Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La première aux hommes de bien. 6 / , par M. le Cte de Salaberry

De
14 pages
impr. de Poussielgue-Rusand (Paris). 1828. 10 fascicules en 1 vol. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LA SIXIÈME
AUX HOMMES DE BIEN.
DU SYSTÈME DÉPLORABLE.
Par M. Le Comte de Salaberry,
DEPUIS 1815 MEMBRE DE LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS.
(Extrait du Conservateur de la Restauration.)
A PARIS ,
DE L'IMPRIMERIE DE POUSSIELGUE-RUSAND,
rue de Sèvres, n° 2.
1828.
LA SIXIÈME
AUX HOMMES DE BIEN.
DU SYSTÈME DÉPLORABLE.
L'adresse au Roi en réponse au discours du trône,
contenait ces étranges paroles : « Les plaintes de la
« France n'accusent que le système déplorable qui
« rendit trop souvent vos bienfaits illusoires. » Le
but de cette phrase était, dans des intérêts diffé-
rens, de stigmatiser le système de la dernière ad-
ministration, et il était nécessaire que le nom inju-
rieux de déplorable fût maintenu, fût adopté. Sur
362 votans, 198 ont dit oui, 164 ont dit non : ma-
jorité 34. Mais sur les 198 il faut bien que l'on
convienne qu'il y en a 139, ou même 156 qui au-
raient tout reproché aux ministres sortis, depuis
leur système, jusqu'à leur apparition en décembre
1821, jusqu'à leur présence pendant six années,
sans entrer dans aucuns détails : quant aux qua-
rante-deux restans des 198, beaucoup en voulaient
plus à leurs personnes, c'est à dire à leurs porte-
(4)
feuilles, places et dépendances pour eux et leurs
associés, qu'au système même : reste un certain ca-
put mortuum, fonds non flottant de toute chambre
élective, mobilier de l'administration qui passe
toujours aux successeurs : ceux-là ont voté pour le
mot déplorable non contre le système d'hier mais
contre les ministres sortis ; non contre le système
nouveau, ils ne s'informent pas s'il y en a, mais
par égard pour les ministres entrés tant qu'ils y
seront : ils étaient, sont et seront toujours de la
famille du vicaire de Bray. (1) La statistique de la
chambre élective ainsi établie, 164 votans, parmi
lesquels je m'honore d'avoir fait nombre, ont re-
poussé le mot déplorable : ainsi sur la foi d'une
quantité donnée d'intéressés à soutenir leur dire,
la France, qui croit tout sans examen, pourrait
penser que les plaintes faites en son nom accusent
un système d'avoir été déplorable. La France
sera bien aise de savoir pour quoi et en quoi.
C'est un député du côté droit depuis la seconde
restauration et même membre de cette chambre
que le Journal des Débats avait ses motifs, le
21 janvier 1826, pour appeler servïle, également
avide, plaie et bornée; c'est cet infiniment petit qui
ose aborder la fameuse question du système dé-
(1) And this is law I will maintain until my dying day, sir,
that what soever king shall reign I'll be the vicar of Bray, sir.
(Et voilà, Monsieur, la règle que je suivrai jusqu'à mon der-
nier jour, afin que, quel que soit le roi régnant, je sois tou-
jours le vicaire de Bray. — English Song, elegant extracts ,
p. 621.)
(5)
plorable sans craindre qu'on l'accuse de partialité,
de haine ou de flatterie.
Il n'y a que deux rapports sous lesquels on
ait le droit d'infliger, au nom de la France, l'af-
front du nom de déplorable à un système d'admi-
nistration , à un ministère solidaire; c'est quand
il a été indigne, incapable; c'est quand il a été
blâmable ou même condamnable dans ses actes.
La vérité va sortir et de la bouche de ses ennemis.
Que disait l'un d'eux depuis le 16 décembre 1821,
jusqu'au 6 juin 1824? « Nous avons entendu dire
" comme tout le monde que le ministère au point
« du départ aurait pu suivre une autre route, aurait
« pu présenter des lois autrement modifiées, au-
« rait pu réparer un plus grand nombre d'injus-
« tices ; mais n'a-t-il pas rencontré de ces sortes
« d'obstacles que l'on n'aperçoit bien que lors-
« qu'on est placé au pouvoir? La seule chose que
« nous sachions avec certitude c'est qu'il ne nous
« est plus permis de garder la neutralité : le mi-
« nistère actuel sera constitutionnel sans embrasser
« les erreurs révolutionnaires, et monarchique
« sans tomber dans le despotisme royal. Ce minis-
« tère a de plus l'immense avantage de remplir les
« conditions du gouvernement représentatif; il est
« sorti de la majorité de la chambre des députés,
« et il appartient à l'une des deux grandes opinions
« qui divisent la France.
« Que l'on se rappelle l'état de la France à l'é-
« poque de la restauration : que fallait-il pour la
( 6 )
« faire respecter? En confier la défense et la garde
« aux amis éprouvés du prince et de son auguste
« ouvrage : des lois faites et exécutées par des dé-
« putés , par des ministres, par des magistrats qui
« fussent franchement royalistes, franchement cons-
« titutionnels ; voilà pour la France le seul port de
« salut qui lui soit ouvert; et nous pouvons le dire
« parce que nous avons pour nous l'autorité des faits,
« et qu'à des faits il n'y a rien à répondre : nous
" tenons enfin, et pour la première fois depuis le
« retour du Roi, ce système d'administration que
« nous avons appelé par nos voeux, et qui semblait
« échapper à nos espérances.
« Au nombre des améliorations successives qu'a
« reçues l'administration générale n'oublions pas
« cette ordonnance qui en simplifiant la marche
« des affaires publiques en assure la responsabilité,
« prévient toutes les erreurs en finances : cette or-
« donnance, dûe à l'habile ministre auquel l'exécu-
« tion en est confiée, est un modèle de prévoyance
« et de sagesse. La présidence du conseil, dont
« le ministre des finances est investi, achève de
" constituer le ministère : les actes du gouvernement
« prendront par une direction plus concentrée ce
« caractère si désirable dans les affaires publiques. »
« En résumé, état prospère des finances, unité
« dans leurs directions, fixité dans leur adminis-
« tration, confiance dans le peuple, situation im-
« posante dans nos relations étrangères, absence
« de toute loi d'exception, de toute mesure extra-

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin