Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'ami des jardins, ou Recueil des nouvelles plantes potagères et d'agrément, des nouveaux arbres fruitiers, plantes bulbeuses et oignons à fleur, des arbres, arbustes et arbrisseaux nouveaux, propres à décorer les jardins et les paysages . Par François Mériale,...

De
99 pages
Ch. Villé (Paris). 1805. Plantes -- Guides pratiques et mémentos. 98 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

L'AMI DES JARDINS
D'UTILITÉ ET D'ORNEMENT,
ou
RECUEIL des nouvelles Plantes potagères
et d'agrément des nouveaux Arbres
fruitiers, Plantes bulbeuses et Oignons
à fleurs; des Arbres, Arbustes et Ar-
brisseaux nouveaux, propres à d^gorer
les jardins et les paysages.
PAR FRANÇOIS MÉRIALE;
Amateur et Cultivateur.
rA LI É G.ÈV
CHEZ LemARIÉ, PROCHE l'hÔTEL-DE-V1L.LE.
Et à PARIS, chez CH. ViLii, Libraire, rue.
Haute-Feuille, N". 5.
i8o5. AN XIII.
t/AMI DES JARDINS
D'UTILITÉ ET D'ORNEMENT.
Des Plantes potagères.
A IL, Allium sativum. Lin. Tout le mondé
connoit cette plante et sa faciale eulture et
nous n'eri reparlons ici que pour faire
connoitre le nouvel usage, bien précieux
que l'agriculture en peut faire. (Voyez le
Jardinier universel, page 36). On vient de
découvrir qu'il sert à la destruction des
Pucerons, insectes qui attaquent si cruel-
lement les choux. Voici la manière de s'en
servir pour cette fm Il faut en piler la
quantité qu'on voit qu'il en faut pour son
jardin potager, la mêler dans de l'eau, et
en arroser au coucher du soleil chaque
chou sur ses feuilles, avant même qu'il»
soient attaqués de l'insecte l'odeur forte
de cette composition préserve la plante,
ou tue ces animaux.
CORNE DE cerf Plantago coronopus.
LiN. Ses feuilles ont plus de huit pouces de
.longueur étroites, découpées sa graine
est très-fine elle se sème clair en Germinal
(Mars), en terre meuble; elle est poussée
en Prairial (Mai) si on l'arrose. On s'en
sert pour fournitures de salades après la
couple elle repousse facilement. La graine
2
Dpi Plantes potagères.
mûrit dans Thermidor (Août), et se cor
serve plusieurs années.
SOUCHET COMESTIBLE Cyperus esculer
lus. Cette plante commence il .être fo
cultivée dans quelques parties de l'Aile
magne et de la France les tuber.cules non
breux dont ses racines sont garnies, foi
un grand objet d'économie. La culture e
est facile; il faut une terre légère, bie
labourée vers le a5 Germinal ( i5 Avril
à l'exposition du midi. On fait des foss(
de la profondeur d'une main disposé4
en quincpnce on y répand quelques tL
bercules qu'on peut faire gonfler dar
l'eau et planter à distance d'une main
longueur et recouvrir ensuite. On recueill
en Vendémiaire (Octobre), en temps sec
fruit est une espèce d'amande dont on fa
de bonne huile on le grille aussi pour
mêler de moitié dans le café avec agrémer
et économie on arrache ensuite les tuher
cules, qu'on garde pour replanter l'ani é
suivante.
Des Arbres fruitiers.
On a gagné deux espèces précieuses
l'une est un
POIRIER, nommé Beurré d'hiver, don
le fruit se mange fort tard et qui est très
savoureux, peu inférieur au Beurré d'au
tomne et aussi fondant. L'autre, û
Pommier nommé Jean Huré, nom d
cultivateur qui l'a fait connoître arbre d
haut vent, qui fleurit si tard., qu'on es
presque toujours assuré de jouir de so
fruit délicieux.
3
Des Oignons ou Plantes bulbeuses d.
fleurs.
xxconit à grandes fleurs, Aconitum Carn-
marum. Lin. Cette plante a de beaux thyr-
ses de fleurs bleues, qui se succèdent depuis
Juillet jusqu'en Septembre. Il est aussi rus-,
tique que l'Aconit-Napel et autres, et ne
demande aucun soin dans sa culture.
ACONIT TuE-Loup, Aconitum Lycocto-
num. LIN. Celui-ci porte des fleurs jaunes
très-pâles comme il fleurit en même temps
que les autres, on pourroit les mêler, ce
qui feroit un effet agréable..
Albuca BLANCHE, Albucaaîba.IjAM\'RCK.
Cette jolie plante a des feuilles longues
étroites et en forme de gouttière, d'où sort
une tige assez haute, qui porte à son som-
met un épi .de fleurs à six pétales blancs
rayés de vert. Elle fleurit en Vendémiaire
(Septembre ou Octobre).
ALBUCA JAUNE, A lbuca lutea. LAMARCK.
Major. LiN. Ses feuilles sont étroites, pres-
que plates, du milieu desquelles il sort en
Floréal (Mai) une tige chargée depuis
son milieu, de fleurs verdâtres, bordées de
jaune, disposées en épi lâche.
Albuca minor. LiN. Elle ressemble e^
tout à la précédente mais plus petite.
Toutes doivent être mises dans des pots,
en terre légère, douce et franche ou de
bruyère. Elles se multiplient de caïeux
qu'on sépare lorsqu'ils sont assez forts et,
A 2
A Des Oignons à fleurs.
que les Feuillra sont desséchées. C'est aussi
le moment de rafraîchir les racines et de
changer la terre. Etant toutes du Cap, il
faut les garantir du froid et les serrer en
bonne orangerie au moins les arroser sou.
vent pendant la floraison,; et rarement pen-
dant le temps du repos.
ALSTROEMÉRE à fleurs rayées Alstroë-
meria Ligtu. Genre de Lis que Limé à
dédié au botaniste Suédois Alstroëmer. Il
est originaire du Pérou, plus petit que
le Lis des Incas. Il lui faut la serre chaude
mais c'est une mignature extrêmement jo-
lie. Ses racines composées de tubercules
gros, amincis, presqu'en fil et réunis par
le haut, poussent pendant l'hiver plusieurs
tiges lavées de rouge. Les feuilles sont
étroites, éparses et appliquées jusqu'à la
sommité de la tige, où elles s'étalent et
forment une rosette les fleurs au nombre
de trois ou quatre, et disposées en espèce
d'ombelle s'épanouissent en Germinal
(Mars) quelquefois plutôt, et répander.t
une odeur suave. Il lui faut une terre lé-
gère, et on la multiplie de ses racines.
AMARYLLIS ONDULEE Amaryllis vndu*
Iota. Lin. Elle vient du Cap et doit être
gardée pendant l'hiver à l'abri de toute
gelée. Elle pousse une ou deux tiges, gar-
nies à leur sommet d'un bouquet d'environ
douze fleurs petites mais jolies, dont les
pétales blancs, lavés de gris de lin, sont
assez longs et ondulés. Elle fleurit en Ven-
démiaire (Septembre) on la met dans un
ppt rempli dej terre légère de bruyère, ai>
Des Oignons à fleurs. 5
rosée modérément, à l'exposition du soleil.
Il faut qu'on la multiplie par ses caïeux
lorsque les feuilles sont séchées.
Amaryllis A LONGUES feuilles, Amaryl-
lis longifolia. Lin. Enclore originaire du
Cap de Bonne-Espérance Cet oignon peut
s'accommoder de l'orangerie cependant il
est mieux dans la serra tempérée. S'il est
de la grosseur convenable en Messidor (Juil-
let), il sortira des côtés de ses feuilles, assez
larges, longues et caualiculées une tige,
garnie à son extrémité d'un bouquet de
douze à vingt fleurs purpurines et odorantes.
Anthéiuc RAMEUX. Herbe à l'araignée
Anthericum ramosum. Lin. Espèce de lis
il est de pleine terre ses feuilles sont plates
et disposées en gazon. Il en sort des tiges
qui, en Messidor (Juillet) se terminent par
des fleurs qui font un bel effet.
AnTHERIC A FEUILLES GRAMINEES, Ait-
thericum Liliago: Les, tiges de celui- ci
sont simples et terminées en Prairial (Juin)
par des Eleurs blanches assez larges, et qui
peuvent figurer fort bien dans un jardin.
Cette espèce de lis est aussi de pleine, terre.
BANANIER A FRUITS LONGS Para-
disiaca. LIN. Le nom de Musa est celui
de l'ancien médecin qui l'a fait oonnoître
l'épithète Paradisiaca, veut dire que cette
plante a été au Paradis terrestre, et que
c'est de ses feuilles' qu'Adam se couvrit
lorsqu'après sa faute il s'aperçut de sa
nudité; ce qui a fait encore donner au
Bananier le nom de Figuier d'Adam. Sa
A "j
6 Des Oignons ci, fleurs:
racine-est une espèce de grosse bulbe d'où
sort une "tige herbacée, qui devient fort
haute, et plus grosse que le bras, quel-
.quefois même comme la cuisse et plus
dans son pays natal. Elle est tendre et fa-
oile couper; son sommet est couronné
par un faisceau de quelques belles feuilles
simples, qui sont très-longues et très-larges,
elles sont roulées en cornet avant de se dé-
velopper. Les Heurs forment un épi qui est
courbe, pendant, et qui naît du milieu des
feuilles. Les flours inférieures donnent les
fruits ou Bananes quelquefois en- nombre
considérable ils ressemblent à des, con-
combres, sont jaunâtres bons à manger et
d'une saveur agréable lorsqu'ils sont mûrs.
La plante périt après les avoir donnés mais
on la propage facilement par les nombreux
rejetons dont elle est entourée. Dans les
climats froids ou tempérés, le Bananier ne
doit jamais uitter la tannée de la serre
chaude. On 1 élève dans un pot de moyenne
grandeur et plein de bonne terre franche,
qu'on arrose médiocrement. Elle est origi-
naire de l'Asie et de l'Amérique méridio-
BANANIER A FLEURS ÉcARLATES,M«ja COC-
cinea. Cette plante, aussi herbacée, beau-
coup plus petite que la précédente, vient
de la Chine elle ne fleurit que lorsqu'elle
a atteint beaucoup de force. Ses fleurs
sont grandes-, d'un écarlate brillant," et
font un grand effet dans la serre chaude
ou dans la caisse Ananas où il faut là
tenir. Elle exige une bonne terre, et se
Des Oignons à fleure. 7
multiplie par ses rejetons, qu'on peut sé-
parer en tout temps et qui prennent assez
d'accroissement pour fleurir au bout d'un
an de leur séparation.
Colchique panaché Colchicum varie-
gatum. Lm. On l'appelle ainsi à cause des
taches de ses fleurs, qui sont marquées de
petits carreaux pourpres., en forme de
damier. Elle nous vient de l'Archipel grec.
Cette jolie plante est plus délicate que celle
qui est surnommée Tue-Chien. {Voyez le
Jardinier universel,. page i5z.) En hiver
il lui faut une bonne orangerie, et on doit
la mettre près des jours elle mérite d'être
cultivée.
Les Hollandois annoncent un grand
nombre de variétés de Golchiques blancs
pourpres', pourpres panachés roses
rosés-panachés agathes à feuilles pana-
chées, etc.; presque tous sont d'orangerie.
Crinole D'AFRIQUE Crinuni AJrica-
num. LiN. Cette plante est superbe, et
vient d'Ethiopie ses feuilles sont longues,
et d'abord droites mais elles s'ouvrent et
finissent par être couchées à terre, à me-
sure que se montre et croît la tige qui se
termine par une ombelle d'une vingtaine de
jolies fleurs bleues inodores semblables à
celle de la Tubéreuse. Il faut ôter la racina
de terre seulement après le parfait dessé-
chement des feuilles, la nétoyer et dépouit-
ler de ses caïeux on la replante de suite,
ou bien on la garde, ainsi que les caïeux,
dans un endroit à l'abri de la moindre ge-
A 4
8 Des Oignons à fleurs.
îee pour être remis au mois de Germinal
(Mars) dans un pot, rempli d'un mélange
de deux tiers de terre à oranger, et d'un
tiers de terre de bruyère, qu'il faut pla:
cer dans la tannée de la serre chaude.
Bien conduit» peu arroséè, et exposée
l'air seulement pendant les grandes cha-
leurs, cette belle plante donnera ses fleurs
en Vendémiaire ( Septembre. ) Si on veut
la multiplier, on doit la laisser dans son pot
pendant deux ou trois ans afin qu'èlle
forme des càïeux, attendu qu'ils sont lents
à croître ce qui fait que cette belle plante
est toujours rare.
CRINOLE d'Amérique Crinum .Ameri-
canum. Lrrr. Celle-ci pousse des feuilles
assez larges en faisceaux et longues elle
est remarquable par sa tige qui se garnit
de belles fleurs blanches aussi en ombelle
en Messidor et Thermidor (Juillet et Août).
On la multiplie aussi de caïeux; elle de-
mande la tardée pour fleurir.
Grintole A Ftfvns pourpres Crinum
speclosurn. Lin. Elle est remarquable par
ses fleurs grandes, d'un rouge vif de sang
et disposées en ombelle. Elle se contente
de l'orangerie mais elle fleurira plus sûre-.
ment en serre chaude ou tempérée.
Crinole rouge, Crinum erubescens. l-iix.
Ses fleurs sont très-singulières et sont d'un
blanc pourpré; les étamines et le style sont
rouges et les anthères jaunes, ce qui forme
un joli contraste elle fleurit en Messidor
et Thermidor (Juillet et Août).- On lui
Des Oignons h fleurs.
donne la serre chaude et du jour ainsi
qu'à toutes les plantes de ce genre.
CRINOLE de Ceylan Crinum Zeylani-
cunz. LiN. Cet oignon donne une ou deux
tiges terminées par une ombelle de fleui s
grandes blanches et rayées de rouge vif,
très.odorantes elles fleurissent depuis Ger-
minal jusqu'en Prairial (Mars jusqu'en
Mai). Même culture.
CRINOLE A LARGES FEUILLES, Crinum la-
dfolium. Lin. Elle est remarquable par sa
tige, terminée par quatre ou cinq grandes
fleurs très-ouvertes d'un blanc pur et
d'une odeur fort agréable. On en jouit
comme la précédente en Thermidor (Août);
elle a besoin de la serre ehaude, du moins
pour fleurir.
CYPRipij)E-SABOT-DE- Vénus Cypripe-
dium Calceolus. LIN. On trouve cette jolie
plante dans quelques forêts de France. C'est
en Prairial (Juin) qu'on voit ses fleurs sin-
gulières par la forme, qui est celle d'un
sabot, ou plutôt d'un soulier arrondi par le
bout, ,et d'une couleur légèrement purpu-
rine. Quelquefois une seule ,-d'autres fois
d'eux, sont au bas de sa tige garnie de feuil-
les. L'endroit où cette, plante naît de pré-
férence, indique assez qu'elle se plaît à
l'ombre et en terredebruyère tenue fraîche.
On connoît encore le Sabot blanc, le Sabot
sans tige qui viennent de l'Amérique Sep»
tentrionale, et qui peuvent rester en pleine
terre. Il y a encore le Sabot du Japon qui
n'est pas encore visible en Eur.ope.
CYRTANTIiE A FÎVlhl&S OBLIQUES Cyr-
A 5
Oignons
tanlhus obliquus. JACQ. C'est un très-gros
oignon du Cap, dont les feuilles sont lon-
gues il donne en> Messidor (Juillet) une
couronne de dix il douze fleurs d'un effet
superbe moins grosses mais plus longues
que celles de la couronne impériale, jaunes,
bordées d'un vert tendre. Ces fleurs dis-
tillent une eau douce. On multiplie ce Cyr-
tanthe par ses caïeux, peu nombreux et
lents à croître, qn'il faut tenir en pors pleins
de terre à oranger ancienne et mêlée d'un
tiers de terre de bruyère placés dans la
serre chaude. Il est encore rare.
ERYTHRONE, Dent de chien Erythro-
1tium Dens canis. Llrr. On ne connoit
qu'une espèce de ce genre, mais elle a une
variété. Elles viennent de l'Amérique et
de la Sibérie on les voit dans les mon-
tagnes et les bois du midi de la France.
Ces 'plantes sont petites vivaces et de
pleine terre leur tige rouge porte une
jolie fleur à six pétales ouverte en étoile
plus ou moins grande, suivant la variété,
et blanche ou larée de rose. Vers le mois
de Vendémiaire (Octobre), on relève ces
racines et l'on en sépare les caïeux.,
qui ressemblent assez à une dent de chien:
on les replante aussi- tôt dans de la terre
ordinaire ou de bruyère, mais dans un
endroit un peu ombragé. Elle ne craint que
les gelées- extraordinaires.
Glorieuse Ort Supere-e dû MALABAR
Gloriosa Superba. LIx. C'est une plante
Dès Oignons à fleurs. 1 1
assez bélle mais, dont le faste des noms
conviendroit aussi à bien d'autres' fleurs
moins rares. et plus faciles à cultiver. La ra-
cine de la Glorieuse.est grosse. Elle pousse
ordinairement une seule tige, droite mais
foible et à laquelle il faut des supports si
l'on ne veut pas qu'elle s'accroche aux
plantes qui l'avoisinent, par les vrilles qui
terminent chacune de ses feuilles. Cette tige
est haute, et se garnit dans sa longueur de
feuilles longues et étroites. Vers le bout de
la tige et des rameaux ,.elle porte une fleur
d'un rouge aurore éclatant assez grande
penchée vers la terre. Pour s'assurer de la
jouissance de cette belle plante il faut la
tenir en serre chaude dans un grand pot
afin de lui donner les moyens de faire des
eaïeux. Elle demande une bonite terre subs-
tantielle, ou un mélange d'un tiers de ter-
reau consommé. Dès le printemps il faut la
mettre dans la tannée pour obtenir ses
fleurs qui paroîtront de Messidor à Ther-
midor (Juillet à Octobre), suivant qu'elle
aura été bien soignée. Tant qu'elle tra-
vaille on farrose comme les autres, mais
elle n'a pas besoin d'arrosemens quel-
que sèche que soit la terre, pendant son
temps de repos. On peut alors aussi la reti-
rer de la tannée, même du pot, et garder
les racines dans du sable sec à l'abri de
toute gelée, depuis Brumaire jusqu'en Plu-
viose (Novembre et Février). Elte se mul-
tiplie par ses caïeux qu'on traite de même
que la plante après les avoir mis chacun
dans un pot, et plongé le pot dans la tannée.
Des Oignons à fleurs.
quadricolor. Genre dédié à M. de la
Chenal. Oignon venant du Cap espèce
de Jacinthe d'orangerie sa tige porte un
épi de fleurs jolies d'un beau rouge safrané,
avec l'extrémité d'un jaune verdâtre et bor-
dée de vert plus foncé. Il lui.faut une terre
légère.
Lachénalie A FLEURS vIOLETTGS, Lache-
nalia purpureo-coerulea. Cet Oignon vient
aussi du Cap, il se plaît en terre de bruyère
où il donne beaucoup de caïeux il pousse
une tige terminée en Floréal (Avril) par
un épi de fleurs nombreuses, très-odoran-
tes, d'un bleu pâle à leur base s'évasant
en six divisions de couleur pourpre violette.
Même traitement.
Limodore pourpre Lîmodorum purpu*
renm. Lamarck. Très-belle plante de serre
chaude ses tiges se terminent par un bou^
quet de fleurs aussi belles que singulières.
Elles sont grandes d'un pourpre vif le
pétale inférieur est plissé, jaune. Il lui faut
une terre douce, légère, sans engrais, et
mettre les pots sur les rayons de la serre
exposés au jour en les tenant un peu hu-
mides lors de la végétation. Elle se multiplie
de caïeux, et est originaire des Antilles.
Limodore Tankerville Limodorum
Tanhervillcea. Celui-ci est le plus beau du
genre et nous a été envoyé de la Chine
par Lord Tankerville. Cette superbe plante
a une racine bulbeuse, les tiges sortent des
côtés et portent à leurs sommités une
grappe plus ou moins fournie de grandes et
Des Oïgnons à fleurs. i3
belles fleurs à six pétales, dont les cinq su-
périeurs sont d'un blanc pur en dehors et
d'un roux-brun en dedans. Le sixièmejpé-
tale courbé en dedans dans toute la lon-
fueur de ses bords est d'un pourpre-brun.
En Germinal et Floréal ( Mars et Avril ),
cette belle fleur orne bien une serre; il lui
faut la tannée, mais au jour. On la multi-
plie en séparant ses drageons, qu'on met
ensuite dans des pots avec une bonne terre
douce, franche et légère.
LIMODORE GÉANT Limodorum altum. Il
demande à être traité comme les précédens.
Ses fleurs sont nombreuses d'un blanc-
aune, en grappe. Il donne des fleurs pres-
que toute l'année il convient donc de la
mettre près des jours dans la serre il est
originaire de Antilles.
LIMODORE barbu, Limodorum tubero-
sutre. Lin. Originaire de l'Amérique Sep-
tentrionale, il peut rester en pleine terre
pourvu qu'elle soit légère, substantielle et
çans engrais. Sa tige est terminée par un
bouquet de fleurs barbues d'un beau violet.
MoaÉE A bouquet. Morcea sertata. Ses
feuilles sont semblables à celles de .Iris,
disposées en éventail d'où sort une tige
garnie de feuilles, terminée par un épi de
.Meurs nombreuses blanches légèrement
odorantes à six pétales distincts inégaux,
marqués de veines bleues jaunâtres la
base. Serre chaude on la multiplie par l'é-
clat des racines elle fleurit en Germinal et
Floréal (Avril et Mai.)
i4 Des Oignons à fleurs.
l'Ornithogale A OMBELLES Ornitkaga-
lum urnbellatum. Lin. Cet oignon indigène
de moyenne grosseur pousse de très-
bonne heure, et produit une tige, por-
tant à son sommet une ombelle de fleurs
blanches, ouvertes en étoile, et répandant
une odeur agréable elles s'ouvrent sur les
onze heures pendant i5 jours, pour se re-
fermer à trois ce qui l'a fait nommer Dame
ou Belle- d'onze- heures. On le plante en
massif ou en bordure au mois Vendémiaire
(Octobre) dans une terre ordinaire ameu-
blie, et à toute exposition, excepté l'om-
bre. S'il reste en terre plusieurs années
il y formera des caïe'ux qu'on relevera
en Messidor (Juillet). Il fleurit en Floréal
(Mai), et ne craint point la gelée. II y a
encore l'Ornhhog&le Révolution qui porte
un bouquet de fleurs très-grandes le Mi-
niatum, dont les fleurs presqu'en ombelle,
sont grandes et d'un rouge vermillon
enfin, le Luteum, qui produit un bouquet
de fleurs grandes et d'un jaune jonquille.
Ils méritent d'être cultivés; mais ils sont
de serre.
Pancratutivi maiutime Pancratium
maritimum. Lin. Ses ressemblances avec
le Lis et le Narcisse l'ont fait aussi nom-
mer Lis-Narcisse. Il vient des environs de
Montpellier, où il croit près de la mer. Cet
oignon s'élève en pleine terre mais il faut
le couvrir dans les fortes gelées. On le
plante au mois de Vendémiaire (Octobre)
dans une terre légèae sans fumier et U
Des Oignons ir, fleurs, i5
fleurit en Floréal ou en Prairial (Mai ou
en Juin). Ses fleurs sont blanches, odo-
rantes il est à propos d'en soutenir la tige
avec une petite baguette. Il doit être placé
au soleil. On relève cet oignon en Messi-
dor ou Thermidor (Juillet ou Août).
Panckatium DES Caribes Pâncratium
Caribœun. Lm. Celui ci nous vient de
l'Amérique méridionale, et fleurit dans les
serres en différons temps de l'année il
porte quelquefois jusqu'à douze fleurs très-
singulières d'un blanc pur et qui répan-
dent une odeur très suave. Pour le faire
fleurir plus sûrement il faut mettre le pot
plutôt sur les tablettes de la serre chaude
et près des jours, que dans la tannée.
SCILLE MARITIME Scîlla maritima. LiN,
Cet oignon fort connu par se» usages en
médecine, devient fort gros. Il eroît dans
les sables sur les côtes maritimes de France.
Sa tige se termine par un bel épi de fleurs
blanches et nombreuses, qui font un très-
bel effet. It lui faut une terre légère, sans
..engrais, mieux encore du sable de mer.
Il faut le mettre en pot, pour lui faire
passer l'hiver dans l'orangerie. Il fleurit en
tt-ifférens temps de l'année depuis Floréal
(Mai) et seulement dans du sablon on le
mufctiplie de ses caieux qu'on ne détache
que lorsqu'ils sont bien formés.
Scille D'ITALIE Lis-Jacinthe des jar-.
diniers Scilla Itatica. Lm- Cet oignon
donne une tige basse, qui se termine par
an épi de jolies fleurs bleues. Elle réussit ça
Des'Oignons
pleine terre, et ne demande pas de grands
soins. Ses fleurs paroissent en Germinal ou
Floréal (Avril ou Mai), et ont une odeur
douce et agréable.
SCILLE campanulée, Scilla campanu-
lata. LIN. Ses fleurs en cloche la distin-
guent des autres Seilles, et lui a fait donner
le surnom de Campanulle. Cet oignon
donne un épi lâche dé fleurs d'un joli bleu-
violet, dont on jouit au mois de Messidor
(Juin). Il aime une terre légère et peut-
être mieux l'orangerie que la pleine terre.
li vient d'Espagne et de Portugal.
Des Plantes d'agrément.
oTlchillee DORÉE, Achillea aurea. Juss.
La couleur jaune-dorée éclatante de ses
fleurs en bouquets, l'a fait nommer ainsi.
Elle est vivace, et nous est venue du Le.'
vant. Il lui faut une bonne terre ordinaire,
l'exposition au soleil, et la serre d'orange-
rie en hiver. En pleine terre, il faut la ga-
rantir des moindres gelées. On'la multiplie
par ses racines en Brumaire (Octobre). Elle
fleurit en été, arrosement ordinaire; mé-
diocre pendant l'hiver.
ACHILLÉE A FLEURS COMPACTES, Achillea
cbmpacta. LIN. Sa tige est cannelée; ses
feuilles près des racines, sont assez lon-
gues les autres sont plus petites dé-
coupées velues et blanchâtres. Ses fleurs
sont petites, très- nombreuses 1. en ombelle
Des Plantes d'agrément. 17
ou parasol d'ua blanc-jaunâtre', et for-
ment un beau bouquet. Elle est originaire
des pays méridionaux de la France. On la
multiplie en séparant ses racines. Elle est
vivace, même culture.
Achillék d'Egïpte Achillea AEgyp-.
tiaca. Lin. On la risque en pleine terre,
placée au soleil, où elle ri résisté sbus une
bonne litière à des hivers rigoureux mais
il sera prudent d'en avoir en orangerie. Elle
forme des touffes agréables par ses feuilles
cotoneuses et très-blanches du milieu des-
quelles s'élèvent des tiges assez hautes
aussi cotoneuses et terminées par une om-
belle de fleurs d'un beau jaune et qui
durent depuis Thermidor jusqu'en Vendé-
miaire (Juillet et Septembre). Elle trace
beaucoup ce qui facilite sa multiplication.
ACHILLÉE COTONEUSE Achillea comen-
tosa. LiN. Plus blanche que les autres;
cette singularité seule suftit pour la faire
cultiver ses fleurs d'un beau jaune, et
qui font un effet très-agréable doivent
aussi la faire distinguer. Elles paroissent
dès le mois de Floréal jusqu'en Brumaire
(Mai et Octobre). Même culture, et même
exposition que la précédente. Elle est vi-
vace on la multiplie de ses racines.
ACHILLÉE SANTOLINE Achillea Santoli-
na. LiN. Ses feuilles sont aussi fort blanches,
ses fleurs d'un beau jaune et disposées en
parasol terminent les tiges et durent de-
puis Messidor jusqu'en Thermidor (Juin et
Août). Elle est originaire du Levant et vi-
vace il faut la mettre sous une bonne.li-
i8 Des Plantes d'agrément?
#« A ^û ft 11 » I A Ail *T**S\ T% Sfcvt *-f fl f\ fr I A4t i-«4^*
tière, qui la couvre pendant les froids si
on la laisse en pleine terre, sans quoi il lui
faut l'orangerie.
ACHILLÉE A FEUILLES EN COIN, AcMllea
cuneifolia. LiN. Cette plante ne s'élève
guère. Les fleurs sont blanches, forment
une ombelle, et ont une odeur agréable.
Elle est vivace et se multiplie par ses ra-
cines.
Agave, Agave. LiN. Ce genre a été con-
fondu long- temps avec les Aloës. On èn
connoît quelques espèces qui se cultivent
comme les Aloës et qui leur ressemblent
dans leurs variétés. Leur tige s'élève très-
fort et leur fleur est tantôt d'un blanc-vert
jaunâtre et tantôt blanc-verdâtre. Elle fleu-
rit très-rarement.
AGEAAT A FLEURS BLEUES Ageratuin cœ~
ruleum. Jcrss. Cette plante est assez jolie
ses fleurs sont en bouquet et d'un bleu-
pàle sa tige ne s'élève guère elle est an-
nuelle, et se multiplie par ses graines
qu'on doit semer au printemps. Arrose-
ment ordinaire.
ALOES, 41oë. Li- La culture n'en est pas
difficile. On les élève en pot ou en caisse
dont on garnit le fond de petits graviers
ou de tessons de peur que l'Humidité ne
soit stagnante; on les remplit ensuite d'une
terre maigre qu'on arrose rarement. Ce
traitement convient en général à toutes les
plantes qu'on appelle graj,fe$. Pendant l'été,
on les expose au soleil et vers la fin de
Vendémiaire (Septembre) on les rentre
dans l'orangerie, où on les tient très-sèche-
ment, car la moindre humidité en hiver
les fait pourrir. On les sort de la serre dans
le mois de Prairial (Mai) et on les expose
au plus grand soleil. Dans les grandes cha-
leurs et sécheresses on leur donne un ar-
rosement médiocre. On les multiplie de bou-
tures, qu'il faut laisser sécher avant de les
planter à la fin de Prairial (Juin) dans une
terre qu'il faut un peu humecter et arroser
après l'opération. II y en a bien des es-
pèces et des variétés. Leurs fleurs plus ou
moins grandes, et de différentes couieurs,
suivant les espèces ou les variétés sont
pour la plupart disposées en épi mais
toutes ont une corolle tubulée, partagée en
six divisions droites ou roulées. Je ne par-
lerai ici que des plus distingués.
ALOES de Bouiibon Aloë purpurea. Ses
/leurs sont pourpres en épi. Il est originaire
de l'Isle-de- Bourbon.
ALOES SoccoTaiN. Soccotrina. Ses
fleurs sont rouges en épi. Originaire des
Indes et particulièrement de l'isle de Soc-
cotara.
ALOFs FAUX SOCCOTRIN Aloês ordi-
naire, Ses fleurs sont rou-
geâtres en petits épis grêles. Il est originaire
de la côte de Malabar, du du
Mexique du Brésil, etc.
ALOES A COANES DE BELIER. fruticosa.
La tige de celui-ci s'élève beaucoup, les
feuilles sont au sommet ses fleurs d'un
rouge éclatant. Il est originaire d'Afrique.
ALOES MITRÉ. mïtrœformis. Il s'éleva
assez haut ses fleurs sont très-rouges en
épi. 11 est d'Afrique.-
Des Plantes d'agrément. icj
20 Des Plantes d'agrément.
ALOESPATTE D'ARAIGNEE, Aloë arachni-
dea. Il est petit et bas, et nommé ainsi à
cause des fils dont ses feuilles sont cou-
vertes, et qui ressemblent à de légères
toiles d'araignée ses fleurs sont verdàtres.
Il est originaire d'Ethiopie.
Aloes-Perlé. maagaritifera. Il a été
nommé ainsi à cause des petits tubercules
blancs dont ses feuilles sont chargées ses
fleurs sont verdâtres et disposées en épi.
Il est originaire d'Afrique.
,ALOES-POUCE écrasé. -retusa. Celui-ci
n'est remarquable que par la forme de sa
feuille, qui est renversée par le mifieu, et
qui ressemble à un pouce écrasé. Il est
d'Afrique.
ALORS. PERROQUET. variegata. Il est
fort agréable à la vue. Ses feuilles sont très-
épaisses, triangulaires, et en forme de gout-
tière elles sont d'un beau vert et maculées
de blano. Les fleurs sont rouges et en épi.,
Il est originaire d'Ethiopie.
ÂLOES FEROCE, Aloèferox. Celui-ci a une
tige plus ou moins haute, où restent mar-
quées les traces des feuilles inférieures qui
sont tombées successivement ses feuilles
sont longues et garnies d'épines rouges et
nombreuses ce qui lui. a fait donner son
surnom. Elles sont attachées autour de la
tige qu'elles embrassent, et de leur milieu
s'élèvent des tiges à fleurs rougeâtres dis-
posées en épi et qui durent assez long-
temps. Il lui faut la serre chaude. Il y
a encore chez des curieux les suivans la
Langue d'Aspic, A. acumitiata la Langue
Des Plantas d'agrément. 2i
de Chat ou de Bœuf, A. litiguiformis le
Bec-de-Canne, A. linguiformis foliis la:-
vibus en éventail, fl. plicatilis.
ALOES A LONGUES FEUILLES Aloë TJvCl-
ria. Nous en avons parlé dans le Jardinier
universel, page J71.
Amarante, Queue-de-Renard, Ama-
rantus caudatus. LiN. Cette plante est
annuelle: elle jette des queues en masse qui
sont souvent assez longues d'un rouge
cramoisi très-foncé. On en sème la graine
en pleine terre, où l'on veut qu'elle fleu-
risse. Elle se ressème d'elle-même, lors-
qu'il y en a eu dans un jardin on en
arrache une psrtie si elles sont trop épais-
ses. Elle vient du Pérou, de la Perse et de
l'île de Ceylan.
AMARANTE tricolore Amaranlus tri-
color. LIN. La variété des couleurs de ses
feuilles, qui sont coupées de vert, de jaune
et de rouge, lui a fait donner le surnom
de tricolor ou à trois couleurs. Sa culture
est la même que celle de l'Amarante
passe-velours. Il y fi deux variétés de tri-
color, l'une à couleurs très-pâles et l'au-
tre très-vives c'est de cette dernière va-
riété qu'il faut prendre les graines. Ce n'est
pas pour' les fleurs de cette plante qu'elle
est cultivée, mais seulement pour l'éclat
des couleurs de ses feuilles. Elle nous vient
des Indes et de la Guyanne.
AMARANTE PASSE-VELouas, à fleurs cra-
moisies, nous en parlons page 172 du
Jardinier universel mais il y en a une
variété à fleurs jaunes qui produit un bel
effet même culture.
22 Des Plantes ct'jigrtment.
AMÉTHYSTE bleue, Amethystea cœrulea.
LIN. Cette plante se trouve dans les mon-
tagnes de la Sibérie. Elle est annuelle ne
s'élève guère, et ses fleurs labiées et petites
fort jolies sont d'un beau bleu elles sor-
tent des aisselles des feuilles, et paroissent
en Prairial (Juin ). Elles ont une odeur
agréable. On sème là graine au printemps,
et on place ensuite le jeune plant au nord.
AJUSTE* grande, Aristea major su-
perbe plante qui, quoique du Cap, est assez
rustique pour se contenter de l'orangerie
.et mûrir ses graines en France. Ses feuilles
sont très-longues ainsi que les tiges il
en sort des épis de fleurs portées par un
pédicule qui soutient une corolle en roue,
à six divisions, et du plus beau bleu-foncé.
Elles paroissent en Thermidor et Fruc-
tidor (Juillet) durent assez long-temps
et font un grand effet. On la propage par
ses rejetons ou ses graines. Terre légère.
Ajustée à fleurs bleues, Aristea cya-
nea. Lin. Elle est encore du Cap, mais
bien plus petite; et ses fleurs, d'un bleu
de Barbeau sont solitaires et portées sur
de plus longs pédicules. Elle fleurit en
Thermidor et Fructidor (Juillet et Août)
on la multiplie de ses graines ou par ses
rejetons même culture que la précédente,
et l'orangerie.
ASCLFPIAS DE Curaçao Asclepias Cu-
rassavica. Lin. Il est.vivace, ligneux, et
s'élève un peu au bout de deux ou trois
ans. Ses feuilles sont assez longues, poin-
tues, luisantes. L-es fleurs sont rouges
Des Plantes (Y agrément. 2)
naissEnt au sommet des tiges et forment
des ombelles très-agréables cette plante
mérite d'être cultivée. On. la multiplie de
graines, qu'on sème sur couche. On re-
pique le plant dans un pot rempli de bonne
terre et l'on continue de l'élever sur
couche. Ses fleurs ne paroissent que la
seconde année, au printemps. On la con-
serve en sérre .chaude où elle fleurit quel-
quefois pendant l'hiver.
ASCLEPIAS INCARNAT, Asclepias incar-
nata. LIN. Plante vivace de pleine terre
qui nous vient du Canada et de la Virgi-
nie ses feuilles longues et pointues
sont d'un vert-obscur; sa tige prend la
forme d'un arbrisseau ses fleurs sont en
ombelles à l'extrémité des branches, et
sont d'abord comme couvertes d'une enve-
loppe rouge, qui, en se rabaissant, fait
voir une fleur de couleur aurore. Cette
plante est très-agréable à la vue, et fleurit
vers le commencement de Vendémiaire
(3o ybre). Il seroit bien de couvrir cette
plante quand la gelée devient forte elle
réussit très-bien en pot. On la multiplie de
graines et par ses traces. Il lui faut une
terre légère, le soleil et le grand air ar-
rosement ordinaire.
Astragale BIGARÉ Astragalus varius.
Belle plante vivace originaire de Sibérie
ses Reurs sont d'un bleu-violet un peu varié
de jaune réunies dans de longs épis axil-
laires, qu'on voit pendant l'été. Ses feuilles-
sont ailées et soyeuses on la multiplie de
ses racines. Elle se plaît au soleil en terre
ordinaire.
24 Des Pluntes d'agrément.
Bermudiène à fleurs bleues, Sisyryn-
chium Bermudiana. LIN. Ses racines sont
bulbeuses mais si on lui donne l'orange-
rie en hiver, elle est vivace on la placera
en été a un moyen soleil et on l'arro-
sera souvent. Elle se multiplie de graines et
de ses racines ses feuilles sont assez lon-
gues, ses tiges moyennes ses fleurs sont
d'un beau bleu assez grosses, et forment
une espèce d'étoile.
Bétoine DU Levant. Betonica Orienta-
lis. Lin. Sa tige est un peu velue carrée
garnie de feuilles peu élevée. Ses fleurs,
d'un pourpre' clair sont en épi aux ex-
trémités de la tige. Il faut l'élever dans
un pot et la serrer en hiver dans l'oran-
gerie.
BUGRANE A STIPULES BLANCHES OnOUÎS
nzitissima. LIN. Peu élevée elle a des
feuilles ailées à folioles petites et ovales;
les fleurs sont purpurines, les épis qui.les
portent sont blanchâtres et contrastent
bien avec le beau vert des. feuilles. A une
certaine distance on croiroit que la plante
est panachée. EUe est annuelle se sème
sur couche au printémps et fleurit vers
la fin de l'été. Elle est originaire de Por-
tugal. Terre ordinaire et exposition au
soleil.
Rugba-ke Tnès-iLEviE Ononis alùssi-
ma. LIN. Cette espèce vient delaSilésie,
est vivace; et s'élevant plus que l'autre,
elle forme une pyramide. Ses fleurs agréa-
bles'
,Des Plantes d'agrément. &5
bles sont purpurines et disposées en épis
terminaux. Elle fleurit en Messidor (Juillet).
On là multiplie de graines qu'on sème au
printemps ou de pieds éclatés en automne.
Elle ne craint point la gelée. Ii lui faut une
bonne terre ordinaire et l'exposition en
plein air.
iîcGiiA,KE à queue de renard, Ononis
alopecufbïdes. L'm. Celle-ci vient du Por-
tugal ses feuilles sont simples et orales,
mais plus grandes que les folioles des autre*
espèces.Sès fleurs sont au,ssi purpurines,
et' disposées en' épis terminaux. Elle est
annuelle; on la sème yiig couche, pour
repiquer'le plant quand il'est en état; on
le met en pot ou en'pleine terre, et on'
l'expose' au plus grand soleil. Arrosèrent
Qt'àïnïxié elle fléôrijt éVMessidor (Juillet).
BtrPHTHkLME à grandes' fleurs 04 oeil-,
de -'Bœuf, Buphthdlmum grandifforùnu
1-im. H est originaire des provinces méri-
dionales de la France ses belles touffes
et1 son grand nombre de tiges chargées de
feùjllles en fer de lance dentées, et ter-
minées par de grandes ijèùrs radiées, soli-
beau jaune'; figurent'bifen dans
les jardins. H aime une bonne terre subs-
tantielle. •â.iih'e'Tjonn'e exposition. Il est
yW&ce et rustique, et se propage par la
séparation des racines au printemps. Ses
Jléurs paroissent depuis Prairial 'jusqu'en
Wuctidbr (Juin
à 'de Saule, Buph-
nu bout desquels sont «les fleurs dont le
disque est plus petit que dans le précèdent.
il se trouve aussi dans le midi de la France
est vivace, se cultive et multiplie comme
le précédent.
Cacalie odorante ou h feuilles sagitf^es,
('acalia suaveolens. LIN. Cette plante est
vivace, de pleine terre, et originaire de
Virginie; elle pousse des tiges nombreuses
et hautes, terminées en Messidor ( Juillet )
par des cor^nbes de fleurs blanches d'une
bonne odeur. On séparera ses pieds en
automne pour la. multiplier.
Cacaue à feuilles de Laitron,, Cqcalia
sanchijolia. LIN. Plante Jolie, et annuelle,
quoiqu originaire des Indes Orientales. On
la sème en pots sur. couche chaude et sous,
châssis, en Gerirainal (Mars, et Avril),
pour la repiquer en phice aù midi vers le
,j5 de Prairial (fn de Mai ou en Juin ); et
sur la fin de Messidor (Juillet) elje donre
abondamment et pendant long-temps, ses
jolies, fleurs nombreuses d'uç, beau rouge
safrané, et disposée? trois, er semble.
Si l'été ,est chaud, les graines mûriront
bien en pleine terre.
Cactier-Baquette. Raquette., Opuntia,,
Figuier d'Inde, Nopal, ,semelle du Pape,
Cactus Opuntia. Lm. Il est d'une forme
singulière, en articulations, jets branches,,
tiges ou. feuilles qui sortent les unes, d^s
autres charnues applaties un peu ovales
et gainies de faisceaux d'épines très-pi-
quantes. Les fleurs tiennent à ces
7~>es Plantes
27
1
sont grandes, composées de dix pétales
d'un beau jaune tendre et d'un grand
nombre d'étamines. Cette espèce a plu-
sieurs variétés feuilles plus ou moins
longues, plus ou moins épineuses. On le
multiplie de ses jets; il lui faut la serre
chaude.
CASSE du Mabvlamd. Cassia Marylan.'
dica. Lin. Cette plante vivace et de pleine
terre, ne craint point un froid ordinaire;
mais il est à propos de la couvrir, si la
gelée devient trop forte. Elle aime la terre
ce bruyère tenue un peu humide et se
plaît plus à l'ombre qu'au soleil. En Flo-
réal (Mai) elle pousse plusieurs tiges fort
hautes. Ses feu il'tes sont ovales obtongues
plus pâles en dessous ses fleurs paroissent
sur la fin de Fructidor ( mi- Septembre )
et font un très- bel effet par leur nombre
et leur couleur d'un jaune éclatant. On la
multiplie en séparant les racines en au-
tomne elle mérite d'être cultivée. Elle
vient du Maryland et de la Virginie.
Coréopms à feuilles de pied d'alouette,
Corenpsis delphinifolia. Lin. Elle est plus
petite que celles dont il est parlé dans le@
Jafdinier universel peg. 19S elle a des-
feuilles très.fines, de jolies fleurs, et un
port très- agréable. On la cultive de même,
étant vivaoe.
CnÉpis aosE Crepis rubra. Lin. Elle
nous vient d'Italie. Les feuilles sont décoc*
pées, ? les tiges riues et* assez nombreuses
portent chacune unafleurd'un rosé tendre
d rayons. Elle estawtuelle; on la sème au
B a
a Des Plantes âfagrêment.
printemps, en place. Elle n'est pas difficile'
pour le terrain ,.ni pour l'exposition elle
fleurit en Messidor (Juin ou Juillet).
DAHLIA ECARLATE Dahlia coccinea.
CAVAN. Belle plante vivaee ses tiges vertes
sont fort hautes terminées par des Fleurs.
solitaires, moyennes, ornées de huit rayons
écarlates en dessus, et jaunes. en dessous.
Ses feuilies, d'un vert gai, sont un peu
rudes en dessus et lisses en dessous. Elle
fleurit en Vendémiaire (Octobre). Il y
*n a encore deux espèces la Dahlia hose
Dahlia rosea et la Dahlia PINNÉE, Dahlia
pi/mata mais elles sont d'orangerie.
DENTELAIiIE grimpante Pluvibago
scanclens. LIN. Elle ressemble beaucoup à
cclle dont il est parlé dans le Jardinier
universel pag. 198. Elle en:diffère par ses
feuilles plus larges et un peu plus vertes,
et par ses tiges qui ne sont pas grimpantes
mais seulement plus hautes. Elle vient de
l'Amérique. Elle a aussi besoin de la serre
chaude, mais elle peut passer quelques mois
en plein air. On la multiplie par ses graines,
qui murissept dans la serre.
Dejstelaihe pose, P lumbago rosea.
LIN. Ses fleurs sont nombreuses et d'un
rosé grenade on les voit en différer.s
temps de l'année. Mais ces avantageas coû-.
tent des soins assidus, car elle ne peut se
passer de la serre chaude. en tout temps,
méme des bords de la tannée. On ne peut
la propager que par la séparation -de ses
rapines. Ses tiges sont droites ses feuille?
Des Plantes d'agrément.
ovales et d'un vert assez foncé. On la voit
au Jardin des plantes à Paris.
Dracocephale d'Autriche Dracoce-
phalum Austriacum. LiN. Plante vivace
ses tiges, chargées d'un léger duvet, so.it
peu étevées ses feuilles ressemblent un
peu celles de l'Hisope. Les fleurs sortent
des aissetles, sont au bout des tiges en es-
pèce d'épis, grandes, belles, et d'un violet-
pâ!p. Elles paroissent vers le i5 Prairial
(commencement de Juin). Elle vient de
Sibérie. On la multiplie de graines, qu'on
sème au printemps en pleine terre. Elle
demande une exposition en plein air ar-
rosement ordinaire et bonne terre.
Dracocephale à grandes fleurs, Dra.
cocephalum grandiflarum. LrN. Elle est
vivace ses tiges sont basses ses feuilles ont
du rapport avec celles de la Bétoine. Ses
fleurs sont grandes bleues et réunies par
trois ensemble. Elle vient des montagnes de
Sibérie. On la cultive comme la précédente.
Echinops ou Boulette azurée. Echî-
nops llitro. Lin. Cette plante rustique et
bisannuelle, ressemble é une espèce de
Chardon, à feuilles longues, découpées,
vertes en dessus blanches en dessous et
bordées de légers piquans. La tige s'élô\ e
assez haut,, et est surmontée par des globes
extrêmement ronds de la grosseur d'une
petite pomme. Les fleurs sortent par des
petits tuyaux tout autour du globe elles
sont d'un beau bleu. Cette plante en fleursau
mois de Messidor (Juillet), est très-agréable
B 3
Des
à la vue elle 'se sètne d'elle-même. Tout
terrain lui convient, surtout en plein air.
Enothère à grandes fleurs, Herbe-aux-
ânes Onagre, OEnothera grandiflora. Lis.
Les feuilles de cette plante, qui font un
bel effet, sont longues et étroites; ses
fleurs sont grandes composées de quatre
pétales jaunes, et odorantes vers le soir.
Elle fleurit vers la fin de t'été, est an-
nuelle, se multiplie de graines semées an
printemps et vient de Virginie.
EnothÈhe ROSE, OEnothera rosera. Lrs.
Celle-ci ne peut s'accommoder de la pleine
terr.e, mais d'une bonne orangerie pour
l'hiver. Ses tiges qui ne s'élèvent guère,,
sont terminées par un épi de fleurs oouteu.r
de rose, assez grandes, et qui fait ua joli
effet. Elle se nuiltiplie par ses semences,
qu'elle répand autour d'elle en si grande
abondance qu'il est bon de ne lui laisser
pour cette fin qu'une seule tige.
Eranthemce Eranthemuni pulchellum.
Fleur D'AMOUR. Cette jolie pla ite est de
serre chaude, et vient des Indes elle
fleurit abondamment dès le mois de Plu-
viose jusqu'en Floréal (Janvier jusqu'en
Mai) et quelquefois plus tard. Les tiges,
et le plus grand nombre de leurs rameaux,
se terminent par des épis carrés, souvent
réunis trois ensemble chargés de jolies
fleurs d'un beau bleu céleste et de petites
feuilles marquetées de taches blanches. Ce
mélange fort singulier est d'un très-joli
effet. Cette plante est vivace et toujours
verte comme elte végète en tout temps
et qu'elle fleurit en hiver, il faut la rentrer
Plantes 3
de bo/me heure et fa mettre ou dans la
tannée Hé la serre chaude, ou seulement
sous châssis, 'On la multiplie facilement de
boutures, qu'on fait au printemps lorsque
la fleur est passée et qui s'enracinent
prompîeihent soit dans la tannée, soit
-iséufëment suT'Coudhe chaude.
FkA'ffôN Viq0atst Hou-frélon Ruscüs
àcuîeaids. Lut. dette plante est fort sin-
gulière par la position de ses fleurs blan-
ches, solitaires, qui naissent sur les feuilles
ovales, roides et piquantes. elle fleurit
en Prairial (Juin). On la trouve quel-
que'fois dans nos bois elle, est toujours
verte, ïi y a encore deux autres espèces
l'une venant d'Ita'Ke dont les fleurs vien-
nent en dessous des feuilles; loutre vïèïit
de Madère ne fleurît 'pas tous les ans, et
se place sur un côté de la serre.
Galane oit Chéu>ne .à Éjpi Chelom
glabru. Lin. Ses tiges -sont assez hautes,
ses Bèajlfé!» 'sont roides dentées ses fleurs
sont blariches'j en épis courts, etparoissent
en Frucfiflor (Août et Septembre). Cette
plante vient du Canada, et ne craint pas
le froid. Une terre fraîche et humide 'et
une situation ombragée, lui conviennent-
Elle trace, et l'on fait la séparation de ses
pieds au printemps.
GâXANie oblique
C'est une variété de la précédente., à la-
quelle elle ressemble beaucoup. Ses fleurs
sont d'un pourpre vif. Même culture.
Galakk aiuseau-de-chien Chelonè Peu-
B4
3z De' Plantes d agrément.
lestemon. Lin. Ses Liges sont velues et
garnies de feuilles; ses fleurs sont purpu-
rines, et ressemblent un peu à un museau
de chien. Elles paroissent en Fructidor
( Août et Septembre ). Même culture.
Galane barbue, Cliélone barbata.
Les tiges de cette plante originaire du
Mexique, sont grêles, un peu rameuses;
l'extrémité des tiges est terminée par une
ou plusieurs jolies fleurs pourpres, garnies
de poils dorés. On ne la conserve en hiver
qu'en orangerie.
GALANE campanulee Chelone campa-?
nulata. Cette jolie plante a ses fleurs un
.peu en cloche et d'un rouge pourpre elles
font un joli effet. Il lui faut aussi l'oran-
gerie pendant l'hiver, et elie fleurit en
Fructidor ( Septembre ) comme les autres
Galanes.
Gaxéga COMMUN oit Rue de Chèvre,
Galega officindlis. LiN. Jolie plante vivace
qui vient d'Afrique, dont il y a deux va-
riétés l'une à fleurs blanches et l'autre k
.fleurs bleues et blanches toutes deux en épi
semblahle au sain-foin d'Espagne. Elles
fleurissent en Thermidor ( Juillet et Août }•
La plante s'élève assez haut, si elle trouve
une terre qui lui convienne, c'est-à-dire
grasse et numide. Elle fait un bel effet
dans un grand parterre. On la multiplie de
pieds .éclatés elle ne craint point la geléë.
Germandrés à fleurs rouges, Chamé-
drys, Teucrium rubrum. Lin. Plante li-
gneuse, dont les feuilles sont épaisses un
peu longues et larges. Ses fleurs sont la-
Des Plaixtes d'agrément.
biées, rouges et en épi, durent long-temps
et paroissent vers le milieu de l'été. On
l'élève en pats q.u'an met pendant l'hiver
dans l'orangerie, où il lui faut un arro-
sement très-médiocre. On la multiplie en
séparant les racines au printemps bonne
terre mêlée de terreau,- Cette plante aime
le soleil.
Germaine à feuilles d'Ortie, Gernxanea
urliccefoUa. Lamajick. Elle s'élève sur une
tige droite', branchue d'un vert-rôu-
geâtr/3. Ses feuilles sont grandes, un peu
en coeur, dentées et un peu rudes au tou-
cher. Les fleurs naissent enw Fructidor
(Septembre) sur des grappes terminales
et sont d'un blfcti clair, taehées de pointes
bruns dans le milieu de la lèvre supérieure.
On la muniplie de graines., qu'on sème sur
couche au printemps.pour l'élever dans un
pot il faut l'exposer au soleil pendant
l'été et -la mettre pendant l'hiver dans
une serre chaude. On la nomme Germaine
parce qu'elle a fleuri pour la première fois
chez feu M. de St.- Germain.
Giobba penchée Globba nutans. Lm.
Superbe plante ndmmée de même aux
Moluques et ;aux Indes Orientales d'où elle
vient. Elle fleurit très-bien en plein air au
mois de Messidor (Juillet), quand elle a
,étfi conservée en hiver dans une serre tem-
pér^s Ses; tiges s'élèvent fort haut, et sont
garnies de très-longues feuilles. Ses fleurs
son* ;&n épi penché, d'une vingtaine de
fleurs épaisses, et^'engainant, d'un blanc
pur. e|C .mat ,̃ au milieu desquelles s'allonge
B 5
Des Plantes d' agrément.
une espèce de cornet ou dé, à bord* iné-
gaux, larges et évasés, blanc sors extré-
mité jaune en dehors, en dedans du plus
beau jaune-orangé et rayé d'un très-beau
rouge, distillant quelques gouttes d'une,
liqueur sucrée. Cette belle plante veut un
grand vase rempli d'un mélange égal de
terre franche, de terreau de feuilles con-
sommé et de tourbe, qu'il faut tenir humide
sans trop d'excès. On la multiplie de ses
rejetons; mais il ne lui en faut laisser que
deux.
HARICOT d*E9Pagnk Phaseolus cocci-
neus. Lin. Ses bslles grappes de fleurs
d'un rouge écarlate, qu'elle p.roduit pen-
dant tout l'été, lui ont fait donner place
dans les jardins. Il y e;i a une variété à
Heurs blanches l'une et l'autre ne doivea
être semées qu'après les gelées.
Hélénie d'automne (Ieleniiim aututn-
nale. LtN. Cette plante vivace, de pleine
terre, vient de l'Amérique Septentrionate
et mérite d'être cultivée. Ses lleurs sont
d'un beau jaune; et en les rnêiant avec les
Asters violets elles feront un effet agréa-
ble. Elle s'élève assez haut les sommets
des tiges sont garnis de fleurs en forme de
petits soleils, et paroissent en Fructidor
( Août ). On la multiplie en séparant les
racines en automne. Tout terrain et toute
exposition lui conviennent.
Hortensia Du Japon Rosé du Japon
Hortensia Japonica ou Hortensia muta-
bilis. Cette superbe plante obtient, par la
Z?e.f Plantes d'agrément. 35
coupe denses hameaux la forme d'un très-
joli arbuste. On lui laisse une seule tige
forte, .qui porte une fleur magnifique en
forme 'de boule, et si l'on veut plusieurs
d'après la taHie qu'on adopte; mais alors
elles sont moins grosses. Les pétales de
c>tte fleur ressemblent à ceux de t'Obier
ou Boule-de-neige mais plus larges eUe's
paroissent d'abord' d'un Wanc-verdâtre
ensuite d'un oli rosé, d'un rose-violâtre
d'un blanc sale, d'un rouge pourpre et
d'un rosé pâle. C'est par cette dernière
teintequ'elle termine son règne charmant,
qui dure plus de deux mois, si on la soigne*
convenablement et comme nous le dirons
plus bas. Tous ces passages divers d'une
couleur à l'autre, lui ont mérité le surnom
de niuiabflis (changeante). Si elle étott
odorante, ce seroit une des plus belles
plantes du domaine de Flore. Ses feuilles
grandes ovales du, plus beau vert con-
trastent aussi le plus agréablement avec la
Heur.
Cette charmante plante 1i'est pas dif-
ficile à eoiisèrvfir elle n'exige qu'une terra
de brofèré ptare ou une tèwe franche
mêlée tlb terreau de feuilles. Il faut la
tenir en pot à l'exposition du nord dans
les saisons douces et dans une continuelle
humidité moâérée. Il confient de la pré-
server de ia getée, et de la piàcer dans un
endroit qu'elle aime
bien l'air, ,et qu'eUe s'en conservera plus
belle. On a, fait l'essai avec succès à Paris
-.> j ̃ B©
5G Des Plante d'agrément.
de la laisser en pleine terre sous litière,
et elle y supporte les hivers les plus ri-
goureux mais il est douteux qu'à une tem-
pérature différente de quelques degrés
l'on obtienne la même faveur.
Sa multiplication se fait de boutures et
de marcottes pendant tout l'été, sur couche
chaude et sous châssis. Pour la multiplier
par marcottes, on enfoncele principal pied
sur couche on y courbe les branches en
leur faisant dans l'intérieur de la courbure
une légère entaille-; on sépare les jeunes
branches de ce pied quand on s'aperçoit
qu'elles ont pris racine, et on les trans-
plante séparément dans des pots qu'on re-
met encore sur couche.
Par boutures, fait comme il se pra-
tique pour multiplier le Sureau on les
coupe assez bas on en fend la partie in-
férieure, on les met dans de petits pots,
qu'on enfonce dans une couche qui soit à
l'abri du grand soleil et du midi on se
sert du terreau pour les planter, et l'on
.fera bien -d'y m'ter un peu de terre de pré
ou de bruyère. Quand les boutures sont
bien reprises dans de plus grands pots
on les arrose de temps en temps ,mais sans
excès. Il faut traiter l'Hortensia comme
le Rosier, pour hâter s,a fleuraison. Elle vient
des Indes, et a été dédiée par Commerson
à une Dame nommée Hortense.. Nous la
plaçons ici parce qu'elle p'â pas la figure
d'un arbuste.
Ipomée écarlate. Jasmin rouge de
Des Plantes d'agrément. 37
l'Inde. Quamoclit écaiilate. Ipornaia coc~
cinta. Lin. Cette belle plante a besoin
d'un appui poury tortiller ses longues tiges,
garnies dans toute leur longueur de feuilles
en coeur, et pointues-à leur sommet, d'où
sortent des fleurs campanulées réunies
petites, mais nombreuses et d'un bel écarr
1ate, qui paroissent depuis Messidor (Juil-
let) jusqu'aux froids. Il faut tous lès ans
,e,n semer, en Germinal, ( Avril), quatre ou
cinq graines dans de petits pots pleins de
terreau, et qu'on met sur couche et sous
cloche. Après les froids, si le plant est
on le dépote et sans briser la motte on
le met en place près d'un mur, treillage
oubepeeau mais au midi, pour qu'il puisse
mûrir ses graines; seul moyen de la pro-
pager, Arrosement ordinaire. Elle vient
des Indes.
..Iris GtRMANrQtrE Iris Germanica. Lin.
Cette espèce est à racines comme les sui-
vantes: celle-ci forme de très-grosses touf-
fes, ses tiges sont assez hautes, et sont termi-
.nées en Prairial (Mai ou Juin), par'ci.nq
à six fleurs odorantes, de couleur de pour-
pre-violet, avec des poils jaunâtres. Elle est
rustique et se plaît dans une terre légère
,et fraîche. On les multiplie par la sépara-
tion de leurs touffes en automne.
IRIS tkè. odorante Iris adoratisslma.
Jacq. Celle-ci venant encore de l'Aile-
ro^gne, ,ressemb,le beaucoup à la précé-
deate -elle est vivace, de pleine terre,
çoQi.rne toutes les suivantes et est aussi
38 Des Plantes ePagrément.
ru'stique. Ses Heurs sont disoosées de même;
eltes sont grandes nombreuses. bleues,
répandent une odeur très agréable et
paroissent en Floréal ( Mai ).
Iris panachée, Iris variegata. Lin. Elle
est originaire de Hongrie ses belles fleurs
sont odorantes et jaunes, rayées de pourpre
dans tous leurs bords depuis le milieu
jusqu'à l'extrémité l'intérieur est ponctué
de pourpre à sa base. Elle est plus basse
que les .précédentes.
Iris variée Iris versicolor. Elle a de
trés-jolies Heurs, dont les pétales droits
sont de couleur bleue-pourprée les pé-
tales réfléchis sont variés de jaune, de
blanc, de rouge et veinés de violet. Elle
est de la Caroline, et fleurit en Prairial
(fin de Mai ou mi- Juin).
IRIS DE FLORENCE Iris Florentina. Lrrr.
Elle est moins touffue que l'Iris Germa-
nique. Ses racines sont odorantes et em-
ployées en parfumerie et en médecine.
Ses fleurs très-grandes, blanches et odo-
rantes^ paroissent en Prairial (Juin). Il est
prudent de la couvrir de litière pendant les
grands froids.
IRis de Hollande Iris Swertii. Celle-ci
nous vient de Hollande. Ses fleurs très-
jolies et placées au nombre de trois sur les
tiges plus hautes que les feuilles sont
blanches, vermiculées de raies purpurines
avec dès poils jaunes.
IRIS NAiNE Cham^b-Irïs, Iris pumïla.
Lin. Elle est souvent mise en bordure,
où elle fait un effet charmant dans le temps