//img.uscri.be/pth/f149485243e893b9ef963fc1c75abd5db3ca7d56
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Lettre du général Buonaparte à l'empereur Napoléon, réponse de Napoléon à Buonaparte, suivies d'un "Miserere" récité par Napoléon Buonaparte, à Orgon, département des Bouches-du-Rhône, par l'auteur du "Petit homme rouge". [Signé : U.]

De
8 pages
impr. de J.-M. Eberhart ((Paris,)). 1814. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

Du Général Buonaparte ,
A
L'EMPEREUR NAPOLEON.
RÉPONSE
De Napoléon à Buonaparte ,
SUIVIES
D'un MISERERE, récité par Napoléon
Buonaparte, à Orgon , département des
Bouche s-du-Rhône.
Par l'Auteur du Petit Homme Rouge.
I
L n'y a plus que moi sur la terre qui ose et
qui puisse impunément te dire la vérité. Lis
donc cette lettre : Buonaparte à Napoléon.
Dans l'ivresse de ta puissance, tu as dit : Je
suis le seul, il n'est personne semblable à moi.
Et tes adulateurs ont répété : Il est le seul, il
(2)
n'est personne semblable à lui. Et ils ont vu
pleuvoir sur eux les trésors et les dignités.
Quand Dieu eut créé Napoléon, a dit Doulcet
de Pontécoulant, il se reposa. En effet, il de-
voit être fatigué.
Ton égoïsme et tes manières despotiques ont
éloigné de toi les coeurs même de tes anciens
amis ; il n'y a plus que moi qui puisse porter
ce nom , qui puisse te parler sans s'exposer à
des bourrades ou à être jeté dans les oubliettes,
car nous faisons ensemble un seul et unique
personnage. Tu ne peux faire un pas sans que
je marche , tu ne -peux dire un mot sans que
j'ouvre la bouché. Toujours je suis avec toi et
tu ne me vois plus, je te parle et tu ne m'en-
tends plus. Souvent dans le silence des nuits je
t'adresse des reproches , tu t'éveilles comme
un furieux, et Narcisse nouveau, en voulant
détruire un bon conseiller, tu cherches à te
suicider dans un autre toi-même.
Malheureux Napoléon ! qu'as-tu fait de Buo-
naparte, de ce héros dont tous les partis, sans
trop savoir pourquoi, chantoient la gloire? de
cet homme réputé grand , et qui régnoit par
l'opinion publique ?... de ce général.... quel
vestige t'a fait rejeter ce titre modeste ! qu'im-
porte le nom ? un seul tribun du peuple, Car-
not osa te le dire. Simple général tu restois