Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Conversions - article ; n°1 ; vol.10, pg 69-88

de CAHIERS_DE_L-ASSOCIATION_INTERNATIONALE_DES_ETUDES_FRANCAISES

10 jours pour l'Esprit Saint

de les-editions-blanche-de-peuterey

L’Antoniade

de thowyer

LE
III
LE DIVIN DES MÈRES
I POÉSIE
: AUX MÈRES CHRÉTIENNES
Par M. l'abbé H...
Y+
i.>i,'l>'.)I-l'.r'':(L-\ii
( \.\w-K-v.\-ljfHr. \
liîfiV
CHARTRES "
TYPOGRAPHIE DE GEORGES DURAND,
RUE SEUPENTB
1867
JurtÇl
AVIS.
En offrant d'une main aux âmes charitables ce modeste travail littéraire,
je leur tends humblement l'autre main pour recevoir de leur générosité
quelques oboles au profit d'une pauvre église de campagne.
Ce sera un échange d'offrandes pieuses et utiles.
La poésie que je dédie aux mères chrétiennes n'est point un de ces pro-
duits frivoles de l'imagination destinés seulement à charmer l'esprit, c'est
un enseignement moral où la jeune épouse ainsi que la femme éprouvée par
les peines de la vie puiseront, j'en ai l'espoir, des sentiments purs, élevés et
généreux.
D'un autre côté les dons que je recevrai seront consacrés, non pas à em-
bellir, mais simplement à restaurer une église qui a beaucoup souffert des
ravages de la grande Révolution, et qui, après avoir servi longtemps aux
usages les plus profanes, n'avait plus rien conservé que ses murailles mal
abritées; aujourd'hui encore quatre de ses fenêtres sont murées, et la fenêtre
principale, celle du centre de l'abside, ne donne le jour qu'à travers ces
petites vitres carrées qu'on accepterait tout au plus pour éclairer une man-
sarde, et qu'on est obligé de voiler pour la décence du lieu.
Au seul point de vue architectural, cette église mériterait l'attention des
archéologues et la sympathie des personnes charitables: elle prêterait beau-
coup à l'ornementation. Elle figure une croix très-régulière dont les deux
bras pourraient former deux belles chapelles ; son abside est remarquable
pour l'époque de sa construction qui remonte au XIIe siècle; sa voûte en
pierres, aux fortes nervures, affecte avec une sorte de timidité la forme ogi-
vale et repose solidement sur des colonnes gracieuses ornées de chapitaux
romans... On est un peu tourmenté du désir de l'ornementation en présence
dei sanctuaires de ce genre, si rares dans nos églises de campagne, mais on se
voit forcé de contenir ce désir et d'étouffer des élans inutiles. Du moins, ce
que je désirerais pour mon église, c'est une réparation convenable, surtout
l'ouverture des fenêtres.
Le moyen que j'emploie pour arriver à mes fins n'est peut-être pas très-
efficace: la poésie est si discréditée de nos jours! Mais ce qui m'inspire
beaucoup de confiance, c'est que mes motifs valent mieux certainement que
mon oeuvre, qui n'est ici, je l'avoue, qu'un pieux prétexte pour tenter la cha-
rité; c'est aussi, je le sais, qu'on n'éprouve pas de refus aujourd'hui quand
on demande des secours pour la réparation et même l'embellissement des
églises. Si notre époque se distingue par ces restaurations religieuses, c'est
que, pour subvenir à leurs dépenses, la charité est inépuisable.
L'ABBÉ H...
LI CHEF-D'OEUVRE DU TOUT-PUISSANT
ou
LE MODÈLE DIVIN DES MÈRES.
Ab initio et antè saecula creata sum... Non-
dùm eranl abyssi et ego jam concepta eram...
J'étais dès le commencement et avant les
siècles... Les abîmes n'étaient pas encore creu-
sés et déjà j'étais conçue.
(Livre de la Sagesse.)
toffice de l'Imm. ConcJ
Rien n'était que Dieu seul : sa volonté féconde
N'avait encor lancé dans l'espace aucun monde ;
Ou plutôt tout dormait dans l'esprit du Seigneur :
Tout ce qui brille aux cieux, tout ce qui vit sur terre
N'attendait pour paraître et fournir sa carrière
Que le fiât du Créateur.
Rien n'était que Dieu seul, sage, puissant, immense,
Heureux de son bonheur, vivant de son Essence...
Pourtant, sans nul besoin, il voulut, en créant,
Révéler ses grandeurs, sa bonté, sa sagesse,
Et répandre partout la vie avec largesse :
L'amour anima le néant !
— 2 —
Et quel être occupait la Pensée Éternelle,
Alors que rien n'était? Quel chef-d'oeuvre modèle
Rêvait, dans l'infini, l'Archétype divin?
Est-ce Adam, notre père, orgueil de la nature,
Ou sa douce compagne ? Est-ce une créature
Dont la mort sera le destin !
Non, non ; Dieu ne voulait créer à son image
Qu'un type qui ne pût déformer son ouvrage :
Adam ! tu détruisis le plan du Créateur !
Mais dès l'éternité, prévoyant ta ruine,
Il faisait luire au ciel son image divine
Dans l'âme d'un Réparateur....
Soleil de Vérité ! que déjà l'ange adore,
De ton lever sur nous quelle sera l'aurore?
Descendras-tu des cieux sur un char triomphant,
Des feux de ta splendeur éblouissant la terre?
Non : au Verbe Éternel Dieu prépare une Mère (1),
Car il naîtra petit enfant !
(1) Notre illustre et vénéré Pontife Pie IX a exprimé clairement
cette vérité dans la bulle qui établit le dogme de l'Immaculée
Conception: lneffabilis Iléus.... cum ab omni xiernilate prxviclerit
luctuosissimam lolius humani generis ruinam,... ab inilio el anlb
szecula unigenito Filio suo Malrem...., elegit alque ordinavil
Dieu, ineffable dans ses voies ; prévoyant de toute éternité la
ruine lamentable du genre humain...... a choisi et préparé dès le
commencement et avant tous les siècles une Mère pour son Fils
unique,

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin