Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'ENLEVEMENT
DES SABINES,
CHANSON EN CINQ ACTES.
PARIS.
A. HIARD, LIBRAIRE-ÉDITEUR
de la Bibliothèque des Amis des Lettres ,
HUE SAINT-JACQUES, N° l56.
1851.
IMPRIMERIE DE MARCHAND DO BREUIL 7
Rue de la Harpe, n° go
L'ENLEVEMENT
DES SABINES.
ACTE PREMIER.
AIR: Oser demander de l'argent!
Romulus, à ce qu'il paraît,
N'entendait pas la raillerie :
Il tua son frère cadet,
Qui fit une plaisanterie :
Celui-ci franchit un fossé
Nonobstant sévère défense.
Il eut le crâne fracassé
Pour apprendre l'obéissance.
Romulus, après ce haut fait,
Gouverna seul et sans partage :
Il l'assembla, comme l'on sait,
Tous les voleurs du voisinage.
Ces travailleurs de grands chemins,
Étant d'humeur assez mutine,
Allaient manger chez leurs voisins
Pour ne pas faire de cuisine.
( 4 )
Voyant ses états florissans,
Et chacun faisant bonne chère,
Romulus dit: Mes chers enfans,
Nous vivons bien , la chose est claire :
Mais nous avons tous , je le sens ,
Quelque goût pour !e mariage ;
Nous sommes assez bonnes gens,
Il faut donc nous mettre en ménage.
L'on admire, l'on applaudit
L'ancien nourrisson de la louve ;
Chacun se rend à ce qu'il dit,
En battant des mains on l'approuve.
Pour multiplier le lien
Qui devait récréer leurs âmes,
Il ne leur fallait presque rien-,-
Il ne manquait plus que des femmes, (i)
i
Demain, ajoute Romulus,
Nous saurons trouver notre affaire;
Et parmi nous je ne ne veux plus
Qu'on voie un seul célibataire.
Les femmes de nos alliés,
Messieurs, ne nous déplaisent guères :