Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

HARANGUE
A MADAME
LA DUCHESSE
DE
RICHELIEU
SUR SON MARIAGE
Par Monsieur PONTIER, Prêtre;
Protonotaire du Saint Siege Apoftoli-
que , & de l'Academie de Ricouratì
de Padoüe
Que l'Homme ne separe point ce que Dieu a joint,
Matth. c. 19.
Addition au Cabinet des Grands Imprimé
avec Privilege
A Paris , au Palais, dans la grande
Salle, au Lion d'or.
HARANGUE
A MADAME
LA DUCHE S SE
RICHELIEU
SUR SON MARIAGE
MADAME,
Si Tertulien revenoít au monde,
quoi qu'il eut recommandé à fa femme
de ne point fe remarier aprés fa mort,
il ne defapr ouver oit pas vos fecondes
Noces, en confidérant que vous étiez
veuve dans un âge où plusieurs filles
A ij
4
sont mariées , & en connoiffant la
bonne & sainte intention des Parties,
& le bien qui en peut naître.
Quand on voulut dissuader l'Impe-
ratrice Barbe , femme de Sigifmond, de
fe remarier, on lui allegua l'exemple
de la Tourterelle ,. qui ayant perdu fa
compagne n'en reçoit point d'autre;
elle gemit & demeure,folitaire le reste
de ses jours , cette Princeffe répondit :
S'il faut imiter les bêtes , pourquoi imiter
plûtôt la Tourterelle que le Moineau, ou
que la Colombe qui vaut bien la Tourterelle,
le Saint-Efprit descendit en forme cor-
porele de Colombe, sur le Fils de Dieu,
le jour de son batême au fleuve du
Jourdain. Vous n'avez rien fait fans
conseil : vous fçavez que suivant l'O-
racle du S. Efprit, il n'appartient qu'à
Dieu feul d'être fon unique confeiller,
parce qu'il eft la sagesse & la verité fu-
prême. Ifa. 24. Rom. 15.
Après avoir dit publiquement, que
fi vous euffiez vû la Cour de l'Empereur
Teodofe II. lorfque vous étiez fille,
vous auriez été l'Imperatrice, preferée à
Éudoxe par vôtre prefence majeftueuses;
& plus heureuse qu'elle par vôtre con-
duite : J'infère, MADAME, qu'il
ne pouvoît vous arriver moins que
d'être Ducheffe en France, & l'Epoufe
d'un Duc donc le nom eft celebre &
connu dans toute l'Europe & au delà.
Je redis encore une fois , que fi
vous eussiez été couronnée Imperatrice
d'Orient, vous ne seriez plus : il vaut
mieux être que d'avoir été , la France
ne vous poffederoit plus.
LOUIS LE GRAND qui fçait
l'Histoire à fond, & qui se sait lire les
Annales comme un autre Affuerus , fe
souvient que le Cardinal Armand de.
Richelieu , Oncle de vôtre tres-illuftre:
& tres-digne Epoux, a rendu dans fon
Miniftère des services tres-fignalez à la
Monarchie Françoise, ce qui est gran-.
dement glorieux à la famille de fon
Eminence ; fa memoire s'en conservera
toujours. Les Ecrivains qui par leurs
Ecrits donnent l'immortalité aux gran-
des actions , en ont écrit de bonne en-
cre , & d'autant plus que ce tres-re-
nommé Miniftre étoit le Mecene des
gens de Lettre. Il fçavoit que les Au-
teurs font en quelque façon diftribu-
teurs de la gloire : ils parlent à la face
de toute la Terre.
Vous favez , MADAME, que les
A iij -