Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Le songe , cantate dithyrambique sur l'heureux accouchement de S. A. S. Mme la duchesse de Berry. Par M. Debassieux

De
15 pages
les marchands de nouveautés (Paris). 1819. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LE SONGE.
J'AI voulu célébrer la gloire nationale et les progrès
de notre industrie.
J'ai voulu mêler mes vœux à ceux de mes concitoyens
pour le rappel des exilés.
L'idée de faire faire à HENRI IV l'éloge de notre France
actuelle m'a semblé une bonne inspiration ; et j'ai cru
pouvoir , sans invraisemblance, présenter cet excellent
Monarque regrettant de n'avoir pu donner lui-même à
son peuple , dans un siècle trop peu éclairé , l'entière
liberté des cultes, l'abolition des prérogatives de la no-
blesse, et la liberté de la presse.
L'heureux accouchement de Madame la Duchesse de
BERRY m'a 'offert un motif et un cadre. Et j'ai pensé ,
quant à ce qui regarde le rappel des proscrits, qu'associer
une belle âme à des sentimens nobles et généreux, c'était
lui rendre un hommage digne d'Elle. ,
LE SONGE,
CANTATE DITHYRAMBIQUE.
SUR L'HEUREUX ACCOUCHEMENT DE S. A. S.
MME, LA DUCHESSE DE BERRY.
PAR M. DEBASSIEUX.
P Ë' ili RIE DE A. BELIN,
A PARIS,
CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS,
1819. 1
©
LE SONGE.
A la voix du Très-Haut, le ciel s'ouvre. Le temps
Accomplit du destin les arrêts prophétiques.
Voyez-vous assemblés, sous les sacrés portiques,
Du séjour éternel les heureux habitans!
La Renommée a fait connaître
Qu'un rejeton des Rois va naître;
Et, pour le voir et le bénir,
Mille héros français , qu'un vieux zèle transporte,
Environnent l'espace où va se réunir
L'essaim tumultueux des mortels à venir,
Et leur regard avide en assiège la porte.
Sur ses gonds brillans d'or elle tourne : à leurs yeux-
S'avance l'enfant précieux. ;
Qu'on allume l'encens des pompes solennelles !
Que d'échos en échos les harpes éternelles
Emportent ces accens par delà tous les deux !
« Espérance de la contrée,
» Dont tu seras la gloire un jour,
» Va, de notre France adorée
» Mérite le sceptre et l'amour.,
» Commence une longue carrière
» De jours marqués par des bienfaits ;