré du Cha-
pitre de Notre-Dame, accompagné d'un nombreux clergé en
habit de choeur. Sa Grandeur est reçue, par les Autorités muni-
- 6 -
cipales, dans le vestibule do la gare, et tout le cortège fie dirige
vers l'cslrado improvisée. Sur lo devant avaient été placés
des fauteuils où prennent place Mgr l'Evéquo du Puy, M, le
Préfet de la Haute-Loire, M. le Général commandant la Haute-
Loire, M. lo Président du tribunal civil du Puy, M. le Maire,
promoteur et organisateur de la fête, M. le Procureur impérial ,
MM. les Conseillers do préfecture, les Magistrats, les Vicai-
res généraux, les Chefs do servico, les Conseillers municipaux
du Puy, les Maires cl Conseillers municipaux des communes
des deux cantons, les Officiers de la garnison, et presquo sans
aucune exception, tous les Fonctionnaires et Employés dos
diverses administrations, Lo Clergé se trouvait au bas de l'es-
trade. Les trois fanfares, placées sur divers points, se faisaient
entendre tour-à-tour.
Bientôt,au signal donné par M. le chef de gare, qui lient a
la main un fanion écarlato, trois magnifiques locomotives
sous vapeur, Monlbrison, GrancTCroix et Vcndranges^ pavoi-
sées de drapeaux tricolores, s'avancent majestueusement du
fond de la gare et viennent, dociles aux mains exercées qui
les dirigent, se placer do front, en face de l'esirade
La musique cesse alors ses accords, un profond silence s'éta-
blit, et M. le Maire, d'une voix claire et retentissante, jette au
loin, à la foule, avide do l'entendre, le remarquable discours
qu'on va lire. Après avoir, cri quelques mots, expliqué le but
de la fêle, M. H. Vinay fait en termes éloquents et précis
l'historique des chemins de fer dans la Haute-Loire, et cons-
tate l'influence heureuse de la voie ferrée dans nos monta-
gnes. Mais nous craindrions de l'affaiblir en cherchant h ana-
lyser son discours, signalé par de nombreuses marques d'appro-
bation.
M. le Maire s'est exprimé en ces U'r:«!,c» ;