Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

LA LOGIQUE.
Elle est aussi impitoyable, aussi brutale
que les chiffres !
LETTRE D'UNE VIEILLE FEMME
ADRESSÉE EN AVRIL 1871,
A M. LE CHEF DU POUVOIR EXÉCUTIF,
à M. le Président et MM. les membres de l'Assemblée.
MESSIEURS,
Celle qui vous écrit est une vieille femme, mais douée de
quelque intelligence, et dont le coeur est plein de l'amour du
pays. Elle veut borner son rôle à vous rappeler la terrible
logique des faits, tout aussi implacable, tout aussi brutale
que les chiffres!
Veuillez lire ceci à l'heure où l'esprit est le plus lucide, à
votre réveil, et puisse-t-il porter la conviction dans le coeur
de chacun de vous.
Il n'existe, Messieurs, que deux formes de gouvernement
pour les peuples : le despotisme, qui vient d'abord et sous
lequel ils se courbent dans leur enfance ; mais dès qu'une
partie de la nation est assez intelligente pour gouverner, elle
le fait sous le nom d'assemblée, avec un chef temporaire ou
héréditaire ; c'est là vraiment une république, son nom l'in-
dique. Pour avoir de la durée et ne pas conduire un pays à sa
perte, cette république doit toujours être aristocratique,
c'est-à-dire reposer sur la possession d'une partie du sol.
Consultez l'histoire des républiques anciennes et remarquez-y
l'esprit de conservation qui vous fait défaut. Que voyez-vous
depuis quatre-vingts ans que vous avez adopté la république
démocratique, une impossibilité qui vous mène droit à la
ruine? Vous n'avez que des chefs temporaires, toujours forcés
— 2 —
de comprimer ; vous avez les séditions, les guerres civiles, la
guerre étrangère, l'invasion ; vous êtes arrivés au démembre-
ment; quelque jour vous subirez le partage, le sort de la
Pologne enfin! Voilà les fruits de la république démocratique !
Vous êtes la seule grande nation qui ayez fait l'expérience de
cette forme de gouvernement, je vais vous le prouver et
j'ajouterai que cette expérience n'a pas été heureuse ! Écoutez
l'implacable logique, vous indiquant de son doigt de fer,
l'abîme ouvert sous vos pas égarés !
Passez le détroit, et voyez se dressant devant vous cette
petite île : son étendue n'est rien comparée à la France, mais
elle est habitée par l'intelligente race anglo-saxonne, qui a
vu d'un coup d'oeil quelles étaient pour un peuple les condi-
tions de durée, et, comprenant que les mots ne sont rien, elle
garda le nom de royaume, mais elle fonda, en effet, une
république aristocratique, avec un chef héréditaire. Cette
forme de gouvernement lui permit même de traverser les
deux plus grandes épreuves que puisse subir un peuple : un
changement de religion, un changement de dynastie; j'ai
nommé l'Angleterre.
Traversez les mers lointaines, vous trouverez encore la
race anglo-saxonne, se formant en république aristocratique,
avec un chef temporaire ; et ne croyez pas, Messieurs, que ce
soit un paradoxe que je viens vous présenter; oui, elle est
aristocratique, par le nègre qui, libre ou esclave, n'en
forme pas moins une classe inférieure, chargée des ouvrages
durs et vils, et permettant ainsi aux citoyens de l'Union d'être
des Messieurs en habit noir, voyez le porteur de bagages. Ils
ont de plus des forêts vierges pour ceux qui veulent posséder la
terre. Cette république est donc aristocratique pour de longues
années, et elle saura se préserver de la ruine.
Je ne vous parlerai pas des républiques de Suisse et de
Belgique, maintenues dans de justes bornes par la crainte de
leurs puissants voisins.
Jetez maintenant les yeux sur cette autre grande répu-
blique aristocratique, avec un chef héréditaire : depuis des
années elle travaillait à sa transformation, elle y est parvenue ;
c'est la forte race allemande : chez elle les départements se