//img.uscri.be/pth/694d9e03a1ed4738d8f1b4a2f3f001ad1384d895
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Lettre sur le document publié par M. le duc de Rovigo

De
14 pages
Petit, Ponthieu et Delaunay (Paris). 1823. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LETTRE
SUR
LE DOCUMENT
PUBLIÉ
PAR M. LE DUC DE HOV1GO.;
JMHUMSRIE Dt C. J. TRQUYÉ.
LETTRE
SUR
LE DOCUMENT
PUBLIÉ
PAR M. LE DUC DE ROVIGO.
PARIS,
CHEZ PETIT, PONTHIEU ET DELAUNAY,
LIBRAIRES, AU PALAIS-ROYAL.
l823.
LETTRE
SUR
LE DOCUMENT
PUBLIÉ
PAR M. LE DUC DE ROVIGO.
Le 10 novembre 1823.
EN 1804, l'assassinat juridique du duc d'En-
ghien fait reconnoître dans Buonaparte l'enfant
de la révolution. On est en paix. Un prince, du
sang royal de France, se trouve relire dans un
État neutre. On viole la neutralité, et on enlève
le jeune prince à main-armée. On se hâte de le
conduire rapidement à Vincennes. Là, une ma-
(6)
nièrc de commission militaire lui fait subir une
espèce d'interrogatoire. Après avoir hésité, on le
condamne a moi t. L'exécution, hideusement
atroce, se fait au milieu des ténèbres. La révo-
lution à l'agonie reprend des forces pour plonger
son poignard dans le coeur d'un Bourbon. Le
sang coule, et il en est plusieurs qui s'en réjouis-
sent. Un général, chargé de faire exécuter l'hor-
rible jugement, avoit jusqu'alors partagé avec
son maître tout l'odieux de ce crime.
Le cri public avoit designé le général Savary:
on l'avoit toujours cru ainsi. A son nom seul, il
s'élevoit je ne sais quel murmure flétrissant qui
empèchoit de continuer; et, si l'on en parloit,
ce n'étoit que pour pleurer sur la tombe de l'in-
fortuné'prince.
Mais tout à coup, au milieu de l'agitation po-
litique où se trouve aujourd'hui la société, un
homme, revenu de l'exil, se fait entendre. Il
élève la voix avec indignation, pour dénoncer à'
la-France le véritable meurtrier du duc d'En-
ghien. Il a hâte d'effacer les tachesde sang qu'on
a vues sur son front, de se dépouiller du manteau
d'ignominie dont on l'a revêtu, et d'arracher la
page de l'histoire où il est écrit : Savary fut un des
assassins du duc dyEnghien. Il indique du doigt
le seul auteur de la mort du prince; il nomme