Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Jacobiniade, poème héroï-comique sur l'horrible catastrophe des Jacobins. Chant second

De
8 pages
1794. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

),'(\ C 0 B I N I A D E,
1 - .-' ;
-$uoi 7 fornique sur thorrible Catastrophe
des Jacobins-
CHANT SECOND.
LA Reine Crassous était assise sur son lit.
Elle venait de faire panser ses blessures glori-
euses, quoique contre son ordinaire, elle ne
les eut pas reçues, ainsi que ces soldats
Romains qu'on trouvait couchés sur le champ
de bataille , blessés tous par devant.
Le sommeil bienfaisant fuyait les yeux de la
Nymphe jacobine. Mille poignans souvenirs
écartaient loin d'elle les pavots de Morphée
et les songes rians. Son agitation était extrême,
son front téné breux, en sc ridant de colère et d'ef-
froi, arquait ses sourcils, arrondissait ses yeux,
et lui donnait cet air hébété qu'emprunte
Barrère et dont Gaston peut lui faire présent.
Hélas! disait-elle à ses dames d'honneur.
t 2 )
qui, pour la première fois, gardaient un morne
silence:
Six robustes Chouans, pleins d'ardeur et d'audace ,
Joignant insolemment le geSte à la menace,
Sans honte et sans pudeur ont meurtri mes appas!
J'aime, vous le savez , que l'on me parle en face ;
S'ils avaient eu du cœur, je ne m'en plaindrais pas.
O ! vous qui partagez ma cuisante disgrâce ,
Il est, vous l'avoûrez, affreux pour la beauté,
D arriver par derrière à l'immortalité.
Elle dit, et ses larmes roulent sur sa gorge
comme dans un ravin. Ses sanglots auraient
attendri le portier des enfers, la triple Hécate
et le redoutable Minos, plus impassible que le
discret Armonville qui verrait, sans s'émouvoir,
Duhem sans emportement, Billaud sans arro-
gance, Fayau cloquent, Collot sobre, et Car-
rier modéré.
Cependant la nimphe désolée essuyait ses
yeux avec ses deux poings, lorsque Duhem
arrive, entre, roule ses pas impétueux; il dé-
noue , arrache et fait voler sa cravatte loin
de lui ; sa poitrine nue se soulève oppressée.
Il lialete, il sou fle ; il allonge son bras
nerveux, une coudée et demie au dessus de
s a tête, il le prolonge jusque ses pieds, et,
furieux, il s'écrie !