Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

THE FRENCH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LES ARCHIVES DE LA
REVOLUTION FRANÇALSE
15 BRIDGE STRKET Mll.l. • BRIDGE
FINE Y • OXFORDSHIRF. 0X8 6VH
Téléphone: (0991) 776396 Fax: (0993)
OBSERVATIONS
SUR le Mémoire de la Commiffion des
Monnpies, relatif à la refonte des monnoks
r ù am. nouvelles empreintes préfenté par le
Miniftre des Contributions publiques dars
la féance du mardi $o oclobxeij$z 1) l'i-n
premier de la République imprimé par
ordre de la Convention Nationale;
du Dé oies.
AVIS.
Ov trouvera (page les copiew de deux Lettres qui
prouvcnt que ces Obfervarions ne font que le développement
du jugement que porté dès le premier mars, c'eft-a-dire
ploficurs femaines avant le premier avènement d' M.CJiviire'
au Minière, fur le projet de refonte par lui' pif fente lejo
oclobre à la Convention Nationale au nom de la Commiffioiï
générale des monnoies qu'il préfioe.
Zj Novuntre i~<)2. A
OBSERVATIONS
S V R Je, Me moire Ae /a CcmrnJJlon Aes
ta Ji-ice Au r.?.;rj: i jj. *Pan
pienuer lie îu pdr
01 arc ni Lcnv:;iuou
Ol cKic;ne ciroyen c!cit. ;i ù p :r;c le tribut t!c
concourir a d'ijjipir ks tendres Joi.'t on cherche à cn-
que ncus décris nous
» rappdlct ̃̃- J'ithi ^ïp', pour' faire ac'optcr des p^>jcis
aulfi clé(..l1rciix que cor.trdir.s ii es principes qui
font rkLunès par tous ks hommes iiLiré* par tons ks
hmh di la bonne-foi & de la Jin;pUc>:e dans tout et
qui :k/;r notre fylkrr.c monétaire.
Le Miniftic des -Conîi-ihvnions publiques ayant an-
noncé à la Convention Nationa'e {,11c le Mémoire,
;), la difciifiion cïucjiic-l nous plions r.oi's livrer,
cornpcfce de citoyens vruimcnt doit
ont tout le degré de perfection qui doit mériter eux nion-
de la Rép;d-u]ue Fn;ç.rj} fax em'tlre cottfianct
nous avons [Kr.fô que le plus' lùr moyen d'empêcher
̃ IVlîlt du preftige d'un ai:fll pompeux éloge, ctoit
d'imprimer ce Mémoire en marge des Obier votions
fdcilité pour ks comparu-, il ;ura
encore rt;y;,nî;!<;e de prouver à L: Convention Natio-
cnal, cu'il lui iinporte beaucoup ce fi unir en garde
(O
çfinire lu faliffc fc'unu le diaif.it.mijhe <$• iïntrigite
qui 11 obtiennent fcuxcnt que ira y Je Jluùs (1).
I^SCir. DU MÉMÔIIIF..
ENaboliiV. nt laroyaitc, Cf.ttï nunlitc (1; \-pCç
vous a ve 7. liipprimô, par une
celii niOnie tousses ;it- "f l'eut wq ixitiltcr Jt-
tributs, quelque part cii'iU artiul des choie»;.
fe trouvât; vous iivcv jious ayant
donc prononcé la fup-
preflion 1 empreintes ^'[t'on contre les fimm-
des ftionnoies &
refonte devenue in- "<-VatSellt »?'« P1»5
•Y f. 1 1 qu un |">ux mnanana ce
Loin .quelle puifle oc- "dl dcvcilu jlultiic dnns
cafionntr des embarras ]c royaume» les pro-
dans la circulation la luictaires dcseTpècesivau-
chofe publique en rcce% ront aucun motif pour
vra au contraire, de s\mprclltr de les porter
'grands avantages. L')on- au chaire, & de payer t
dance des r.fligniits main- dis fiais de fabiieation
(i) ToUt ce qui dans ce preamhule cfl imprimé en
tière-2 imprime
par {on ordre, pjocs 4', an. Mosson. Atn-
NAGF.
l'.r comparant ce dernier Mémoire à celui de la Com-
million, s la-'Co'ndifuiioir nioiiéiaire par & à
contre on re-
cqnnohra f,icilement que toutes ces productions doivent le
jour aux mêmes auteurs iv on apprteiota les 'éloges
qu'ils le prodiguent nuitueileinent à leur jufte valeur.
o>
A x
Tcxlc du Mimo'vc.
tient \A continuité des
taux tU.ns vos- hôtels des
mc/ven
d.'cntreprcndre la Imbrica-
tion fans eue le trefor
public ait bêle, si de taire aucune nvrr.ee; cv !;i ne-
cefT'té on liront tous 'es de cli u-ger contre
la r.ior.noie iionve'1, leurs cens & kurs loua
lorf::u's f.ront t'échus v. leur qua'itc moncia'r'c
occ;ific;incv:i un niouvci'ieiU qui ne put manquer
de jet ter beaucoup crcfpcce^ vieilles & nouvclks
dans le commerce, & par ccnléqucnt d'attaquer
avec (uccès le prix abi'.fif «nuquej l'agiotage & i'inci-'
viî'ne ont porte nos métaux.
M ais quels pÀicipcs mo-
iictcircsiuloptcrop.s-nous?
quels feront la valeur',
le diamètre le poids
& les cm.p*e}ntes de nos
monnoies nouvelles ?
L'érudition fur cette ma-
tière eft devenue parfai-
tement inutile. Perfonnc
n'ignore aujourd'hui que
les monnoii-s reoferment
deux valeurs «¡le du
métal confîdcvc comme
ma'tch.indife & celle* de
ce nêpie métal conlidcté
dans l'intention de la loi',
Le métTll failant foiic-*
tioil c)e îVionr.oie a deux
valeurs il n'en ixnfcrmc
aucune:, l'une de ces va-
leurs cil JuvaiiaMe c'cll-
Il loi, en r:;i!( n de Ion
titre ex: de ton poids j l'au-
tre efi: relntive à la qualité
de marchandée elle vaiio
comme le prix de tous ks
nur:e5 nKt.u.x.
Deux gre.s d'or à 21
karats qui, ont reçu
la tonne èv l'ciiiprciiîte
prelcvites par la loi va-
lait 2-) livres, coiilulert.es
en vïngt-qiurre pat ticî
Textt du Mémo:1:. Orfe-v.:i,oni~.
qui, en le convcrliflant coince nui .noie mais
en monnoie il voulu en cuivme mar-
ftîre la mefure comp.:m- vlv i-,Jii<.s ils i -cuvent va-
tlve des valeurs le l«,n- ilJir 25 llwvs plus en
cage par lequel on e\- iailon de la, ™rtt.c des ",ia"
.prime celle qu'on attache IItrt.s clu bckin.1 ^ll c»
à tout ce Gii^n veut ver. O1.u. lcs anilks ks cm'
die ou acheter. • 1 loiiiit.
Mais ce qu'on ne dif-
tingiîo point ?.flez,c'cft !a monnoie telle que l'exige
notre commerce avec les étrangers, & la monnoie
(lui (u'Kt au commerce iiîîéiieurc'.e la Pvcpubhquc.
"Si rôtis ne fréons aucun commerce avec le-
franger & que l'or & l'argent néceffaircs la fa-
brication de b %mormoi'j niiil;t un produit de notre
fol, tes & monétaires de ces
mctr.u,\ no entre elles': h loi
pourrait la (i\pr aibiti".iirement & comme elle
icrcit cj-ilc pour tout le monde, ,clie n'auroit, quel
cju'ui furie taux d'inconvénient peur perfonne.
Mais notre commerce avec les étrangers ort utile,
inévitable, &T nous n? pouvons pas les
nos lois, \\çs iriOP.r.oic-. d'or& dVrgent
ye peuvent avoir c'k/. eu' valeur très-
peu fupé-rieiire à celle Cfu'iîs donnent ces métôux
en lingots c'cs,r.gés de toute matière hétérogène.
Il en cft de' même chez, ncus leur égard nous
n'eftimons leurs efpèces d'or & c'ù.rg-nt que connut
ils tftiment les nôtres.
ces !i"a:s en ircntc-dcux
(O
A3
$. j/c n:iU:{ UV;vtvr.: en
le' cours d ,ns l'étranger
Mv (lui !ie
dante. irt'iivlcr.iplr.s » ;o; ïe rue
monnoie proprement dite, b'osiidénîoMit
une niefure purf ir.eiît do-
la loi ne peut non taire de
p!t5 que de déterminer,
10. les va-
po':ds de la nv-.titro i°.
Texte du M<:irivî'(.
les formes les plus pro-
pres à en r.'iv.ire !«i Circ-i-
îation commode oc gc-
L'or & l'r.rgcnt/ontlcs
fculs métaux propres
la monnbie marchandife.
Précieux & recherches par
toute la terre, )cur grande
va'eur, re'itive leur
volume, fait que les frais
de tnïnfpcrt ne font con-
fidcrés que comme une
depenfe peu importante
dans les tranfacïions com-
merciales.
6 f. S d.* ( prix de cent fe-
I.'Ollendois au .contrai
rc qui voiidca acheter du-
liled à Diiiikcrqiic pourrit
s'en procurer 119 Itticr-^
dcii\ tiers avec !a ^irii.ni>-
Ibinnie de liv. 6 l
UKiv.t dans les dcu'x mar-
ches une o{ éintion trè.s-
iinipk- cv (ju'il eflt nul'i
facile df concevc.ir qu :t
ofiiïra les \r.o\ci}S de te
;t il
lui fi'lli'.i de porttv il '1
ive.niK.ie quatiecdiscie ih^s
de 5 1 iiv. le marc, 5 2 ce liv. ce avec ceuc; il le
l'en as r.-c!i;r<.s n-umv des rnoyer.ï
(en' de d^ruiie l"nç,i'jta-e j^c- ivie-it-ce pas ra
Lt les mc;i- Ce
A4
noies d'or & d'argent ne
font confidérées entre les
nations étrangères )'un' a
l'autre, que dans, la valeur
v intrinsèque qu'ils accor-
dent ces métaux purgés
de toute autre matière il
s'erfuiî que la marge, COn-
nue fous te nom <k nn.eJi
eit jxrt" i'e-
niciit inutile. I;.l!e ne fut
dans .le commerce qu'à
cmbcirr«,flcT le ct:kul & à
fîivorifer des fripponnc-
nes.
AufTi ne doit elle fon
origine qu'à l,i mauvafe
foi. C'cft une aheratien
inventée p;,r le ddpo-
̃tifme, C|ui foulant tou-
jours aux pieds la morale
& les principes a voulu
par ce moyen vendre
fes cfclavcs du cuivre
pour de l'or ou xlc l'ar-
gent cV plutôt que c'.c
renoncer ^jTctfe cicrô-
qucrlj, il cn*h têit i;n,rt
tache beaucoup d'impor-
tance. L'alliage par !cqi!el
l'ori< (le l'argent a été re-
gardé comme néceflaire;
Oljc ïjiîorf.
intelligible ce qui prouve
que i\r:,Ji-;icn Jur iaa
tïrnent inutile { yi\yx 5
Ul-ct -aux nxnmx cft-ct
la nhvge connut; Tous le
nom ?.c rai; c Je J\:ioi }-
etr |iiK .̃itiivitnt ini:tile ?
( on rient puuivit ille
cnp. nal'ci le tukiil cV:
li les monnaies d o: vV
entre les natiens t;raiw
g«.rcs, l'une h latiic, que
qu'elles ( ex" non qu'us )
accordant à Cis nittaux
j l'uts de toute aitie ma-
titie eu ( ce qui k;.i
prtnJrc fi h s r>tions
n'c\ al te ut 1' mi -iiiK.ics de
leurs \oilins qu ..11 î.iif^n
de leur 1 K:s b. titie
lyi.u IV, ;i a cir.i io.c la to-
pu- loi.
t.rtit(.s ;:u titre, de rn/e
'!( n -•> avec i;n icnncfedo
trois grains ou i:u.t qua-
tn.n.es de deniir. J.e-
ti Piiger fuppcle qu'en. la-
(8)
Ttx'te J,f ''M:mo'f{
pok:s
rrn!|i!tr\«( (l un. er-
reur; '.i
ne lit an contr, ir -.̃ ciu'.i
qu'ai lui nvfinUnnnt i'i
fotiplefle n îiire'le !cs
parties, fe rc'on'ait long-
temps Its uncs^fr !• s
il- fc-,
a
i! iv.' Us ;:d:iH(- dans les
ic'r.:iiLLS que connue étant
;n: titre de io d-.jn!cvs îi
crains,
cett- dit'ierenec pot.tioit-
r.n Jil.nit des aliénions
faillies
on
l'inquc qf.i
rcii:i.dcs;
quel tll Toîtcwe
à lii" titre eut
si! ;̃ f1.bn-
de' l.i ( oiiu: i: ::i /î-io;: aii
texte: wi. k.\ ,ii c w (ait q- .• loi ui\!nt a tous
Iieir-e! jli.piAvr c-lv in. i Ivric.i1. en i. ic que
ij^ Lk :U.c e-înii; qi:i en
leli-ke
̃ c\ jer.c tcl^iXv'.
(9)
fe diiiïmukr
iir: ni\fn:i\tux cV que p. lionne n'y 'le Je l un-
ni.uv:;i!e loi qui c;.i\.cteTi!t- k-s niUitiuns e^nMiues dans
CC. J\ii\i;>l"<)j']u.
ti;r;s, pourîcs convenu'
Cil mo;iin;:c n'a c!or.c
aucune
attentive h ;>icvc:;ir tort
coquine lert c:i;'à f;c-
niiicra i.ins il ne
qu'il tli pofiihle; ce qui
aun
les emploient une rj-
tir .cbs i>vi(Tifcs
i^t:Mts de !i p;nt tk
r. !c e, cjiri
ees î.eiwr^ h\ -.̃yir.i, [,], c (;;o^
t-dle
(<o)
i
dont lokt Kroa de l.tire payer aux citoyens
livres in iraa cc qui ne vaudroit iimin-
itciLicincnt qi:e 26 livT 14 (. 8 d.
])isnionù. 'lires un peu inftruits poutroient-ils ignorer
que vu la difficulté A' épurer parfaitement l'or ik
'argent, vouloit Kibiiqucr des cïpèccs d'or à i4
knivits, & des ofpèces d'argent à 12 deniers, fans
rtmèite c'eft mettre les rabricateurs d.ins l'impolli^
bilko de répondre de l'cxaditudc du titre de leurs
Il tft allez fm^iilicr que l'on compte au nombre
dcs av,nr;iges de le nouveau lyftcme la rejjoune que
des effets jertees au tiue le [lus fin, pouiroient
offrir aux arùiies pour fe garantir des meprifes dan-
gereufes. On îvinit autrefois des niefures pour les
tnipuher de ioinire l.s n-.onnoies nationales on le:
Jcut defendoit iv.cir.c tous des peines très-ltvtrcsj en
vcut aujenii'd hui non icuknient lever tous ces obi-
inilu ̃ le-s li.iis t'eft fubitiiuer un excès de
f.iei'iie, a un t xi.es de lij.neui tes deux cxeès e;iit
U'j'tnd..iit l'un u l.iure intonvéniens.
Tixte Ju AlciKoirc.
Mitis quelle fera li va-
(<<t encore o!;(erver ici
les limites ejuc iii loi ne
L'or & l'argent louent
des entr.ii'iîes de hi terre;
elle en recelé des c;uan-
titéi inconnues ;& l'on ne
peut les extraire ex leur
donner les
formes
par Ictrav.àl.
Obfcri;ilh/;s,
Grâces loient rendues
aux profonds trudits qui
nous
monnoii.s ne lcncnt p:is
toutes imbriquées des en-
t nulles de l.i tei'iV tuir.JK.o
Alhurvc loitit t<'ii:ennnec
ae(jiei roient de nouveai!*
droits à notre reconneif-
(. >na-, s'ils vot.iluicnt nous
métaux on a (ni julqu a ce joui* qa ii^ rcnoicut
de'la nnturc les qualités qui les rendent propres à cire
(il
Texte dit Mémoire.
C'crt pourquoi ces mc-
t.m\ feront toujours une
nmcrunc'iife, dont la va-
leur dépend de fa quan-
tité relative aux befoins,
cV du prix de la main-
d'oeuvre qui les façonne.
Obfirvtitlons.
Ce n'dl pas feulement
parce que l'on ne peut
extraire les métaux dis
mines & leur donner la
qualité & ks formes mo-
qii ils feioni -Toujours une
parce qu'ils (ont propres à difLrms ni âges j & c'eft
cette propriétc qui en rend ie prix variable.
C'cfl 1 attire & non la qui Jaconnc
ce dcrni;r mot étant 4) non) n.e eto façon dire que
1v valeur dcs métaux dvpciv.l de Li inàiri-d'auvre ijiii
!cs façonne fc'cfl ccmiv,e Ion diloit que cette va-
kut depend de la façon qui les façonne;
Cettc valeur variera
cfor c fins ccfl>; &c comme,
dciiis
hniiflcnt ou baillent dans
un licu,fuivdnt les varia-
tionsqii'ilscprouvent dans
un autre il cft parfaUe-
mcjit inutile de vouloir
fixer le prix de l'or & de
l'argent nulle pctrt des
ans nos relirions com-
merciales avec l'étranger.
Je projet de fixer le
prix de l'or & de l'argent
pour le commerce a tou-
jours été contidirc par les
perlonnes indruites, com-
ttoit poliible de fixer le
prix auquel ces met nu
ttoient admis au change
dans les hôtels des mon-
noies cV c'elt ce qui
eu lieu j.ifqu'à préfenr.
Les incon%eniens ele ces
mcfures ont cte demonttes
par des ob!ei\ ations impri-
ma s en
que fur l'augmentation progrel)r»e du prix des matiùeï
d or cV d'argent elepuis'i jiG-> èx attendu que l'sny propole
.(•O
d'oï^oîiïKi qi*. 1 lavinir le; pr.rticnlisrs qui apporte-
ront ;ui\ hôtels des )iïOii!K'i-;s ioit des* Impôts loil
fin,-»
qu'ils auront ii.ue, il lTc
ce lîioun ircmbivs île Kl
Comn.i;oii.
Toiit ce c;uc la loi tenfe
cVinpofliblc ne ltrt qu'à
taire ckllii^.c :1 unir le
commerce intérieur pu
Commerce eNtcrkuir, on
.cont'n'eM de'
gent purs, d'un yiOMS
exempt de fi^iaoir,
comiiie d'une once .d'une
demi-once d'un cjiiMt-
cl'once cvc. Si' d'impri-
mer liir cha:u;it' de ces
pièces 1a dc'irjv.'ii^ri t!c
leur poids, ex 1e degré
(.le principe incontefta-
We que l'on invoque en
favciu' du pvojet de hibvi-
<]i;er des pièces d'or c>:
d'aiTcnc piirs d'un
poids exempt de ("radions
c\- de leur donner des.
lcïir poids clt nu con-
ps na ciu\ -qiù lu', eut qv;'i.
paihiitemcîH l'or éx: l'ar-
r.cnt des
i;i.u-s a'-ec l-ùji!cl!cs \'?::i
cni in nari-rc lvs oi.t nllics
eo qr.ie cki eipècej que
l'on DoniTiicra onces ne
ierciu pas plus a 1 abri de
ou' te i(>iï.
Il arrivera t'e-nc
ne lira pas au titre de 11
irois de eu-
peicrenr p'us tu» _once c\ qi;?s
(V3)
comme elles continueront néanmoins (..en porter h
dénomination cette expreiïioii induira le public m
̃erreur. la k»i qui au roi voulu nous donner pour
onces dardera: il 12 denier? aliroit teins
verok fouvent qu'oies ne ieroi:nt pas a ce titre, &
̃ quelles perdroient tùs-promptenienc une portion de
leur poids.
Texte du Mémoire,
Leur valeur dts-ÎOrs,
fe mef niera par le plus ou
le moins de denrées, de
marchandifes ou de fer-
vices qu'on obtiendra con.
tre une once, ou une por-
tion d'once, &la quantité
d'or & d'argent en poids
deviendroit bientôt l'uni-
que langage ferv.xnt à
exprimer la valeur des
chofes.
M is il eft certaines
idées habituelles dont on
ne peut Ce clébnrralïer que
long-temps npres en avoir
reconnu le vice ou l'inu-
tilité. Nous fommes ac-
coutumes n exprimer les
valeurs d'une manière
complexe & peu intelli-
gible tel cû le mot in-
ilgnïHant de ih-ns Si ce
aflîgiiats &c d;;ns les
OLfervaiions.
Cette nlKition eft'ilngu-
liérement Ihullc; une once
d'or ne fera jamais qu'une
once d'or quel que (oit
le nombre de letiers de
hk-d contre lequel ou 1 é-
.changcia la îr.onnoie
comparative des râleurs
(page 4 ) li fa Valeur
ctoir lufccptible de toutes
les variations qu'éprouve
celle des, denrées contre
lctqueiks on l'échange.
Nous entendions- nous
beaucoup mieux lorfque
nos, paiemens te feront
avec des pièces d'or fin,
que l'en nommera deux
gros & auxquelles, rai-,
fonde ce poids &de letlr
titre la foi aura allîgné
une valeur de zy liv. i 7 f.
10 deniers ec -der."ii ruais
qui ie rroi; ven i-r d'un titre
£: à'vi~: p< ic!s un peu in'é-
îict'P. a ceux qu .mnonce-
re-nt Sturs empreintes^ de-
Texte du Mcmolre.
contrat! dont l'effet fe
prolonge d'année cn an-
rcc."
Obfcrvathn*:
nominations, que dr.ns l'é-
rat ,actuel où des pièces
d'or du poids de </t'.v.v
£Ajj, que Ion nomméei
lcu;s font toujours admi'es dans la circulation, fur
le pied de la loi
foil que par lcfiet de l'emploi du remede de loi, elles
ne !oient l'.is ligoiireuUiiKiit au titre qu'elle a preftiit,
foit que par l'(.net de Yijenmiit leur poids ait (.preuve
quelqu'alaiari- m
^i je vt-i:s" vends quatre leticrs de bled pour une
once d'or, je i^'Ci ;.« que in piiice que vous n,e donnerc*-
ixie cxackivicnt i.ne once ou que vous
y ajouriez la quantité de e,iv.ins dont fon poid, difi'é-
rci'a de celui qu exprimera la dcncniir.arion je vems
vends ces qir.rre !(tins de bled pour quatre louis
qi:e!s !:i ki ;1 ;:lrtî:e lire valeur invariable et in-
depcndante'tie lcxaclitiide de leur poids, je n'exit'i-raj
Ce dernier état de choies ofire-de grandes facilites
pour les pai'.imns; celui qu-j 1 < r. propolc- de luf fubl-
(¡tuer les îciu'rc n au t.ontir.iie trés-difticiles, piii!qj.i il
main, mais er.civ le liwc-r ccnrimclleivent à àc$
JnconfcqueiH de déclamer contre notre mnnicre d ex-
pnne-r les valeurs es: lui-iout contre te mot injig/ii-
jniru de Ilvus en mure temps que l'on piopole de
conlerver i/v mennoics dcjiir.ecs notre contmenc
•intérieur, tes dinoi'niiKiïioiis dcw.vr, de fraies de
livres j lor'rti veut enfin que nous imprimions (ur.
les revers de ces cîr-èces ces expreihons incohérentes
une /ivre j. o.v deux gros ttcuX lr,:es, ou demi-
or:ce ?
(M)
Texte du Métrwift.
Mais la convention ne
fera point gênée par cette
habitude il fuiV.r.. qu'elle
déclare d,ns Ion décrot
• ,1a. valoir du mire de ces
métaux épures afin de
ne pas étonner p.r la fini-
|>îicitc du nouveau fyf
tême.
Sur quelle bafe reposera
cette valeur ? fur ta plus
̃ baffe poflible. En ciftt
des qu'elle ne peut pas
refter fixe, dès que les
c'émcns qui fervent à
l'établir varient l'nsccfle,
il ne faut pas rifquer de
l'clcver par l'autorité de
Ja loi, qui, juir.ua cer-
tain point en impofe il
cenv qui ne font pas ini-
̃ tiés dans le calcul de la
valeur intrinsèque eics^
îiiannoies.
Or, les tarifs de 1775 3
pour l'argent, & de 1 7 >s
pour l'or ont julnu'à
prélent régi' nos mon-
noies. Les livras expri-
mées par nos Hiîî^n t; f>
reportent ces
c'eft au'li le terme le plus
bas auquel
l'or & de l'argent puiju-
defeendte en s'en écar-
J.n C.oK-ri;)n nous
dit ,< qnv la.
'Mi:r 1 .qiitiio In loi ne
peut rien laiiv de nlus
1°. 1
1". les forme-E
nous allure qrul c!t par-
hiiteniciu inutile de lïxci
le pii\ <.k- l'or Cv de l'ai
» gent nielle part» icidlo
propoie a la ( onventicm
Nationale d'adopter tes ta-
rifs de 1-7J e^r 17S), et
de fixer d'après ces tarifs ?
les valeurs- pour k 'quelles
l'once d'ar-
gent
coiuradiCtiojis que d'in-
conlcqùciKvsi
Ces Hulules feroicht
au iu;ntiis iîii jnoven cer-
n vit pr. s v:\ii <i:i\lc ne
f-i'i^ .̃'̃̃•'
iu\i u 1.11 jTovocjuer la
l-j/ijc p;i!iv(]u-, plus ces
(16)
Ttxit iu Mémoire.
tant on tombe clins les
incertitudes de l'arbitraire,
'̃ & une fix'tioïi Il 1 qui
(le tr.rjfs,
fcro>. d'il u tant plus diffi-
cile que tU-ris les con-
eîû-is d'v.r/ multitude de
r.î:.u;i_rjV;c;ic fe conten-
ter de frire tcnnoîïr: par
les ci(.%
mennoks nouvelles <;or»>
Obftrvat'ions'.
plus nous en obtiendrons
en échange de nos denrées
raiïe lef:; a-ld qui prol"-
iïîoii-
naies tous les tarifs por-
t.mt fixation du piix cios
matières ,& leur en iubf-
ti tuera d'iii,tics qi:i ne
co!iti;»dn;nt qce l'tncn-
tiatien de la cjiu.nrite de
giiiiiis de fin contenue dùiis
les eifùes naticnnïts &̃
étiang". res, qui d(;it lervir
de baie aux échanges.
des vieilles iv.cnnoics qui fe-
lont reçues en éch; nge cette v;-k-nr loi en quel-
plus ou moins, filon l'état des rapports
connnei ci.aix ;>vec l'étnmger &: l'empire dei cir-
conftances politiques.
Ut quant à î a fabrication
de ce; monnaies avec des
p.rt cxi-
de vieilles cfpcc-.s en
leur rendra ioi:s la' e!é-
duclion des frais de mon-
noyage la même c;u;jn-
titc de trente-cleuxicrries,
<&u de grains de fiiV qu'ils
auront livrée.
J.>n quefiion de (avoir fi.
Jcs i:;js de ccir.eri'Cii des
eu ne icicnt pas la
tl.airfc des prc>pr;a.iires de
ces matières, r.;eiite toute
l'attention de ia Conven-
tion Nationale l'Allem-
blue s'efl dé-
cidée pour la iiégûtive en
15 & 30 fous,
( oniidêroriS encore ici
la mennoiî ccir-me îVitfure (î cette îv.efuie ne devoir
fer vit
4( Il)-
lervir qu'à rut.igc de celui qui fournir In matière avec
laquelle on la fabrique il n'y auroit pas lieu de douar
qu'il ne fût, Jeul tenu de payer les frais de*Vabri-
cation; mais (i à peine fabriquée, cette inclure de-
vient commune à vingt-cinq millions d'individus, qui
fe la transmettent les uns aux autres, n'elVil pas plus
jufte de prendre léserais de fabrication fur le produit
des contributions qu ils verfcntdanslç trelor commun
que de faire payer la totalité de ces frais par le four-
nilltur de la matière ? »
Texte du Mcmoirt.
A l'égard des emprein-
tes, dès que les mohnoies
d'or& d'argent feront con-
fidéréês comme la «|non-
noie du commerce uni-
verte! il paroît conve-
nable qu'elle foit carac-
terifee par des emblèmes
qui indiquent cette grande
eftination ainli les pièces ̃•
d'une étendue fuftifante
portetont, d'un côté,.le
génie du commerce, avec
les attributs cfl'cntiels
Obferv aùons.
Les emblèmes eV les
figures alkgoiiqucs de-
vroientêtre rélervees pour.
les médailles; l'empreinte
du iceau de l'ttat eft celle
qui convient Je mieux aux
monnaies; cette fandion,
qui en garantit le titre ou
le poids, commande la con-
fiance,
la loi qui en eft revêtue,
l'authenticité qui con»-
mande le relpec^& l'obéit:
fance,
ceux qui rappellent la liberté la fidélité & l'abon-
dance: les petites pièces feront moins chargées
l'mfcnption des unes & des antres portera îibetté
fidiliti & sûmi fur les revers rcpréfen.tant une
balance dans un encadrement de fers de lance,
feront infcrits le titre & le poids de la pièce &
fur la tranche des pièces qui en feront fukeptibles
on lira République Fninçoifc.
Examinons maintenant ce qui concerne la mon-
noie nationale celle qui, deftmée pour les échanges
intérieurs, ne doit pas étranger.
i^yi. /v' n
t
(I«>
Nous avons actuellement en circulation évidente
deux fortes de monnoics nationales les aflîgnaK
& les fous de cuivre la première cft la monnoie
delà révolution, c'ef2la repréfentation d'une richeflV
qui a fauve la liberté, & qui favorife des efforts
& des dcveloppemcns qui nous rendent in'vincibles.
Cette richefle n'eft point encore tarie, & fans doute
que- l'ufage des aflignats perfectionnés dans leur fa-
brication, fe prolongera par-delà les rembourfemens
devines à les éteindre. Il fera toujours facile de leur
donner une bafe propre nous conferver cette
monnoie que commodité '& le peu qu'elfe
coûte à al^ richeile publique, mettent beaucoup au-
deHus de^iictavix.
Mais les alignais ne doivent pas descendre à de
trep petites valeurs; cette furcharge de papiers pei't
en effet les avilir. La peine qu'éprouvent la plupart
des hommes ci genéralifer leurs idées fait qu'ils
attachent fins cefl'e au papier l'idée du rembourfe-
• &mt; celui des coupures .de très petite valeur ne
peut guère s'eftec'tuer que par leur î>néantiflement
dans le tvcfor public, mefure cju'cllcs y arrivent
& ce rcmbourfcmciit ne pouvant paroître ni prompt,
ni important à cuife de la prodigitufe di(Tcmin.i-
tion de ces coupures, il en réfulte qu'on regarde
la petite monnoie métallique comme une propriété
plus réelle, & par conléquent préférable aux aflignats.
Il faut donc conferve!' l'iifage d'une monnoie m-
tionalc métallique, Se la tlifpofer (Vî manière qu'elle
fupplcc aux coupures, dès l'inftant où la fécuritû
régnant fur tous les points du fol tViinçois la petite
monnoie ne fè rcflerrera plus.
Texte du Mlmoire,
Nos pièces de 15 êc
jo fous qui ne circulent
Obfit valions.
Nos 1 j & de
ic fous ciiculeioient du
B 1
T<xie du SUmoirt.
point ne pcuvent ctre
nt confcrvccs ni renou-
vellées.
Leur fabrication {ft
©n<ireufe à la nation; clic
y perd les frais, l'alliage,
& très-probablement un
grain de fin ,• puifque le
remède d'aloi n'en: qu'à
deux grains tandis que
celui des ccus eft à trois.
Qlfvwulons.
vantage li elles n'étoient
remplacées d.<ns la circula-
tion par des billets patrioti-
ques
gnats.
On a L:it le lacrirîee des
frais de fabrication, parce
qu'on a voulu, en rendant
au public la même quantité
de grains de fin qu'il remet-
y apporter une plus graïuta
quantité de matières le
cuivre qtte l'on emploie à
l'alliage de nos efpèces d'or ce d'argent eft toujours
perdu, attendu qu'il n'entre jamais pour rien dans l'ap-
J.orlqu'on a lu la diatribe que contient !a page 4
contre le remède de loi,. W les bénéfices qui en re-
luirent on ne conçoit pas comment la Coir.million a
pu fe petmettre Je comprendre dans rtiuimératioii
des pênes que la fabrication des pièces de y cv fous
fait éprouver à la Nation, la iupprellion d'un tiers de
ce remède.
2°. L'alliage de cette
monnoie eft combiné au
titre que les artifles cm-
ploient pour fonder far-
gent leurintérct les porte
la fondre ils épargnent
ainfi la dépenfe du métal
d'alliage.
Cette combinaifon n'eft
finement pas du nombre de
celles qui ont détermine
l'Allttv.blée Conflit iMi-te
à faire fabriquer ces efrt-
ces à un titre iniéiietir à
celui de nos écus n ais
n'clt-il pas lingulicr qu^ la
Commillion nous dile ici
qu'il ne ia\u rlus KibrioiK-r
lie pièces de i j c\" fous parce que leur ;.lli;u;e etiiiit
combiné au titre que les c;n-iil<.$ emploient pour fonder
(1) Le? Allemands divifcnt le titre de l'argent en feize
lotht 6c cliacjuc luth eu 18 gtains.
l'argent, leur intérêt les porte à les fondre, tandis
qu'elle confe.il le. ailleurs { page 9), de lie préfenff
jamais dois nos mon noie s que des nu eaux parfait'
ment épurés c-e qui aura, dit-elle l'avantage d'cffnr.
aux artïfks qui les emploient une reffouree^propre à Ut
garantir des meprifes dangereufes pour leur réputation ?
Ainfi, il ne faut pas fabriquer des efpcces au titi
de la loudure, parce que les ni liftes ont intérêt de l>.s
fondre u niais il faut en fabriquer avec des métaux
cp-.rés, parce -qu'elles leur offrent des îeflburccs, &c,
"Quelle inconlequence
Texte du Mémoire.
Cette monnoic crt
au titre de beaucoup de
monnoies d'Allemagne
qui font de plus haute
'valeur d'où il rcfultc
que les princes mon-
noyans font invités, par
l'appât d'un g.ùn confi-
¿érable, à natirt fous
leurs balanciers nos pièces
de 15 cV 30 fous; ce qui
ne nous convient pas
dès que la fabrication tft
onereufe.
Obftivaiîons.
ISos pièces de ij
30 fous (ont au tiue è$
8 deniers & ces 8 de-
niers reptdfcntent 10 lot/ls
6 grains (1).
» l'rclque tous les fouve-
rains à '.Allemagne font fa-
briquer leurs monnoies fin
de Le
titré de l^cu dit de con-
julques .Tu quart inclufi
1 vement tft*de 13 %i/rs
6 grains & aucune des
autres diviliuns de cet ccu
n'eft à un titre «in-defllf-.
de 9 loths 6 grains. Il n'cfl donc p'a^vrai e naî
pièces de t c\- fous l'oient au titre de beaiicoup,
ni nicme d'aucune des elpèces fabriquées fur le pk<i
de convention-, qui J^ont les plus abondantes dans tous
les cercks de l'Empire,
,<">̃
M 3
S'il éroit vrai nu fin-plus que nos pièces de 1
& ?o tous ru (lent au titre de l'une des divifions de
reçu de convention, & .que les princes Allemands
piiiïent les mettre, telles quelles ion t., fous leur-,
balanciers- pour les frapper à leurs coins cette opé-
ration leur epargneroit, lans doute, les hais de fabri-
cation priais on ne conçoit pas Ions quel autres
rapport leur otlrir un gain confidcmble.
J.a LommilXon nous a dit ( pnge 4 ).cY cela eft exact
"que nos ne peuvent avoir
» a celle qu ils donne-nt à ces ir,a;nix en lingots dé-
» gagés de toute matière ils n'apprécient
conïequernmcnt une pièce de ions, comme un écu,
qu en railon de la quantité de grains d'argent fin qu'elle
contient comment dar.s cet état de choies un
Allemand trouvcroit-il un sain (î conlidcrable à fondre
une pièce de lotis, par préférence à un écu Com-
• nient un.grain de fin extrait d'une pièce de fous
}noduuoit il Islus de bcncficc qu'un pareil grain de
hn extrait d un écu
Texte du Mémoire.
Relient nos monnoics
de cuivre & de bronze. Si,
celle de cuivre pur a l'in-
convénient de fe ternir
de sWrafler & de com-
muniquer i^ne odeur defa-
grcable celle de bromc
aftuellc a des inconve-
niens bien moins, tolc-
rables fa fabrication, a
été mal combinée. mal
Obferv.ulons.
la Coirmillion s'in-
culpe en le
pocès aux monnoics do
bronze., puifqinl elt no-
toire qu'elle a été conlultée
lui
que la iuiveiliancç du tra-
vail de b -fabrication cft
une de ies principales fonc-
tions. N
plus m,-l exéa.t Je encore; elle fnït honte
à nos moyens. Ileureullmcnt que fou effigie nous"