Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les Cuirassiers de Reichshoffen, légende populaire, par Ch. Bouchet

De
12 pages
impr. de Lemercier et fils (Vendôme). 1872. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LES
CUIRASSIERS
DE
REIGHSHOFFEN
LÉGENDE POPULAIRE
Par Ch. BOUCHET
VENDOME
TYPOGRAPHIE LEMERCIER ET FILS
1872
A
MES COMPATRIOTES
DE
VENDOME
Témoignage de sympathie
CII. BOUCHET
LES
CUIRASSIERS DE REIGHSHOFFEN
6 Août 1870
LÉGENDE POPULAIRE1
Des cuirassiers n'en reste plus 2.
Tous ces grands corps sont étendus,
N'en reste plus !
Comme le ciel est noir
Du côté de l'Alsace !
On y voit une trace
D'un sang rouge ce soir.
Le vent du Nord vous glace,
Par bandes volent les corbeaux,
Un malheur nous menace-,
Paysans, rentrez vos troupeaux.
A l'horizon, voyez, voyez
Ces masses noires qui fourmillent,
C'est comme un monstre à mille pieds,
Où des écailles d'acier brillent.
1 Lue en séance publique à la Société Archéologique du Ven-
dômois, le 25 juillet 1872. — Il n'a pas dépendu de nous que cette
pièce ne parût plus tôt.
2 On connaît le mot de Mac-Mahon après la bataille. Un officier
lui demandait ce qu'étaient devenus les cuirassiers : Les cuiras-
siers, répondit brusquement le maréchal, il n'y en a plus !
Plus rien ! ils entrent sous les bois.
Les revoilà, la masse entière !
Garde à vous, sur notre frontière !
Les Prussiens encore une fois !
Et Français se sont avancés :
— « Que demandez-vous, race blonde ?
De pays vous avez assez,
Laissez en paix le pauvre monde. »
Les hommes blonds ont répondu :
— « Votre Empereur nous fait la guerre ;
Nous voulons ravager sa terre,
Que votre orgueil soit confondu. »
Comme le ciel est noir... etc. 1
— « Vous la baillez belle aujourd'hui;
Si l'Empereur n'eût fait la guerre,
Vous nous l'auriez faite avant lui ;
Car demandez à l'Angleterre.
Point n'entrerez, allez-vous-en!
Ou plutôt, nos fils et nos femmes,
Nous périrons tous dans les flammes. »
— « Nous entrerons, de par Satan !
« Nous sommes ce peuple germain
Dont jadis la force suprême
Renversa l'empire romain ;
On vous renversera de même. »
— « Nous sommes ce peuple français
1 Ne répéter que les quatre premiers vers.