//img.uscri.be/pth/d5b43ead1a36f3fa50ec41db0de525fed880a2a0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Note relative à la création projetée d'un port à l'île de la Réunion. [Signé : C.-W. Saliz.]

De
10 pages
impr. de Jules-Juteau (Paris). 1867. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

relative à la
CRÉATION PROJETÉE D'UN PORT
À L'ILE DE LA REUNION
PÀEIS
IMPRIMERIE . JULES-JUTEÂU Tî'T, FILS, Milï SAINT-DENIS, 34-1
.18 67
relative à la
CBMTION PROJETEE D'UN PORT
A L'ILE DE LA REUNION
PARIS
IMPRIMERIE JULES-JUTEAU ET FILS, RUE SAINT-DENIS, 3-41
18G7
NOTE
Relative à la création projetée d'un port
à l'île de la Réunion
Pendant que l'île Maurice a vu sa prospérité s'accroître
d'année en année depuis vingt ans, sa voisine, l'île de la Réu-
nion, a marché dans le sens contraire.
Une crise financière, dont le terme et les effets désastreux
ne sauraient être encore justement prévus, sévit en ce moment
dans le sein de la Colonie française; son commerce et son agri-
culture se débattent au milieu des plus sérieux embarras ; les
industries secondaires chôment ou se meurent faute d'aliment,
et, par suite, les finances coloniales se trouvent en désarroi.
Ce triste état de choses a pris sa source uniquement de l'ab-
sence à la Réunion de tout port ou lieu de refuge pour les na-
vires
Prodigue de ses dons envers Maurice, la nature a pourvu
cette île de nombreux havres d'un accès facile et offrant un abri
sûr; avare envers la Réunion, elle n'a laissé sur ses côtes qu'un
seul point abordable et sur lequel elle a voulu que la main de
l'homme accomplît l'oeuvre sans laquelle la Colonie ne peut
exister : le port indispensable aux nombreux bâtiments dont la
venue est nécessaire pour apporter des denrées alimentaires et
emporter en échange les produits du sol.
Partout, sauf sur un seul point, les côtes de la Réunion n'of-
frent aux navires que des mouillages dangereux, qu'ils doivent
quitter pour prendre la haute mer toutes les fois que les tem-
pêtes, fréquentes dans ces parages, les menacent d'un naufrage
certain.
Combien de malheureux bâtiments, surpris par l'ouragan ou