Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La vérité sans réplique à Lanjuinais, sur la prétendue rétroactivité donnée à la loi du 17 nivôse, sur les successions

9 pages
impr. Guérin (Paris). 1795. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

*-/
—r
r
*• lï~~
< y
A
LA VÉRITÉ
SANS REPLIQUE
- A lawjuiiîais,
Sur la prétendue rétroacticité donnée à la loi
du 17 nivôse , sur les successions.
y C.wti^érUé et la justice viennent se brner loMS
f Je^scrphiames. -
■7 j
~- ~;' ;:\\
^Mf^âWvUNTION NATIONALE.
v" - 1 V S
LÉGALISATION
PAR les loix des 17 juin, 14 juillet et
4 août 1789 (V- S.), toutes les coûtumes
et privilèges de la ci-devant Normandie
et autres provinces ont été éteints et
abolis , et Lanjuinais veut les faire re-
vivre: c'est ce que je vais prouver.
Quelle sera là surprise de Lanjuinais,
lui qu'on croit vouloir le bien et le bon-
heur du plus grand nombre , quand il
verRa dans son rapport , qu'il a oublié
2
les droits du sang , et qu'il paroit affec-
t" ".1 lA'
t ionner et idolâtrer les aînés , les mâles
en général , au préjudice des filles !
Qu'il ouvre donc le code des loix , qu'il
lise donc les décrets des 17 juin, 14 juil-
let et 4 août 1789 ( y. s.), il trouvera
que les privilèges J coutumes , droits de
féodalité, et par conséquent d'aînesse ,
furent déttuits par acclamation. Les loix
subséquentes et de développement, des
15 mars 1790 et b avri l 1791 611 déta-
chant de ce plan général des parties qui
devoient être coordonnées avec le tout,
n'ont pu faire subsister un abus proscrit
par la volonté du souverain. La Conven-
tion , en vivifiant cep loix, n'a fait qu'é-
mettre le vœu de,!?. na.UQiî ; et 1<43 dé-
crets qu'elle q. portés , ne peuvent être
regardés comme des loix iiouvn.Ues ,
mais comme des loix préexistantes dans
celles portées antérieurement. , :
Le décret de l'Assemblée constituante,
du 17 juin 1789 ( v. s. ) 9 rendu par ac-
clamation , ne reconnoissoit plus en
France , ni loi, ni dççlaration, ni régle-

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin