//img.uscri.be/pth/e324cdb567c06233c6c2df13f797796c49993711
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Histoire véridique des miracles d'une sainte, fidèlement extraite d'un livre intitulé : "Des Guérisons opérées par Mme de St-Amour", pour servir de commentaire à cette lumineuse brochure ; suivie de quelques réflexions sur un nouvel écrit intitulé : "Point d'effet sans cause"

37 pages
Hérault (Nantes). 1828. Saint-Amour, de. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

DES
FIDELEMENT EXTRAITE D' UN LIVRE INTITULE :
OPÉRÉES PAR M.»» DE S.T- AMOUR,
Pour servir de commentaire à cette , lumineuse brochure ;
SUIVIE
A NANTES ,
Chez HÉBADLT, Imprimeur, rue de Gue'rande , n° 3.
L vient de paraître deux brochures
sur M.me de Saint-Amour. On commen-
çait à oublier cette Dame comme ses
miracles , et ces brochures périraient
dans le même oubli , si elles n'étaient
écrites par des hommes dont la position
sociale, les lumières et la considéra-
tion justement méritée peuvent exercer
quelqu'influence dans l'esprit du public.
C'est donc pour le prémunir contre une
pareille tentative d'erreurs , sous le
voile desquelles on voudrait établir
une espèce de secte aussi éloignée de
la vérité que les guérisons le sont de
la réalité , qu'on à cru devoir prendre
la plume , pour anéantir de prétendus
faits, que l'on tente d'accréditer; pour
réfuter une doctrine que la saine raison
réprouve, et que l'Eglise désavoue;
et pour éclairer enfin sur les consé-
quences que l'on veut témérairement
en déduire : conséquences funestes,
dont les moindres résultats seraient,
en détruisant la vraie foi et le bon
sens commun , de faire éclore dans
notre cité , une secte composée de
fous, de rêveurs et de fanatiques.
Wenvions point à l'Allemagne 5 à
l'Angleterre et aux États-Unis une
plaie que ces Nations supportent diffi-
cilement, et que les gens sensés de
tous les pays travaillent de tous leurs
efforts à guérir.
L'enthousiasme morose qui a pré-
sidé à la rédaction du premier écrit,
dispense d'y répondre d'une manière
sérieuse. Néanmoins, les principes que
défend l'Auteur, exigeant également
une réponse, on la trouvera dans
la réfutation de l'autre écrit, lequel
d'accord avec son devancier pour le
fond , en diffère par la forme.
Tant qu'un homme se renferme dans
le domaine de son intelligence et dans
le sanctuaire de sa conscience, il est
libre de penser et d'agir comme il
l'entend et comme il le veut : il n'est
justiciable que de Dieu seul de ses
pensées et de sa conduite. Mais , dès
qu'il vient à sortir de ces limites, et
DES
FIDÈLEMENT EXTRAITE D'UN ÉCRIT INTITULÉ :
OPÉRÉES PAR M.me DE S.T-AMOUR,
Pour servir de commentaire a cette lumineuse brochure ;
Air : Va-t-en voir s'ils viennent , Jean.
COUTEZ de Saint-Amour
La gentille histoire ;
Je la conte saiis détour ,
Car elle est notoire.
Va-t-en voir s'ils viennent, Jean ,
Va-t-en voir s'ils viennent.
( 8 )
bon père était avocat,
Sa mère , intendante ;
Son aïeul fut magistrat ,
La chose est patente.
Va-t-en voir s'ils viennent , Jean ,
Va-t-en voir s'ils viennent.
Dans un bourg des Pays-Bas ,
Elle prit naissance ;
Ses nombreux certificats
Méritent créance;
Va-t-en voir , etc.
Elle vécut dans Paris
Comme une Vestale :
Qu'ils sont faux ! certains récits ,
OEuvres de cabale !
Va-t-en voir, etc.
Un homme de grand renom
La prit pour épouse.
C'était un noble baron ,
Qu'on croit de Toulouse.
Va-t-en voir , etc.
L'un dit qu'il était bossu ;
L'autre , bureaucrate.
Il n'est pas ici connu ;
( 9 )
Rien ne le constate.
Va-t-en. voir , etc»
Un intrépide officier
Chéri de Bellone
Remit dans le droit sentier
La jeune baronne.
Và-t-en voir , etc.
Le dirai-je ? auparavant ,
Près du sanctuaire,
Qn la voyait fort souvent
Dire son Rosaire.
Va-t-en voir , etc.
Sur le tombeau de l'ami,
Dans une nuit sombre ,
Quelle Sainte n'eût frémi !
Apparut une ombre.
Va-t-en voir , etc.
Le fantôme s'approchant ,
Elle se crut morte;
Et de la main la touchant ,
Parla de la sorte :
Va-t-en voir, etc.
Va dans mon département
( 10.)
Signaler ton zèle ,
Femme ! rends-toi promptement ;
La gloire t'appelle.
Va-t-en voir s'ils viennent, Jean ,
Va-t-en voir s'ils viennent.
Elle obéit à la voix
De ce bon génie;
Bien chagrine , toutefois ,
D'être encore en vie.
Va-t-en voir , etc.
Elle prend un passe-port,
Et se rend en poste ,
Puis , dans un dévot transport ,
S'offre en holocauste.
Va-t-en voir , etc.
L'Etrangère descendit
Dans un saint asile ;
L'hôtesse qu'elle choisit,
Suivait l'Évangile.
Va-t-en voir , etc.
Le lendemain , les Nantais
Virent ses prodiges.
Le croit-on ! des coeurs mauvais
Sifflent les prestiges.
( 11 )
Comme eux, je les siffle , Jean ,
Comme eux » je les siffle.
Pendant trois jours, la cité
Fut dans le délire.
Voyez la déloyauté ,
Aujourd'hui , d'en rire !
Ma foi, je veux rire , Jean ,
Ma foi, je veux rire.
On cite de gros bonnets
De l'Académie
Devenus ses plats valets :
C'est une infamie !
Va-t-+en voir s'ils viennent , Jean ,
Va-t-en voir s'ils viennent.
Pour notre Sainte , un écrit
Ici se publie ;
Il décèle un vaste esprit ,
Exempt de folie.
Va-t-en voir, etc.
Moyennant quarante sous ,
On en fait l'emplette ,
Et , malgré tous les jaloux ,
Ce livre s'achète.
Va-tren voir , etc.
( 12 )
Chacun tombe en pamoison
Devant la brochure ;
Ce pamphlet , riche en raison ,
Séduit , je le jure !
Va-t-en voir , etc.
Ecoutez ce magister ,
Erudit célèbre ;
Bientôt, vous y verrez clair
Comme dans l'algèbre.
Va-t-en voir., etc..
Depuis qu'il est devenu
Bon Swédemborgiste ,
Son coeur est plus ingénu ,
Il a l'oeil moins triste.
Va-t-en voir , etc.
Il est témoin des hauts faits.
De l'aventurière.:
Si vous en doutez , Nantais,
Vous êtes matière.
Va-t-en voir , etc.
Ses dédains me font frémir ;
Ils sont prophétiques.
Rome , ô ciel ! tu vas finir
Pleurez, Catholiques.
Va-t-en voir , etc.
C 13 )
De Jérusalem, enfin,
La nouvelle Eglise ,
Par un fortuné destin ,
Se popularise.
Va-t-en voir , etc.
De l'aimâblé Saint-Amour
Suivez la bannière ,
Car du bienheureux séjour
Elle est la portière.
Va-t-en voir , etc.
Désormais , chaque perclus ,
Manchot ou bancroche,
Par so n art, n'affiche plus
Sa triste anicroche.
Va-t-en voir , etc.
Elle guérit tous les maux
De l'espèce humaine ,
Et d'Atropos les ciseaux
Rentrent dans leur gaine.
Va-t-en voir s'ils viennent, Jean ,
Va-t-en voir s'ils viennent.
PAR UN AMI DES LUMIÈRE!
( 14 )
Sans rancune, ami prosateur ; c'est du
choc des opinions que jaillit la lumière.
Si vous êtes mécontent de ce commentaire,
ayez la bonté de me le faire savoir, clans
un, nouvel ouvrage , que vous enfanterez
sans doute bientôt en l'honneur de Madame
de Saint-Amour , et où vous aurez, je
l'espère, l'attention de nous citer plus exac-
tement que dans le premier , les noms ,
l'âge, la demeure des malades qui ont
recouvré leur guérison , avec l'indication
bien précise et médicale de la nature des
infirmités dont ils étaient affligés;
En attendant, ami , souffrez que je vous
mette sous les yeux la pensée d'un auteur
qui vous est si familier ; la voici :
Scribencli reetè sapere est et principium
et fons ,
Hem tibi Socraticoe poterunt ostenclere
chartoe.
Ce qui veut dire , m'a-t-on assuré :
« La première chose et la plus nécessaire ,
» pour bien écrire, c'est le bon sens. Voilà
( 15 )
» la source de tout le reste. Vous pourrez
» puiser ce bon sensdans la philosophie
» de Socrate. »
Ami prosateur , croye-moi ; abandonnez
les rêveries de votre Swedemborg ; suivez
les conseils sensés du vieil Horace. Le
premier vous entraîne dans une fausse et
dangereuse route ; celui-ci aidera à vous
en retirer.
AUTRE AVIS : Vous êtes ferré dans la
lecture de l'Evangile, je le sais: votre
brochure , enrichie de nombreux passages
extraits de ce livre divin , me le confirme
de nouveau» Eh bien ! je vous invite à
méditer avec M.me de Saint-Amour, les
textes ci-après. Leur source et ce langage
doivent vous être particulièrement connus.
» Quand un aveugle conduit un autre
» aveugle , ils tombent tous lieux dans la
» même fosse.
» Dieu résiste aux superbes. Il donne sa
» grâce aux humbles.
» Que celui qui n'écoute pas l'Église,
» soit à votre égard comme un payen et
» un publicain.
( 16 )
» Tu es Pierre, et sur cette Pierre, je
» bâtirai mon Eglise ; et les portes de
« l'Enfer ne prévaudront point contr'elle.
» Assurez-vous que je suis avec vous
» jusqu'à la consommation des siècles. »
Arrêtons - nous : assez de citations pour
aujourd'hui.
Adieu, jusquau revoir.
L'AMI DES LUMIÈRES.