Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Manifeste de François II, empereur très chrétien ... fait à Vienne et envoyé à tous les rois de l'Europe, sur l'attaque de la Turquie contre l'Empire, sur l'invasion prochaine des troupes françoise [sic] sur son territoire, sur la levée de 700 mille hommes de troupes dans ses États et sur la déclaration de guerre de la France contre l'Angleterre et la Hollande

8 pages
Wembruck (Paris). 1793. France (1792-1795). 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

MNA^N I F E S T E
D E
FRANÇOIS II.
Emp&rhit^tre s-chrétien, roi de Bohême et de Hon-
grie ; fait à Vienne et envoyé à tous les rois -
de l'Europe , sur l'attaque de la Turquie
contre l'empire ; sur l'invasion prochai-
ne des troupes françoise sur son
territoire; sur la levée de
700 mille hommes de
troupes dans ses é-
tats , et sur
la décla-
ration de guerre de la France contre l'Angleterre et
la Hollande.
FRANÇOIS II, empereur très-chrétien, roi
de Hongrie et de Bohême ; salut : à tous les
rois de l'Europe et notamment à la France.
a
]) Manifeste
Les François , après avoir supprimé arbitrai-
rement les droits et possessions des princes
allemands, en Alsace et en Lorraine, et leur
entrée sur mes terres ; après avoir renversé le
bon ordre ; après avoir troublé et renversé
le gouvernement légitime ; après avoir exer-
ci sur mon oncle et sur sa ftmille, des vio-
lences qui se perpétuent encore tous les jo-
urs; ceux enfin, qui ont usurpé les rênes de
l'administration , ont comblé la mesure en me
faisant déclarer la guerre la plus injuste, ain-
si qu'à l'Angleterre et à la Hollande , et en
attaquant et envahissant mes propriétés dans
les provinces des Pays-Bas.
Quelques-unes des possessions de mon em-
pire ont été enveloppées dans cette oppres-
SiOD, et plusieurs autres n'ont échappées
au meme danger, qu'en cédant aux menaces
impérieuses du parti dominant et de ces é-
missai res.
Sa majesté Prussienne, allié à moi par les
liens d'une alliance étroite et défensive, et
et membre prépondérant du corps germani-
que, n'a donc pu se dispenser de marcher a
mon secours, et à celui de son co-état; et
ce