//img.uscri.be/pth/6b575eee526c083f01d4f11f84dc6444338662dd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Hammam de Lyon. [...]

33 pages
1870. In-12. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

Société anonyme 5 Capital 150,000' francs
BAINS TURCS — TUMISH BiTH
.«TOIMSES DES GKECS, THDEUWES DE ROME .
PLACE GRIMALDI
(Derrière le Casino et le Temple: anglais)
GUIDE DU BAIGNEUR
(TBOISIÈME ÉDITION) ' .
PARLE
Docteur CHARLES DEPRÂZ
Ex-Professeur de médecine, Fondateur et Directeur fa; Hammam de Nice
Membre de plusieurs Sociétés savantes
Et promoteur de la Société anonyme des Hammams de France
PARIS
' ■■■^ ADRIEN DELAHAYB, LIBRAIRE
/jtfi» PLACE DE"' L'ÊÇOLE-ISE-MÉDECINE
Çy ■ ' 186?
HAMMAM
DE NICE
Société anonyme, Capital 150,000 francs
BAINS TURCS — TURKISII BATH
/^^MftxSfesNjDES oniîcs, ïniîitsiiïs DE RODE
_^y*ajy *2?\ ■ ■—r >
^* £j£* .J.fa ^\ PLACE GRIMALDI / i\f'f'h
~ ïi"^.^*^! (Dënpijre le Casino et le Temple anglais/ / j
GUIDE DU BAIGNEUR
(TROISIÈME ÉDITION)
PATi LE
Docteur CHARLES DEPRAZ
Ex -Professeur de médecine, Fondateur et Directeur du Hammam de Nice
Mcmhrc de plusieurs Sociétés snvnntes
Et promoteur de la Société anonyme des Hammams de Fronce
PARIS
TYPOGRAPHIE CHARLES DE MOURGUES FRÈRES
IUE JEAN-JACQUES T.ODSSEAH, 58
J • 186'J
INDEX
Horaire. — Prix du Bain. — Consultations médicales.
§ 1. — Origine et nature du Hammam.
§ 2. — Description du Hammam de Nice.
§ 3. — Conseils aux néophytes.
§ 4. — Aphorismes sur le Bain turc.
§ 5. — Le Bain turc complément du climat de Nice.
§ 6. — De la thermothérapie.
§ 7. — Avis réglementaires du Hammam.
HAMMAM DE NICE
Horaire.
Le Bain est ouvert dès huit heures du matin jusqu'au soir.
Les après-midi des mardis et vendredis de chaque semaine
sont exclusivement réservés aux dames, à partir d'une heure.
Toute modification au présent horaire sera annoncée préa-
lablement dans les journaux et par une affiche, au bureau de
l'établissement.
Prix.
Bain complet avec massage 4 fr. »
Par abonnement de cinq et dix 3 »
Bain sans massage, par abonnement 2 »
Bain complet pour les médecins i 50
Hydrothérapie, par abonnement i 50
Cartes «le saison (donnant droit au Bain complet, même
plusieurs fois par jour).
Pour un mois 60 fr. »
Pour trois mois 100 »
Pour six mois 150 »
Pour toutle temps de l'ouverture du bain. 200 »
Un salon de coiffure et un restaurant sont attachés à
l'établissement.
Le massage se fait d'après les méthodes Algériennes et
Indiennes par de vrais Orientaux.
Le Kabyle Ben-Mohamed, de là tribu des Béni Djenad,
douar Irilli Aghache, cercle de Tizi-Ouzou, ancien masseur de
S. A. I. le prince Napoléon, fait partie du personnel.
Consultations médicales.
Le Docteur CHARLES DEPRAZ, ancien Professeur de
médecine, et spécialiste pour les Bains turcs, séjourne dans
l'établissement pour toutes les personnes qui désireraient
suivre un traitement. — Les honoraires du Médecin se
paient à part.
Première consultation 10 fr.
Les suivantes 5
Traitement pour la saison 50
HAMMAM DE NICE
§ 1.— Origine et nature du Bain.
Le Hammam ou Bain turc a pour but l'application
de la chaleur au corps humain. C'est le Bain des
anciens, qui était ouvert au public dans les gxjmnases
et les thermes, symboles de la civilisation antique.
Dégradé au moyen âge par les Êtumstes, le Bain s'est
maintenu dans tout l'Orient, et il nous revient en
Europe sous le nom de Hammam.
Le Bain consiste clans une série de salles voûtées et
chauffées à des températures progressives, au moyen de
calorifères spéciaux, placés sous des parquets de marbre.
Le corps y est soumis à une abondante transpiration,
suivie de massage, de frictions et de savonnages parfu-
més, sous la main intelligente de vrais masseurs
Orientaux. Ces exercices, qui amènent à la peau une
circulation active, se terminent par des ablutions à
volonté d'eau chaude et d'eau froide, par des douches
variées, et enfin par une immersion dans une vaste
— 6 —
piscine d'eau courante où l'on peut, même pour un
instant, se livrer à la natation. Le corps, régénéré en
propreté et en forces, vient ensuite se reposer délicieu-
sement dans une élégante salle de repos, le Mustaby
des Turcs, qui réunit à la fois le luxe Oriental et tout le
confort Moderne : divans moelleux, berceuses améri-
caines, fauteuils articulés, pur moka^sorbets parfumés,
narghnillés et^êsTâlïraïïrgBjremier choby
Le Hammam de Nice est le premier établissement de
ce genre qui ait été créé en France depuis les Thermes
de l'époque gallo-romaine. L'élite de la société étran-
gère et niçoise a patronné cette entreprise pour répondre
à un besoin, pour doter la perle du littoral méditer-
ranéen d'une institution éminemment utile et agréable,
et pour faire pénétrer dans les masses l'idée et la pra-
tique de la propreté, de la politesse, des jouissances
honnêtes, au grand détriment des cabarets et de tous
les mauvais lieux.
Quels immenses avantages économiques et sociaux
feraient surgir ces établissements généralisés^dans les
villes, dans les collèges, dans les casernes, dans tous les
centres de réunion et de population ! Car ces bains, pris
en commun, dans de vastes salles chauffées, où le
nécessaire peut s'allier à la simplicité, procurent à tous
agréablement et à bon marché : propreté, bien-être,
régénération physique et morale. C'est le complément
obligatoire de tous les gymnases, remis en honneur
avec autant de succès que de talent par notre ami
— 7 —
Eugène Paz. Le Bain et la Gymnastique combinés
constituent le véritable entraînement appliqué à
l'homme.
« En favorisant l'hygiène publique et en améliorant
le plus possible le bien-être des individus, on diminue
la masse de l'impôt que prélève l'indigence ; et comme
tout s'enchaîne dans l'ordre moral, on développe en lui
le sentiment du respect de lui-même, et l'accomplisse-
ment de ce premier devoir le prépare aux autres et les
lui rend plus faciles. » (Aphorisme Saint-Simonien.)
§ 2. — Description du Hammam de Nice.
La distribution de cet établissement a été faite d'après
les plans les plus parfaits des nombreux Hammams de
l'Angleterre.
1° La partie antérieure ou atrium renferme le bureau
où les baigneurs reçoivent leur billet d'entrée et
peuvent déposer leurs objets de valeur contre une contre-
marque numérotée. — Le salon de coiffure et le res-
taurant sont disposés de chaque, côté du bureau, avec
une issue spéciale pour l'intérieur du Bain. Au-dessus
de l'atrium se trouvent la salle d'administration et
l'appartement du Médecin-Directeur.
2° La partie moyenne ou frigidarium comprend le
vestiaire. L'on se déshabille dans des cabines particu-
lières, et les effets sont déposés dans des casiers numé-
rotés et fermés à clef, sous la surveillance du gardien,
le capsarium des thermes. —A l'opposé, se trouvent la
vaste piscine de natation, les douches variées et un petit
vestiaire spécial aux hydropathes, qui séjournent peu
dans l'établissement. — Au milieu est installé le vaste
salon de repos, d'une élégante architecture Orientale,
entouré de divans et de fauteuils, où l'on se réunit après
le bain pour fumer, causer et se restaurer dans toute
cette voluptueuse liberté que procure l'ample peignoir
turc à l'étoffe moelleuse et resplendissante de blan-
cheur.
3° L'arrière partie du bâtiment est le calidarium, ou
bain proprement dit. Il est disposé en croix de Malte,
recevant le jour par les voûtes percées d'étoiles en vi-
traux coloriés. Le parquet est de marbre blanc; tout
autour, des divans de marbre blanc à un demi-mètre
de hauteur dissimulent les vastes bouches de chaleur
des calorifères souterrains; des tapis et des sandales
permettent de marcher librement sur les dalles brû-
lantes. La grande salle, toujours chauffée à 50 degrés
(120 F.), est le tepidarium des anciens. Une fontaine
de marbre blanc, artistement disposée au centre avec
vasques et robinets d'argent, permet de répandre à
volonté dans les salles chaudes une atmosphère de va-
peurs insensibles. Dans un des angles est fixée une
gymnastique suédoise avec contrepoids et haltères, où
le baigneur peut aider sa transpiration par quelques
exercices musculaires. Les quatre angles rentrants de
la: croix de Malte forment quatre autres petites salles
— 9 —
voûtées qui ont chacune leur nom et leur destination :
le caldarium chauffe à 60 degrés environ, dix à douze
degrés de plus que le Tepidarium ; l'on y va passer
quelques minutes pour activer la transpiration ; on y
séjourne plus longtemps quand on veut prendre rapi-
dement son bain. Le laconicum est la salle la plus
chaude ; elle peut arriver à 80 et 100 degrés au moyen
du calorique rayonnant par un fourneau en fer ou en
tôle qui correspond au clypoeus des anciens. L'on n'y
reste que peu de minutes, pour fouetter énergique-
ment le système circulatoire et nerveux dans certains
cas spéciaux. Valipterium est la salle des massages;
elle n'a que 40 degrés (100 F.), de chaleur; elle possède
des lits de marbre sur lesquels le baigneur s'étend pour
être frictionné et massé. Le balneum ou lavatorium,
aussi à 40 degrés, est entouré de quatre conques de
marbre surmontées d'un double robinet pour l'eau
chaude et l'eau froide ; devant chaque conque ou béni-
tier se trouvent le petit banc sur lequel est assis le bai-
gneur, le baquet pour préparer le savon parfumé ins-
tantanément et pour chaque client, le balai de racines
de palmier qui sert à répandre sur tout le corps la
mousse savonneuse, et la sébile de cuivre pour l'ablu-
tionner à trois reprises avec des flots d'eau chaude et
mitigée, toujours parfaitement pure. C'est la vraie pu-
rification Orientale.
— 10 —
§ 3. — Conseils aux néophytes.
Si le Bain Turc est pris pour une cause déterminée
de maladie, il est de rigueur de ne s'y rendre qu'après
l'avis consciencieux d'un médecin très-expert, parce
que, dans ces cas, l'administration du Bain peut varier
à l'infini, et comme durée, et comme température, et
comme combinaisons de massage et d'hydrothérapie.
Mais comme le plus grand nombre prend le Bain par
hygiène, dans l'état de santé, par agrément et comme
préventif des maladies, l'on peut donner pour cela des
préceptes généraux.
Le premier principe consiste à être dans le bain tou-
jours dans un état de bien-être. Il ne faut toutefois
point considérer comme malaise cette première impres-
sion que l'on éprouve à son entrée dans les salles
•chaudes. Cette sensation est plutôt une surprise qu'une
souffrance; elle disparaît promptement, et toujours dès
que la peau se met en moiteur. L'évaporation qui se
produit à sa surface la soulage d'autant en empruntant
«on calorique. Quand les pores sont rétifs à s'ouvrir, il
est bon d'arroser tout le corps d'eau chaude, qui de-
vient ainsi une couche de transpiration artificielle.
Si, par suite d'une peau maladive, parcheminée ou
d'une mauvaise disposition temporaire la transpiration
larde à venir, si la tête s'anime et s'échauffe, il ne faut
pas insister. On sort du bain pour y rentrer ensuite;
— li-
on s'ablutionne le corps d'eau chaude, on se douche
énergiquement à froid (en évitant la tète pour l'eau
froide, précepte si souvent méconnu même par des pra-
ticiens éminents) ; la réaction ne tarde pas à suivre
l'impression contractive de l'eau froide, les centres sont
soulagés, la peau s'anime, se colore, les pores s'ouvrent
et la transpiration se forme d'abord en pointillemenls
humides, bientôt en globules et en perles. De ce mo-
ment il n'y a plus rien à craindre ; on ne ressent plus
ni chaleurs ni malaises ; on peut boire glacé et à vo-
lonté, l'équilibre de température se fait aux dépens du
calorique ambiant, l'absorption est plus rapide, et tout
le corps est changé en une espèce de philtre dépura-
teur, par les boissons saines, fraîches et agréables qui
entrent, et qui bientôt deviennent sueurs abondantes,
réparatrices, chargées de tous les produits pervers ou
usés de l'économie. C'est en un mot un vrai système
hydropathique interne, un lavage à grandes eaux en
dedans, comme le masseur intelligent se chargera
bientôt de l'établir au dehors.
Si, malgré ces précautions et ces efforts méthodiques,
le baigneur se trouve incommodé par la chaleur, si sa
peau est sèche et aride; sa figure injectée et son pouls
trop rapide, qu'il ne persiste point. Une seconde tenta-
tive sera plus heureuse. Nous avons vu des peaux telle-
ment rebelles qu'il fallait plusieurs séances de frictions
énergiques, de passages multipliés du froid au chaud,
pour amener à peine une légère moiteur à la peau ; et