//img.uscri.be/pth/f5b55f23ce1be90b978fb397b29fe4aea84996f2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Oraison funèbre de M. le comte Jean-René Harscouet de Saint-George, prononcée à son grand service, le 5 février 1867, par M. l'abbé Jaffré...

De
12 pages
impr. de L. Galles (Vannes). 1867. Harscouët de St-George. In-8° , 11 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Voir plus Voir moins

ORAISON - FUNÈBRE
LE
MONSIEUR LE COMTE JlEAN-KENË !
HARSCOUET DE SAINT-GEORGE
1
PRONONCÉS A SON GRAND SERVICE, LE 5 FÉVRIER 1867
Par M. l'Abbé JAFFRÉ,
Recteur de Guidel ,
(Ancien Supérieur du Petit-Séminaire de Sainte-Aime.)
VANNES
IMPRIMERIE DE L. GALLES, RUE DE LA PRÉFECTURE.
1867.
A MESSIEURS
PAUL ET ERNEST DE SAINT-GEORGE
HOMMAGE AFFECTUEUX.
J. JAFFRÉ,
Bedeur de Cuidel.
"1"
"1'" "1" "1.
S'il suffisait de parler de Monsieur DE SAINT-GEORGE, de sa
vie, si belle dans sa simplicité, pour être écouté favorablement,
.sa mémoire méritait mieux. La vénération qu'il m'avait inspirée,
et que je n'ai ressentie que rarement au même degré, m'aurai,
fait souhaiter de lui rendre un hommage plus digne.
Enfin, tel qud, veuillez l'agréer, et croii-e, Messieurs, que
les sentiments que j'avais pour le Père n'ont pas de peine à se
reporter sur les Fils.
Votre dévoué Serviteur,
J. JAFFRÉ,
Rect.
Guidel, le 15 Février 67.
ORAISON FUNÈBRE
DE MONSIEUR LE COMTE
JEAN-RENÉ IIARSCOUET DE SINT-GEORGE.
o O
.Etas seneclutis vlla imnaculatcc.
La mesure de la vieillesse est une vie
sans tache. S. IV. 9.
MESSIEURS ,
Dans la Bible, où le même Dieu qui donne l'existence se-
charge de la juger, la durée et l'emploi de la vie sont presque
toujours inséparables, et c'est l'emploi de la vie qui sert der
mesure pour en déterminer la durée. Une vie inutile, quelque
prolongée qu'elle ait été d'ailleurs, est réputée courte; parce
que les années et les jours, en s'accumulant, n'ont fait qu'a-
grandir le vide de l'âme, en l'éloignant de Dieu. L'Esprit-Saint
ne compte pour rien le temps qui ne renferme aucune œuvre
d'éternité : par là même, une vie courte et bien remplie équi-
vaut à une longue vieillesse. « Consummalus in brevi explevit
lempora mulla. En peu de temps on peut vivre une longue
vie. » Les œuvres peuvent être si grandes, qu'elles auraient
suffi à la plus longue carrière.