Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mr Cicogne (par P. Belmondi)

De
11 pages
impr. de J.-L. Chanson ((Paris,)). 1819. In-8° , 10 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

MR. CIGOGNE.
Tum variae illudent species
Ille... formas se vertet in omnes,
VIRG. Georg, lib. 4.
MR. CIGOGNE
RETIRE; depuis vingt ans, d'un petit emploi,
avec une modique pension, je me souviens d'a-
voir vu , en 1770, entrer un jeune surnuméraire
dans les bureaux du contrôle général des finan-
ces. Je ne me rappèle pas son nom ; mais ses
camarades, l'avaient surnommé M. Cigogne, à
causé de la singulière structure de son corps, qui
ressemblait assez à la description que La Fon-
taine fait du héron :
Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
Le héron, au long bec, emmanché d'un long cou.
M. Cigogne, qui, dans un grand corps, lon-
geait un esprit souple, offrit ses services à M.
l'abbé Terray, alors contrôleur général, et qui,
comme chacun sait, était grand partisan des
banqueroutes; il fut agréé, et seconda merveil-
leusement le Ministre, en payant les créanciers
de l'État avec de rescriptions sur les receveurs-
généraux, des bons de la caisse d'amortissement,
des traites de douanes, et autres effets qui per-
daient plus où moins sur la place. Le contrôleur
général, enchanté, lui donna une petite pièce,
à côté de son cabinet, Dès ce moment, M. Ci-
gogne conçut sérieursement l'espoir de passer,
un jour, de la petite pièce dans la grande, et
( 2 )
de s'asseoir, lui-même, dans le fauteuil minis-
tériel.
Vers ce temps, M. l'abbé Terray forma le
projet de supprimer la caisse d'amortissement.
Aussitôt M. Cigogne , pour plaire à son maître,
écrit un factum où il prouve qu'une caisse
d'amortissement n'a pas le sens commun. '
On distinguait les dépenses générales de
l'État et les dépenses locales des provinces.
M. l'abbé Terray, que la vue des écus réjouis-
sait fort, eut envie de centraliser tous les fonds
spéciaux : M, Cigogne fit un mémoire très-élo-
quent en faveur de la centralisation.
Un nouveau règne amène un nouveau mi-
nistère. M. Cigogne apprend que les principes
de M. Turgot sont tout opposés à ceux de
M. Terray ; il écrit bien vite une brochure en
faveur des créanciers de l'État , il tonne contre
ces mêmes banqueroutes dont il avait été l'a-
gent, et veut que l'État paie toutes ses dettes
intégralement.
Et comme il sait que M. Turgot est partisan
des administrations provinciales, il propose de
laisser aux provinces leurs recettes locales, et
le grand avocat de la centralisation devient le
partisan déclaré de la spécialité des fonds.
Il se met dans la tête que le rétablissement de
l'ordre dans les finances pourrait bien amener
une caisse d'amortissement, et, oubliant tous les
anathèmes qu'il avait lancés contre elle , il en
propose la création.
( 3 )
Quelque temps après, réfléchissant aux em-
barras des finances, le zélé défenseur des créan-
ciers de l'Etat, qui voulait à toute force les
payer intégralement, propose de leur donner
75 pour 100, c'est-à-dire de leur faire une petite
banqueroute d'un quart.
Il publie' brochure sur brochure, variant avec
une merveilleuse dextérité ses opinions et ses
épigraphes. Il cite avec profusion Horace et
Virgile; mais, traducteur plus adroit que fidèle,
il ne donne qu'une version travestie, accom-
modée à ses projets.
Calculant ensuite que l'on pourrait, un jour ,
lui appliquer, ces deux vers de Voltaire :
Monsieur Cigogne écrit. Le Léthé, sur ses rives,
Reçoit, avec plaisir, ses feuilles fugitives.
Il imagine de réunir ses brochures en deux
volumes; précieuse encyclopédie, où l'on voit
prônées et réfutées, des théories dont la nomen-
clature remplit trois grandes pages. Là, pas un
système qui ne soit tour-à-tour attaqué et dé-
fendu ; on peut dire de ses plans de finances,
ce que le chevalier de Boufflers disait des
coeurs :
Cigogne, en fait de plans, se prête à tous les goûts.
Il en fait de toutes les formes,
Grands, petits, minces, gros, médiocres, énormes ;
Mesdames et messieurs, comment les voulez-vous?
Muni de ses deux volumes, il court en

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin