Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mémoire justificatif du duc de Raguse, avec la réfutation

De
16 pages
les marchands de nouveautés (Paris). 1815. 16 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

MÉMOIRE
JUSTIFICATIF
DU DUC DE RAGUSE,
AVEC LA RÉFUTATION.
PARIS,
CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.
29 Avril 1815.
DE L'IMPRIMERIE DE Mme ve JEUNEHOMME,
RUE HÁUTEFEUILLE, N° 20.
RÉPONSE «
DU DUC DE RAGUSE,
jà la Proclamation datée duGolfe de Juart,
le ier Mars 1815.
\-
UNS accusation odieuse est portée contre moi à la face
de l'Europe entière, et quel que soit le caractère de
passion et d'invraisemblance qu'elle porte avec elle ,
mon honneur me force à y répondre. Ce n'est point
une justification que je présente ici ; je n'en ai pas be-
besoin : c'est un exposé fidèle des faits, qui mettra cha-
cun à même de connaître la conduite que j'ai tenue.
J e suis accusé d'avoir livré Paris aux étrangers, lors-
que la défense de ceue, ville a été l'objet de l'étonne-
ment général. C'est avec des débris misérables que j'a-
vais à combattre contre toutes les forces réunies des
armées alliées; c'est dans des positions prises à la hâte,
où aucune défense n'avait été préparée, et avec huit
mille hommes, que j'ai résisté pendant huit heures à
quarante-cinq mille hommesqai furent successivement
engagés contre moi ; et c'est un fait d'armes semblable,
si honorable pour ceux qui y ont pris part, quo. l'on
ose traiter de trahison!
( 4 )
Après l'affaire de Reims , l'empereur Napoléon opé-*
rait avec presque toutes ses forces sur la Marne, et
s'abandonnait à l'illusion que ses tnoUvemens, menaçant
les communications de l'ennemi, l'ennemi effectuerait
sa retraite, lorsqu'au contraire celui-ci avait résolu ,
après avoir opéré la jonction de l'armée de Silésie avec
la grande armée, de marcher sur Paris. Mon faible
corps d'armée i composé de 35oo hommes d'infanlerie
et de i5oo chevaux, et celui du duc de Trévise, fort
d'environ 6 à 7000 hommes, furent laissés sur l'Aisne,
pourcontenir l'armée de Silésie, qui n'en était séparée
que par cette rivière, et qui , depuis la jonction du
corps de Bulow et de divers renforts, étoit forte de
plus de 80,000 hommes.
L'armée ennemie passa l' Aisne, et nous força à nous
replier..Mes instructions étant de couvrir Paris, nous
nous retirâmes sur Firmes, et nous adoptâmes, le duc
de Trévise et moi, un système d'opérations qui, sans
nous compromettre, devait retarder la marche de l'en-
nemi : c'était de prendre successivement de fortes po-
sitions que l'ennemi ne pût attaquer sans les avoir recon-
nues ou sans avoir manœuvré pour les tourner ; ce qui
nous préparait aussi les moyens de battre quelques-uns
des détachemens qu'il aurait faits. Des ordres vinrent de
nous diriger à marches forcées sur Châlons. Nous les
exécutâmes; mais arrivés à Vertus, nous fumes informés
que la plus grande partie de l'armée ennemie occupait
Châlons, tandis qu'une autre débouchait sur Épernay,
et que le corps de Kleist, qui nous avait suivis, passaitla
Marne à Château-Thierry, et apprenant en même
( 5 )
temps que Napoléon était encore devant Vitry, et
avait une arrière-garde à Sommepuis , nous marcha-
mes, sans perdre un moment, pour le rejoindre ; et,
le 24 mars , je pris position à Sondé. Je croyais encore
l'armée française à portée; car, qui eût pu croire en
effet au passage de la Marne sans avoir un pont, et
que l'Empereur Napoléon eût laissé entre Paris et lui
des forces huit fois plus considérables que celles qu'il
pouvait rassembler ? Le 25 au matin, à peine avais-je
acquis la certitude de ce mouvement, que toute l'ar-
mée ennemie déboucha sur moi. Je me retirai en ca-
nonnant l'ennemi, et toute la retraite se fût faite avec
le même ordre, si quelques troupes, mallieureuser
ment restées à Bussy-l'Estrée et à Vatry, ne s'étaient
trouvées ainsi en arrière de nous. Il fallut les attendre
pendant une heure à Sommesous, et nous soutenir
contre des forces colossales, dont le nombre croissait
toujours. Le passage des défilés nous fit éprouver
quelques pertes, et nous terminâmes la journée en
prenant position sur les hauteurs d'AUement près de
Sézanne. Je ne parle pas de la division du général Pac-
thod, qui, d'après des ordres directs de l'Empereur,
manœuvrait pour son compte , donna dans l'armée en-
nemie, et fut prise sans que j'eusse connaissance de
son existence,
Le lendemain nous prîmes position de bonne
heure au défilé de Tourneloup. L'ennemi arrivant,
nous continuâmes notre retraite, et je fis l'arrière-
garde. Arrivés le soir devant la Ferté-Gaucher, nous
trouvâmes le corps de Kleist occupant cette ville , et
( 6")
achevai sur la grande route ae Coulommiers, tandis
qn'nn gros corps de cavalerie dépassait" la gauche
de l'armée ennemie. Notre position était critique;
- elle était presque désespérée. Nous nous en tirâmes
par un bonheur inoui. Quelques troupes du duc de
Trévise couvrirent notre mouvement contre le corps
de Kleist ; une défense héroïque de mes troupes dans
le village de Moutis, arrêta ravant-garde ennemie; la
nuit arriva, et nous effectuâmes notre mouvement
sans faire aucune perte. Comme nous ne pouvions
plus reprendre la roUte de Meaux, nous suivîmes celle
de Charenton, et le 29 au soir nous occupâmes Cha-
renlon, Saint-Mandé et Charonne.
Le duc de Trévise fut chargé de la défense de Pa-
ris, depuis le Canal jusqu'à la Seine, et moi, depuis
le canal jusqu'à la Marne. Mes troupes étaient réduites
à 2400 hommes d'infanterie , et 800 chevaux. C'était
le peu d'hommes qui avaient ecliappea uno mulLltude
de glorieux combats. On mit sous mes ordres les
troupes que commandait le général Compahs : c'é-
taient des détachemens de divers dépôts de vétérans'
et de troupes de toute espèce, qui avaient été réunis
plutôt pour faire nombre que pour combattre; ainsi
toutes mes forces consistaient en 7400 hommes d'in-
fanterie, de 70 bataillons différens, et environ 1000
chevaux. Je me portai au jour sur les haufeurs de
Belleville; de là, je me bâtai d'arriver à celles de Ro-
mainville, qui était la clef de la position, et que le
général CompaDs, en se retirant de Claye, avait omis
^occuper ; mais l'ennemi y était d-éjà, et ce fut-dans

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin