//img.uscri.be/pth/577bfad8562d4226d1c2cf4728091b119d1aee98
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Lettre à M***, député à l'Assemblée nationale, sur le rang que les colonies doivent avoir dans l'ordre social

8 pages
1789. France -- Colonies -- Histoire. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

L E T T R E
A M
L'ASSEMBLÉE NATIONALE j.
Sur le rang que les Colonies doivent avoir
dans l'Ordre Social.
vous me demandez mon opinion fur
l'admiffion des Députes de S.-Domingue,,
dans l'Assemblée Nationale. J'apprends
qu'ils y font admis ; je ne puis plus me
permettre de motiver une opinion par-
ticulière , dès que l'Assemblée a prononcé.
Elle a fans doute été déterminée par les
circonstances. Sa décision couvre d'un
voile respectable les irrégularités dans
l'élection de cette Députation ; mais *
dans les débats qui ont eu lieu à cette
occasion , j'ai cru remarquer qu'on ne.
connoissoit qu'imparfaitement l'utilité des-
Colonies , & le rang qu'elles doivens
avoir dans l'Ordre Social.
Les Colonies font des possessions pré-
cieufes par leur influence fur la fortuné
publique. Elles font .une fource de ri-
A
2
cdeffes qui circulent , par le moyen du
Commerce , dans toutes les parties du
Royaume. Elles ajoutent à la force du
Corps politique , en contribuant à l'ai-
fance des travailleurs. Sous ce rapport ,
elles méritent la protection particulière
de la Nation ; & c'est avec inquiétude
que je vois les esprits incertains fur leur
utilité. II est à désirer que l'Assemblée
Nationale fixe l'opinion fur ce sujet. Ce
n'est qu'après les avoir considérées fous
tous leurs rapports , qu'on pourra statuer
raifonablement fur la Législation & l'Ad-
rninistration qui leur font propres. II
n'est peut-être pas de Provinces , considé-
rées isolément , dont la conservation im-
porte autant à l'Etat , que nos CoIonies.
Pour déterminer le rang qu'elles doi-
vent avoir dans l'Ordre Social, exáminons -
les dans leur culture , nous appercevrons
des dissemblances avec nos Provinces ,
qui ne permettent de les assimiler ni en
Législation ni en Administration.
Dans toutes nos Provinces , l'agricul-
ture est le premier intérêt de la Société.
Elle occupe une partie des hommes ,
& les nourrie tous, Le Commerce pro-i