Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Le huit avril 1826 . Promenade au Luxembourg, par M. Currel,...

De
15 pages
Ponthieu (Paris). 1826. 16 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

Ce Ijutt 2lurit
1826.
—=cc— 1
PROIMKWAOI;
AU
LUXEMBOURG,
iirret
Avocat ù la Cour royale de par.V.
~1 PRIX : 1 FR. 25 CEST.
PARIS,
PONTHIEU, HBRAtRE, PALAIS-ROYAL.
1826.
CI e Ijutt Tivtxl
1826.
PROMENADE
AU
10 -1£.I.l" ,aau1
HIar HII-
Avocat à la Cour royale de Paris.
ÏRIX : 1 FR. 25 CENT.
PARIS 9
PONTHIEU, LIBRAIRE, PALAIS-ROYAL.
1826.
GIWSOI) c$ev mu}
5:U" (/erole utt mJâcwtf al m&f faavaiûz;, /WtN'
com^ioder yue/frufJ w&Kf , au mLéa ch focmjkorâf
de ,, ffle ^iu ayùéett/ /a c-afii/aJe; c <&</ a VOtM re,
.le /cj aéJ cj/iere- fUe vouj acce/t/evez- mon
^iremuir otwra^e, jwùfue txwj me //u,ez ~<'
VOtM verPez re/":u,' ¿f»ljle' n' V{)(M Ml- ~~wan/>
tf/bud verrez ^ue^ /1 voud eiz. fecrwmtf/
vOtU c/e/vMzereX' yii en ficw*/cwi/~ c/un loti fiere,
y, ai eàdu^e-, fi/aj c/utte , deJ /amna* ^tat
cou^tuwi/^iocvk <v*oikf ;^ cwa&f te, modet ^<i<ave c/miJ
mon Joùùvenw el t/cwuf mon cœur J /wuwtez>-<voaà ne
/Z.,U voeu vecotMtsCufoe me JutJ fatàde eu/rav/ter'
jfiar un Jcitâvneii/^ui/wo/trjf'r/se- efJ&ûafi mfi^iJutne ?f e»
eu j<fwe &femà cfeerweeed vert, c/on/^e vouJ^wd Aom-
mape cc7wme ; mon. mei<Ûeiùr emu, comtne au^iere fe
jdaJ fendre, el comble Jouvcmte aw de twrÙM.
LE 8 AVRIL 1826.
». - •
LE MARQUIS DORVILLE, DORANTE. ;
DORANTE.
De vous trouver ici que je suis enchanté!
LE MARQUIS.
C'est Dorante! bonjour, mon cher; votre santé?
DORANTE.
Fort bien ; vous attendez, Inarquis, le droit d'aînesse?
LE MARQUIS.
Oui, la loi va passer.
DORANTE.
Elle fous intéresse !
On va la rejeter.
LE MARQUIS.
Vous croyez?
DORANTE.
Oui, marquis ;
Dans ce monde , chacun n'est pas du même avis ;
Grâce à la vérité, je vois le précipice !.
Ce qui d'un privilège établit l'injustice,
C'est que tous les enfans ne puissent l'obtenir,
Malgré tous leurs efforts , afin d'y parvenir ;
Il est un privilège, enfanté par la gloire,
Que' donnent les talens, les vertus , la victoire ;
Il est juste, chacun peut aspirer à lui,
Et, pour le posséder, n'a pas besoin d'autrui;
( 6 )
Sans ayeux, par lui seul, on acquiert la noblesse;
Mais en vain voudrait-on briguer le droit d'aînesse.
* AE- MARQUIS.
La nature, entre nous, fait des distinctions :
On doit se conformer à ses intentions ;
L'aînesse ne s'acquiert pas. plus que le génie.
A l'un le ciel les donne, à l'autre il les dénie ;
Ainsi l'un de nos fils se trouvant plus âgé,
Doit être le plus riche et le mieux partagé.
A quoi servirait donc qu'un fils, par sa naissance,
Premier fruits de l'hymen , doublant notre existence,
Fît naître dans notre â-nie un bonheur inconnu?
Devrait-on le punir d'être premier venu ?'
DORANTE.
Le punir, ce serait une grande injustice,
Et le récompenser n'en e pas moins un vice.
LE MARQUIS.. - (
Comment ! mon fils aîné soutiendra mes vieux ans,
Il servira de guide à ijies pas languissans;
Loin de récompenser l'appui de ma vieillesse,
Je laisserai, sans fruit, consumer sa tendresse !
; DOAANTEU
Un bon fils n'est-il pas assez récompensé
Quand il est près d'un père, et qu'il se sent; pressé.
Contre uji.sein paternel qui palpita de joie ?
0 le plus gvaïicldes biens que le ciçl i^ous envoie !
De son père , obtenir qu'on guide les vieux pas !
Le noble privilège' et ne, devraitron pas:!>
Se disputant l'haimeur, d'un si beLavantage,
Céder, pour, Facquénr, sa part dans l'héritage?.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin