Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La vérité à M. Châteaubriand

13 pages
1814. France (1814-1815). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

Poichè atterrar l'Ipocrisia m'è d'uopo
Sia, veto il ver ; nè di sofisti scuola.
faccia. il Gallico piombo ester piropo
Alf. Introd. al Misog.
l814.
A M.r CHATEAUBRIAND
C
baqu un en lisant peut s appercevoir que c'est
un Italien qui écrit, qui n'a, pas l'habitude d'écrire
le français; d'après cet aveu on peut se dispenser
de l'attaquer sur la langue et sur le stil, persuadé
de son inexpérience; melgré cela pour répondre,
ou plutôt pour faire des remarques sur le petit ou-
vrage de M. Chateaubriand, il a crû se servir de sa.
langue : Ces deux mots d' apologie tiendrout lieu
de Préface.
Tout le monde, et avec raison, s'est empressé de
lire la brochure qui à pour titre de Buonaparte, et
des Bourbons, et avec le plus grand plaisir on y a
trouvé tracé avec ordre, et avec un stil vigoreux,
les menées, les crimes, et les forfaits de l'oppres-
seur, par lequel les Français se sont laissés gou-
verner plus de dix ans, lui prodigant les plus bas-
ses flatteries , lequelles l'aveuglant sur ses atrocités
l'ont mené au despotisme et à l'irréligion.
Mr. Chateaubriand français dans toutte l' etan-
due du terme, passe presque sous silence l' epo-
4
que de la République, et de l'Anarchie : cepen-
dant voulant parler du règne de Buonaparte on ne
peut pas se passer de parler detla Bevolution, et
de ses crimes; car au fond ceux de Buonaparte ne
sont que la suite de ceux de la République et d'une
certaine façon préparés par elle. En effet quels sont
les crimes de Buonaparte qui nesoyent une répéti-
tion des ceux de la Répnblique ? S' il ai immolé le
Duc d' Enghien est - ce aux Français à le lui re-
procher? peuvent-ils oublier que la Bépublique a
massacré le meilleur des Rois, la Reine Antoinet-
te , la vertueuse Elisabeth, et par la prostitu-
tion la plus infâme accéléré la mort du maleu-
reux Dauphin ? Les Français accusant Buonaparte
de vouloir faire le Monk , le déterminèrent, à
sacrifier le Duc d'Enghien pour s'affermir sur
le Trône.
Je ne veux pas excuser cet horrible meurtre,
mais les Français n' ont pas le droit de le lui
reprocher en ayant tant d'autres 9. expier.
Les Français souillés des plus grands crimes
en se dechainant contre Buonaparte, voudraient
faire oublier leur forfaits, mais ils ne peuvent
pas en imposer à l'Europe qui ressent tous les
malheurs engendrés par la Révolution ; Buona-
parte, il ne faut pas s'en imposer, n'a jammais
été qu' un chef révolutionaire , qui a suivi tout-
tes les traces de la Bevolution, et à raison on
peut appeller le sien, un gouvernement révo»
5
lutionaire paré avec tout le faste de la Ro-
yauté .
On veut excuser les crimes de la Nation com-
me une ivresse momentanée, mais la nation n'a
t'elle pas fait des crimes de sang froid? L'assas-
sinat de ses propres Ministres à Rastadt n° est
il pas la suite d'un plan médité ?
L' exécrable Propagande basée sur l' Irréligion,
F immorralité et les crimes, etoit préméditée
pour le renversement de tout sistème social non
seulement en France mais dans toute l'Europe.
Cette Institution perfide à fait un mal infini, in-
calculable qui aura pour un siècle des suites fu-
nestes, et bien plus à redoutter que les milions
d'hommes sacrifiés à la guerre, qui avec une
suite d' années peuvent être rendus à F Etat ;
mais F immoralité, ce poison pénétrant, et flatr
teur, qui s'insinue dans Famé, passe de géné-
ration , en génération. lia père immoral ne peut,
et ne veut donner une éducation morale a -ses
enfants , tout bon enseignement de sa i part
serait un reproche - pour lui. Quels, maux irré-
parables a fait la France à l'Univers! cette mê-
me France que Mr. Chateaubriand aujourd'hui
veut nous faire paraitre aussi pure que la Goc-
carde Blanche qu'elle à arbore maintenant?
( Oui Mr. Chateaubriand permettez qu' on le di-
se) vous l'avez arborée plus par crainte des Ba-
yonettes Russes, que par sentiment. Non ce n'est