Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

A
/Marfiille, le 17 hrumaire r an fécond de la
Répubtiqiàfrançaife y une & indivisible.
Lè Sans-Culotte CHASTEL, - Chef cle
Brigade , Commandant la Légion de la Mon-
tagne, à tous ses Fi ères, les Membres des
Sociétés populaires de la République.
CITOYENS;
J'étais Capitaine des Carabiniers dans la Lé-
gion des Allobroges, lorsque j'ai été appellé
à l'honneur de commander les Légionnaires
Montagnards. J'ai accepté ce nouveau posse,
& je remplirai les devoirs qu'il m'impose ,
avec ce zèle infatiguable qu'inspire l'amour de
la Patrie à des vrais Républicains.
La Légion est fille des Sociétés populaires.
C'est donc à vous qu'elle doit le premier hom-
mage de son existence. Je vous adresse son
organifatian définitive : chacun suivant son
goût, sa vigueur & ses talens militaires peut
; y servir la cause delà Liberté dans les diffé-
rentes armes qui doivent la composer. Les
( 2 )
trois quarts des places demeureront vacan-
tes ? & il n'y fera pourvu que proportion-
nellement à la force de la Légion.
AUX ARMES FRÈRES ET AMIS.
11 est tems d'achever la guerre. Vous
avez promis tout votre fang à la République.
Partez. Il eit tems de faire connaître au$
Nations étonnées , ce dont est capable un Peu-
ple libre , quand on le pouffe à bout, quand
il se lève, & quand il frappe.
Partez. Une armée de Jacobins répan-
dra la lumière dans les Camps, & la terreur
dans les rangs ennemis ; elle déjouera les
complots des perfides ? & démasquera les
imrigans ; elle fera connaître ceux dont l'in-
capacité ou l'ambition les égare ; elle surveil-
lera ces scélerats heureux qui profitent, des
circonstances pour être quelque chose dans le
tumulte des guerres ; enfin elle dévoilera ces
guerriers qu'on n'a connus que sur des rapports
infidèles , ou qu'on n'a vus que par les yeux
prévenus de leurs partisans, ou par le canal
fangeux de leurs flagorneurs.
Arrivez Sans-Culottes. Arrivez zélateurs
des bons principes. Arrivez, 6 vous qui
(3)
fûtes toujours l'effroi des ty-rans, des moderés
& des fédéralistes. Arrivez Jacobins. !
Nous vous attendons. ! Vous êces seuls
çotre espoir. Point de muscadins, point dp
ci-devanr, point de riches. Dans les terres
où croit l'or, il ne vient ni herbe, ni plante:
de même le riche est stérile, ou ne fait enfanter
que des crinpes. -
Des Sans-Culottes, des Sans-Culottes : voilà
les vrais défenseurs de l'Égalité ; voilà ceux
qui sauveront la République.
SALUT ET FRATERNITÉ ,
CHASTEL,
demeurant rue Libertas, n°. 6.
Nota. Quoique l'article IX. du procès-verbal des
soixante-onze Sociétés populaires , rénuies à Valen-
ce, les 7 et -8 - septembre derniers, porte qu'elles
enverront leurs membres armés et équipés; cepen-
dant ti quelques-unes ne peuvent faire cette' dé-
perue , l'administration de la Légion se charge de
les armer et équiper.
Ceux qui se destineront au service des Dragons.
Légers, ayant 5 pieds 3 pouces, ou - ayant déjà
servi dans la Cavalerie, sont invités à se mqnter.
(4 )
TENEUR
DE L'AUTORISATION
DU REPRÉSENTANT DU PEUPLE
BOISSET,
POUR la formation de la Légion des
Volontaires Montagnards*
~N ous Joseph Boisset, Représentant du
Peuple, délégué, par la Convention nationale,
dans le Département de la Drôme, & autres
environnons , après avoir entendu la lecture
du Procès-verbal des soixante-onze Sociétés
populaires, réunies à celle de Valence , des
moyens de Salut public que ces Sociétés pro-
posent à la Convention, &: que l'article IX
de leur Délibération des 7 & 8 septembre de
la présente année , qui contient la formation
d'une Légion ds Montagnards ; que ces fora*
yes Citoyens , ces aredens apôtres de la Liber-
té , n'ont, sur cette mesure sublime , rien
voulu arrêter sans l'autorisation du Rçpréfen-