//img.uscri.be/pth/0198333138d847808a6c5eda8fcc54f9a4d7305a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les Croisés, ou la Diversité des races, scènes historico-tragico-burlesques en 123 et quelques calembourgs, par un auteur du cru qui demande à l'être sur paroles... et musique. (Extrait de l'Almanach des Normands" pour 1863.)

22 pages
imp. de E. Cagniard (Rouen). 1863. In-8°. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LES
OU
LA DIVERSITÉ DES RACES,
SCÈNES HISTORICO-TRAGICO-BURLESQUES,
EN 123 ET QUELQUES CALEMBOURGS,
PAR
UN AUTEUR DU CRU,
Qui demande à l'être sur paroles... et musique
(Extrait de l'AMANACH DES NORMANDS
pour 1863.)
ROUEN.
IMPRIMERIE E. CAGNIARD,
RUE PERCIÈRE , 29.
1863.
LES
CROISÉS
OU
LA DIVERSITÉ DES RACES.
LES
OU
LA DIVERSITÉ DES RACES,
SCÈNES HISTORICO-TRAGICO-BURLESQUES,
EN. 123 ET QUELQUES CALEMBOURGS,
PAR
UN AUTEUR DU CRU,
Qui demande à l'être sur paroles... et musique
(Extrait de l'AMANACH DES NORMANDS
pour 1863.)
ROUEN.
IMPRIMERIE E. CAGNIARD,
RUE PERCIÈRE , 29.
1863.
ANNONCE
AVANT ET NON HORS PROPOS.
Honneur d'abord, mille fois honneur
à ce cher Almanach qui marche vers le
succès au pas de charge... et ne la dé-
daigne guères, puisqu'il s'est permis de
m'éditer, avec apostrophe, une oeuvre
tout-à-fait digne de son esprit régénéra-
teur et propagandiste (1) ! mais, soit dit
sans fausse modestie, la place réservée
aux Croisés dans le noble édifice élevé
par les jeunes Normands à la gloire de
(1) Almanach des Normands de 1863.
II
la patrie, oere perennius, la pièce la valait,
cette fois sans apostrophe.
C'est donc pour vous dire, Mesdames
et Messieurs, que vous êtes appelés, grâce
à la générosité hospitalière du petit livre
et à sa bonne composition, à jouir dans
votre fauteuil d'un spectacle qu'on ne
regretterait pas d'être allé chercher
plus loin.
Soyez avertis, — chacun de vous en
vaudra deux, — que ce chef-d'oeuvre
dans son genre a été joué devant un par-
terre de haut goût dé l'un et l'autre
sexe. Toutes les personnes auxquelles il
a été servi en ont unanimement saisi le
mordant; celles qui auraient quelques
protestations à élever ont la parole
III
Aucune ne réclame, il n'y a donc que moi
qui en fais.
Du reste, les rôles avaient été admi-
rablement compris par les comédiens
extraordinaires à l'intelligence desquels
avait été confiée une création de la der-
nière délicatesse.
Raymond avait été un chevalier français
profondément chevaleresque ; — Hugues,
son confident, une perle de discrétion;
les deux gardes, personnages muets, beau-
coup plus discrets encore ; — Mossoul,
le chef sarrazin, était entré dans la peau
de son maure, et Alézie, sa fille, rôle
travesti si l'on veut, s'était produite avec
une excentricité et une chatterie frappées
au coin sauvage Puissent-ils ren-
IV
contrer de serviles imitateurs dans les
personnes qui voudraient rendre à l'auteur
l'hommage d'une distribution de rôles.
Sa gloire n'attend rien de mieux ni de
plus parfait.
Maintenant, chères Mesdames et
chers Messieurs, pour ne pas vous faire
souffrir de l'impatience légitime que vous
devez éprouver si près de l'oeuvre sa-
voureuse qui réveille vos sympathiques
appétits ; attention.... Je frappe les trois
coups... Lisez, jugez, et surtout applau-
dissez ; c'est ce que je me souhaite.
Votre très humble et très obéissant ser-
viteur.
L'Auteur du crû.
THÉATRE DES CHAMPS.
LES BUREAUX SONT AU MILIEU
DE LA SCÈNE.
Pièce de campagne mise en lumière, en calembours
et en vers
PAR
UN TRAGIQUE JOYEUX.
SURNOMMÉ
L'AME-AUX-RIS.
ENTREES PAYANTES
GÉNÉRALEMENT SUSPENDUES.