Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

LES FILLES
DE
CHARITÉ.
Poètue
a %s(éacla/me oUdc)?* Gê tétiez ;
Sw^&aewce, Se rsoàr;ce tci^a
S?a^ of £ fto^fiwl^iùe> ^Sœitcef.
Ubi non est mulier, ibi ingemiscit ceger.
VERSAILLES,
IMPRIMERIE DE VITRY, RUE DE LA PAROISSE, N.° ai.
1825.
LES FILLES
D E
CHARITE.
Poème.
I SE TROUVE :
A PARIS, chez
LENORMAND, Imprimeur Libraire, rue (te
Seine.
MONGIE, Libraire, boulevard Poissonnièrc.
PONTHIEU, Libraire, Palais Royal.
LEROUX, Libraire, rue Neuve Saint-Au-
gustin, n.° 6.
LADVOCAT,
DELAUNAY,
Libraires , Palais Royal,
Galeries de Bois.
AU HAVRE, chez CHAPELLE, Libraire.
ET A VERSAILLES, chez tous les Libraires.
LES FILLES
DE
CHARITÉ.
9lo. %eme
:;;z;ea¡,e a <»yM>œ<cla/?ne JIdc)?* (Qêzebieifrf
Swpérciæwte De C'^oAptce toeae 3e '^PefïôooMeà^
P<w j: - ea n t V,
TJbi non est mulier, ibi ingemiscit ceger.
VERSAILLES,
IMPRIMERIE DE VITRY, RUE DE LA paroisse, N." ai
1825.
AVERTISSEMENT.
J'espérais élever à la mémoire de saint Vincent de
Paule et des Filles de Charité un monument digne
de leurs travaux sublimes. Fatigué dans ma course3
je riai pu soutenir la pesanteur du fardeau ; l'édifice
chancelant s'est écroulé; et de quelques débris, j'ai
formé r Ouvrage que je présente au Public. Malgré
mon espoir déçu3 l'hommage cependant en a été
demandé au Roi * et j'ai été assez heureux pour que
Sa Majesté daignât laccueillir avec intérêt.
INTRODUCTION.
LES cœurs les moins sensibles aux charmes de
la bienfaisance éprouveront toujours un senti-
ment d'admiration et de respect pour ces pieuses
servantes du malheur, qui sacrifient leurs beaux
jours à l'humanité. Humbles dans leurs nobles
travaux, la gloire qui les environne ne touche
point leurs ames, elles apaisent les cris de la
souffrance ; elles essuient les larmes de l'infor-
tune, et leur vie, marquée par de constans bien-
faits, se trouve encore embellie par l'espoir du
lendemain. Dès l'origine de leur institution,
leur nom prit un lustre que le temps n'a rendu
que plus resplendissant : plusieurs hommes dis-
tingués, entr'autres Gabillon et Abely, célé-
8 INTRODUCTION.
brèrent leur noble association : dans le siècle
dernier, et dans celui où nous vivons, plusieurs
voix se sont fait entendre, et le zèle magnanime
des vierges du Christ, leurs vertus évangéliques,
ont été payés de justes tributs de louanges.
Qu'il m'est doux de pouvoir unir ma faible voix
à ces chantres de la vertu! En rendant hommage
à la mémoire de saint Vincent de Paule, j'aurais
dû, peut-être, ne pas oublier cette noble reli-
gieuse àu monastère de Poissy, madame Legras,
qui partagea les glorieux travaux de l'illustre
protecteur de l'orphelin. Née à Paris, le 12 août
1591, elle offrit toiitc sa vio un constant exemple
de vertus ; se livrant sans réserve au besoin de
secourir l'indigence, elle portait ses pas sous le
chaume, visitait les hôpitaux, consolait les mala-
des; ses jours s'épuisèrent dans la bienfaisance.
Que toutes ces femnjes vertueuses, dont le nom
seul est un éloge, et dont l'espèce humaine de-
vrait s'enorgueillir, aient part à mes faibles ac-
cens. Sous le titre de Filles de Charité, j'ai voulu