//img.uscri.be/pth/439e2c7142220297fc2c799c1fca04ad2d6d9d7a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Observations sur la lettre de M. le comte de Villèle à M. le comte de Lagarde. (27 décembre.)

10 pages
A. Boucher (Paris). 1822. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

OBSERVATIONS
SUR LA LETTRE
DE M. LE Cte. DE VILLELE
A M. LE Cte. DE LAGARDE.
A PARIS,
CHEZ ANTHELME BOUCHER , IMPRIMEUR - LIBRAIRE ,
RUE DES BONS-ENFANTS , N°. 34.
ET CHEZ PONTHIEU , LIBRAIRE , AU PALAIS-ROYAL.
1822.
OBSERVATIONS
SUR LA. LETTRE
DE M. LE COMTE DE VILLELE
A M. LE COMTE DE LAGARDE.
UNE de ces graudes disgrâces, devenues or-
dinaires pour les agens immédiats du pouvoir
royal, vient de frapper ma homme qu'un nom
historique, et un beau mouvement éprouvé dans
le sein de la Chambre des Députés , avaient fait
estimer des Royalistes purs, effrayés par ses an-
técédens, rassurés par sa profession de foi. M. le
Duc de Montmorency n'est plus Ministre des Af-
faires étrangères. M. le Comte de Villèle lient
le Portefeuille par intérim , et le premier acte de
son administration est la lettre suivante , à l'exa-
men sévère de laquelle nous allons nous livrer.
Le Président du conseil des ministres, chargé
par interim du portefeuille des affaires étran-
gères , à M. le comte de Lagarde, ministre
du Roi, à Madrid.
« M. le Comte, votre situation politique pou-
(4)
vant se trouver changée par suite des résolutions
prises à Vérone, il est de la loyauté française de
vous charger de donner connaissance des dispo-
sitions du gouvernement de S. M. T. C. au gou-
vernement de S. M. C.
" Depuis la révolution arrivée en Espagne au
mois d'avril 1820, la France, malgré les dangers
qu'avait pour elle cette révolution, a mis tous ses
soins à resserrer lès liens qui unissent les deux
Rois, et à maintenir les relations qui existent entre
les deux peuples.
» Mais l'influence sous laquelle s'étaient
opérés les changemens survenus dans la monar-
chie espagnole, est devenue plus puissante par les
résultats mêmes de ces changemens, Comme il
avait été aisé de le prévoir.
" Une constitution que le roi Ferdinand
n'avait ni reconnue ni acceptée en reprenaut la
couronne, lui fut depuis imposée par une insur-
rection militaire. La conséquence naturelle de
ce fait a été que chaque Espagnol mécontent s'est
cru autorisé à chercher, par le même moyeu,
l'établissement d'un ordre de choses plus en har-
monie avec ses opinions et ses principes. L'em-
ploi de la force a créé le droit de la force.
» De-là les mouvemens de la garde à Madrid