Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'Art de ponter (parodie en vers) par P. Alyge

De
13 pages
rue Cadet, 20 (Paris). 1854. In-8° . Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

L ART DE PONTER
(PARODIE EN VERS).
La carie à jouer est plus connue
que la carte de l'Europe!....
J'aime mieux un jeu de cartes
qu'un jeu de mots
Par P. AIiYGE,
PREMIÈRE ÉDITION
Avec Préface et Notes de l'Auteur,
PRIX : SO CENT.
21 $arifi.
RUE CADET, 20,
ET CHEZ TOUS LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉ^,
1854.
S$ ???Û/Z /au S&mc <yé>. <.yéi.
AVANT-PROPOS.
On nous vit dépenser, en nos beaux jour d'ardeur,
Les heures sans compter, intrépide lutteur !....
Aujourd'hui moins ardent et loin de la carrière,
Je jette à tous les vents la carte aventurière,
Et laisse aux innocents le soin de la tenir.
A toi, gai compagnon, ces vers, ce souvenir !
Qu'ils offrent à tes yeux, d'un art la parodie,
Crois moi, le jeu sera ta dernière folie !....
P. A.
PRÉFACE.
A Madame A. T.
C'est pour moi une bonne fortune, chère Madame, que
de pouvoir vous dédier mon humble opuscule.... A vous
donc ces feuilles légères ; accueillez-les en souvenir de
nos joyeuses soirées d'hiver... Pourquoi sont-elles si
courtes?... Fugitives, revenez-nous !... Hélas ! déjà le
printemps bientôt l'été.
Prenez ceci pour une causerie familière faite pour
chasser l'ennui, et non pour un livre sérieux destiné à
propager des principes ! Quelques gens pourraient s'y
méprendre au premier abord; j'ai cru bon de les tenir en
garde contre cette malencontreuse opinion. Je ne suis ni
savant, ni devin
Bien téméraire celui qui oserait tracer au joueur la
ligne de conduite qui doit le mener au gain d'une ma-
nière infaillible! Lejeuestune aimable manie, la raison
en fait justice tôt ou tard, et les pertes qu'on y a éprou-
vées font parfois l'effet d'un puissant antidote
J'ai donc voulu parler du jeu , ou plutôt critiquer
une folie du siècle L'illustrer, ce pauvre jeu , serait
tâche difficile, et la recherche de sa paternité doit être
complètement interdite.... à moins que....
Vous seule avez le don de le rendre agréable par les
attraits de vos réunions; c'estdire toute la grâce que vous
mettez à nous consoler des infidélités sans nombre de la
déesse Fortune. Nos rires nous en ont toujours vengés!..
Je la crois fort en colère ; aussi... Je dois également payer
mon tribut à nos commensaux habituels ; soyez mon in-
terprète auprès d'eux.
C'est un ami qui les prie d'agréer ces vers; qu'ils soient
indulgents comme au jeu et qu'ils acceptent avec
bienveillance cette pâle copie du GRAND ART dont je
m'avoue ici-leplus fervent admirateur, mais aussi le plus
indigne imitateur.
Je me crois, comme toujours, votre affectionné,
malgré..? et suis,
Votre bien respectueux,
P. ALYGE.
Février 1854.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin