Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

OBSERVATIONS
FUSANT SUITE A CELLES DÉJÀ SOUMISES
A MM les Membres do Conseil Municipal,
RELATIVES AU
1AJNT1EN DE LA RIE DES GALLOIS,
Demandé pfu> les Habitants du faubourg St-Michel.
Le Journal de Toulouse, à la date du 7 janvier der-
nier , nous a annoncé que dans la dernière séance du
conseil municipal, M. le Maire avait renvoyé à la com-
mission , déjà nommée, l'avis à émettre sur l'enquête
relative au maintien ou à la suppression de la rue des
Gallois.
Considérant cette mesure de l'enquête comme dernier
moyen employé pour décider cette question, soit en faveur
du maintien ou de l'aliénation de cette rue, nous espé-
rons que l'imposante majorité qui s'est prononcée en fa-
veur de la conservation, sera un titre de plus acquis au
faubourg Saint-Michel, pour en espérer l'ouverture en
temps opportun.
— 2 -
Cette question , qui est depuis longtemps l'objet de
nombreuses réclamations , dans l'intérêt du quartier où
elle se trouve, a rencontré constamment des entraves sus-
citées par un intérêt personnel , qui n'a cessé et ne
cesse même encore de faire jouer tous les ressorts possi-
bles , afin de faire échouer le succès incontestable que
lui fait appréhender aujourd'hui , avec jusle raison,
notre loyale et forte majorité dans ladite enquête.
En présence d'un fait aussi concluant en faveur du
maintien de la rue, nous n'entendons pas moins dire
qu'on veut attaquer cette majorité ; mais on se demande
que fera-t-on ? que se prosose-t-on de faire ?
Les réclamations de notre population seraieut-elles re-
gardées comme sans valeur, parce qu'il y a des ouvriers
qui réclament ? C'est déjà ce que Ton n'a pas craint de
mettre en avant.
Des propriétaires ouvriers, comme des ouvriers patentés ,
qui ont droit de cité, ne pourraient donc pas, à ce titre,
émettre leur opinion dans un cas semblable ? On sait bien
pourtant, dans des circonstances non moins importantes,
rechercher leurs suffrages !
Nous ne pensons pas, néanmoins, qu'on ait la pré-
tention de vouloir réduire notre majorité de 151 , au-
dessous d'une minorité de 37 , chiffre qu'il nous serait
facile d'affaiblir considérablement encore si nous signa-
lions les noms et le domicile d'un bon nombre d'entr'eux,
qui se sont présentés à l'enquête sans en avoir qualité.
C'est dans le but de faire ressortir tout l'odieux de la
part de ceux qui ont cherché et s'efforcent encore de faire
déprécier l'opinion des personnes qui se sont prononcées
en faveur du maintien de la rue , que nous traçons ces
quelques lignes pour faire suite à nos dernières observa-
— 3 —
tions soumises à MM. les membres du Conseil Muocipal.
Daus un article de journal , Toulouse, 0 juillet 1863,
on nous a accusés d'agir dans l'ombre , craignant la
lumière et le grand jour! quand , au contraire , nous
nous sommes constamment montrés à découvert soit à
la lumière , soit au grand jour , et sans crainte aucune
de ceux qui veulent nous entacher d'une accusation qui
doit rejaillir sur eux-mêmes.
Qu'on en juge par cette lettre écrite à M. le Maire, et
que l'on retrouve dans le dossier, où l'on verra , en-
tr'autres choses, cette recommandation :
// convient plutôt, de peser la valeur des signatures, que
d'en compter le nombre.
Aussi, a-t-on éprouvé plus que de l'étounement, quand
on a vu, au bas de cette lettre, la signature du person-
nage qui réclame cette mesure.
Nous verrons donc, à quoi pourra aboutir cette inten-
tion bien arrêtée de chercher à atténuer la signification de
nos opinions exprimées dans l'enquête.
D'une autre part, c'est un architecte dont il nous est
difficile de pouvoir ',nous rendre compte du but et de
l'opportunité de ses observations, que nous avons eu l'oc-
casion de parcourir (qu'on lise encore cet écrit ; le dossier le
tient dans ses mains), qui se présente à nous, en peu bien-
séant adversaire, critiquant de la manière la plus absolue
toutes nos raisons les plus logiques en faveur de l'existence
et de Vutilité de la rue des Gallois. A ce propos, comme
il nous est facile de fournir des preuves officielles qui
peuvent justifier les faits que nous avons avancés, nous
faisons connaître, sur la demande de M. Azema, pour la
construction de sa maison , rue des Récollets, l'ai rèté
rendu en conséquence :