Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Lettres et pétitions ayant pour but de faire obtenir à M. Louis Carlier, médecin au Cateau, le titre de chevalier de l'Ordre impérial de la Légion d'honneur, 25 septembre 1867

18 pages
Impr. de Lempereur (Le Cateau). 1867. Carlier, Louis. In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

LETTRES ET PÉTITIONS
AYANT POUR BUT DE FAIRE OBTENIR
à M. Louis GAFILIER,
Médecin au Cateau,
LE TITRE DE
Chevalier de l'Ordre Impérial de la Légion d'Honneur.
25 Septembre 1867.
LE CATEAU,
DIPRIMERIE TYPOGRAPHIQUE ET LITHOGRAPHIQUE DE J. LEIPEREUR.
LETTRES ET PÈTfflONS
AYANT POUR BUT DE FAIRE OBTENIR
à 3YI. Louis GARLIEFl,
Médecin au Cateau,
LE TITRE DE
Chevalier de l'Ordre Impérial de la Légion d'Honneur.
25 Septembre 1867.
LE CATEAU,
IMPRIMERIE TYPOGRAPHIQUE ET LITHOGRAPHIQUE DE J. LEMPEREUR.
3
TABLE.
1° LETTRE de M. Ch. Seydoux, Commandeur de la Légion
d'Honneur, Député au Corps législatif, Conseiller gé-
néral, à M. Deveau, Alfred, Conseiller municipal au
Cateau, le 25 août 1867.
2° LETTRE de M. Aug. Seydoux, Officier de la Légion d'Hon-
neur, Maire de la ville du Cateau, Conseiller d'arron-
dissement, à M. Deveau, Alfred, Conseiller municipal,
le 18 septemhre 1867.
3° PETITION du Conseil municipal de la ville du Cateau à M.
le Sous-Préfet de Cambrai, le 22 août 1867.
4° LETTRE de M. Cassine, Docteur en médecine, Membre du
Conseil municipal du Cateau, à M. le Sous-Préfet de
Cambrai, le 23 août 1867.
5° PÉTITION du Conseil municipal de la ville du Cateau, le
10 février 1852.
6° CERTIFICAT de M. Ad. Wauters, Juge de paix du canton
du Cateau, le 23 février 1852.
7° RAPPORT deM.Richard, Commissaire de Police du canton
du Cateau, le 28 janvier 1852.
8° AVIS de la Brigade de Gendarmerie du canton du Cateau,
le 2 février 1852.
go PÉTITION des Membres de la Société Bonapartiste du can-
ton du Cateau, le 12 février 1852.
10° PÉTITION des Ouvriers de la ville du Cateau, le 15 fé-
vrier 1852.
11° PÉTITION du Conseil municipal de la commune de Saint-
Benin, le 23 janvier 1852.
12° PÉTITION du Conseil municipal de la commune deBasuel,
le 25 février 1852.
13° PÉTITION du Conseil municipal de la commune du Pom-
mereuil, le 20 janvier 1852.
14° PÉTITION du Conseil municipal de la commune de
Montay, le 11TI LS~a.
,¡' - -
5
1. Lettre de M. Ch. Seydoux, Député.
« Monsieur,
» Votre lettre du 23 courant me transmet la copie d'une
Pétition adressée par le Conseil municipal du Cateau à M. le
Sous-Préfet de Cambrai dans le but d'obtenir de Sa Majesté
l'Empereur la décoration de la Légion-d'Honneur pour M.
Carlier, médecin.
» Personne ne connaît mieux que moi les titres de M. Car-
lier à cette récompense et je serais très-heureux de la lui voir
accorder. C'est vous dire que je ferai ce qui dépendra de moi
pour cela. Je regrette seulement que vous m'ayez donné si tard
communication de cette Pétition parce que ordinairement lors-
que l'Empereur visite une ville, son voyage est précédé d'un
travail sur les propositions à soumettre à son approbation, et
si M. Carlier n'a pas été compris dans ce travail et n'est pas au
nombre des candidats présentés par M. le Préfet, il sera beau-
coup plus difficile de le faire admettre, d'autant plus que le
nombre des demandes dépasse toutes proportions.
» Je n'en ferai pas moins ce qui dépendra de moi pour
assurer le succès de la pétition, et si on ne peut l'atteindr
cette fois, il ne faut pas désespérer et attendre une autre occa
sion.
» Recevez, Monsieur, mes civilités empressées.
» SEYDOUX. »
Le Val, le 25 août 1867.
- 6 -
2. Lettre de M. Aug. Seydoux, Maire du Cateau.
« Au Cateau, le 18 Septembre 1867.
Monsieur Deveau, Alfred, Conseiller municipal au Cateau.
a Par votre lettre du 17 courant, vous me faites connaître
votre intention de publier, sous forme de brochure, les lettres
et les pétitions qui ont été écrites, lors de la visite de l'Em-
pereur à Lille, dans le but de faire obtenir le titre de Cheva-
lier de l'Ordre de la Légion-d'Honneur à M. Louis Carlier,
votre oncle, et vous me demandez de me joindre à Messieurs
les Membres du Conseil municipal, qui ont adressé à ce sujet
une lettre à M. le Sous-Préfet, le 22 août dernier, époque à
laquelle j'étais absent du Cateau.
» J'aime à croire que, toutes réflexions faites, vous recon-
naîtrez avec moi que cette démarche de ma part serait aujour-
d'hui bien tardive et au moins inutile, car l'Administration
supérieure doit être actuellement tout à fait fixée sur l'impor-
tance des services que Monsieur votre oncle a pu rendre au
pays.
» Mais s'il en était autrement, et si des renseignements
étaient demandés au Maire de la ville du Cateau, vous pouvez
être certain, Monsieur, que je m'empresserais d'attester, que
depuis l'année 1848, M. Louis Carlier n'a pas cessé de se
montrer hautement le partisan le plus dévoué de Sa Majesté
Napoléon III.
» Veuillez agréer, Monsieur, mes bien sincères salutations.
» Ate SEYDOUX. »
7
3. Pétition du Conseil municipal de la ville du
Cateau à M. le Sous-Préfet de Cambrai.
A Monsieur le Sous-Préfet de Varrondissement de Cambrai.
Monsieur le Sous-Préfet,
Les soussignés, désirant que les nombreux services rendus
gratuitement par M. Carlier, Louis, médecin au Cateau, soient
l'objet d'une récompense nationale, viennent vous solliciter de
vouloir bien le recommander à Monsieur le Préfet du départe-
ment du Nord, pour qu'il obtienne de Sa Majesté l'Empereur
Napoléon III, lors de son passage à Lille, la décoration de
Chevalier de la Légion d'Honneur, titre qu'il a bien mérité.
M. Carlier exerce la profession de médecin gratuitement
aux indigents du Cateau et des communes du canton du Cateau
depuis le 20 septembre 1824 (43 ans).
S'est fait remarquer d'une manière toute particulière lors
des épidémies 1832-1849-1866, donnant ses soins nuit et
jour aux indigents sans aucune rétribution ni récompense.
Fait partie du Conseil municipal du Cateau depuis 1848,
environ 20 ans.
Il est du Conseil d'arrondissement pour le canton du Ca-
deau de puis 1852 (15 ans); Démissionnaire en faveur de M. le
Juge de paix qu'il a recommandé aux électeurs.
Membre du Comice agricole de l'arrondissement de Cambrai.
En 1848, il était Président de la Société Bonapartiste du
canton du Cateau, nommé par élection.
Eu 1849, il a fondé une Société de Secours mutuels au nom-
bre de 150 sociétaires.
Médecin de plusieurs Bureaux de -bienfaisance depuis plus
de 30. ans.
Médecin de la maison d'Arrêt depuis plus de 30 ans.
Médecin des constatations de Décès depuis plus de 30 ans.
En 1852, a été nommé médecin des Enfants assistés du dé-

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin