Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Lettre d'un quakre à Jean-George ["sic"] Le Franc de Pompignan, évêque du Puy en Velay, etc., etc., et Instruction pastorale de l'humble évêque d'Alétopolis

De
21 pages
1763. In-12, 23 p. (Bengesco, n 1692, note, p. 124.).
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LETTRE
D'UN QUAKRE
A JEAN-GEORGE LE FRANC
DE POMPIGNAN , Evêque du Puy.
en Felay « &c. &c.
TRUCTION PASTORALE
l'humble Evêque d'Aletqpolis. •
(3)
JEAN -GEORGE LE FRANC
DE POMPJGNAN, Evêque du Puy
-. en Vélay c. c.digne : Frere de
Simon Le Franc de Pompignan .
A MI I: JEAN .- G EORGE ,
-È fiais venu de Philadephie en la ville de
Paris pour, recueillir trois millions cinq cens
millé livres. quelles.Fermiers.généraux payent
tous. les. ans: à..nos freres de -Penfilvanie &
Maryland , pourries;ne?, de la France.-
L'ami Chaubert , hannête. Libraire, , quai des
'Auguftins , lequel me devait .quelques deniers,
me dit qu'il était dans l'impuiffance-:de ,me,
payer, attendu, qu'il avait; imprimé une.Inf-.
Aij
( 4 )
trution dite Paftorale, de ta façon, en trois
cent huit pages , par Monfeïgneur Cortiat, fe-
cretaire. Il m'offrit en payement une grande
cargaifon d'exemplaires , lesquels il affurait que
je pourrais vendre-en Canada..
AMI JEAN-GEORGE,
J'ouviis ton livre. Je fus fâché de voir
comme tu traites Newton & Locke , qu'un
Français plus juste que toi appelle les précep-
teurs du genre-humain. Peux-tu être affez bar-
bare pour dire (Page 33°) qu'on ne trouve point
d'idée positive de Dieu dans ce fage Locke, au-
teur du Chriftianifme raifonnable, & législa-
teur d'une Province entière ? pourquoi es-tu
calomniateur ? Ton Libraire Chaubert m'a cer-
tifié que tu avais travaillé avec un homme qu'on
appelle en France abbé', à l'apologie de la lé-
votation de l'Edit de Nantes , & que dans cette
apologie tu dis que les Anglais recueillent le
mépris des Nations. Ah ! frère, cela n'est pas
bien; nous ne fotnmes pas fi méprifables que
iu le dis ; demande" à nos Amiraux.
De quoi t'avifes-tu, -dans une Inflruâion
Site P^ftorale, adreffée aux Laboureurs, Vi-
gnerons &Meiciers du Puy en Vélay., de dire
(5)
(page 38. ) que le fyftême de la gravitation est
menace de décadence ? Qu'a, de commun la
théorie des. forces; centripètes & centrifuges-
: avec.la..Religion & avec les habitans du Puy
en Vélay;? Vois combien il est ridicule de parler
de ce qu'on n'entend point, & de Vouloir faire
le bel -esprit -chez Chaubert , quai dés Auguf-
tins, fous prétexte d'ënféigrief ton Catéêhifmë
à tes Payfans. Apprends, l'ami , que là théo-
rie démontrée de la gravitation n'est point un',
fyftêmé, que' tous'lés corp's gravitent les uns
- - vers lés autres en raison directe de là maffe,
& en raison inverfé duquarté de la distànce,
que - c'est une loi invariable de la Nature, ma-
thématiquement calculée ; & fouviens-toi qu'on
lie doit pas, en parler dans une homélie. Non
erat hîc locus.
AMI JEAN -GEORGE ,
Si tu calomnies,la Grand-Bretagne, je ne ne,
fuis pas furpris que tu outrages les gens de
ton.pays.-, (page 18. ) Tu as -tort de remuer
les cendres de Fontenelle , & de dire que fort.
Histoire des Oracles est remplie de venin. Cette
histoire, n'est point de lui, elle est du favant
Vandal ; Fontenelle n'a -fait que l' embellir. Le
. Aiijr
(6)
fage Ministre Bafinage, le judicieux Du Mariais;
les meilleurs Journalistes , tous ont soutenu
cette histoire que tu veux décrier.
Comme je t'écrivais ces chofes avec naï-
veté, je vis le caroffe d'une Dame fort aima-
ble s'arrêter devant'la boutique dé Chaubert.
Est-il vrai, dit-elle, que vous avez imprimé
un mauvais livre où le Président de Montes-
quieu , le bienfaiteur des hommes , est traité
d'impie ? voyons un peu ce livre ; elle fe fit
donner ta Pastorale. On lui avait indiqué la
page ; ( page 208. ) elle lut & rendit l'ouvrage»
Quel eft le poliffon qui a fait cette rapfodie ?
dit-elle. C'eft Monfeigneur Cortiat, fecretaire,
répondit Chaubert. Je lui dis., belle Femme 3
qui es-tu ? elle m'appiit qu'elle était la bru
du célèbre Montefquieu. Confole-toi, lui dis- 1
je , quiconque infulte tant de grands hommes ,
eft fur du mépris & de la haine du public.
Elle partit'confolée ; je continuai à te feuille-
ter. Tu parles (page 18.) d'un Perraut,d'un
La Motte , d'un Terraffon., & d'un Boindirt
auquel tu donnes l'épithète d'athée. Je de-
mandai a Chaubert qui-étaient ces gens-là , &
fi Boindin a fait quelque écrit d'athéifme
(87)
comme ton frere Simon le Franc en a fait un
de déifme.Il me dit quece Bonidin était un
.Magistrat qui avait fait quelques comédies , &
que ni lui , ni Terrafon , ni La Motte , ni
Pérraut n'avaient jamais rien écrit fur la Re-
ligion. .J'avoue que je me mis alols en co- érreo-
lère & que je dis Pox on the Madman ; la .
pefte foit du ... j'en demande pardon à Dieu ,
&. je t'en demande pardon , mon cher frere.
AMI JEAN GEORGE ,
Tu vas de Boindin à Salomon ,& tu affir-
mes ( page 44) :'l'Auteur de l'Eccléfiafte
,a dit, dans fon, ; dernier chapitre : "-Tout ce qui
» vient de la-terre, .tou ce qui-d:oit,y:retour-
» ner , est vanite. Il n'y a d'estimable. dans
» l'homme que son ame , sortie immédiate-
» ment des mains de-Dieu faite,pour retour-
»ner vers lui ,consistant toute entiere à le
» craindere & à le fervir & attendant de son
»:jugement,la décison de sa destinée.
Tu n'as, pas menti ,mais tu as dit-.là chose
,qui n'est ,pas. Ce passage n'est point dans l'Ec-
cléfiafte ,tu peux répondre comme .Mylord
Pierre dansée..Contedu Tonneau , que s'il n'y
est pas touden verbis , : il .y est touden .litteris
A iv .
mais réponsé comique n'est pas raiso valable.
Quand on cite l'Ecriture, il faut la citer fidéle-
ment, & ne point mêler du
Salomon.
.Tu parles ensuite contre las religion natu-
relle. Al! -mon frère , tu-blafphêmes ; fçache
que la religion, naturelle est-le .côrrîmencément-
du Christianisme , & que le vrai. Christianisme
est la loi naturelle, perfectionnée.
AMI JEAN -GEORGE ,
Pardonne , mais je n'aime ni le galimathias ,
ni les contradiction . Tu avoues ( page II)
que Dieu ne punira personne pour avoir ignoré.-:
invinciblement l'Evangile .Heureux les pécheurs
qui n'auraient lu que ta Pastorale ! ils ignore -
raient l'Evan|ile invinciblement , & feraient
fauves .Et tu: pretend , (page 117.) qu'il faut
un , prodige pour qu'un home qui n'est pas
de ta religion-né foit pas damné. Hélas ! puifi.
que chez toi on rie peut être fauvé fansBaptême.,
puisque les-pères de ton Eglise ont cru que
les petits enfans morts fans Baptême, font la
proie des flammes éternelles , puisqu'on enfant
mort né est vraisemblablement dans le cas
d'une ignorance invincible, comment peux-te
te.concillier avec toi-même-?
AMI JEAN -GEORGE ,
Tu pattes de Boindin à Moise.: Que ton li-
vre ferait de tort à la religion s'il était lû !
in pouvais -aifément prouver la divine-miffion
de; Moïse ,: & l'as pas fait . Tu devais
montrer pourquoi dans le Décalogue, :, dans Je
Lévitiqùe ,dans le:- Deutéronome, ; qui font la,
feule Loi des Juifs ,l'immortalité de, l' ame.
lès: peines: & les : récompenses après la mort ne
font jamais énoncées .Tu.. devais; .faire : fentic
que Diéu gouvernànt fon peuple, immédia:;
tement par lui-même & le. menant par, des;
récompenses,.& .des ..punitions. foudaines &
temporelles , n'avait pas besoin de lui révéler
lé dogme de là vie future, qu'il 'réfervait pour
la Loi riouvelle .
;Tu devais alléguer: & étendre cette raison
pour confondre ceux qui préférent aux dogmes:.
des Juifs,, ceux des. Indiens ,. des Perfans,, des
Egyptiens,,beaucoup, plus .anciens, & qui.an-
nonçaient une vie à venir. Quel fërviee-n'au-.
. Éais-tu pas rendu; en montrant quele Tartaroth -
des; Egyptiens .devint le Tartare & l'Àdes des

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin